Rejoignez-nous

Suisse

Femmes au travail jusqu'à 65 ans

Publié

,

le

Avec la réforme AVS 21, les femmes devraient travailler un an de plus pour toucher leur rente AVS. Mais le Conseil fédéral prévoit un geste pour celles qui sont proches de la retraite (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La nouvelle réforme de l'AVS obligerait les femmes à travailler jusqu'à 65 ans. Le Conseil fédéral veut toutefois adoucir la pilule pour celles qui sont proches de la retraite. Il a opté mercredi pour un coup de pouce de 700 millions de francs sur neuf ans.

Alain Berset devrait livrer le message au Parlement d'ici à fin août. L'harmonisation progressive de l'âge de la retraite des femmes avec celui des hommes devrait rapporter 10 milliards de francs. Le peuple y ayant déjà dit "non" deux fois, le gouvernement avait mis deux variantes en consultation pour soutenir les femmes nées entre 1959 et 1967 si la réforme entre en vigueur en 2022.

Aucune option n'a été clairement plébiscitée en consultation. La gauche voulait aller plus loin et l'UDC renoncer à toute compensation. Le modèle à 400 millions aurait juste soulagé les femmes à moyens ou bas revenus qui partent en retraite anticipée en limitant la réduction de leur rente.

La variante retenue permettra en plus d'encourager les femmes proches de la retraite à travailler au moins jusqu'à 65 ans pour accroître leur rente. La note maximale a toutefois été ramenée de 800 à 700 millions. La formule a été légèrement adaptée, la rente ne pourra être améliorée que de 9% au lieu de 12%, a précisé à la presse le chef de l'Office des assurances sociales Jürg Brechbühl.

Compensation "juste"

Le modèle est assez complexe, mais "la compensation est juste", a soutenu le conseiller fédéral Alain Berset. Les femmes assureront une part importante de la stabilisation des finances, mais un tiers des économies réalisées leur reviendront durant neuf ans via le soutien prévue pour celles à revenu bas ou moyen.

L'âge de la retraite sera relevé progressivement de trois mois par an à partir de l'année qui suit l'entrée en vigueur de la réforme.

0,7 point de TVA

Un financement additionnel s'impose car il manquera toujours 21 milliards à l'AVS pour payer les rentes en 2030. Le gouvernement mise sur la TVA. Grâce au soutien populaire en mai à la réforme de la fiscalité des entreprises englobant un volet compensatoire en faveur de l'AVS, le gouvernement peut se borner à la relever de 0,7 point de pourcentage au lieu du 1,5% qui aurait peiné à passer le cap du Parlement.

Le gouvernement ne compte pas remanier le reste de son projet. La réforme du 1er pilier doit permettre à tout le monde de partir à la retraite de manière flexible entre 62 et 70 ans. La population sera toutefois incitée à travailler au-delà de 65 ans: les petits revenus continueraient d'être exonérés de cotisations (franchise mensuelle de 1400 francs) et les cotisations versées après 65 ans permettront d’améliorer la rente.

Deux ans après le refus par le peuple de la réforme conjointe des premier et deuxième piliers, le projet doit maintenir les rentes et garantir un financement stable de l'AVS. Il devrait alléger les comptes de 2,8 milliards de francs en 2030. Une autre réforme devrait toutefois suivre au milieu des années 2020.

Compromis sur le 2e pilier

La décision du gouvernement intervient un jour après un compromis sur la prévoyance professionnelle. Les partenaires sociaux proposent de ramener d'un coup de 6,8% à 6% le taux de conversion du capital en rente mais prévoient une série de mesures d'accompagnement pour éviter la fonte des rentes.

Ceux qui auraient plus de 50 ans à l'entrée en vigueur de la réforme toucheraient un supplément de rente fixe financé solidairement via une cotisation salariale de 0,5%. La part de salaire assuré serait augmentée (ce qui profiterait aux petits salaires). Il n'y aurait plus quatre paliers de cotisations, mais seulement deux avec un plafond à partir de 45 ans afin de favoriser l'emploi des personnes plus âgées.

Bonne nouvelle

Pour Alain Berset, c'est une "bonne nouvelle" avec "beaucoup de valeur" après des années de blocage. Le ministre des affaires sociales a rencontré les partenaires sociaux jeudi matin pour en discuter. Il compte reprendre les propositions pour mettre un projet en consultation en novembre.

Même si le compromis reste à concrétiser, il a l'avantage de maintenir le niveau de rentes, a souligné le conseiller fédéral. L'Union suisse des arts et métiers ne le soutient pas, surtout par opposition à l'introduction du principe de solidarité dans le 2e pilier. Mais son modèle, pas nouveau, ne garantirait le niveau des rentes que pour une génération transitoire, a relevé M. Berset.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La Suisse compte 2300 nouveaux cas de coronavirus en 48 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 2300 nouveaux cas de coronavirus en deux jours. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Image d'archives).

La Suisse compte vendredi 2300 cas supplémentaires de coronavirus en 48 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 42 décès supplémentaires et 101 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 48 heures, les résultats de 57'422 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,01%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 18'893, soit 218,55 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,80%.

Au total 3'511'492 doses de vaccin ont été administrées et 1'184'138 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'956'025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43'189 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 17'508 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25'418 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 679'510 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7'273'942 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'179 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28'144.

Le pays dénombre par ailleurs 3091 personnes en isolement et 4957 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 1235 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

Activistes du climat condamnés à Zurich

Publié

le

Les activistes avaient bloqué les entrées du siège de Credit Suisse, le 8 juillet 2019, en plaçant des plantes en pot, des vélos et en s'enchaînant. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA - Image d'archives).

Les neuf activistes du climat ayant participé au blocage du siège de Credit Suisse en juillet 2019 écopent d'une peine pécuniaire avec sursis. Le Tribunal de district de Zurich les reconnaît coupables de contrainte et, pour huit d'entre eux, de violation de domicile.

Dans son jugement rendu vendredi, la Cour a suivi le réquisitoire du procureur. La défense avait demandé en vain l'acquittement, voire le classement de l'affaire.

Sept Romands

Parmi les neuf prévenus, sept viennent de Suisse romande. Seuls deux accusés ont accepté de s'exprimer durant le procès qui s'est déroulé mercredi.

Le 8 juillet 2019 à Zurich, les sept femmes et les deux hommes condamnés ont pris part à un sit-in devant l'entrée de la grande banque, à Paradeplatz. But de leur action: bloquer l'accès au bâtiment pour protester contre les activités bancaires nuisibles, selon eux, pour le climat et exiger des grandes banques qu'elles cessent immédiatement de financer l'extraction du charbon, du pétrole et du gaz.

Les militants ont aussi placé des pots de plantes et des vélos cadenassés entre eux. Les policiers ont dû briser des chaînes avec un disque à trancher, puis évacuer les activistes en les portant. Ils ont interpellé 64 personnes. 51 militants ont été poursuivis par la justice dont 42 ont accepté la sanction par ordonnance pénale. Ces derniers ne comparaissaient donc pas.

Continuer la lecture

Suisse

Le Valais ouvre la vaccination aux personnes dès 16 ans

Publié

le

Désormais, les personnes dès 16 ans peuvent se faire vacciner en Valais. (©KEYSTONE/DPA/KAY NIETFELD - Image d'illustration).

Toutes les personnes dès 16 ans peuvent désormais se faire vacciner contre le Covid-19 en Valais. Dès la semaine prochaine, la capacité passera à 20'000 vaccinations hebdomadaires, a indiqué le département de la santé vendredi devant la presse.

En passant de 15'000 à 20'000 vaccinations par semaine, le canton n'atteindra pas encore sa pleine capacité, notamment au centre de vaccination de Sion. Cette pleine capacité dépend du nombre de doses livrées, a rappelé Victor Fournier, chef du service valaisan de la santé publique.

L'accélération du rythme de vaccination dès la semaine prochaine s'accompagne de l'ouverture de nouveaux centres. A ceux de Brigue, Sion, Martigny et Collombey ouverts en février dernier, s'ajoutent celui de Sierre (ouvert le 10 mai) de Gampel (dès le 15 mai et les samedis uniquement) de Haute-Nendaz, Saxon, Vouvry (dès le 17 mai), a détaillé Mathias Reynard, le nouveau chef du département valaisan de la santé, des affaires sociales et de la culture.

Sur le pont depuis le début, les médecins généralistes qui le souhaitent continueront à proposer la vaccination. Quant aux pharmacies, après une phase-pilote "réussie" dans une quinzaine d'entre elles, elles seront au total quatre-vingt dans deux semaines à pouvoir administrer des doses.

En mai, le canton a reçu 75'000 doses de vaccin environ et en espère 95'000 en juin. "Nous estimions à 90% le taux de personnes vaccinées dans la tranche d'âge des plus de 75 ans et ces estimations se confirment", a constaté Victor Fournier. Pour toutes les tranches d'âge confondues concernées par la vaccination, le canton espère un taux de vaccination de 67%.

Stabilité dans les hôpitaux

Au 11 mai, plus de 134'000 doses de vaccins ont été distribuées dans le canton. Selon les estimations du service de la santé publique, 48'800 personnes environ ont reçu une vaccination complète et 36'500 une première dose.

Environ 14,1% de la population valaisanne a reçu deux doses de vaccin. "Nous sommes dans la moyenne suisse qui est de 12,5%", a précisé Mathias Reynard.

Sur les sept derniers jours, on recense en moyenne 70 cas d'infection au coronavirus par jour, "un nombre encore assez important", a noté Victor Fournier. Dans les hôpitaux, la situation ne baisse pas, mais se stabilise: actuellement environ trente personnes sont hospitalisées, dont environ six sont aux soins intensifs. "Au plus fort de la crise, 350 personnes étaient hospitalisées", a rappelé le chef du service de la santé.

De préférence les samedis

Ce vendredi matin, l'activité est importante au centre de vaccination de Sion où la presse a été reçue. "Nous y vaccinons 900 personnes environ par jour, soit environ cent par heure. C'est considérable et ça demande une logistique importante", a indiqué Benoît Dischl, médecin de district et médecin référent du centre.

Deux personnes sont mobilisées uniquement pour la préparation des vaccins. Au total, le personnel des centres de vaccination s'élève à 150 personnes avec des temps de travail distinct. Ils sont épaulés par la protection civile, les centres médicaux sociaux (CMS) et une quarantaine d'étudiants infirmiers de 2e et de 3e année à la HES-SO, jeunes volontaires formés qui interviendront surtout les samedis.

Les jeunes de 16-18 ans souhaitant se faire vacciner seront accueillis de préférence les samedis. Ils recevront le vaccin Pfizer, Moderna n'ayant pas été homologué pour cette tranche d'âge.

Avant le Valais, les cantons de Neuchâtel, Fribourg, le Jura, Zurich, Argovie et Uri ont ouvert la vaccination dès 16 ans. Genève suivra également la semaine prochaine. En cas de désaccord entre l'adolescent et les parents sur la vaccination, c'est le jeune, capable de discernement, qui décide, a indiqué Victor Fournier.

Continuer la lecture

Suisse

L'hôtellerie-restauration a perdu plus de 40'000 emplois en 2020

Publié

le

Le secteur de l'hôtellerie-restauration a perdu des milliers d'emplois l'année dernière, selon le président de GastroSuisse Casimir Platzer (Archives © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le secteur de l'hôtellerie et de la restauration suisse a perdu plus de 40'000 emplois l'année dernière en raison de la fermeture d'entreprises suite à la pandémie. Les restaurants qui dépendent du tourisme d'affaires ont été particulièrement touchés.

Les effets du second confinement ne sont pas encore inclus dans le nombre d'emplois perdus calculé par le Seco, souligne Casimir Platzer, président de GastroSuisse, dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Selon lui, au moins 10'000 emplois supplémentaires ont été perdus depuis.

M. Platzer rappelle qu'un sondage mené début mars par GastroSuisse avait montré que deux tiers des quelque 3500 membres interrogés avaient des problèmes financiers et que 20% avaient déclaré être fermés indéfiniment. Selon un second sondage réalisé en avril, le nombre d'établissements touchés a diminué.

Cela peut être lié aux fonds pour les cas de rigueur, qui ont entretemps été versés, avance M. Platzer. Et d'ajouter: "Nous nous attendions à une baisse de 10 à 15% de la masse salariale. Notre estimation n'était pas trop mauvaise".

Les entreprises du secteur de l'hôtellerie et de la restauration qui dépendent du tourisme d'affaires ou des événements et manifestations ont le plus souffert de la crise. Il en va de même pour les destinations axées sur les marchés éloignés. Certaines destinations de montagne, ainsi que les zones lacustres et rurales, s'en sont mieux sorties, note le directeur de GastroSuisse.

Continuer la lecture

Suisse

Les bouchons ont atteint dix kilomètres devant le tunnel du Gothard

Publié

le

Nombreux automobilistes ont répondu à l'appel du Sud jeudi (Archives © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'appel du Sud s'est fait sentir sur le trafic dès le début du week-end de l'Ascension. Les bouchons à l'entrée nord du tunnel du Gothard en direction du sud ont atteint dix kilomètres jeudi. Les trafics ferroviaire et aérien n'ont eux pas été touchés.

Le trafic à l'entrée du Gothard a particulièrement été surchargé en début d'après-midi où l'attente à culminé à une heure cinquante, selon le TCS. Des colonnes se sont aussi formées sur la route principale entre Flüelen et Göschenen (UR).

Les bouchons se sont progressivement réduits au fil de l'après-midi. Aux alentours de 16h, la colonne de voitures était de trois kilomètres devant l'entrée nord du tunnel du Gothard, en direction du sud, et l'attente d'environ 30 minutes.

Mercredi, un bouchon de douze kilomètres s'était déjà formé, bloquant le trafic pendant plusieurs heures. Un véhicule en panne, qui a provoqué la fermeture temporaire du tunnel, était en cause.

Durant ce week-end prolongé, les files d'attente devraient toutefois être moins longues qu'avant la pandémie, selon Viasuisse et l'Office fédéral des routes (OFROU). En 2019, par exemple, la longueur des bouchons avait atteint 15 kilomètres et l'attente culminé jusqu'à quatre heures.

Le trafic ferroviaire a lui été bien maitrisé dans toute la Suisse, a indiqué un porte-parole des CFF. A Berne notamment, où des travaux d'envergure ont débuté mercredi, le trafic est resté fluide.

Du côté du trafic aérien, l'aéroport de Genève n'a pas constaté d'augmentation significative des passagers entre mercredi et jeudi. Seuls quelques vols supplémentaires ont eu lieu, a indiqué un porte-parole à Keystone-ATS.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X