Rejoignez-nous

Climat

La récolte de pommes s'annonce bonne en Suisse

Publié

,

le

Si la récolte des Gala, Golden Delicious et Braeburn devrait augmenter, celle des variétés Boskoop (photo), Idared, Milwa, Elstar et Gravensteiner devrait nettement baisser. (© KEYSTONE/SIGI TISCHLER)

Contrairement à d'autres cultures, celles de pommes ont bien résisté au mauvais temps. La Fruit-Union Suisse (FUS) s’'attend à une récolte de près de 120'000 tonnes de pommes de table. Les pertes de récolte devraient en revanche être plus grandes pour les poires.

Avec 120'091 tonnes de pommes de table (-1 %), le rendement devrait être pratiquement similaire à celui de 2020, précise la Fruit-Union Suisse. Il existe néanmoins de grandes différences entre les variétés.

Si la récolte des Gala, Golden Delicious et Braeburn devrait augmenter, celle des variétés Boskoop, Idared, Milwa, Elstar et Gravensteiner devrait nettement baisser. Ces cultures ont en effet été plus touchées par le gel et l'alternance de la météo.

Les estimations sont moins réjouissantes pour les poires de table. La récolte est estimée à environ 18'600 tonnes, ce qui n'équivaut qu'à 79% de la récolte de l'année dernière.

Les récoltes seront aussi inégales selon les régions. La Suisse centrale et le canton de Berne, fortement touchés par le gel et la grêle, s'attendent à une très mauvaise saison pour les fruits à pépins.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Une météorite d'un demi-kilo s'est écrasée en Valais lundi dernier

Publié

le

La météorite qui s'est écrasée lundi 29 novembre dans la région de Verbier (VS) n'a pas encore été retrouvée, la zone d'impact n'étant pas facile d'accès et dangereuse en hiver (image symbolique). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Une météorite d'un demi-kilo s'est écrasée lundi dernier dans la région de Verbier en Valais. De la taille d'une mandarine, elle n'a toujours pas été retrouvée.

"Le 29 novembre une météorite d'environ 500 grammes s'est écrasée en Valais", raconte ce lundi Michaël Cottier, médiateur scientifique à l'Observatoire François-Xavier Bagnoud, basé à St-Luc dans le Val d'Anniviers, au micro de Rhône FM. La partie principale du météore a dû finir du côté du glacier de Corbassière dans le Val de Bagnes, mais des débris plus petits ont pu être déviés par le vent autour de l'impact principal, ajoute-t-il.

La zone n'étant pas facile d'accès et dangereuse en hiver, la météorite n'a pas encore été retrouvée. Michaël Cottier appelle à ne pas "prendre de risques inutiles pour aller la chercher". Le printemps venu, il invite en revanche les intéressés à être attentifs aux rochers et cailloux lors de leurs promenades dans la région.

"Nous mettrons à disposition une page sur notre site internet qui résumera à quoi ressemble un météore retrouvé au sol et les éléments auxquels il faut faire attention. N'hésitez pas à nous contacter pour que l'on puisse vous dire si c'est la bonne piste ou pas", précise-t-il encore à la radio régionale.

Certaines météorites "très, très rares peuvent avoir de la valeur, comme c'est le cas des météorites martiennes". Dans le cas du Val de Bagnes, "il ne faut pas s'attendre à devenir milliardaire, l'intérêt de la découverte est plutôt scientifique", ajoute Michaël Cottier. Ce dernier invite d'ailleurs à contacter le Musée des Sciences de la Terre de Martigny ou l'Observatoire François-Xavier Bagnoud de Saint-Luc pour que le caillou soit amené à un muséum et analysé.

www.ofxb.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Le volcan le plus actif d'Islande sous surveillance

Publié

le

Les éruptions récentes du Grimsvötn se sont produites environ tous les 5 à 10 ans. La dernière remonte à 2011 (archives). (© KEYSTONE/AP NY/JON GUSTAFSSON)

Le Grimsvötn, le volcan le plus actif d'Islande, est sous surveillance ce week-end du fait d'une immense crue glaciaire en cours susceptible de déclencher une éruption, selon les autorités. Sa dernière éruption remonte à 2011.

Phénomène naturel brutal connu sous le nom de "jökulhlaup", cette tumultueuse coulée d'eau en cours depuis dix jours devrait "très probablement" culminer dimanche, a indiqué l'institut météorologique d'Islande. La baisse de pression sur le volcan entraînée par l'écoulement de millions de tonnes d'eau "peut déclencher une éruption", comme ce fut le cas en 2004, mais également en 1934 et 1922.

A l'inverse, les coulées glaciaires, qui selon les scientifiques sont accélérées par le changement climatique, peuvent aussi avoir lieu sans éruption.

Situé sous un immense glacier nommé Vatnajökull dans une zone inaccessible du centre de l'Islande, le volcan Grimsvötn était entré en éruption pour la dernière fois en 2011.

Tous les 5 à 10 ans

"Les éruptions récentes du Grimsvötn se sont produites environ tous les 5 à 10 ans et, du fait des mesures et des observations, les scientifiques s'accordent sur le fait qu'il est prêt à entrer en éruption", souligne l'IMO dans un communiqué. "Il n'est toutefois pas possible de prédire s'il y aura une éruption à la suite de cette crue-ci", reconnaît l'institut.

Contrairement à l'épisode de 2004, qui avait suivi une crue glaciaire et une série de séismes, aucun tremblement de terre n'est, pour l'heure, détecté dans le secteur.

Lors de l'éruption de 2011, le nuage de cendres du Grimsvötn avait brièvement perturbé le trafic aérien au-dessus des îles britanniques, mais sans commune mesure avec l'éruption de l'Eyjafjallajökull en 2010, qui avait quasi intégralement paralysé le trafic en Islande et vers l'Europe pendant des jours.

La dernière éruption en Islande s'est produite le 19 mars près du mont Fagradalsfjall, à 40 kilomètres au sud-ouest de la capitale Reykjavik. Après six mois de coulées de lave sans dégâts ni victimes, le magma ne sort plus du volcan depuis le 18 septembre, mais il est encore trop tôt pour déclarer l'éruption terminée, selon les experts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Tempête Arwen: deux personnes décédées au Royaume-Uni

Publié

le

Deux personnes sont décédées au Royaume-Uni à cause de la tempête Arwen. (© KEYSTONE/AP/Owen Humphreys)

Rafales de vents à 160 km/h, fortes chutes de neige, débris sur les voies: le nord du Royaume-Uni est frappé de plein fouet samedi par la tempête Arwen, qui a privé des dizaines de milliers de personnes d'électricité et entrainé la mort de deux hommes.

Le Met Office, agence météorologique britannique, a prévenu attendre dans la journée de samedi de "très fortes rafales", après une nuit passée en niveau d'alerte rouge pour le vent et qui a vu "une grande partie du Royaume-Uni" frappée par des rafales "dommageables".

Le pays est désormais placé en alerte orange ou jaune selon les régions, mais l'agence météorologique conseille toujours de ne se déplacer qu'en cas d'absolue nécessité.

En Irlande du nord, un homme est décédé vendredi lorsque sa voiture a été heurtée par la chute d'un arbre, a indiqué la police. Un autre a perdu la vie dans le nord-est de l'Angleterre, lorsqu'un arbre lui est tombé dessus.

En Ecosse, plusieurs lignes ferroviaires ont été interrompues entre Edimbourg, Glasgow et d'autres villes majeures après qu'une grange soufflée par les vents a atterri sur les rails. De nombreuses routes des régions écossaises les plus touchées sont par ailleurs fermées à cause de débris sur les voies.

Camions bloqués dans la neige

Environ 120 camions se sont fait surprendre par la météo et sont désormais "coincés dans la neige" sur une autoroute du nord de l'Angleterre, a annoncé samedi la police routière, qui a déployé un chasse-neige pour essayer de résoudre la situation.

Le fournisseur d'énergie Northern Powergrid estime que de violentes rafales ont privé d'électricité 55'000 de leurs clients dans le nord de l'Angleterre et notamment dans le comté de Northumberland, où la ville de Brizlee Wood a subi des vents à près de 160km/h, selon les relevés du Met office.

De nombreuses vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des vents hurlants et une mer déchaînée à travers le pays. "Les gens doivent rester loin de la côte car les vagues représentent un danger pour la vie", a averti samedi le Met office.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Climat

Justin Trudeau dans l'Ouest canadien après des inondations

Publié

le

Le Premier ministre canadien regarde une carte qui répertorie les dommages provoqués par les inondations des dernièrs jours à Abbotsford, dans la province de Colombe-Britannique. (© KEYSTONE/AP/Jonathan Hayward)

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est rendu vendredi dans l'ouest du pays touché par des inondations catastrophiques. Il a mis en garde contre de nouveaux désordres climatiques alors que la région attend de fortes pluies dans les prochains jours.

"Ce ne sera pas la dernière crise que traverseront les Canadiens", a prévenu Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre de la province de Colombie-Britannique, John Horgan.

"Les événements climatiques extrêmes vont devenir plus fréquents", a-t-il déclaré. "Nous devons nous attaquer aux problèmes de changement climatique sur le long terme", notamment en diminuant les émissions de CO2 et en rendant les infrastructures plus résilientes, a-t-il ajouté.

Les pluies torrentielles, qui se sont abattues sur le sud-ouest de la Colombie-Britannique mi-novembre, ont provoqué des glissements de terrain et des inondations, faisant au moins quatre morts et un disparu et détruisant routes et infrastructures. Des milliers de personnes ont dû être évacuées et l'armée envoyée en renfort.

Ces derniers mois, la province, située sur la côte Pacifique, a subi des catastrophes à répétition avec une vague de chaleur record fin juin qui a fait plus de 500 morts, suivie par d'importants incendies.

Autoroutes fermées

"Nous payons les conséquences du changement climatique, non pas dans l'avenir, mais dès maintenant", a déclaré M. Horgan. "Nos fermes ont été inondées, nos routes emportées, nos communautés sont sous l'eau, et il va y avoir encore plus de pluie", a-t-il ajouté.

Vendredi, le gouvernement de Colombie-Britannique a ordonné la fermeture de tronçons de trois autoroutes en prévision de deux autres épisodes de pluie importants prévus dans les prochains jours.

Dans la journée, Justin Trudeau a rencontré des soldats déployés dans la région ainsi que des habitants touchés par les inondations. "J'ai vu l'étendue des inondations, les défis que doivent relever tant de fermes et de communautés touchées", des gens "qui se battent pour leurs maisons", a-t-il dit.

Cette semaine, la province a commencé à faire venir du carburant des Etats-Unis par barges afin d'atténuer la pénurie d'essence. Les ventes à la pompe à Vancouver, qui a été isolée par les dégâts de la tempête, ont été rationnées.

Selon les dernières informations, la compagnie ferroviaire Canadian Pacific et la compagnie nationale ont repris le transport de fret entre Vancouver et Kamloops, à 350 km au nord-est.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Au moins 30 morts ou disparus dans des inondations en Inde

Publié

le

Des dizaines de personnes sont mortes depuis octobre en Inde dans des inondations et glissements de terrain causés par de fortes précipitations. (© KEYSTONE/AP)

Au moins 30 personnes sont mortes ou portées disparues à la suite de crues soudaines dans le sud de l'Inde, ont rapporté samedi des médias. Trois bus ont été emportés par les flots dans l'État côtier d'Andhra Pradesh.

Les secours ont sorti une dizaine de corps des eaux. Au moins 18 autres personnes sont toujours portées disparues, selon le site d'informations en ligne The NewsMinute.

Les conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles et extrêmes qui ont frappé le sud de l'Asie ces dernières années sont causées par le changement climatique et exacerbées par la déforestation, la construction de barrages et le développement excessif, selon les experts.

Des dizaines de morts en un mois

Des dizaines de personnes sont mortes depuis octobre en Inde dans des inondations et glissements de terrain causés par de fortes précipitations. Les météorologues ont annoncé de fortes pluies samedi dans plusieurs régions du sud du pays.

Au moins 42 personnes ont été tuées le mois dernier lors de pluies diluviennes qui ont frappé le Kerala.

Vendredi, les autorités de cet État ont interdit l'accès au temple de Sabarimala, un des sanctuaires les plus sacrés de l'hindouisme, en raison des fortes pluies. Depuis la semaine dernière, des centaines de fidèles se rendent chaque jour à Sabarimala dans le cadre d'un pèlerinage annuel qui dure deux mois.

La montée des eaux de la rivière Pamba, considérée comme sacrée, a contraint les autorités à interdire aux fidèles de s'y rendre durant une journée, a rapporté samedi le journal Hindustan Times.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X