Rejoignez-nous

Sport

Triathlon : sixième titre européen pour Nicola Spirig

Publié

,

le

Nicola Spirig est bel et bien l’une des plus grandes triathlètes de l’Histoire. La Zurichoise de 36 ans a signé un superbe exploit pour s’adjuger son 6e titre européen à Glasgow.

Revenue en boulet de canon sur son vélo alors qu’elle comptait plus de quarante secondes de retard, la championne olympique de Londres en 2012 n’a laissé aucune chance à ses rivales à la course, à commencer par la tenante du titre Jessica Learmonth. La 3e place est allée à la Française Cassandre Beaugrand.

Et pourtant la Zurichoise, maman de deux jeunes enfants, n’a pas réalisé un excellent parcours en natation. Mais elle se connaît et son expérience lui a permis de ne pas paniquer. Sortie de l’eau avec 46 secondes de retard sur Learmonth et Beaugrand, Spirig a emmené un petit peloton sur son porte-bagages. Mais la citoyenne de Bülach va vite se retrouver seule en raison d’une chute derrière elle qui va mettre cinq filles à terre.

Très à l’aise sur son vélo, elle a opéré la jonction avec les deux femmes devant elle avant de porter une attaque qui va être fatale à la toute jeune Tricolore. Et après une transition vélo/course à pied impeccable, la fusée Spirig a pu distancer inexorablement sa rivale britannique.

« J’ai ressenti des petites crampes, mais je me sentais bien, a déclaré la patronne du triathlon européen au micro de la RTS. Je ressens pas mal d’émotion en ce moment. Même si c’est la sixième médaille d’or aux Championnats d’Europe, elle demeure spéciale. Je pense à tout le travail de mon équipe, en particulier mon mari Reto (réd: Hug, un ancien triathlète). Je pense aussi à mes enfants. Sans leur soutien, je n’aurais pas pu le faire. »

 

(KEYSTONE-ATS / TI-PRESS / PHOTO : SAMUEL GOLAY)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Volley-ball : jour de fête mercredi à Lausanne

Publié

le

Habitués aux objectifs nationaux élevés, le Lausanne Université Club n’aura rien à perdre en 16èmes de finale de CEV Cup. Il sera opposé au club italien de Trentino.

C’est une affiche royale qui attend le public vaudois, à Dorigny. Dans le cadre des 16èmes de finale de CEV Cup, la deuxième catégorie européenne, le Lausanne Université Club défiera l’un des cadors européens.

En marge de cette rencontre de prestige,  le directeur technique du LUC Georges-André Carrel revient sur les plus beaux souvenirs européens qui l’ont marqué, en tant qu’entraineur de la formation lémanique :

Georges-André Carrel Directeur technique du LUC

Quatre championnats d’Italie, autant de coupes du monde des clubs et trois CEV Cup… tel est le palmarès non exhaustif du futur adversaire des Universitaires. Ces derniers partiront au combat avec un seul leitmotiv : s’amuser et prendre du plaisir dans leur salle. Georges-André Carrel :

Georges-André Carrel Directeur technique du LUC

Lausanne-Trentino, coup d’envoi de la partie à 20h.

Continuer la lecture

Sport

Football : la Suisse renverse la Belgique

Publié

le

La joie des Suisses (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L’équipe de Suisse tient son exploit. A Lucerne, elle a battu la Belgique 5-2 après avoir été menée 0-2. Elle a décroché son billet pour le Final Four de la Ligue des nations en juin 2019 au Portugal.

Cette qualification efface en partie l’élimination sans gloire en huitièmes de finale de la dernière Coupe du monde. Elle légitime enfin le discours du sélectionneur et de ses joueurs qui n’ont cessé de clamer que cette équipe de Suisse était capable de rivaliser avec les meilleures formations au monde. Ils en ont enfin apporté la preuve.

Cette victoire porte la griffe de Xherdan Shaqiri, le maître à jouer qui fut dans un grand soir, mais aussi celles des trois Champions du monde M17: Ricardo Rodriguez, Granit Xhaka et l’homme du match Haris Seferovic avec un but inscrit du gauche, un deuxième du droit et un troisième de la tête. Le coaching de Vladimir Petkovic a également pesé lors de cette soirée. Le passage à une défense à trois en première période a sans doute aidé son équipe à prendre les commandes de la partie.

Un scénario complètement fou

0-2 à la 17e, 3-2 à la 44e: le scénario de la première mi-temps fut complètement fou. Alors qu’elle semblait au tapis pour le compte après le doublé de Thorgan Hazard, la Suisse a trouvé des ressources insoupçonnables pour renverser le cours de la partie et pour conserver l’espoir d’une qualification. Quatre jours après avoir été incapable de trouver l’ouverture face au Qatar, la formation de Vladimir Petkovic pouvait inscrire trois buts à l’équipe qui figure à la première place du classement FIFA et dont la cage est défendue par le gardien du Real Madrid. Le football est bien « le » sport qui peut parfois échapper à toute logique.

Cette « remontada » improbable, la Suisse la doit dans un premier temps à un penalty quelque peu généreux accordé pour une faute de Thibaut Courtois sur Kevin Mbabu. Ricardo Rodriguez le transformait à la 26e pour au moins, croyait-on, préserver l’honneur. Mais le 2-2 de Haris Seferovic à la 31e devait changer la donne. A la conclusion d’une action superbe – ouverture de Rodriguez et déviation de la tête de Xherdan Shaqiri -, Haris Seferovic a voulu signifier que l’impossible pouvait être possible. Et juste avant la pause, le Lucernois signait le doublé sur une rupture fantastique qui doit beaucoup à la clairvoyance d’Edimilson Fernandes. A 3-2, la peur avait gagné les rangs des troisièmes de la dernière Coupe du monde!

Le but de la qualification pour Elvedi

A la reprise, la Suisse témoignait du même allant, de ce souffle que l’on aurait tellement voulu voir à Saint-Pétersbourg lors du funeste huitième de finale de la Coupe du monde contre la Suède. A la 52e, Nico Elvedi surgissait dans le rond central pour offrir un véritable « caviar » que Seferovic ne pouvait exploiter.

Dix minutes plus tard, le Zurichois gommait son incroyable bévue de l’ouverture du score en coupant un centre de Shaqiri pour le 4-2. Le but de la qualification. Le défenseur de Mönchengladbach a choisi le bon moment pour ouvrir son compteur en équipe nationale. A la 84e minute, Seferovic signait le triplé. Le buteur de Benfica reprenait de la tête un centre de Mbabu pour classer cette fois définitivement l’affaire.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : ENNIO LEANZA)

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : les Lions toujours sur leur nuage

Publié

le

Dimanche après-midi, lors du traditionnel lancé de peluches, Lausanne a réalisé une nouvelle fois réalisé une performance de choix. Cette fois, c’est Berne qui a subi la loi du LHC.

 

Le Lausanne Hockey Club continue d’impressionner en National League. Huitième succès consécutif décroché par les Lions dimanche après-midi face au CP Berne.

Cette victoire, acquise 4 buts à 1, s’est principalement dessinée en fin de premier tiers-temps à Malley 2.0., puisque quatre réussites ont été inscrites entre la 16ème et la 20ème minute de jeu. Auteur d’un doublé, Cory Emmerton a parachevé l’œuvre vaudoise dans le dernier acte à la 48ème…

Ecoutez la satisfaction de l’attaquant du LHC Christoph Bertschy après la rencontre :

Christoph Bertschy Attaquant du LHC

Grâce à cette nouvelle victoire, Lausanne poursuit sa progression au classement du championnat et rejoint le leader biennois avec 37 points. Le LHC a cependant joué un match de plus que la formation seelandaise.

Continuer la lecture

Sport

Basket-ball : l’éternel combat financier des Foxes

Publié

le

Depuis la remontée du BBC Lausanne dans l’élite, le club vaudois (qui vit sa deuxième saison comme « fusion » entre Lausanne et Pully) fait avec les moyens du bord. Une situation parfois délicate à gérer pour son entraineur Randoald Dessarzin.

La frustration est toujours de mise pour les Pully-Lausanne Foxes. Même si les finances se portent mieux depuis la fusion des deux équipes, l’équilibre n’a pas encore été trouvé.

Certains secteurs au sein du club vaudois manquent de professionnalisme. Des secteurs pourtant essentiels au bon développement d’une équipe de basket. Randoald Dessarzin, coach de l’équipe :

Randoald Dessarzin Coach des Pully-Lausanne Foxes

Côté sportif, le prochain match de SB League s’annonce déséquilibré sur le papier pour les Foxes, même si ces derniers ont fait le plein de confiance après une victoire obtenue contre les Bâlois de Starwings.

Dimanche, c’est Union Neuchâtel qui attendra son voisin romand. Un adversaire d’un tout autre calibre :

Randoald Dessarzin Coach des Pully-Lausanne Foxes

Union-Neuchâtel face contre Pully-Lausanne, un duel qui se disputera donc dimanche à la Halle de sport de la Riveraine. Coup d’envoi à 16h.

 

 

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Federer dans le dernier carré du Masters

Publié

le

Federer est en demi-finale du Masters (©KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Roger Federer figure pour la 15e fois dans le dernier carré du Masters ATP, en 16 participations.

Le no 3 mondial, qui a validé son ticket en 38′ jeudi en remportant un sixième jeu synonyme de gain du premier set face à Kevin Anderson, termine même en tête du groupe Lleyton Hewitt grâce à sa belle victoire obtenue devant le Sud-Africain (6-4 6-3).

L’inquiétante défaite subie dimanche dernier dans l’O2 Arena de Londres face à Kei Nishikori aura donc été sans conséquence pour Roger Federer. Dominic Thiem, qui avait quant à lui perdu ses deux premiers matches, avait il est vrai grandement facilité la tâche du Bâlois en dominant Kei Nishikori 6-1 6-4 l’après-midi.

Roger Federer savait ainsi parfaitement à quoi s’en tenir après le duel Thiem-Nishikori. Pour devancer l’Autrichien au pourcentage de jeux gagnés, le sextuple lauréat du Masters devait marquer cinq jeux s’il en perdait douze au total (pour une défaite 6-2 6-3 par exemple) ou six s’il en concédait au moins treize (7-5 6-1 par exemple).

Sa situation aurait pu être plus délicate si Dominic Thiem (26 sets gagnés, 30 perdus) avait dominé plus nettement encore Kei Nishikori, lequel n’avait inscrit qu’un jeu mardi face à Kevin Anderson. Un Kevin Anderson qui a pour sa part composté son billet pour les demi-finales lorsque l’Autrichien a empoché le premier set de son affrontement avec le Japonais.

Avec la défaite du Japonais, Roger Federer (21 jeux gagnés, 18 perdus après deux matches) était par ailleurs assuré de remporter son groupe en cas de victoire face à Kevin Anderson. Libéré par une qualification qu’il savait acquise, peut-être motivé par la perspective d’éviter vraisemblablement un duel avec Novak Djokovic en demi-finale, le Bâlois a pris une belle revanche sur la défaite mortifiante subie en quart de finale à Wimbledon cet été.

Battu 13-11 au cinquième set sur le gazon londonien après avoir manqué une balle de match, Roger Federer n’a cette fois-ci pas flanché. Tout ne fut certes pas parfait. Comme il en a pris la fâcheuse habitude, il n’a ainsi pas pu conserver le break réalisé dans le septième jeu du premier set, cédant lui-même son engagement dans la foulée.

Mais le Bâlois a réussi de très belles choses, comme ce somptueux enchaînement amortie de coup droit-passing de revers gagnant qui lui a permis d’égaliser à 3-3 dans la manche initiale. Et il a parfaitement négocié les moments chauds: il a ainsi conclu le premier set en gagnant cinq points consécutifs, après avoir dû écarter trois balles de break d’affilée.

Roger Federer a en outre maîtrisé son sujet dans la deuxième manche, au cours de laquelle il n’a perdu que 4 points sur son service. Il a remporté les quatre derniers jeux en signant deux nouveaux breaks au passage, face à un joueur qui n’avait pas dû faire face à la moindre balle de break dans ses deux premiers matches.

 

(KEYSTONE-ATS / EPA / PHOTO : ANDY RAIN)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Quel que soit votre objectif, vous parvenez toujours à vos fins. Attention cependant à ne pas en faire trop au risque de ne plus être crédible.

Publicité

Les Sujets à la Une

X