Rejoignez-nous

Sport

Volley-ball : succès probant de Lausanne à domicile

Publié

,

le

Sortis de la Coupe par Näfels dimanche dernier, les universitaires se devaient de réagir samedi soir contre Schönenwerd. La mission a été accomplie avec la manière contre l'un de leurs principaux rivaux.

Une victoire plus que bienvenue pour le Lausanne Université Club. Succès décroché en quatre manches samedi devant Schönenwerd à Dorigny. Le score : 19-25, 25-22, 25-16 et 25-21.

En difficulté au début de la rencontre, les Vaudois ont par la suite montré un tout autre visage en multipliant des attaques incisives et en formant un bloc compact pour contrer leurs adversaires.

Une performance qui fait du bien une semaine après l’élimination mortifiante connue en Coupe de Suisse. Adrien Prével, capitaine du LUC :

Adrien Prével
Capitaine du LUC
Adrien PrévelCapitaine du LUC

Au classement de Ligue Nationale A, Lausanne reste troisième avec 32 points. Mais ce n’est plus que trois unités de moins que Schönenwerd, lui-même dauphin d’Amriswil.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Du jamais-vu depuis 1952, grâce aux femmes

Publié

le

Belinda Bencic est la 3e Suissesse à se parer d'or à Tokyo (© KEYSTONE/EPA/RUNGROJ YONGRIT)

La Suisse, qui a passé la barre symbolique des 200 médailles dans des Jeux olympiques d'été, effectue une moisson historique à Tokyo.

Avec déjà 11 médailles assurées, les attentes de Swiss Olympic sont largement dépassées, essentiellement grâce aux femmes.

Les médailles conquises samedi matin par Noè Ponti (bronze sur 100 m papillon) et Nina Christen (or à la carabine aux trois positions) permettent à la délégation suisse de dépasser la dizaine pour la première fois depuis 1952. À Helsinki, la Suisse avait célébré 14 podiums, son cinquième meilleur total dans des Jeux d’été.

190 épreuves de plus qu'en 1952

Depuis, la moisson la plus prolifique a été réalisée à Sydney en 2000 (1 or, 6 argent, 2 bronze), où un certain Roger Federer aurait pu permettre à la Suisse d'obtenir 10 médailles s’il n'avait pas flanché dans le match pour le bronze face au Français Arnaud Di Pasquale. Pour rappel, les Helvètes étaient rentrés de Rio en 2016 avec sept breloques dans leurs bagages.

Mais comparaison n’est pas toujours raison. A Helsinki, il n’y avait ainsi que 149 titres en jeu, et seuls quelque 6500 athlètes issus de 69 nations étaient engagés. À Sydney, ils étaient déjà environ 11’000 participants de quelque 200 pays, des chiffres proches de ceux de Tokyo. Mais au Japon, ce ne sont pas moins de 339 épreuves qui figurent au menu, contre 300 il y a 21 ans.

"Girl Power"

Mais si cette razzia démontre une vérité, c’est la force du sport féminin suisse. Les femmes ont remporté 8 des 11 médailles à Tokyo (dont les trois en or!), après avoir obtenu plus de la moitié des podiums à Rio (4/7). À Londres en 2012, elles avaient empoché une médaille sur quatre, à Pékin en 2008 une sur sept (sans compter Christina Liebherr, en bronze avec l'équipe de saut d’obstacles).

Les doublés de la tenniswoman Belinda Bencic (or en simple conquis samedi, or ou argent en double au côté de Viktorija Golubic) et de la tireuse Nina Christen (également en bronze à la carabine à 10 m) ont marqué les esprits. Tout comme la double présence historique d'Ajla Del Ponte (5e) et de Mujinga Kambundji (6e) en finale du 100 m, discipline-reine du sport no 1 des JO d'été, et le triplé des vététistes Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand.

Et ce n'est par ailleurs peut-être pas terminé. Nikita Ducarroz, en BMX freestyle, les relayeuses du relais 4x100 m ou les beachvolleyeuses rêvent de surfer la vague du "Girl Power" helvétique. Et ces messieurs n'ont pas non plus tiré toutes leurs cartouches, avec notamment l'entrée en lice des cavaliers de saut d'obstacles la semaine prochaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Un deuxième titre olympique en simple pour la Suisse

Publié

le

Belinda Bencic après la balle de match (© KEYSTONE/AP/Patrick Semansky)

Le tennis suisse compte dans ses rangs un deuxième Champion olympique en simple. Vingt-neuf après Marc Rosset à Barcelone, Belinda Bencic est allée au bout de son rêve.

A Tokyo, la Saint-Galloise, douzième joueuse mondiale, s'est imposée 7-5 2-6 6-3 devant Marketa Vondrousova (WTA 42). Elle a témoigné, une nouvelle fois lors de ce tournoi olympique, d'une très grande force de caractère pour l'emporter.

"Je n'arrive pas à y croire. Je ne sais pas comment c'est possible. J'ai pensé aujourd'hui que je n'avais plus les moyens d'y arriver. Mais je me suis battue avec tout ce que je pouvais mettre dans la bagarre", a-elle lâché au micro de SRF.

Bencic savoure

"En ce moment, j'ai l'impression d'être en état de choc, tout se passe si vite. Il me faudra du temps pour réaliser", a-t-elle poursuivi. "Je savoure ce titre d'une manière incroyable. C'est probablement la plus grande chose que je pourrai réaliser dans ma carrière. Et personne ne peut m'enlever ça."

Belinda Bencic aura ce dimanche la possibilité de cueillir une deuxième médaille d'or lors de la finale du double qu'elle disputera avec Viktorija Golubic contre Barbora Krejcikova et Katerina Siniakova. Seules Serena et Venus Williams ont réussi un tel doublé dans le cadre des Jeux olympiques.

Premier grand titre

A 24 ans, Belinda Bencic remporte un premier grand titre pour justifier les promesses entretenues lors de ses premiers pas dans les rangs professionnels en 2014. Demi-finaliste de l'US Open en 2019 où elle avait échoué sur le fil face à la future gagnante Bianca Andreescu, la Saint-Galloise a touché le Graal à Tokyo où toutes les planètes étaient alignées.

Ses succès sur le Championne de Roland-Garros Barbora Krejcikova, sur Anastasia Pavlyichenkova et sur Elena Rybakina lui ont insufflé une énorme confiance avant cette finale. Et l'intime conviction, renforcée par la balle de match sauvée en huitième de finale du double, qu'une rencontre n'est jamais perdue quel que soit son scénario.

Un dernier jeu irrespirable

Ainsi face à Marketa Vondrousova, finaliste de Roland-Garros en 2019 et dont le seul titre sur le Circuit fut acquis à... Bienne en 2017, Belinda Bencic a concédé le break d'entrée dans la troisième manche. Elle fut, heureusement, capable de réagir immédiatement pour ne pas laisser la Tchèque s'envoler au score. A 3-3, elle écartait une balle de break cruciale.

Après un temps mort demandé pour soigner une cloque au pied droit, elle pouvait ravir "blanc" le service de Marketa Vondrousova avant de conclure un jeu irrespirable sur sa deuxième balle de match après avoir écarté trois balles de break. Comme Marc Rosset sur la terre battue de Barcelone en 1992, Belinda Bencic pouvait tomber au sol pour savourer son bonheur.

La médaille de bronze est revenue à Elina Svitolina. L'Ukrainienne s'est imposée 1-6 7-6 (8/6) 6-4 devant Elena Rybakina après avoir été pourtant menée 4-1 au troisième set.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Heidrich/Gerson battus en barrage

Publié

le

Adrian Heidrich et son compère Mirco Gerson ont été éliminés en barrage (© KEYSTONE/AP/Felipe Dana)

Adrian Heidrich (26 ans) et Mirco Gerson (28 ans) ont connu l'élimination en barrage d'accession aux 8es de finale aux JO de Tokyo.

Le Zurichois ont été battus 21-17 21-18 par les cousins chiliens Marco et Esteban Grimalt.

Heidrich/Gerson quittent donc ces Jeux en n'ayant gagné qu'un seul de leurs quatre matches, celui qui leur a permis de se qualifier pour ce barrage aux dépens des Italiens Carambula/Rossi. Ils ont livré une prestation décevante samedi.

Les deux compères ont totalement manqué leur entame de match, se retrouvant menés 5-1 puis 15-8. Ils ont offert une plus nette résistance par la suite, écartant trois balles de premier set, mais n'ont jamais semblé en mesure de renverser la vapeur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Nina Christen et l'appui "logistique" de son père

Publié

le

Nina Christen a déjà un bel emplacement pour sa médaille. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Nina Christen disposera sa médaille d'or de Tokyo (carabine 3 positions à 50 m) dans un cadre spécial confectionné par son père, sculpteur sur bois.

"Il en existe différentes variantes. Je dois commencer à trier un peu mes médailles", a-t-elle dit samedi.

Revenant sur son concours haletant, et sa remontée en fin de match, Nina Christen a estimé avoir senti qu'elle n'avait plus rien à perdre. "Je ne pouvais que revenir sur les concurrentes mieux parties", a-t-elle relevé. Elle s'est alors lâchée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Del Ponte (5e) et Kambundji (6e) révèlent le sprint suisse

Publié

le

Ajla Del Ponte a terminé brillante 5e sur 100 m (© KEYSTONE/ULF SCHILLER)

Ajla Del Ponte et Mujinga Kambundji auront été épatantes jusqu'au bout sur 100 m, à Tokyo. Cinquième et sixième de la finale, elles sont entrées dans l'histoire du sprint suisse.

Jamais, avant elles, une sprinteuse helvétique n'avait atteint une finale olympique. La Tessinoise et la Bernoise y sont parvenues ont sortant le grand jeu dès les séries (record national de Del Ponte en 10''91 et 10''95 pour Kambundji), pour continuer sur leur lancée en demi-finales avec des qualifications directes, et enfin en finale où elles se sont battues jusqu'au bout.

Placées tout à l'extérieur, les Suissesses n'étaient pas dans les meilleurs couloirs. En retard à mi-course, elles ont su rester relâchées et tout en cadence pour aller cueillir des places d'honneur, en respectivement 10''97 et 10''99.

Le podium était inaccessible. Les Jamaïcaines ont réalisé un triplé, comme en 2008 à Pékin: Elaine Thompson-Herah a battu le record olympique de Florence Griffith-Joyner pour devenir la 2e femme la plus rapide de l'histoire (10''61). Shelly-Ann Fraser-Pryce (10''74) prend l'argent et Shericka Jackson (10''76) le bronze.

Comme deux fois en 2016 à Rio, l'Ivoirienne Marie Josée Ta Lou échoue au pied du podium (10''91).

Perspectives

Comparaison impensable avant ces JO, cette finale réunissait deux Suissesses... contre une seule Américaine, Teahna Daniels (7e). La meilleure Américaine, Sha'Carri Richardson, avait été exclue pour usage de cannabis.

Cette double percée suisse ouvre de magnifiques perspectives pour le relais 4 x 100 m en fin de semaine prochaine. Le podium est envisageable. Jamais Del Ponte, championne d'Europe en salle du 60 m en mars, ni Kambundji, médaillée de bronze aux Mondiaux 2019, n'avaient évolué à un tel niveau. Leur saine émulation peut encore faire merveille. Kambundji est également encore inscrite sur 200 m. "Mon résultat sur 100 m me donne confiance", a-t-elle lâché.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Fou de séduction, vous ne pouvez vous retenir de charmer tout le monde autour de vous. Attention, ce n'est pas sans risque !

Les Sujets à la Une

X