Rejoignez-nous

Suisse

Cinq fois oui le 13 juin, selon le sondage SSR

Publié

,

le

Selon le premier sondage SSR, les Suisses diraient oui aux cinq sujets soumis en votation le 13 juin prochain. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI).

Si les votations fédérales avaient eu lieu dès le 23 avril dernier, les cinq projets soumis au vote le 13 juin auraient été acceptés, révèle le sondage SSR vendredi. La participation aux votations aurait atteint 52 %, un score supérieur à la moyenne.

Sept semaines avant le scrutin, la loi Covid-19 (67%), la loi sur le CO2 (60%) et celle contre le terrorisme (57%) sont annoncées gagnantes, indique gfs.bern dans un communiqué vendredi. L'initiative pour une eau potable propre (54%) et celle pour l’interdiction des pesticides (55%) auraient été aussi adoptées.

Le "oui" pour les deux initiatives est loin d'être acquis. Un sondage Tamedia, publié fin avril, allait dans le même sens.

Initiative pour une eau potable

Les sympathisants du PS ou des Verts veulent en majorité voter pour cette initiative. De leur côté, les sympathisants du PVL sont moins sûrs même si 73% veulent voter en faveur de cette proposition.

Au Centre, les rapports de majorité s’inversent: 60% veulent voter contre le projet. Les sympathisants du PLR (54%) ainsi que de l’UDC (62%) sont eux aussi en majorité contre l’initiative pour une eau potable propre.

La polarisation entre la ville (65% sont pour dans les grandes agglomérations) et la campagne (41%) est remarquablement élevée. Le fossé ville-campagne dépasse par exemple les différences entre les sexes (57% de "oui" chez les femmes contre 52% de "oui" chez les hommes).

La Suisse italophone manifeste beaucoup de sympathie pour cette problématique (70% pour). En Suisse romande (56%) et alémanique (53%), les personnes interrogées se sont avérées nettement plus critiques. Les Suisses de l’étranger manifestent actuellement nettement plus de soutien au projet que l’électorat inscrit résidant en Suisse.

Initiative pour l’interdiction des pesticides

Si les différences entre les électeurs sont peu marquées entre les deux initiatives, elles le sont en revanche au sein des partis. La position du PVL saute par exemple aux yeux: 66%, soit 7 points de moins que dans l’initiative pour une eau potable propre, veulent voter en faveur de l’initiative pour l’interdiction des pesticides. Les délégués du PVL ont décidé de dire "oui" à l’initiative pour une eau potable propre et de laisser le vote libre à celle pour l’interdiction des pesticides.

Au Centre, avec ses deux mots d’ordre "non", la différence est précisément l’inverse: 38%, des sympathisants du Centre veulent voter en faveur de l’initiative pour l’interdiction des pesticides. Soit 5% de plus que pour l’initiative pour une eau potable propre.

Loi Covid-19

A ce stade, les groupes qui refusent majoritairement la loi sur le Covid ne sont qu’au nombre de deux: l’électorat proche de l’UDC et les personnes critiques envers le gouvernement. Il règne sinon un vaste consensus autour de cette loi.

Si tous les groupes d’âge se rangent eux majoritairement dans le camp du "oui", la volonté d’approuver augmente nettement avec l’âge. Les hommes sont en aussi significativement plus favorables à la loi que les femmes et les parts de "oui" augmentent avec la formation scolaire et le revenu du foyer.

Le Tessin (71%) approuve le plus la loi, suivie de la Suisse romande (70%) et les Alémaniques (66%). Le fossé entre la ville et la campagne est plus important que celui séparant les régions linguistiques, les voix critiques plus nombreuses provenant des régions rurales.

Loi sur le CO2

Sur la gauche de l’échiquier politique, jusqu’au PVL, l’approbation de la loi sur le CO2 est forte. En milieu d’échiquier et chez les indépendants, des voix critiques s’élèvent, à concurrence d’un tiers, malgré des majorités appuyant l’approbation.

La formation de l’opinion à la base du PLR est encore peu affermie et se trouve dans l’impasse. Le "non" en provenance du périmètre UDC est net.

Outre les sympathisants de l’UDC, les personnes désireuses de participer qui ne font pas confiance au gouvernement rejettent en majorité la loi sur le CO2.

Les hommes avec un revenu, un âge et un niveau d’éducation moyen ainsi que les personnes provenant de la Suisse italophone (54% de oui; F: 66%; D: 59%) ou des régions rurales, sont nettement plus critiques envers la loi sur le CO2 que les autres groupes.

Loi contre le terrorisme

Des majorités en faveur de l’acceptation de la loi contre le terrorisme sont présentes dans tous les camps politiques. Parmi les sympathisants des Verts (52%) et du PS (55%), ces majorités sont toutefois extrêmement serrées.

Près de 70% de l’électorat du PVL veut voter en faveur de la loi. Compte tenu des mots d’ordre "non" des Verts, du PS et du PVL, il existe des conflits élite/base dont un particulièrement net au sein du PVL.

La part de "oui" est la plus forte (82%) dans le camp du Centre ainsi que chez les sympathisants du PLR. Plus à droite, chez les sympathisants de l’UDC, l’acceptation redescend (75% de parts de "oui").

Plus une personne est âgée et plus son niveau d’éducation est réduit et plus elle tend vers le "oui". Chez les hommes ainsi que dans l’électorat italophone et germanophone, la part de personnes voulant voter résolument "oui" est nettement plus élevée que chez les femmes ou en Suisse romande.

Cette première enquête Trend SRG-SSR sur les votations du 13 juin a été réalisée par l’Institut de recherche gfs.bern entre le 19 avril et le 3 mai 2021 auprès de 22'732 titulaires du droit de vote. La plage d’erreur statistique est de +/- 2.8%

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les Etats-Unis retardent la livraison de Patriot à la Suisse

Publié

le

Le système de défense antiaérienne américain Patriot (archives). (© KEYSTONE/DPA/AXEL HEIMKEN)

Les Etats-Unis ne livreront pas de missiles Patriot à la Suisse pour le moment. Les Américains veulent d'abord fournir l'Ukraine. Armasuisse ne sait pas combien de temps la Suisse devra attendre pour recevoir ces engins de défense aérienne.

Les livraisons du type d'armement concerné à la Suisse seront retardées par une décision du gouvernement américain et ne pourront vraisemblablement pas avoir lieu comme prévu, a indiqué mardi l'Office fédéral de l'armement (Armasuisse), interrogé par Keystone-ATS, revenant sur une information du "Blick" mardi.

Il n'est toutefois pas encore possible de se prononcer sur les conséquences exactes pour les livraisons destinées à la Suisse. Selon Armasuisse, le type de système de défense aérienne basé au sol Patriot concerné est le missile PAC3 MSE, qui a été approuvé par le Parlement avec le message sur l'armée 2023, et non pas la version PAC2 GEM-T, acquise avec le message sur l'armée 2022.

La date d'introduction du type d'arme supplémentaire indiquée dans le message sur l'armée 23 était 2030 et 2031. L'acquisition a été planifiée en conséquence. La situation montre que "la Suisse a de nouveau besoin d'une industrie d'armement forte et que nous devons diversifier nos achats auprès des fabricants et des pays", poursuit Armasuisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Droit de préemption: les élus peinent à fixer toutes les modalités

Publié

le

L'Etat de Vaud disposera d'un fonds cantonal de 20 millions de francs pour pouvoir exercer son droit de préemption (photo symbolique). (© Keystone/CHRISTIAN BRUN)

Les modalités du droit de préemption de l'Etat de Vaud pour des biens immobiliers, lorsque celui-ci est cédé par une commune, ont de la peine à accoucher. Après deux débats, le Grand Conseil n'a pas réussi mardi à fixer toutes les règles de ce droit subsidiaire. Un fonds cantonal de 20 millions de francs, et non de 40 millions comme le voulait la gauche, sera toutefois créé.

Après un vote à une voix près lors du premier débat, celui du deuxième débat a été un poil moins serré. La version du Conseil d'Etat à 20 millions de francs, soutenue par le PLR et l'UDC, l'a emporté cette fois-ci de quatre voix (70 contre 66). Une autre proposition de la gauche radicale, à 65 millions, avait été écartée lors du débat précédent.

Depuis 2020, les communes vaudoises ont le droit d'acquérir en priorité un bien-fonds (bâti ou non bâti) afin de créer des logements d'utilité publique (LUP), soit à loyers abordables. Elles ont aussi la possibilité de transmettre ce droit au canton si, par exemple, elles ne disposent pas de l'argent nécessaire.

Pas d'accord sur le nombre de LUP

Le canton aura alors 20 jours pour agir (délai de 40 jours refusé au plénum). Mais pour cela, il doit disposer d'un fonds pour payer le vendeur et indemniser l'acquéreur évincé. D'où la création du fonds cantonal, qui, s'il est utilisé, sera reconstitué par la vente ultérieure des biens-fonds acquis dans le cadre de l'exercice du droit de préemption cantonal.

Les parlementaires devaient aussi définir d'autres modalités. Ils se sont prononcés en faveur d'une institution d'une commission de sept personnes, chargée d'examiner la pertinence de l'achat d'un bien immobilier.

Ils n'ont pas réussi, en revanche, à se mettre d'accord sur un seuil minimal LUP au-dessous duquel l'Etat ne devrait pas préempter. Quatre, huit, douze ou quinze? La balance penchait plutôt pour quatre ou huit. Un troisième débat sera nécessaire la semaine prochaine pour trancher.

Assainissement énergétique

D'autres règles ont été déterminées dans le décret, comme le fait que la Commission des finances, sur saisine du Conseil d’Etat, se prononce sur l'approbation de l'acquisition d'immeuble effectuée. Les députés ont aussi décidé de permettre à des investisseurs privés de pouvoir réaliser des LUP si l'Etat ne les réalise pas lui-même (par voie d'appel d'offres public).

Enfin, les biens-fonds préemptés et acquis par l'Etat devront être obligatoirement assainis énergétiquement dans un délai de dix ans dès la date de l'achat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

La Tour-de-Peilz devra élire un nouveau municipal

Publié

le

Le conseil municipal de La Tour-de-Peilz fonctionne actuellement à trois au lieu de cinq (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de La Tour-de-Peilz doit se trouver un nouveau collègue. Les citoyens boélands sont appelés aux urnes le 22 septembre prochain à l’occasion d’une élection complémentaire. Elle fait suite à la démission du PLR Alain Grangier, hospitalisé depuis le mois de novembre.

Les citoyens de la Tour-de-Peilz sont attendus aux urnes. Ils devront élire un nouveau municipal le 22 septembre prochain à l’occasion d’une élection complémentaire. Elle fait suite à la démission, annoncée aujourd’hui, du municipal Alain Grangier. L’ancien syndic est hospitalisé depuis le mois de novembre suite à une hémorragie cérébrale. L'homme est engagé en politique à la Tour-de-Peilz depuis son entrée au Conseil communal en 1993. C'est ainsi un ponte qui se retire de la Municipalité. On écoute Sandra Pasquier, syndique de la commune.

Sandra PasquierSyndique de La Tour-de-Peilz

Cette nouvelle intervient alors qu’une autre municipale s’est temporairement retirée il y a dix jours. Elise Keiser a révélé être atteinte d’un cancer et devoir prendre du repos durant au moins trois mois. Une des plus grandes villes de la Riviera n’est donc pilotée que par trois municipaux.

Sandra PasquierSyndique de La Tour-de-Peilz

L’annonce de cette élection complémentaire est donc accueillie avec soulagement au sein de la Municipalité. On retrouve la syndique Sandra Pasquier.

Sandra PasquierSyndique de La Tour-de-Peilz

Cette élection complémentaire se tiendra donc le 22 septembre prochain. Un dimanche chargé pour la Riviera puisque les citoyens de Montreux et Veytaux se prononceront, eux, sur le projet de fusion.

Continuer la lecture

Football

Le FC Sion défiera Young Boys lors de la première journée

Publié

le

Sion et YB se retrouveront lors de la première journée de Super League. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le champion de Suisse Young Boys face au promu FC Sion. C'est l'affiche de la première journée de la Super League, dont le calendrier de la saison 2024/25 a été révélé mardi par la SFL.

Ce "remake" du quart de finale de la dernière Coupe de Suisse, remporté par les Sédunois (2-1), aura lieu le dimanche 21 juillet à 14h15 à Berne. La veille, les débats seront lancés par les duels Lugano - Grasshopper, Yverdon - Zurich (18h00) et Winterthour - St-Gall (20h30).

Les deux autres clubs romands joueront le dimanche à 16h30. Servette se déplacera à Lucerne, tandis que Lausanne accueillera Bâle.

Les horaires des onze premières journées (sur 38) sont fixés, mais les compétitions européennes entraîneront régulièrement des changements durant la première partie de saison. Les tirages au sort des qualifications pour la Ligue des champions, l'Europa League et la Conference League se déroulent cette semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Malgré quelques obstacles et frustrations en cours de route, vous allez parvenir, au cours de la journée, à mener à bien des pourparlers initialement complexes.

Les Sujets à la Une

X