Rejoignez-nous

Suisse

14 juin: les cantons romands à l'unisson

Publié

,

le

Les employées des administrations cantonales romandes pourront participer à la grève du 14 juin, mais elles devront rattraper leurs heures (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les administrations cantonales romandes ont pris des dispositions identiques concernant la grève des femmes du 14 juin: leur personnel pourra s'absenter, mais les heures non travaillées devront être compensées. Cela ne sera pas le cas dans certaines villes.

Dans le canton de Genève, le personnel de l'Etat pourra prendre part aux actions organisées au sein de l'administration, pour autant que la bonne marche des services soit assurée. Il devra, en revanche, rattraper le temps consacré aux manifestations externes. Les collaboratrices qui optent pour la grève devront s'annoncer et subiront une retenue de salaire.

Il en sera de même dans le canton de Vaud. Celles et ceux qui souhaitent participer au mouvement en fin de journée seront libérés dès 15h30, mais devront compenser une heure durant l'année.

Comme pour Genève, les retenues de salaires d'usage seront appliquées pour les heures de grève. Cela n'a pas manqué de provoquer des critiques, comme au syndicat SUD, qui a accusé le Conseil d'Etat de vouloir "domestiquer la grève des femmes."

Du côté de Fribourg, il a été rappelé que cette grève des femmes ne constituait pas un conflit du travail. Du coup, les employées de l'Etat seront autorisées à participer à la manifestation, mais elles devront le faire en prenant congé sur leurs vacances ou leurs heures supplémentaires. Il leur sera aussi possible de solliciter un congé non payé.

L'Etat du Valais a une position semblable. Il a précisé que la demande de congé sera octroyée si elle ne perturbe pas la bonne marche du service. Dans le canton du Jura, le personnel qui veut s'absenter est invité à en informer son supérieur hiérarchique pour assurer les permanences nécessaires.

Etudiants ménagés

Pour le canton de Neuchâtel, il a notamment été spécifié que l'accueil des élèves sera assuré ce jour-là. Le Département de l'éducation et de la famille, dirigé par Monika Maire-Hefti, a aussi décidé de ne pas fixer d'examens le 14 juin.

D'autres cantons ont pris des dispositions identiques pour les étudiants. Comme à Genève, où le Conseil d'Etat a dit veiller à ce qu'aucun examen n'ait lieu le 14 juin dans l'enseignement public, sauf en cas d'impératifs.

Certaines écoles ont aussi choisi de s'organiser à l'interne, comme au cycle d'orientation de Savièse (VS). Les enseignants masculins remplaceront leurs collègues féminines durant l'après-midi afin qu'elles puissent participer à la manifestation.

Villes plus conciliantes

Par rapport aux cantons, certaines villes de Suisse romande se montrent plus indulgentes pour le 14 juin. A Genève par exemple, aucun service minimum ne sera imposé. La cité de Calvin souhaite que la population réalise l'importance de l'implication des femmes dans le monde du travail. Les hommes qui veulent participer à la manifestation devront, eux, prendre congé.

A Lausanne, les employées pourront organiser des actions symboliques sur leur lieu de travail de 11h à 12h. Le personnel sera ensuite autorisé à quitter son travail dès 15h pour participer à la manifestation, mais sans que les heures d'absence ne doivent être compensées.

Autre exemple: à Renens (VD), la municipalité encourage le personnel à porter des signes de solidarité comme des vêtements violets ou des badges. L'exécutif offre également à toute personne participant aux manifestations les heures non travaillées dès 15h.

A La Chaux-de-Fonds également, les employées qui se rendront à la manifestation, prévue entre 10h et 12h, verront leurs heures d'absence comptabilisées dans leur temps de travail. La Métropole horlogère avait initialement prévu de ne pas rembourser ces heures, avant qu'une résolution du Conseil général n'annule cette disposition.

Certaines villes romandes ont aussi prévu des actions originales pour le 14 juin. C'est le cas par exemple à Monthey (VS), où le Conseil municipal a décidé d'offrir une heure de congé à ses collaborateurs, de 11h à midi, pour un brunch au théâtre du Crochetan.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais

Publié

le

Le projet du gymnase du Chablais arrivera prochainement entre les mains de l'ensemble du Grand Conseil vaudois (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le projet de gymnase du Chablais, à Aigle, convainc. On l’a appris jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu'encourageant en vue des discussions au Grand Conseil.

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais. On l’a appris ce jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu’encourageant en vue des futures discussions au sein du Grand Conseil vaudois. La réaction de Grégory Devaud, qui est non seulement syndic d’Aigle mais aussi député et membre de la commission qui a statué.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Ce gymnase pourrait ouvrir ses portes en 2027… Et il est très attendu dans le Chablais, qui se voit actuellement contraint d’envoyer ses élèves dans d’autres régions. On écoute le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Reste maintenant à obtenir l’aval du Grand Conseil dans son ensemble pour réellement débloquer les plus de 80 millions de francs nécessaires. Le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud estime que les discussions ne devraient pas être très animées.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

On ne sait pas encore quand le dossier atterrira finalement sur la table du Grand Conseil.

Continuer la lecture

Genève

Référendum lancé contre la passerelle piétonne du Mont-Blanc

Publié

le

Le projet de passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc est attaqué par un référendum municipal. Le crédit destiné à sa réalisation a été voté le 7 février par le délibératif de la Ville de Genève (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le projet de passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc est attaqué par un référendum municipal. Ses opposants ont jusqu'au 26 mars pour récolter 3200 signatures valables. Le crédit destiné à sa réalisation avait été voté le 7 février par le délibératif de la Ville de Genève.

"Trois raisons nous motivent à lancer ce référendum: le coût totalement exorbitant de la passerelle, son utilité discutable et son impact écologique négatif. Au vu de son importance, ce projet doit être soumis à la consultation populaire", a indiqué vendredi devant les médias François Epars, au nom du comité référendaire qui comprend de simples citoyens et l'association SOS Patrimoine CEG.

Le crédit de 54,6 millions de francs a pourtant été accepté à une large majorité du Conseil municipal, à l'exception du MCG et de membres d'Ensemble à Gauche. Même l'UDC, qui juge cette passerelle trop chère, a voté "oui". L'ouvrage permettra de séparer les piétons du reste du trafic et la suppression d'un trottoir sur le pont du Mont-Blanc, de créer une nouvelle piste cyclable bidirectionnelle.

Un argument qui ne convainc pas le comité référendaire. Pour Miguel Bueno, de SOS Patrimoine CEG, le projet ne règle pas les conflits d'usage entre piétons et cyclistes à la hauteur de l'Horloge fleurie. "Nous n'avons rien contre la mobilité douce, mais nous sommes pour des aménagements raisonnables et pertinents. Il faut investir cette somme pour développer les aménagements cyclables", estime M. Epars.

En zone protégée

Au niveau environnemental, "la structure sera en béton, dont la production émet beaucoup de CO2, et en acier, un gros accumulateur de chaleur en été. Les deux ans de travaux vont avoir un impact négatif sur la faune", a relevé M. Epars. Or la rade se situe dans une zone protégée par la Convention de Ramsar relative aux zones humides d'importance internationale.

Cette passerelle portera aussi gravement atteinte à l'image de la rade. "Le plan de site de la rade préconise qu'aucune construction n'est possible", a critiqué Leïla Wakil, de SOS Patrimine CEG, pour qui il s'agit plutôt d'un pont, au vu de ses dimensions. "On nous propose un ouvrage de prestige qui ne sert à rien", a résumé M. Bueno.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'ambassadeur suisse à Washington va déménager à Bruxelles

Publié

le

L'ambassadeur suisse Jacques Pitteloud va passer de Washington à Bruxelles (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'ambassadeur de Suisse aux Etats-Unis Jacques Pitteloud va changer de poste cet été. Il occupera la même fonction en Belgique, soit celle d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. Ce changement intervient dans le cadre des transferts périodiques du DFAE.

Jacques Pitteloud sera aussi représentant permanent de la Suisse auprès de l'OTAN, avec résidence à Bruxelles, précise vendredi le Conseil fédéral dans un communiqué. Il était en poste à Washington depuis l'automne 2019.

Né en 1962, le Valaisan a derrière lui une longue carrière au sein de l'administration fédérale. Il a occupé dès 2000 le poste de coordinateur du Service de renseignements de la Confédération. En 2006, il est entré au service du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), alors dirigé par la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey.

Entre 2010 et 2015, il a été ambassadeur au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, en Somalie et aux Seychelles. Avant d'être nommé à Washington, il a dirigé la Direction des ressources du DFAE à Berne.

En 2018, M. Pitteloud a été blanchi par le Tribunal pénal fédéral d'accusations portées en 2015 par des hommes d'affaires kényans. Il était accusé de tentative de contrainte, abus d’autorité et violation du secret de fonction. La plainte pénale des deux Kényans avait été classée en 2016 par le Ministère public de la Confédération, décision contre laquelle ils avaient fait recours.

Dans un tout autre registre, il avait aussi fait parler de lui dans les médias américains en janvier 2021. Une photo d'un oiseau rare prise car ce passionné d'ornithologie avait été publiée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Simonetta Sommaruga à la tête de la Fondation "Equal-Salary"

Publié

le

Simonetta Sommaruga revient sur la scène publique un peu plus d'un an avoir quitté le Conseil fédéral. (© Keystone/PETER KLAUNZER)

L’ancienne conseillère fédérale Simonetta Sommaruga reprend la présidence de la Fondation "Equal-Salary". Il s’agit du premier engagement public de la Bernoise depuis son départ du Conseil Fédéral fin 2022.

A la tête du Département fédéral de justice et police (DFJP) pendant huit ans, Mme Sommaruga a marqué son mandat par une démarche audacieuse en faveur de l'égalité salariale et de la représentation des femmes dans les entreprises cotées en bourse, a rappelé la Fondation "Equal-Salary" dans un communiqué vendredi.

L'ex-conseillère fédérale a joué un rôle décisif dans l'introduction d'analyses sur l'égalité salariale et de quotas en faveur des femmes, modifiant ainsi le paysage professionnel suisse, poursuit la fondation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vous voilà boosté par quelques harmoniques, ce qui vous fait prendre des décisions solides pour améliorer votre vie plus dans son ensemble.

Les Sujets à la Une

X