Rejoignez-nous

Suisse

La procédure du MPC contre VW et Amag à l'arrêt

Publié

,

le

Le MPC "est arrivé à la conclusion que du point de vue pénal, les fondements n'étaient pas suffisants pour prononcer une ordonnance pénale ou une mise en accusation" (archives). (© KEYSTONE/DPA/JULIAN STRATENSCHULTE)

Le Ministère public de la Confédération veut cesser la procédure pénale contre le constructeur allemand Volkswagen et l'importateur automobile suisse Amag dans le scandale des moteurs diesel truqués. Il manque de fondements pour une plainte.

"En raison (...) du travail d'enquête réalisé jusqu'ici, le Ministère public de la Confédération est arrivé à la conclusion que du point de vue pénal, les fondements n'étaient pas suffisants pour prononcer une ordonnance pénale ou une mise en accusation", ont confirmé mardi les autorités à AWP. La radio SRF avait auparavant évoqué le sujet.

Les autorités ont ouvert la procédure pénale en décembre 2016. Amag est l'importateur général des véhicules des marques de Volkswagen en Suisse. Il s'agissait de vérifier les soupçons d'escroquerie par métier. Les accusés étaient soupçonnés d'avoir été au courant des trucages des moteurs, qui ont, entre 2008 et 2015 trompé environ 175'000 acheteurs ou preneurs de leasing en Suisse.

Des millions de véhicules diesel de Volkswagen avait été manipulés afin de faire croire à des émissions moins importantes qu'en réalité.

En 2017, une demande d'entraide judiciaire avait été déposée en Allemagne auprès des autorités compétentes, mais elle n'a pas obtenu de réponse, a expliqué mardi le MPC, malgré plusieurs relances.

Du côté d'Amag, de nombreuses données ont été analysées et un ancien collaborateur a été entendu. Amag a coopéré en continu, et fourni 1 térabyte de données au MPC, ont indiqué les autorités. La pandémie a néanmoins freiné l'enquête, certains représentants d'Amag n'ayant ainsi pas pu être entendus.

Les inculpés et les plaignants privés peuvent encore s'exprimer avant la décision définitive du MPC. L'association de protection des consommateurs Stiftung für Konsumentenschutz (SKS) a regretté que les coupables n'aient pas été trouvés.

Les plaignants peuvent toutefois toujours se tourner vers la justice civile pour obtenir réparation. Volkswagen a déjà versé des milliards aux Etats-Unis et en Allemagne. Mais porter plainte contre une entreprise si puissante pour un particulier en Suisse est très compliqué et coûteux, selon SKS.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Holcim achète un groupe britannique de recyclage de matériaux

Publié

le

Holcim s'est emparé de la société britannique Wiltshire Heavy Building Materials, dont les ventes dépassent les 20 millions de francs. (archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le géant des matériaux de construction Holcim s'est emparé de la société britannique Wiltshire Heavy Building Materials, dont les ventes dépassent les 20 millions de francs.

Le groupe est présenté comme un acteur important du traitement de déchets de construction et de démolition ainsi que de leur recyclage.

Fondé il y a plus de trente ans, Wiltshire emploie 80 personnes et traite annuellement 150'000 tonnes de matériaux, les transformant en granulats et en béton, indique jeudi la multinationale zougoise. L'entreprise dispose d'usines à Devizes, Theale, Faringdon et Fairford. Celles-ci viendront renforcer les sites britanniques de granulats appartenant à Holcim.

Cette acquisition, dont le montant n'est pas précisé, doit permettre à Holcim d'atteindre son objectif de recyclage de 10 millions de tonnes de déchets issus de la construction et de la démolition d'ici 2025.

Cette semaine, le géant zougois a annoncé la finalisation de deux acquisitions, celle de la société polonaise Izolbet, spécialisée dans la rénovation et l'isolation thermique, et celle de l'américain Polymers Sealants North America (PSNA), actif dans les revêtements, les adhésifs et le mastic. Fin septembre, Holcim a bouclé le rachat du belge Cantillana, un spécialiste des façades et de l'isolation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Proche de la crise migratoire de 2015, selon le directeur de l'AFD

Publié

le

Selon Christian Bock, la Suisse est un pays de transit pour les migrants (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La semaine dernière, 1150 personnes ont été interceptées à la frontière orientale de la Suisse, indique Christian Bock, directeur de l'Administration fédérale des douanes (AFD). "Cela nous rappelle beaucoup la crise des réfugiés de 2015 et 2016".

"Nous voyons un grand nombre de migrants qui sont en transit", ajoute le directeur de l'Office fédéral des douanes et de la sécurité des frontières dans un entretien publié jeudi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia. La frontière sud est également sous pression. "L'Italie n'a actuellement une capacité de réadmission que de 40 à 50 personnes par jour".

La Suisse est avant tout un pays de transit, souligne le responsable. De nombreux migrants souhaitent quitter la Serbie pour se rendre en France ou en Grande-Bretagne en passant par l'Autriche. Lorsqu'ils sont contrôlés en Suisse, ils sont en général renvoyés d'où ils viennent, poursuit-il. "Si nous ne faisions rien, nous accepterions la migration de transit. Un État ne peut pas faire cela". Mais ceux qui souhaitent déposer une demande d'asile en Suisse peuvent le faire, assure M. Bock.

La moitié des cas concerne actuellement des Afghans. Les autres migrants sont originaires d'Afrique du Nord, d'Inde, de Cuba et du Burundi. "Le mélange des nationalités a changé", note le directeur de l'AFD, car beaucoup d'entre eux "peuvent entrer en Serbie sans visa".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Un joueur a coché les six bons numéros au tirage de mercredi et empoche un million de francs. (photo symbolique) (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Le Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi. Un joueur a coché les six bons numéros et empoche un million de francs. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 1, 2, 5, 8, 13 et 24. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 4 et le Joker le 892011.

Lors du prochain tirage samedi, 25,4 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les négociations échouent sur la mise en conformité d'Uber

Publié

le

Les négociations entre Uber et leurs chauffeurs ont échoué à Genève. Les seconds ont refusé mardi soir lors d'une assemblée la proposition de convention destinée à régler le passé. Les syndicats demandent toujours à l'Etat de faire respecter la loi (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les négociations entre Uber et leurs chauffeurs ont échoué à Genève. Les seconds ont refusé mardi soir lors d'une assemblée la proposition de convention destinée à régler le passé. Les syndicats demandent toujours à l'Etat de faire respecter la loi.

"Je prends acte que de cette décision. J'ai convoqué Uber pour savoir comment elle entend se mettre en conformité sur les arriérés", a déclaré mercredi devant les médias la conseillère d'Etat Fabienne Fischer, en charge du Département de l'économie et de l'emploi (DEE). Fin mai, le TF décrétait que les chauffeurs de la plateforme sont des salariés et pas des indépendants.

Mme Fischer attend à présent une proposition d'Uber et vérifiera si elle est conforme au droit. Selon elle, la proposition de convention "semblait" l'être. A la faveur d'une suspension de son interdiction d'exercer, l'entreprise a jusqu'au 15 octobre pour se mettre en règle. La magistrate ne préjuge pas de ce qui va se passer. "Je n'exclus aucune possibilité", a-t-elle déclaré.

Interrogée sur sa responsabilité dans cet échec, la conseillère d'Etat a mis en avant son rôle de médiatrice, avec la mise à disposition des compétences techniques de son département. "Ce n'était pas ma responsabilité de trouver un accord à la place des parties", a-t-elle souligné. Les négociations étant confidentielles, elle a refusé de donner des éléments chiffrés.

"Pas à la hauteur"

Ces chiffres ont été fournis peu après par Unia et par le Syndicat interprofessionnel des travailleurs (SIT). Uber proposait de payer 15,4 millions de francs d'arriérés sur les cotisations sociales pour la période allant de janvier 2017 à juin 2022, a expliqué devant les médias Jean-Luc Ferrière, cosecrétaire général du SIT. Impossible à vérifier, selon lui, ce montant comprenait la part qui incombe aux employés.

Un complément d'indemnisation de 4,6 millions était aussi prévu pour cette période de cinq ans et demi. Alors qu'Uber considère que seules les courses et les approches sont du temps de travail, les syndicats exigent la prise en compte du temps d'attente. "Cette proposition n'était pas à la hauteur. S'y ajoute le fait que les frais représentent la moitié de leur revenu", a précisé M. Ferrière.

"Ce forfait pour les frais a été calculé sur une base de 10,5 centimes par kilomètre, contre 70 centimes exigés par les chauffeurs", a indiqué Caroline Renold, avocate à Unia. Avec la prise en compte du temps d'attente à 28 francs l'heure, les syndicats arrivent à 46 millions. "Ces 4,6 millions ne sont pas conformes au droit. Les chauffeurs étaient prêts à entrer en matière sur un minimum de 12 millions", a-t-elle expliqué.

"Proposition indigne"

Un montant additionnel de 400'000 francs devait couvrir les cas de rigueur, maladie, accident. Mardi soir, la convention a été rejetée à une très large majorité par la cinquantaine de chauffeurs présents sur les 150 affiliés aux deux syndicats. "Elle a été considérée comme indigne voire humiliante", a fait savoir le syndicaliste.

Les syndicats dénoncent l'attitude d'Uber, qui a fait perdre beaucoup de temps dans ces négociations en ne fournissant ses données que lorsque la plateforme risquait d'être suspendue. "On attend qu'elle transmette les données individuelles à chaque chauffeur, conformément au droit, a indiqué Anne Fritz, secrétaire syndicale à Unia.

Engagement d'Uber

"On compte sur le Conseil d'Etat et le département de faire respecter le droit et de lutter contre le dumping salarial", a répété Caroline Renold. Si un accord devait être passé entre Uber et l'Etat, les chauffeurs ne pourraient que faire valoir leurs prétentions devant le Tribunal des Prud'hommes, le droit suisse ne permettant pas d'actions collectives.

De son côté, Uber Suisse regrette qu'aucun accord n'a été trouvé "compte tenu de l'importante complexité de la situation", a fait savoir dans un communiqué son directeur Jean-Pascal Aribot. La société déclare vouloir continuer "à s'engager de manière constructive avec l'Etat de Genève afin de fournir aux chauffeurs, et ce dès que possible, la plus grande clarté sur leur activité passée."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Poésie: le Vaudois Gustave Roud remis à l'honneur

Publié

le

Cette édition critique "Gustave Roud, Oeuvres complètes" a nécessité quatre ans de travail. Elle a été menée par une équipe de six chercheurs, codirigés par Daniel Maggetti, directeur du Centre des littératures en Suisse romande (CLSR) à UNIL, et Claire Jaquier, professeure de littérature à l'UniNE. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Un poète vaudois va être remis en lumière: Gustave Roud. Les oeuvres complètes de celui qui est considéré comme un successeur de Charles Ferdinand Ramuz, font l'objet d'une publication qui sort ce jeudi.

Un écrivain, poète et photographe vaudois remis en lumière. Aujourd'hui est un jour d'importance pour le monde littéraire romand; c'est celui de la publication des oeuvres complètes de Gustave Roud (dire Rou). L'homme, qui a vécu entre 1897 et 1976, est considéré comme le successeur de Charles Ferdinand Ramuz, bien que moins connu. Explications de Daniel Maggetti, directeur du Centre des littératures en Suisse romande à l'Université de Lausanne et codirecteur des "Oeuvres complètes".

Daniel Maggetti

Bientôt dans les écoles?

Signe d’une reconnaissance moins étendue, l’oeuvre de Gustave Roud n’est que peu étudiée au sein des écoles vaudoises. On retrouve Daniel Maggeti.

Daniel Maggetti

Le coffret est publié aux éditions Zoé. Il comprend plus de 5'000 pages, rassemblant poèmes, traductions, notes de journal, articles et études critiques. L'aboutissement de quatre ans de travail pour six chercheurs.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X