Rejoignez-nous

Sport

Triathlon : sixième titre européen pour Nicola Spirig

Publié

,

le

Nicola Spirig est bel et bien l’une des plus grandes triathlètes de l’Histoire. La Zurichoise de 36 ans a signé un superbe exploit pour s’adjuger son 6e titre européen à Glasgow.

Revenue en boulet de canon sur son vélo alors qu’elle comptait plus de quarante secondes de retard, la championne olympique de Londres en 2012 n’a laissé aucune chance à ses rivales à la course, à commencer par la tenante du titre Jessica Learmonth. La 3e place est allée à la Française Cassandre Beaugrand.

Et pourtant la Zurichoise, maman de deux jeunes enfants, n’a pas réalisé un excellent parcours en natation. Mais elle se connaît et son expérience lui a permis de ne pas paniquer. Sortie de l’eau avec 46 secondes de retard sur Learmonth et Beaugrand, Spirig a emmené un petit peloton sur son porte-bagages. Mais la citoyenne de Bülach va vite se retrouver seule en raison d’une chute derrière elle qui va mettre cinq filles à terre.

Très à l’aise sur son vélo, elle a opéré la jonction avec les deux femmes devant elle avant de porter une attaque qui va être fatale à la toute jeune Tricolore. Et après une transition vélo/course à pied impeccable, la fusée Spirig a pu distancer inexorablement sa rivale britannique.

« J’ai ressenti des petites crampes, mais je me sentais bien, a déclaré la patronne du triathlon européen au micro de la RTS. Je ressens pas mal d’émotion en ce moment. Même si c’est la sixième médaille d’or aux Championnats d’Europe, elle demeure spéciale. Je pense à tout le travail de mon équipe, en particulier mon mari Reto (réd: Hug, un ancien triathlète). Je pense aussi à mes enfants. Sans leur soutien, je n’aurais pas pu le faire. »

 

(KEYSTONE-ATS / TI-PRESS / PHOTO : SAMUEL GOLAY)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Basket-ball : un troisième succès pour Vevey

Publié

le

Tout n’a pas été parfait dans l’ambiance électrique des Galeries du Rivage, mais l’essentiel est acquis pour les joueurs de Niksa Bavcevic : des points qui donnent un soupçon d’air au classement du championnat suisse.

Une victoire solide pour Vevey Riviera Basket. Samedi, les Vaudois ont pris la mesure des Tessinois de Massagno. Score final 81 à 70 aux Galeries du Rivage.

Le nouvel arrivé Uros Nikolic a fait un grand bien sous le panier, inscrivant la bagatelle de 18 points, mais c’est bien toute l’équipe qui a fait preuve de courage et de solidarité, en dépit d’un jeu toujours en rôdage.

Ecoutez l’arrière veveysan Bijanu Kashama :

Bijanu Kashama
Arrière du VRB
Bijanu Kashama Arrière du VRB

Après cette troisième victoire décrochée cette saison en SB League, Vevey est huitième au classement.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Bienne fait encore chuter Lausanne

Publié

le

Robert Hradil/RvS.Media

Dans leur patinoire, les hommes de Ville Peltonen ont été trop irréguliers, parfois trop passifs pour espérer meilleur sort vendredi devant 8’888 spectateurs. Le HC Bienne confirme lui son deuxième rang.

Un power-play à nouveau stérile et une troisième défaite de rang, la soirée est à oublier pour le Lausanne Hockey Club. Défaite 3 buts à 2 des Lions vendredi à la Vaudoise aréna contre Bienne après avoir cédé une troisième fois à la 59ème minute de jeu.

Les situations en supériorité numérique ont en effet encore pêché côté vaudois, en atteste cette possibilité à cinq contre quatre pendant quatre minutes dans le premier tiers-temps.

Ecoutez Christoph Bertschy, attaquant de Lausanne :

Christoph Bertschy
Attaquant du LHC
Christoph Bertschy Attaquant du LHC

Demain, c’est déjà ce samedi donc pour Lausanne qui se déplace à Ambri. Après 20 matchs disputés, le LHC perd sa troisième place au classement de National League et se retrouve cinquième.

Continuer la lecture

Sport

Football : Suisse – Géorgie, à deux pas de l’histoire

Publié

le

L'équipe de Suisse est la meilleure de son groupe: i faut désormais le démonter! (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Puisqu’il est inconcevable, au regard du contenu de ses matches et du format d’une compétition à vingt-quatre nations, que la Suisse ne se qualifie pas pour l’Euro, il faut désormais finir le travail. Premier palier contre la Géorgie, vendredi à Saint-Gall (20h45).

Quatre points lors de ses deux derniers matches (elle jouera lundi à Gibraltar), et la sélection de Vladimir Petkovic sera assurée d’écrire une page d’histoire nationale. Jamais en effet la Suisse n’a encore traversé avec succès quatre phases qualificatives de suite (Mondial 2014, Euro 2016, Mondial 2018). Six points seraient toutefois souhaitables, la composition des pots du tirage au sort de la phase finale, le 30 novembre, dépendant uniquement des résultats de ces éliminatoires.

La mission est totalement dans les cordes d’une Suisse qui s’est imposée, dans le jeu et en qualité intrinsèque, comme la meilleure formation de ce groupe D. Ce ne devraient donc pas être des rencontres face aux 90es et 196es du classement FIFA qui pourraient barrer la route aux 13es mondiaux.

Défense à trois: la 1re option

« Mais le joueur qui pense que cela va aller de soi n’a pas sa place sur le terrain! », a néanmoins prévenu Granit Xhaka en début de semaine. « La Géorgie a très bien joué contre l’Irlande et a pris un point (ndlr: 0-0). Ca doit nous servir d’avertissement. » Les Géorgiens ont également fait match nul contre le Danemark (0-0) mais, dans les deux cas, à domicile. Là où les Suisses avaient lancé leur campagne par une victoire 2-0.

Ces débuts à Tbilissi, en mars, sont presque une incongruité en cette année 2019 qui a vu Petkovic à chaque fois – sauf dans l’ancienne république soviétique – miser sur une défense à trois. Difficile d’imaginer le Mister ne pas poursuivre sur la même voie, nonobstant l’absence sur blessure de Fabian Schär.

Il est ainsi probable de voir Ricardo Rodriguez glisser dans l’axe et laisser le couloir gauche à Loris Benito, titulaire dans l’exigeante Ligue 1 avec Bordeaux et pour la première fois en sélection dans un match à enjeu, en septembre dernier à Sion contre Gibraltar (4-0).

Remaniement contraint

Le reste de la composition est plus compliqué à anticiper, Valdimir Petkovic devant faire face aux défections de plus d’une demi-douzaine de potentiels titulaires (Schär, Shaqiri, Mehmedi, Zuber, Embolo, Drmic, Freuler et Gavranovic). Un important vide qui concerne principalement le secteur offensif, ce qui pourrait pousser le sélectionneur à aligner cinq et non pas quatre hommes au milieu de terrain.

Dans un tel cas de figure, Djibril Sow possède de réelles chances de commencer la partie aux côtés de Xhaka et Denis Zakaria, après une excellente acclimatation en Bundesliga avec Francfort. Devant, il est possible d’imaginer un duo Seferovic (indiscutable) – Ajeti, ou encore une titularisation d’Edimilson Fernandes en tant que faux meneur de jeu.

Quoi qu’il en soit, ce sera une équipe de Suisse fortement remaniée, par la force des choses. « Nous avons suffisamment de qualités dans le groupe pour remplacer les absents », affirme Manuel Akanji. « Nous sommes habitués, depuis les sélections juniors, à ne jouer ensemble que tous les deux ou trois mois », ajoute Loris Benito, convaincu que les automatismes sont rodés.

24 sur 28

Et la Suisse, surtout, est devenue une habituée de ce type de rencontres au cours desquelles elle échouait si souvent par le passé. Depuis les éliminatoires du Mondial 2014, elle a disputé vingt-huit matches contre des adversaires plus modestes, issus des chapeaux 3 à 6. Pour un magnifique bilan de vingt-quatre succès, contre trois nuls et une défaite!

Pour le plaisir, enfin, cette autre réalité. Improbable mais existante: l’équipe nationale pourrait se qualifier dès vendredi soir à Saint-Gall si elle s’impose et que, dans le même temps, le Danemark, à domicile, ne batte pas Gibraltar…

Continuer la lecture

Sport

Volley-ball : attention à l’excès de confiance pour le LUC

Publié

le

Le LUC, célébrant son neuvième titre de champion suisse à Amriswil en avril dernier

Ces dernières saisons, le club lausannois a renoué avec son succès d’antan, enchainant les titres. Un groupe, talentueux, vivant dans l’harmonie, mais qui peu avoir la fâcheuse tendance de se reposer sur son passé et ses qualités. Un défaut qui se ressent en ce début de saison.

Le Lausanne Université Club est en souffrance en Ligue Nationale A. L’équipe de Dorigny ne pointe qu’au septième rang du classement avec six unités, c’est autant que Näfels et Lucerne qui ont joué un match de moins.

Sans langue de bois, Pierre-André Leuenberger fait part de son hypothèse au moment d’expliquer ce parcours en dents de scie. On écoute le président du LUC :

Pierre-André Leuenberger
Président du LUC
Pierre-André Leuenberger Président du LUC

Une question peut également être soulevée : les épaules de Jonas Jokela tiendront-elles sous la pression cette saison ? Arrivé cet été au Lausanne Université Club, l’oppo finlandais doit assumer un rôle délicat : celui de remplaçant de Kvalen, parti en Belgique à l’entre-saison.

Jonas Jokela est toujours, à l’instar de sa nouvelle équipe, en plein rôdage en ce début de championnat délicat. Pierre-André Leuenberger :

Pierre-André Leuenberger
Président du LUC
Pierre-André Leuenberger Président du LUC

Lausanne retrouvera le championnat ce samedi 16 novembre. Gros défi en perspective chez le leader Amriswil, toujours invaincu cette saison.

 

 

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Federer déjà dos au mur à Londres

Publié

le

Federer a manqué son affaire face à Thiem (©KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT)

Roger Federer (no 3) est déjà dos au mur dans le Masters ATP de Londres.

Le Bâlois s’est incliné 7-5 7-5 devant Dominic Thiem (no 5) dans le deuxième match du groupe Björn Borg. Il se mesurera donc à Matteo Berrettini (no 8) mardi, avant de défier Novak Djokovic (no 2) jeudi.

C’est la cinquième fois que le sextuple vainqueur de l’épreuve s’incline lors de son entrée en lice dans les « ATP Finals », en 17 participations désormais. Il a notamment subi la loi de Kei Nishikori l’an dernier pour son premier match, ce qui ne l’avait pas empêché d’atteindre le dernier carré pour la…15e fois.

Mais la donne n’est pas tout à fait la même. Roger Federer devra aller chercher son ticket de demi-finaliste jeudi face à Novak Djokovic, qui prendrait certainement un malin plaisir à mettre son rival bâlois hors-jeu. Et il n’aura déjà pas le droit à l’erreur mardi face au « rookie » Matteo Berrettini.

L’homme aux 20 titres du Grand Chelem, qui avait successivement battu… Dominic Thiem et Kevin Anderson pour décrocher sa qualification l’an passé, a en outre manqué son affaire dimanche soir. Incapable de prendre l’échange à son compte, il a trop souvent subi les assauts d’un Dominic Thiem très agressif.

Dans un jour sans, Roger Federer n’a jamais paru en mesure d’inverser la tendance. Même lorsqu’il s’est procuré une balle de break à 2-1 dans le deuxième set. Dominic Thiem l’a effacée avec panache, et a profité d’une nouvelle baisse de régime du Bâlois pour faire la différence à 5-5 en signant un break « blanc ».

Roger Federer a certes bénéficié de deux nouvelles balles de break dans l’ultime jeu de cette partie. Mais Dominic Thiem a là aussi su serrer sa garde, malgré une certaine nervosité. L’Autrichien a pu conclure sur sa deuxième balle de match, s’offrant son troisième succès de l’année en trois duels livrés face au Maître.

L’exemple de 2007

Rien n’est perdu pour Roger Federer, qui n’a toutefois remporté qu’une seule fois le titre au Masters en ayant perdu son premier match, en 2007. Il avait alors subi la loi de Fernando Gonzalez, concédant sa première défaite dans le cadre du Round Robin après ses 15 succès obtenus dans ses cinq premières participations.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Calme, patience et une oreille attentive de votre part seront nécessaires pour vous éviter des réclamations de votre chéri/e.

Publicité

Les Sujets à la Une

X