Rejoignez-nous

Suisse

La Suisse et l'Estonie poussent leur coopération dans le numérique

Publié

,

le

Le président de la Confédération Ignazio Cassis (à g.) a reçu samedi à Bellinzone la première ministre estonienne Kaja Kallas, qui serre la main au conseiller d'Etat tessinois Claudio Zali. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Pablo Gianinazzi)

La Suisse et l'Estonie sont convenus de développer leur collaboration dans le domaine du numérique, lors de la visite de première ministre estonienne Kaja Kallas samedi auprès du président de la Confédération Ignazio Cassis. L'Estonie est à la pointe dans ce secteur.

"L'Estonie est très en avance en matière de numérisation puisque 99% de ses services publics sont numérisés", relève samedi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), au terme de la rencontre entre Mme Kallas et M. Cassis à l'hôtel de Ville de Bellinzone.

La Suisse de son côté jouit d'une "vaste expertise dans le domaine des nouvelles technologies", d'où l'intérêt des deux pays à pousser leur coopération dans le numérique, précise le communiqué. La stratégie de politique extérieure 2020-2023 de la Suisse accorde une "grande importance à l'utilisation des nouvelles technologies".

"Les mêmes valeurs"

Concernant l'Ukraine, les deux pays "condamnent fermement l'agression de la Russie (contre ce pays) et exigent le retrait immédiat des troupes russes".

Sur le dossier européen, M. Cassis a rappelé que la Suisse et l'UE "partageaient les mêmes valeurs et objectifs". Le ministre a réaffirmé le souhait de la Suisse de stabiliser et de développer la voie bilatérale avec l'UE, indique le DFAE.

Dans le cadre de la contribution helvétique en faveur de certains Etats membres de l'UE, une enveloppe de 26 millions de francs est réservée à l'Estonie. Cet apport permet aux deux pays de coopérer dans les domaines de l'intégration et de la biodiversité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

L'once d'or repasse la barre des 1800 dollars

Publié

le

Les métaux précieux profitent de la récente dépréciation du dollar, des perspectives d'assouplissement de la politique monétaire de la Fed et de leur statut de rempart contre l'inflation. (archives) (© KEYSTONE/AP Images/ROB BENNETT)

Le prix de l'or poursuivait sa progression jeudi, atteignant son plus haut niveau depuis mi-août. Vers 16h00, l'once de métal jaune a marqué un pic à 1804 dollars, soit près de 35 de plus que la veille.

Le prix de l'argent était également en nette hausse, à 22,72 dollars l'once, son plus haut niveau depuis début mai.

Les métaux précieux profitent actuellement de plusieurs éléments. Comme ils sont négociés en dollars, ils bénéficient de la dépréciation du billet vert, qui rend l'or et l'argent moins chers pour les investisseurs opérant en dehors de la zone dollar, où la demande augmente en conséquence.

A cela s'ajoute le fait que la Réserve fédérale américaine (Fed) va vraisemblablement quelque peu assouplir sa posture monétaire dans la lutte contre l'inflation élevée. En octobre, celle-ci a ralenti à 6,0% en octobre en rythme annuel, après 6,3% en septembre, selon l'indice PCE publié par le Département du Commerce.

Mercredi soir, le président de la Fed, Jerome Powell, avait laissé entrevoir un ralentissement dans les futures hausses de taux, ce dont des placements comme l'or et l'argent, qui ne rapportent pas d'intérêts, ont tendance à en profiter. En outre, les métaux précieux sont traditionnellement considérés comme un rempart contre l'inflation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / dpa

Continuer la lecture

Économie

Vers un nouveau visage pour un axe central au coeur de Morges

Publié

le

Axe central et commerçant situé entre la Grande-Rue et les quais à Morges (VD), la rue Louis-de-Savoie va être repensée et réaménagée ces prochains mois (archives). (© Keystone/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Axe central et commerçant situé entre la Grande-Rue et les quais à Morges (VD), la rue Louis-de-Savoie va changer de visage ces prochains mois. Après des travaux de renouvellement des conduites souterraines, l'espace public sera réaménagé avec des terrasses, remis en valeur et végétalisé. La vitesse sera modérée à 30 km/h.

"Des travaux urgents de renouvellement des infrastructures souterraines nécessitent une intervention sur la rue Louis-de-Savoie. La Municipalité saisit cette occasion pour réaménager cet espace public et soumet un préavis au Conseil communal afin d'obtenir les crédits de construction pour ces aménagements", a-t-elle indiqué jeudi dans un communiqué.

"Pour rendre cet axe patrimonial du bourg plus agréable pour la population et les commerces", l'exécutif souhaite "apaiser le trafic, favoriser la mobilité douce, apporter de la végétalisation et de l'ombre, ou encore créer des espaces de vie, de pauses et de rencontres".

Cela se traduira par des aménagements réversibles, confortables, installés dans une approche modulaire et évolutive. Une phase-test d’une année permettra d’adapter le projet en fonction des retours des citoyennes et des citoyens, souligne la Ville. La pose d'un revêtement phono absorbant sur cette rue est également prévue, contribuant à la réduction du bruit routier.

La rue Louis-de-Savoie, les quais du Mont-Blanc et Jean-Louis-Lochmann ainsi que les traversées reliant ces deux axes bénéficieront par ailleurs d'une réduction de la vitesse à 30 km/h, facilitée grâce à la nouvelle procédure proposée par le canton, a encore indiqué la Municipalité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

ABB: sanction de 134 millions pour corruption en Afrique du Sud

Publié

le

Les soucis d'ABB avec la justice sud-africaine remontent à 2015 avec l'attribution d'un marché de la part d'une entreprise publique pour la construction d'une centrale électrique dans la périphérie de Pretoria, entachée de soupçons de corruption. (archives) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le groupe électrotechnique zurichois ABB a conclu un accord avec la justice sud-africaine et accepté de verser au titre de réparation punitive un montant de 2,5 milliards de rands (134 millions de francs) afin de solder une affaire de corruption.

Cette dernière était liée à la construction d'une centrale électrique, rappelle le ministère public sud-africain jeudi dans un communiqué.

Cet accord de règlement a été négocié avec des pays partenaires, dont les États-Unis, la Suisse, l'Italie et l'Allemagne, est-il précisé. L'Afrique du Sud recevra la majeure partie du montant.

Le paiement devra être effectué sur le compte de recouvrement des avoirs criminels de l'Afrique du Sud dans un délai de 60 jours à compter du 1er décembre 2022.

"Le règlement présente l'avantage immédiat d'économiser des coûts dans le contexte d'un procès prolongé contre ABB et de garantir des fonds immédiats pour le fisc pendant que les enquêtes pénales sur les personnes impliquées se poursuivent", indique encore le Parquet.

L'accord ne concerne pas les individus poursuivis

Celui-ci précise encore que ce règlement ne met pas à l'abri les individus faisant l'objet de poursuites pénales, y compris les directeurs, le personnel et les contractants d'ABB. Le Parquet continuera à enquêter, avec le soutien d'ABB, qui s'est engagée à collaborer pour que ses employés impliqués répondent de leurs actes.

ABB avait indiqué en septembre avoir constitué des provisions d'environ 325 millions de dollars, ce qui a affecté les résultats du troisième trimestre.

Le litige remonte à 2015, lorsque le groupe électrotechnique avait décroché un contrat pour la construction de la centrale électrique de Kusile, près de la capitale Pretoria, auprès de l'entreprise publique Eskom.

Deux anciens salariés d'ABB et leurs épouses avaient été arrêtés en juillet dernier et inculpés pour corruption, fraude et blanchiment d'argent.

Dans le cadre de ce litige, ABB avait déjà versé un montant d'environ 104 millions de francs à Eskom.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Climat

Une montre connectée vaudoise encercle des arbres romands

Publié

le

Le dispositif "Arbres connectés, alerter pour protéger" a été présenté jeudi à Yverdon. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Quelques arbres d’Yverdon-les-Bains ont une drôle de ceinture autour du tronc depuis ce jeudi. Il s’agit d’un dispositif développé par une entreprise blonaysanne et baptisé « Arbres connectés, alerter pour protéger ». Son but: surveiller la santé des arbres romands pour éviter d'éventuelles chutes. Dix communes ont déjà adhéré au projet.

Des paysagistes blonaysans prennent le pouls des arbres romands. L’entreprise Krebs SA et la haute école du paysage d’ingénierie et d’architectures de Genève, ont développé un dispositif baptisé « Arbres connectés, alerter pour protéger ». Dévoilé ce jeudi, il permet de surveiller la santé des arbres. Les précisions de Stéphane Krebs, maître et expert paysagiste à l’origine de l’idée.

Stéphane KrebsMaître et expert paysagiste chez Krebs SA

Dix communes partenaires

Pour l’heure une dizaine de communes a déjà adhéré au projet en tant que partenaires. Parmi elles : Sion en Valais, Grand-Saconnex sur Genève et plusieurs communes vaudoises dont Pully, Blonay-Saint-Légier, ou encore Yverdon-les-Bains. La municipale yverdonnoise chargée de l’environnement nous explique ce qui a convaincu la commune de se lancer dans l’aventure. Brenda Tuosto.

Brenda TuostoMunicipale yverdonnoise chargée de l'environnement

Trois arbres ont été équipés du dispositif sur le territoire communal. La municipale chargée de l’environnement, Brenda Tuosto nous explique comment ils ont été choisis.

Brenda TuostoMunicipale yverdonnoise chargée de l'environnement

7 chutes répertoriées en 2021

La commune a donc bel et bien choisi des arbres qui pourraient représenter un risque pour la population. Le danger de chute est-il-donc un problème si récurrent en Suisse ? On retrouve Stéphane Krebs, maître et expert paysagiste.

Stéphane KrebsMaître et expert paysagiste chez Krebs SA

La phase de lancement de l’appareillage des arbres a été lancée, avec l’espoir de déployer le projet à travers toute la Suisse romande. Il est d’ailleurs soutenu par l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation.

Continuer la lecture

Culture

Une bourse pour l'artiste plasticienne Nastasia Meyrat

Publié

le

Une installation de l'artiste plasticienne Nastasia Meyrat lors de l'exposition des Swiss Art Awards 2018 à Bâle (archives). (© Keystone/GEORGIOS KEFALAS)

La Bourse arts plastiques 2022 du canton de Vaud a été attribuée à Nastasia Meyrat. L'artiste reçoit 20'000 francs pour mener à bien son projet de film explorant les défis professionnels des artistes tout en revisitant "L'escamoteur" de Jérôme Bosch. La lauréate a été choisie parmi huit dossiers.

"Nastasia Meyrat affectionne une pratique pluridisciplinaire mêlant sculpture, peinture, écriture ou encore création sonore. Son travail s'articule principalement autour de problématiques sociales et sociétales, afin de questionner certains mécanismes d'aliénation tout en revalorisant l'agentivité des corps mis en marge ou mal-aimés", écrit jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Détentrice d'un Bachelor Arts visuels et d'un Master en pratiques artistiques contemporaines de la Haute école d'art et de design de Genève (HEAD), Nastasia Meyrat vit et travaille à Lausanne.

"Maniant l'humour et la satire, la plasticienne s'inspire souvent dans ses créations des univers du jeu et du grotesque. Elle a présenté son travail dans plusieurs expositions personnelles ainsi qu'un nombre important de sélections collectives en Suisse et à l'étranger", note encore le Canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X