Rejoignez-nous

Sport

Ligue des champions: l’Europe est Red

Publié

,

le

Après six finales consécutives perdues dans différentes compétitions, Jürgen Klopp tient enfin un trophée entre les mains (©KEYSTONE/AP/MANU FERNANDEZ)

Le FC Liverpool a gravi l’Europe pour la sixième fois de son histoire.

Les Reds ont remporté 2-0 contre Tottenham, grâce à un frustrant penalty de Salah qui fera parler et un but d’Origi à la 87e, une finale de la Ligue des champions qui n’a pas du tout été l’explosion émotionnelle que beaucoup fantasmaient.

Alors oui, Liverpool, troisième club le plus titré de la C1 après le Real Madrid (13) et l’AC Milan (7), fait un beau champion. Un champion pour lequel il est difficile de ne pas éprouver une véritable sympathie, tant son manager est attachant et tant plusieurs joueurs – à commencer par la triplette Salah-Firmino-Mané – ont souvent contribué à l’emballement des coeurs, y compris des non-supporters reds. Mais, il y a un mais…

Difficile en effet de ne pas ressentir une pointe d’amertume, comme une déception devant une fusée d’artifice qui retombe sans avoir coloré le ciel. Parce que cette finale entre deux formations capables de renverser la table – le Barça et l’Ajax, improbables victimes des demi-finales en savent quelque chose – devait être la conclusion grandiose de ce qui est à n’en pas douter la saison la plus folle de l’histoire moderne de cette compétition: une apothéose. Ce que, du point de vue des émotions provoquées, elle n’a pas été.

La « faute » en revient principalement à Jürgen Klopp, trop échaudé par les six défaites consécutives dans des finales qu’il trimbalait avec lui à Madrid pour jouer avec le feu. Le coach allemand est peut-être réputé pour son football « heavy metal », il n’en est pas pour autant moins un fin tacticien.

La main de la discorde

Les faits étaient là dès le début: Liverpool est une équipe intrinsèquement supérieure à Tottenham, en témoignent les… vingt-six points d’écart entre les deux clubs cette saison en Premier League. Les Reds n’avaient aucun intérêt à permettre à l’irruption de l’irrationnel sur le terrain du Metropolitano et ils ne l’ont pas fait.

Aidé par la décision de l’arbitre d’accorder un penalty pour une faute de main polémique de Sissoko après 24 secondes de jeu seulement (!), Liverpool s’est lové au chaud derrière l’ouverture du score de Mohamed Salah après 1’54. L’Egyptien, « sorti » par une intervention de Sergio Ramos contre le Real Madrid l’an passé, a signé le deuxième but le plus rapide d’une finale de C1 après celui de Paolo Maldini contre… les Reds en 2005 (50 »).

La capacité du collectif de Klopp à fermer les espaces et à presser ont fait le reste: à savoir briser les élans londoniens. Rien ne peut occulter cette vérité: Tottenham n’a pas eu une seule occasion franche jusqu’à une tête non cadrée d’Alli à la 79e qui a été suivie par deux tirs de Son et Lucas (80e) et un coup franc d’Eriksen (85e), tous repoussés par Alisson qui, donc, n’est pas Loris Karius, le « gaffeur » de la finale 2018. Trois arrêts déterminants salués par une frappe croisée létale d’Origi.

Ainsi, comme les cinq derniers bizuths-finalistes (Valence en 2000, Leverkusen en 2002, Monaco en 2004, Arsenal en 2006 et Chelsea en 2008), les Spurs sont repartis comme ils étaient venus: la vitrine vide.

Shaqiri dans l’histoire suisse

Et Xherdan Shaqiri, dans tout ça? Comme en 2013, alors qu’il évoluait à Bayern Munich, le Bâlois n’a pas eu le privilège d’entrer en jeu. A Wembley, voici six ans, l’attaquant avait rejoint Stéphane Chapuisat et Ciriaco Sforza dans le club très exclusif des Suisses champions d’Europe. A Madrid, il est devenu le premier joueur du pays à soulever deux fois le plus prestigieux des trophées du football de clubs.

Shaqiri – aligné trois fois cette saison en C1, dont 89 minutes de la folle demi-finale retour contre le Barça (4-0) – ne rejoindra sa sélection que mardi au Portugal. Peut-être saura-t-il entretenir son euphorie pour briller dans le Final Four de la Ligue des Nations.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Tennis : Wawrinka bat Medvedev et se hisse en quart de finale

Publié

le

Stan Wawrinka célèbre après sa victoire contre Daniil Medvedev à l'Open d'Australie. (AP Photo/Andy Brownbill)

Stan Wawrinka n’oubliera jamais sa 300e victoire sur le Circuit, obtenue face à Daniil Medvedev (no 4) en 8e de finale de l’Open d’Australie. Elle restera comme l’une des plus belles.

Fort comme jamais, le Vaudois s’est hissé en quart de finale à la faveur de son succès en cinq sets, 6-2 2-6 4-6 7-6 (7/2) 6-2, devant le Russe après 3h25′ de match. Son prochain adversaire mercredi sera le vainqueur de la rencontre entre Alexander Zverev (no 7) et Andrey Rublev (no 17).

Face à un joueur qui était considéré comme l’un des favoris du tournoi aux côtés du « Big Three », Stan Wawrinka a signé sa plus belle victoire depuis son retour au jeu il y a deux ans après sa double opération au genou gauche. Porté par un service remarquable, avec 19 aces et 69 % de réussite en première balle, protégé par ce revers qui demeure l’un des plus létaux au monde, il fut le plus entreprenant sur le court pour signer un succès qui ne souffre aucune discussion et qui doit lui faire croire que tout est désormais à nouveau possible pour lui à Melbourne. 2020 peut rimer avec 2014, l’année du premier de ses trois sacres en Grand Chelem.

« La victoire de Stan est celle du courage, lâche son coach Magnus Norman. Il est allé la chercher. Il a commencé cette rencontre d’une manière idéale avant d’être un peu trop passif à mon goût aux deuxième et troisième sets. Dans les deux dernières manches, il a joué beaucoup plus près de la ligne. Il faut prendre tous les risques pour battre l’un des quatre meilleurs joueurs du monde. Stan en a apporté la démonstration aujourd’hui. »

Défenseur exceptionnel, Daniil Medvedev a fini par plier sous la violence des frappes de Stan Wawrinka. Mené deux manches à une, le Vaudois a su élever le niveau de son jeu pour renverser la situation. Son niveau de jeu sur la fin du quatrième set et au début de la dernière manche fut exceptionnel. On peut se demander si Stan Wawrinka, qui aura bientôt 35 ans, a déjà mieux joué au tennis que ce lundi sur la Melbourne Arena.

Continuer la lecture

Sport

NBA: Kobe Bryant décède dans un accident

Publié

le

Kobe Bryant avait disputé son dernier match en avril 2016 (©KEYSTONE/AP/JAE C. HONG)

La NBA, les Etats-Unis et le monde du sport sont sous le choc: un des plus grands champions de l’histoire du basket Kobe Bryant est mort dimanche à 41 dans un accident d’hélicoptère.

Bryant, quintuple champion NBA avec les Lakers, son club de toujours, est décédé dimanche matin dans le crash de son hélicoptère survenu à Calabasas dans le sud de la Californie, selon la maire de la ville et le gouverneur de la province, qui ont confirmé le décès quelques heures après son annonce par le site américain d’actualités sur les célébrités TMZ.

D’après TMZ, le basketteur, père de quatre enfants, était à bord de son hélicoptère privé lorsque celui-ci est brusquement tombé, avant de s’enflammer.

« Il n’y a pas eu de survivant… Il y avait neuf personnes à bord de l’appareil, le pilote et huit personnes », a annoncé Alex Villanueva, le shériff du comté de Los Angeles, lors d’un point presse. Une des filles de Kobe Bryant fait partie des victimes, a indiqué le maire de Los Angeles Eric Garcetti. La cause de l’accident n’est pour l’heure pas connue.

Hommages

« C’est une terrible nouvelle! », a tweeté dimanche le président américain Donald Trump. Quelques minutes plus tard, son prédécesseur à la Maison Blanche Barack Obama, grand amateur de basket, a salué sur le même canal une « légende » des parquets avant d’envoyer ses « prières » à la famille endeuillée.

« La famille NBA est dévastée », a réagi la Ligue nord-américaine de basket par la plume de son patron Adam Silver, au diapason des plus grandes vedettes du sport-roi aux Etats-Unis.

« Je n’ai pas de mots pour exprimer ma douleur », a tweeté Shaquille O’Neal, qui fut son équipier à Los Angeles au début des années 2000, avant de partir pour Miami, brouillé avec lui. « JE SUIS MALADE », a insisté l’ex-Laker.

« C’était le plus grand Lakers de tous les temps », a estimé la légende NBA Magic Johnson, qui l’a précédé sous le maillot jaune de l’équipe de Los Angeles. Le Français Tony Parker a pour sa part « le coeur brisé ».

24 secondes de silence

Quelques minutes après l’annonce de sa mort, NBA TV a bouleversé ses programmes pour déjà évoquer sa mémoire. Après concertation entre joueurs, franchises et la NBA, toutes les rencontres de dimanche ont été maintenues en observant 24 secondes de silence, en hommage au numéro de son dernier maillot chez les Lakers.

« Tous leurs joueurs ont grandi en rêvant de devenir un jour comme lui, ou comme Michael Jordan avant lui. On parle de cette génération de joueurs marqués par cette icône qui semble être partie trop tôt. C’est difficile », a estimé l’ancien entraîneur Stan Van Gundy sur la chaîne officielle de l’instance.

Sur les réseaux sociaux, le tsunami d’émotions n’a fait que commencer, effaçant les critiques sur son individualisme et son arrogance qui ont jalonné sa carrière.

Collectionneur de records

Celui qu’on surnommait « Black Mamba » pour son sang froid était l’un des sept joueurs à avoir inscrit plus de 30’000 points durant sa carrière et une des idoles de LeBron James, qui l’a dépassé samedi à la 3e place du classement des meilleurs marqueurs de la NBA, lors de la défaite des Lakers à Philadelphie.

« Kobe était immortel offensivement du fait de son aptitude (à beaucoup marquer). Et me voilà ici à Philadelphie, portant le (même) maillot des Lakers. L’univers provoque parfois de ces choses… Ce n’est pas censé avoir un sens, mais voilà, cela arrive tout simplement », avait déclaré samedi soir « LBJ », ému, après la rencontre jouée dans la ville de Pennsylvannie où Bryant a vu le jour le 23 août 1978.

Sur le plan financier également, sa carrière a été exceptionnelle: égérie de Nike, qui l’avait soutenu malgré une accusation de viol en 2003 soldée par un accord loin des tribunaux, Bryant, joueur le mieux payé de la planète, a accumulé pas moins de 323,3 millions de dollars de salaire (313 millions de francs), dont 25 millions lors de sa dernière saison.

Retraité des parquets depuis avril 2016 après vingt saisons à tutoyer les cimes du basket mondial comme peu l’ont fait avant lui, le natif de Philadelphie est le seul à avoir ses deux maillots, aux numéros 8 et 24, accrochés au plafond du Staples Center, en compagnie des autres légendes de la franchise, tels Magic Johnson, Kareem Abdul Jabbar ou encore Shaquille O’Neal.

Le décès de celui qui a également glané deux médailles d’or olympiques en 2008 et 2012 avec Team USA, intervient 25 jours après la mort de David Stern, l’ancien « commissionner » de la NBA qui l’avait fait prospérer et devenir une marque mondiale. Et qui avait compris que le basket américain deviendrait populaire comme jamais, grâce à des génies comme Kobe.

Continuer la lecture

Sport

Yule gagne le slalom de Kitzbühel

Publié

le

Une magnifique victoire pour Daniel Yule (©KEYSTONE/AP/FP)

Daniel Yule (26 ans) a fêté sans doute le plus beau succès de sa carrière. Le Valaisan s’est imposé dans le mythique slalom de Kitzbühel, pour signer son troisième succès de l’hiver.

C’est le premier Suisse à remporter le slalom dans la station autrichienne. Deuxième après la première manche, Yule n’a pas craqué en finale. Il l’a emporté devant l’Autrichien Marco Schwarz (à 0 »12) et le Français Clément Noël (à 0 »37), vainqueur l’an dernier.

« C’est incroyable, gagner ici était un rêve », a déclaré Yule devant les caméras de la télévision. « Même si ce n’est pas la descente, s’imposer à Kitzbühel est quelque chose de magnifique. Il n’y a que des grands noms dans la liste des vainqueurs », a poursuivi le Valaisan.

Daniel Yule, avec cette nouvelle victoire, occupe la deuxième place du classement du slalom avec 435 points. Il accuse 17 longueurs de retard sur Kristoffersen avant le rendez-vous de Schladming mardi en nocturne.

Etonnant leader après le premier parcours avec le dossard no 34, le Norvégien Lucas Braathen a terminé au quatrième rang à 0 »49, à égalité avec son compatriote Henrik Kristoffersen.

Reto Schmidiger a terminé dans le top 10 avec un bon neuvième rang à 0 »79 de Yule. Il a bien progressé après son 18e rang au terme de la manche initiale. Ramon Zenhäusern a pour sa part dû se contenter du onzième rang à 0 »93. Excellent dixième à mi-parcours, le Genevois Tanguy Nef a malheureusement été éliminé lors de la seconde manche.

Continuer la lecture

Sport

Football : SLO battu pour son retour à la compétition

Publié

le

Le néo-promu est encore en rodage, pas assez « méchant » à la finition. Aarau a su profiter de l’occasion, en comptant sur ces éléments expérimentés pour remporter trois points importants dans ce match du bas de classement de Challenge League.

Une rentrée manquée pour le FC Stade-Lausanne Ouchy. À l’occasion de sa première rencontre de Challenge League en 2020, le club vaudois a été battu 2-0 par le FC Aarau. C’était samedi soir au Centre sportif de Colovray.

Markus Neumayr a frappé à deux reprises en seconde période face à un SLO peu dangereux, et peut-être victime d’erreurs d’arbitrage aux lourdes conséquences. Andrea Binotto, entraîneur de l’équipe :

Andrea Binotto
Entraineur du SLO
Andrea Binotto Entraineur du SLO

Stade-Lausanne figure donc toujours au huitième rang de Challenge League après ce dixième revers concédé cette saison.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Federer bat Millman au bout du suspense

Publié

le

Roger Federer a dû batailler pendant plus de 4 heures pour venir à bout de Millman. (EPA/LUKAS COCH)

Roger Federer s’est qualifié pour les huitièmes de finale de l’Open d’Australie au terme d’un match de folie long de 4h03′ devant l’Australien John Millman (ATP 47).

Le Bâlois s’est imposé 4-6 7-6 (7/2) 6-4 4-6 7-6 (10/8) après avoir été mené 8/4 dans le Super tie-break.

Dimanche, Roger Federer affrontera le Hongrois Marton Fucsovics (ATP 67).

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

L’ambiance au boulot se dégrade, les relations se détériorent, le salaire ne suit pas. Vous cherchez désormais à changer d’air.

Publicité

Les Sujets à la Une

X