Rejoignez-nous

Suisse

Le Conseil Fédéral soutient les JO d’hiver de Sion 2026

Publié

,

le

C’est une étape cruciale de la candidature de Sion pour obtenir les Jeux olympiques d’hiver de 2026 : après s’être donné le temps d’un examen approfondi, le Conseil fédéral se range derrière le projet.

Le Gouvernement y voit une « grande chance pour le sport, l’économie et la société ». Il souscrit à une manifestation durable, qui utilise les installations déjà existantes. Le Conseil fédéral est aussi disposé à contribuer à hauteur d’un milliard de francs ; 995 millions, rectifie le conseiller fédéral Guy Parmelin. Un chèque en blanc ?

Guy Parmelin
Conseiller Fédéral, DDPS
Guy Parmelin Conseiller Fédéral, DDPS

Au plan national, c’est le parlement qui validera, ou pas, le programme. L’offre du Conseil fédéral est conditionnée au soutien politique et populaire des cantons concernés, le Valais en particulier.

Alors si l’un des cantons devait dire non, est-ce que tout s’écroule ?

Le conseiller fédéral Guy Parmelin :

Guy Parmelin
Conseiller Fédéral, DDPS
Guy Parmelin Conseiller Fédéral, DDPS

Propos recueillis par Serge Jubin.

Notez que les Valaisans se prononceront le 10 juin 2018 sur les Jeux Olympiques Sion 2026. Avant cela, le soutien financier pour les infrastructures et la sécurité sera soumis au Grand Conseil.

Le nom de la ville hôte pour ces JO de 2026, sera connu dans 2 ans, en octobre 2019.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Coronavirus - Le nombre de cas continue de grimper en Suisse

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/REUTERS POOL/Denis Balibouse)
L'épidémie de coronavirus prend encore de l'ampleur en Suisse avec 1123 cas testés positifs de plus que samedi pour arriver à un total de 14'336 cas. Selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dimanche, 257 personnes sont décédées en Suisse des suites de la maladie.

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire survenu il y a plus d'un mois le 24 février dernier, le nombre de cas n’a cessé de s'enfler, indique l'OFSP dans son bulletin quotidien. A ce jour, environ 111'000 tests ont été effectués pour Covid-19, dont 13% étaient positifs.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons du Tessin, de Vaud, de Bâle-Ville et de Genève étaient les plus touchés. Le Tessin enregistre une incidence de 515,9 cas sur 100'000 habitants, Vaud de 366,8, Bâle-Ville de 351,2 et Genève de 322,1.

Hospitalisations

Des informations sont disponibles pour 1303 cas hospitalisés. L’âge de ces personnes allait de 0 à 101 ans, avec un âge médian de 70 ans. 58% des personnes hospitalisées étaient des hommes et 42% des femmes.

Chez les personnes de 60 ans et plus, les hommes sont plus touchés que les femmes, et chez les moins de 50 ans, les femmes souffrent plus que les hommes.

Continuer la lecture

Suisse

Il n'est pas exclu d'augmenter de nouveau le crédit, selon M.Maurer

Publié

le

(KEYSTONE/Alessandro della Valle)
Le ministre des finances Ueli Maurer est convaincu que les petites et moyennes entreprises peuvent profiter des mesures d'aide de la Confédération. Si la crise devait se poursuivre au-delà de deux ou trois mois, il est clair que des moyens supplémentaires seront nécessaires, a-t-il soulevé ce week-end dans plusieurs entretiens.

"Il n'est pas exclu que nous augmentions de nouveau le crédit", a indiqué Ueli Maurer sur les ondes de la radio alémanique SRF. Il faisait référence au paquet de 20 milliards de francs décidé par le gouvernement pour aider les PME en matière de liquidités. Les entreprises peuvent ainsi solliciter auprès des banques des crédits cautionnés par la Confédération.

Les mesures d'aide ont commencé jeudi, a précisé Ueli Maurer dans un entretien avec l'hebdomadaire alémanique SonntagsBlick. Près de 30'000 demandes ont déjà été soumises. Jeudi et vendredi, la Confédération a cautionné pour 4 milliards de crédits. "Si ça continue ainsi, nous aurons utilisé la totalité de l'enveloppe prévue dans dix jours."

Avec cette mesure, il s'agit avant tout de conserver les emplois, a poursuivi le conseiller fédéral sur les ondes de la SRF. Pour cela, un équilibre est nécessaire entre l'économie et les banques. Distribuer simplement les recettes fiscales n'est pas une solution. Et d'insister: les entreprises devront rembourser les prêts.

"Il est raisonnable pour une entreprise de s'endetter maintenant", a estimé M.Maurer. Le Confédération a créé les conditions cadres permettant à la plus grande partie des petites entreprises de faire un emprunt. Elles auront un délai de remboursement de cinq à sept ans.

Continuer la lecture

Suisse

Les étudiants des hautes écoles ne restent pas les bras croisés

Publié

le

Le Professeur de l'EPFL, Jean-Philippe Thiran, donne un cours par vidéoconference a ses étudiants depuis un auditoire vide sur le campus de l'Ecole Polytechnique Federale de Lausanne, EPFL, le vendredi 13 mars 2020 a Lausanne. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Privés d'enseignement présentiel, les étudiants de la Haute école spécialisée de Suisse romande s'activent à soutenir la lutte contre le Covid-19. A Fribourg, par exemple, l'émergence de nouvelles pratiques préfigure un futur davantage numérisé.

La Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR) a lancé un appel pour établir une liste d'étudiants prêts à s'engager. "Il s'agit d'une démarche de solidarité envers les personnes vulnérables, ainsi que de soutien aux institutions et services avec lesquels nous collaborons", dit à Keystone-ATS son directeur Joël Gapany.

"La plupart des structures qui engagent nos diplômés sont actives et mobilisées pour faire face à la crise sanitaire", explique-t-il. Ici le télétravail est quasi impossible dans les institutions sociales, sachant qu'il s'agit de s'occuper de personnes handicapées, d'enfants ou de personnes âgées.

"La Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) est aussi à disposition avec de divers soutiens aux start-up et PME au regard de la situation extraordinaire", note Hanspeter Geisseler, son responsable communication. Pour l'heure, rien de concret, mais des actions pourraient suivre les besoins.

Base volontaire

A la HEG-FR, deux tiers des étudiants suivent la formation bachelor en emploi, avec un taux d'engagement d'au moins 50%, ajoute Hanspeter Geisseler. Il n'est donc pas exclu que de nombreux étudiants continuent à travailler dans des secteurs où l'activité se poursuit.

"La démarche intervient sur une base volontaire", détaille Joël Gapany. "Il faut tenir compte du fait que certains étudiants poursuivent leur formation à distance, alors que d'autres sont déjà engagés dans les institutions et y réalisent leur formation pratique en stage."

Des directions d'institutions et de services ont déjà pris contact avec la HETS-FR pour demander de pouvoir bénéficier du soutien d'un pool d'étudiants. Le lien avec les demandes est assuré par différents canaux, notamment les structures mises en place sur le plan cantonal.

Berne, Jura, Neuchâtel

A noter qu'une partie des étudiants proviennent du bassin BEJUNE (Berne, Jura, Neuchâtel), relève le directeur de la HETS-FR. Ils pourraient dès lors être sollicités pour mettre leurs compétences à disposition dans les trois cantons concernés.

La première semaine de suspension de l'enseignement présentiel a surtout servi à préparer les cours à distance. "La grande majorité de nos enseignements a pu reprendre en formation à distance comme prévu", précise Hanspeter Geisseler. Les outils connus (Moodle, TEAMS, Outlook, Jabber, Skype ou SWITCH) sont utilisés.

"La plate-forme d'apprentissage en ligne Moodle était déjà largement utilisée avant la période bousculée", rappelle Joël Gapany. Elle permet d'interagir en direct avec les étudiants via des forums, de déposer et de partager des documents écrits ou audiovisuels.

Vers le numérique

Des séances de travail en groupe peuvent se dérouler sur d'autres applications en ligne, telles que Microsoft Teams, Ici, la démarche permet de garder le lien "indispensable" entre enseignants, étudiants, personnel administratif et direction, et de partager les "bonnes pratiques".

La Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) intervient via des supports en ligne, des formation données à distance directement sur Moodle. Elle vient de créer, par l'entremise de son Centre de compétences numériques, un guichet permanent sur l'expérimentation numérique.

L'idée consiste à soutenir la transition actuelle des hautes écoles vers l'enseignement "digitalisé". "Le guichet vise à promouvoir la réalisation de nouveaux projets à caractère expérimental, en lien avec la transformation numérique", constate Joël Gapany.

"Les étudiants maintiennent aussi le contact entre eux pour réaliser les travaux collectifs". Dans certains cas de figure, la conduite des examens peut représenter un vrai défi lorsque ceux-ci doivent se dérouler à distance, tels des examens individuels sur table.

Malgré la crise sanitaire, la période incite à développer de nouvelles compétences, insiste-t-on auprès des deux hautes écoles. "Les partenaires de terrain sont de même mis à contribution et inventent des pratiques pour contribuer à la formation de nos étudiants", conclut Joël Gapany.

Continuer la lecture

Suisse

Masques de protection bloqués en France: problème réglé

Publié

le

Image d'illustration. (@ UNSPLASH / MACAU PHOTO AGENCY)
Tous les problèmes liés aux masques de protection bloqués en France à destination de la Suisse ont été levés, selon l'Ambassade de France en Suisse dimanche. La France et la Suisse travaillent chaque jour pour régler des problèmes analogues, souligne-t-elle.

Les mesures françaises ont été prises pour éviter toute spéculation sur les équipements sensibles, indique l'Ambassade de France dans un communiqué dimanche. Elles ne visent pas à interdire l’exportation de ces équipements vers les pays voisins qui combattent comme la France le Covid-19.

La solidarité: un combat permanent

"La solidarité est un combat permanent", souligne l'ambassade tout en rappelant que la France et la Suisse collaborent sur un large éventail de dossiers. Les deux pays organisent ensemble le passage quotidien des 30'000 frontaliers français travaillant dans le secteur sanitaire suisse. Elles aident ensemble les malades de Mulhouse.

Concernant les masques, une première entreprise avait stocké en France des masques chirurgicaux. Elle a reçu le 18 mars l’autorisation pour les envoyer en Suisse. L’entreprise concernée a confirmé le 26 mars que "les livraisons étaient arrivées en Suisse et qu’elles n’étaient plus affectées par un quelconque autre blocage de livraison depuis la France".

Une seconde entreprise avait stocké en France des masques FFP2. Elle a reçu le 23 mars l’autorisation de les envoyer en Suisse.

Le troisième cas concernait une autre entreprise, toujours pour exporter depuis la France des masques FFP2 à destination de la Suisse. L’autorisation d’exportation vers la Suisse a été délivrée le 24 mars.

La Commission européenne avait décidé le 21 mars d’autoriser l’exportation d’équipement de protection médical entre l’UE et les pays membres de l’AELE, notamment la Suisse, rappelle l'ambassade. La France applique cette décision et la Suisse a décidé d’en faire autant.

Continuer la lecture

Suisse

Coronavirus - Le Parlement doit maintenir sa session, estime Isabelle Moret

Publié

le

(KEYSTONE/Anthony Anex)
La présidente du Conseil national Isabelle Moret défend dimanche la tenue à partir du 4 mai de la session parlementaire extraordinaire, malgré la pandémie due au coronavirus. Le Parlement a un "rôle constitutionnel clé", argue la libérale-radicale vaudoise.

"Il participe à l'action du pays face à la crise et il a la possibilité d'édicter des ordonnances urgentes, comme le Conseil fédéral", déclare Mme Moret dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. A l'instar de son homologue des Etats Hans Stöckli samedi, elle rappelle que le législatif fédéral a également la haute surveillance sur l'activité du gouvernement.

"Le Conseil fédéral a [...] indiqué clairement que le Parlement n'est pas considéré comme une manifestation", ajoute l'élue vaudoise. Pour endiguer la progression de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), le gouvernement a interdit tout rassemblement de plus de cinq personnes.

La pandémie ne permettant pas aux Chambres fédérales de siéger en toute sécurité entre leurs murs, le Parlement fédéral se réunira à Bernexpo. La session extraordinaire d'une semaine sera consacrée seulement au coronavirus. Les parlementaires devront notamment avaliser les crédits prévus pour parer à la crise du coronavirus.

Respect des règles de l'OFSP

"Nous avons à cœur de respecter les règles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)", précise Mme Moret, pointant en particulier les deux mètres de distance entre personnes.

Selon elle, les activités autour de la session seront réduites. "Les parlementaires pourront manger sur place. Les services du Parlement et les médias seront en présence réduite", assure-t-elle.

Aucun test négatif au Covid-19 ne sera nécessaire pour participer à la session. "J'en appelle à la responsabilité de chacun", poursuit-elle. Si des élus sont malades ou font partie des personnes vulnérables, "ils doivent rester chez eux".

La présidente du Conseil du Conseil national s'attend toutefois à des délibérations plus lentes que d'habitude, en raison des règles d'hygiène et de distance sociale. "Le Conseil national et le Conseil des Etats siégeront en alternance à Bernexpo", précise-t-elle.

La délégation des finances du Parlement a déjà approuvé tous les crédits urgents demandés par le Conseil fédéral pour lutter contre les effets de la crise du coronavirus sur l’économie. Mais les Chambres fédérales doivent encore valider ces crédits, qui portent sur un montant de 30,7 milliards de francs.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Vos actions sont trop souvent basées sur des réactions émotives ! Ecoutez plutôt votre petite voix intérieure…

Publicité

Les Sujets à la Une

X