Rejoignez-nous

Sport

Ski alpin : l'or pour Lara Gut-Behrami en super-G, Suter 2e

Publié

,

le

Lara Gut-Behrami a cueilli son 1er titre dans un grand rendez-vous (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Mondiaux de Cortina ont démarré de manière idéale pour la Suisse.

Lara Gut-Behrami a décroché son premier titre dans un grand rendez-vous en devançant Corinne Suter en super-G. Le bronze revient à Mikaela Shiffrin, qui se serait imposée sans une grosse faute sur le bas du parcours.

La 30e tentative fut donc la bonne pour Lara Gut-Behrami, qui prend part à ses neuvièmes joutes internationales (sept Mondiaux, deux JO). L'or s'était toujours refusé à elle sur ses 29 premières courses, alors même qu'elle avait commencé sa moisson aux Mondiaux de Val d'Isère 2009 (argent en descente et en combiné), à 17 ans.

La pression était pourtant extrême sur les épaules de la bombe de Comano, victorieuse des quatre précédents super-G de Coupe du monde. Mais elle n'a pas failli sur un tracé très tournant où il s'agissait avant tout de laisser aller ses skis sans commettre d'erreur, devançant de 0''34 Corinne Suter.

La Tessinoise glane ainsi sa septième médaille dans un grand championnat. Elle s'était jusque-là contentée à trois reprises de l'argent (également en super-G aux Mondiaux 2013) et à trois reprises du bronze (descente aux Mondiaux 2015, super-G aux Mondiaux 2017 et descente aux JO 2014).

Cet or devrait d'ailleurs quelque peu effacer ses immenses déceptions. Comme celles vécues à Sotchi en 2014, où elle avait terminé à 0''10 des championnes olympiques de descente Dominique Gisin et Tina Maze, ou aux JO 2018 de Pyeongchang, où elle avait manqué pour un centième le bronze du super-G.

Corinne Suter a terminé 2e du super-G, offrant un doublé à la Suisse (© KEYSTONE/EPA/ANDREA SOLERO)

Comme à Crans-Montana

En bronze deux ans plus tôt à Are, Corinne Suter décroche quant à elle sa deuxième médaille mondiale consécutive dans la discipline. La Schwytzoise, détentrice du Globe de cristal de super-G, fait ainsi le plein de confiance avant une descente dans laquelle elle aura une médaille d'argent à "défendre".

La Suisse, qui place également Michelle Gisin au 8e rang et Priska Nufer au 13e, n'aurait cependant pas été à pareille fête si Mikaela Shiffrin n'avait pas commis une grosse faute sur le bas du parcours. Impressionnante jusque-là, l'Américaine était plus rapide que Lara Gut-Behrami pour 0''36 au dernier intermédiaire.

La championne du monde 2019 de la discipline échoue à 0''47 de la Tessinoise, première Suissesse sacrée en super-G depuis 1987. La Suisse avait d'ailleurs également signé un doublé pour le premier super-G de l'histoire des Mondiaux à Crans-Montana, où Maria Walliser avait devancé Michaela Figini.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Xavi sera toujours l'entraîneur du FC Barcelone

Publié

le

Xavi reste à la barre du FC Barcelone. (© KEYSTONE/EPA/JUANJO MARTIN)

Après avoir annoncé fin janvier qu'il quitterait son poste à la fin de la saison, Xavi Hernandez sera toujours l'entraîneur du FC Barcelone. Le Barça a officialisé cette nouvelle mercredi.

Comme l'affirmaient ces dernières heures les médias espagnols, le technicien catalan, qui avait prolongé jusqu'en 2025 à l'automne dernier, a accepté d'honorer son contrat, au terme d'une journée de réunions avec son président Joan Laporta et le directeur sportif Deco. L'élimination en quart de finale de la Ligue des Champions et la défaite dimanche à Madrid lors du Clasico face au Real n'ont apparemment refroidi le Champion du monde 2010...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Dembélé et Mbappé trop forts pour Mvogo

Publié

le

Ousmane Dembélé arme sa frappe face à Yvon Mvogo. (© KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA)

Yvon Mvogo n’a rien pu faire ! Malgré toute sa bravoure, le portier de Lorient a été désarmé devant la verve d’Ousmane Dembélé et de Kylian Mbappé qui ont mené le PSG à la victoire 4-1.

En Bretagne, les deux attaquants ont joué au chat et à la souris avec la défense adverse. Ils ont signé chacun un doublé pour signer la victoire qui peut offrir le titre à leurs couleurs. Le PSG sera, en effet, sacré ce mercredi si Monaco ne bat pas Lille en Principauté.

Avant-dernier donc relégable, Lorient n’a pas vraiment existé lors de cette rencontre. Yvon Mvogo n’endosse aucune responsabilité sur les quatre buts encaissés. Le Fribourgeois a empêché que l’addition soit plus lourde encore.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Coupe du monde: Hirscher revient avec les Pays-Bas

Publié

le

Marcel Hirscher réfléchit sérieusement à un retour en Coupe du monde (© KEYSTONE/AP/KERSTIN JOENSSON)

L'ex-numéro un mondial du ski alpin, l'Autrichien Marcel Hirscher (35 ans), a annoncé son retour à la compétition cinq ans après avoir pris sa retraite. Il portera les couleurs des Pays-Bas.

"Je veux surtout avoir l'occasion de participer à des courses pour le plaisir", a-t-il expliqué dans un communiqué de la fédération néerlandaise (NSkiV). C'est en effet sous les couleurs de la nation de sa mère qu'il va désormais concourir.

C'est "un grand honneur", a réagi Frits Avis, directeur technique de la NSkiV, peu habituée à accueillir de telles pointures dans un pays dont le point culminant s'élève à 322 mètres au-dessus du niveau de la mer. "Marcel (Hirscher) est une légende mondiale et une source d'inspiration pour tous les skieurs", a-t-il ajouté.

L'Autriche donne son accord

L'Autriche, où l'ex-skieur jouit d'un statut de rock star, a donné à contrecoeur son aval à sa requête. "Ces derniers jours, nous avons appris que Marcel Hirscher envisageait un retour sur le circuit international", a déclaré le secrétaire général de la fédération autrichienne (ÖSV), Christian Scherer.

"Bien sûr, nous regrettons énormément sa décision de demander un changement de nation pour rejoindre l'instance néerlandaise mais nous l'avons finalement soutenue (...) par estime pour lui" et par esprit sportif, a-t-il ajouté.

Huit gros globes de cristal

Marcel Hirscher avait décidé en septembre 2019 de raccrocher les spatules, las des exigences du haut niveau et de la pression physique endurée depuis son plus jeune âge. Il avait depuis lancé une marque de ski, Van Deer. "Je ne suis plus prêt à en payer le prix", avait alors expliqué le roi du slalom, disant ne plus avoir la motivation nécessaire. Mais début 2022, alors qu'il avait ouvert la mythique descente de Kitzbühel, il avait confié que le ski lui "manquait".

L'Autrichien fait figure de meilleur skieur de l'histoire grâce à ses huit victoires au classement général de la Coupe du monde entre 2012 et 2019, ce que personne n'a réalisé avant lui. Le Luxembourgeois Marc Girardelli s'était arrêté à cinq, l'Autrichienne Annemarie Moser-Pröll à six. Il a également remporté deux titres de champion olympique (slalom et combiné alpin) en 2018 à Pyeongchang (Corée du Sud), cinq titres de champion du monde (trois en slalom, un en combiné alpin et un en slalom géant) et six petits globes (Coupe du monde de la spécialité) de slalom et autant en slalom géant. Il est aussi deux fois champion du monde par équipes, en 2013 et 2015.

Avec 67 victoires de Coupe du monde, il ne lui a manqué que le graal du cirque blanc: la marque du Suédois Ingemar Stenmark, référence absolue chez les hommes avec 86 courses remportées.

Respect et admiration

Impressionnant de perfectionnisme et de régularité, Hirscher n'avait cessé d'élever son niveau au fil des ans, suscitant le respect et l'admiration chez ses adversaires. Dans les mois à venir, il va "se concentrer sur les préparatifs" en vue de la prochaine saison et son niveau va être évalué, a précisé l'instance néerlandaise.

Ce spécialiste des épreuves techniques peut-il revenir au sommet malgré ses 35 ans et cette longue pause? Selon l'entraîneur de l'équipe masculine de l'ÖSV, Marko Pfeifer, cité par l'agence de presse APA, "cela peut aller très vite". En slalom, d'autres se sont illustrés à un âge avancé comme l'Autrichien Mario Matt ou le Suédois André Myhrer, tandis que le Français Johan Clarey avait été sacré vice-champion olympique de la descente à 41 ans.

Depuis la retraite du maître autrichien, le slalom est de loin la discipline la plus indécise du circuit mondial masculin, la seule que ne dispute pas le no 1 mondial suisse Marco Odermatt. Il y a en effet eu quatre vainqueurs différents du globe de la spécialité ces dernières années.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Le LHC relance la série et fait vibrer le cœur des supporters

Publié

le

Les Lions ont relancé la série devant un public plus que conquis. ©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Les Lions ne se laissent pas faire à la Vaudoise Aréna. Les Lausannois se sont largement imposés 5-2 face à Zurich. Ils reviennent à 2-2 dans la série.

Dès les premières minutes de jeu, les Lausannois ont montré qu'ils en voulaient. Mais c'est Zurich qui s'est montré le plus dangereux. Il a fallu se battre pour arriver à construire quelque chose.

En powerplay, les Lions se sont fait une belle frayeur en laissant Justin Sigrist s'échapper. Le Zurichois a tenté un tir, Connor Hughes a dit non. Le LHC ouvrira finalement le score juste après cette phase de supériorité numérique. Une très bonne récupération dans la zone défensive a permis aux Lausannois d’aller poser leur jeu avant que le dernier Zurichois n’ait eu le temps de venir se placer pour défendre. Makai Holdener a fait le job pour avancer et passer à Ronalds Kennins qui a ensuite pu servir Andrea Glauser, qui arrivait derrière lui, au centre. Le défenseur a armé un excellent tir pour tromper Simon Hrubec (14e, assists: Ronalds Kennins et Makai Holdener).

Lausanne au top

À partir de là, on a senti que les Lausannois ont élevé leur jeu. Même si le powerplay dont ils bénéficiaient encore en début de seconde période n’a rien donné, ils ont su être patients. Et à la 25e, après une tentative de Damien Riat, c'est Robin Kovacs qui a creusé l'écart une première fois. Jason Fuchs a servi le Suédois sur la droite et celui-ci a directement renvoyé en direction du but (assists: Jason Fuchs et Lukas Frick).

Lausanne et deux longueurs d’avance, il n’en fallait pas plus aux Zurichois pour se relancer. Les ZSC Lions ont réduit l'écart à la 32e sur une très belle action. Le Top Scorer Sven Andrighetto, sur la droite de la cage, a passé le puck sur la gauche à Denis Mangin. Celui-ci a renvoyé sur la droite et Rudolfs Balcers était présent pour finir le travail (32e). Une séquence qui a demandé à Connor Hughes de changer rapidement ses appuis de côté. Trop rapidement. Le gardien lausannois n’a rien pu faire au moment de la dernière passe.

On parle cependant bien d’un duel de Lions. Et des Lions enfermés dans une patinoire en feu, ça rend coup sur coup. Les Lausannois ont immédiatement rétorqué avec un but simplement splendide de Tim Bozon (34e, assists: Michael Raffl et Lawrence Pilut). Dans sa course en direction de la cage, l’international français a tiré. Simon Hrubec n’a quasi pas bougé. Et le puck est passé par le tout petit espace concédé par le gardien zurichois entre la glace et sa jambière. Quand on dit que ce sport est une question de détails!

Malheureusement, après les hauts, il y a souvent les bas. Quelques minutes plus tard Tim Bozon s’est vu pénalisé pour dureté excessive. Et puis Cody Almond a pris 4 minutes de punition pour crosse haute, réduisant le LHC à 3 contre 5 pendant un temps. Autant dire que chaque dégagement hors de la zone offensive zurichoise était célébré comme un but décisif par les 9’600 spectateurs de la Vaudoise Aréna. On notera aussi l’incroyable sauvetage d’Andrea Glauser, juste devant le but. Mais lorsque l'on demande au défenseur s'il est plus fier de l'ouverture du score ou de cette action, il esquive et remets le focus sur l'équipe.

Patinoire en feu

Les Lions ont enfoncé le clou dans le troisième tiers. Alors que Denis Malgin avait été envoyé sur le banc des pénalités pendant 4 minutes, pour crosse haute là aussi, le LHC est allé chercher ce but en powerplay. Jiri Sekac, sur une bonne passe de Ken Jäger, a pu s’avncer vers la cage. Il n’a pas laissé de temps à Reto Schäppi et Mikko Lethtonen, qui convergeaient l’un vers l’autre, de bien se placer devant le but pour contrer son tir en pleine lucarne (51e, assists: Ken Jäger et Antti Suomela.

La Vaudoise Aréna s’est embrasée. Quand toutes les sections de la patinoire se mettent à sautiller et à faire la ola, on sait que rien ne peut plus atteindre les Lausannois, qu’ils soient en tribune ou sur la glace. Pas même un deuxième but zurichois. C’est dans une indifférence presque totale que Denis Hollenstein a tenté de réduire le score (58e, assists: Simon Bodenmann et Reto Schäppi).

Le 5e but lausannois a enfin été marqué par Cody Almond. Après avoir intercepté le puck au milieu de la zone offensive zurichoise, il l’a presque maladroitement dégagé. Et la rondelle a fini sa course dans la cage vide. Le LHC signe ainsi un très beau succès.

Des ajustements, toujours des ajustements

On l'a déjà répété plusieurs fois, durant les playoffs, on ajuste de petites choses, matchs après matchs. Avant la rencontre, John Fust nous a confié qu'avoir un jour de plus entre les matchs (comme ça a été le cas entre l'Acte III et IV) peut faire toute la différence dans les playoffs. "On a le temps de guérir, de respirer. Les coachs aussi de travailler sur les tactiques", développe le directeur sportif.

Une chose qui pose encore et toujours quelques soucis au Lausanne HC, c'est le powerplay. Ce n'est pas nouveau, mais cela devient essentiel dans les phases éliminatoires.

Mais, lorsque l'on enchaîne les matchs toutes les 48h, est-il vraiment possible d'améliorer ce powerplay?

Dans cette série, les Lausannois ont par deux fois eu un passage à vide. À chaque fois, il a été question de 2 minutes pendant lesquelles ils ont encaissé deux buts. Des petites erreurs qui coûtent cher. Ce mardi, le scénario ne s'est pas répété. Comment Jason Fuchs analyse-t-il cela? Les Lions ont-ils réussi à jouer 60 minutes?

Les Lions restent sereins, calmes. "La pression, c'est quelque chose que tu te mets tout seul. Et généralement tu la ressens quand tu n'es pas préparé. Si tu est préparé et confiant dans ton jeu, tu n'as pas la pression", lâche Geoff Ward après le match. Le coach souligne aussi que son équipe a vécu "tous les scénarios possibles dans ces playoffs". De quoi emmagasiner de l'expérience et garder les têtes froides. Jason Fuchs aussi est confiant pour la suite.

Grâce à cette victoire, le LHC revient donc à 2-2 dans la série. Cela signifie qu'il y aura encore un match à la Vaudoise Aréna. Ce sera l'Acte VI et il se déroulera samedi. La vente des billets aura lieu mercredi à 10h avec priorité pour les abonnés. Et l'Acte V aura lieu jeudi à la Swiss Life Arena.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Journée qui pourrait vous réserver une rencontre amoureuse spéciale. Du côté des couples, chacun s’affaire à renouveler ses sentiments pour l’autre…

Les Sujets à la Une

X