Rejoignez-nous

Football

Le football, outil d'intégration sociale en Suisse

Publié

,

le

Les clubs de foot permettent aux joueurs de nouer de multiples relations sociales et d'améliorer leurs connaissances linguistiques (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/THANASSIS STAVRAKIS)

Le football apporte une contribution importante à l'intégration sociale des migrants en Suisse, selon une étude. Il offre un accès à des activités sociales et à des réseaux qui dépassent le cadre du club. La situation est toutefois plus difficile pour les femmes.

L'étude menée par l'Institut des sciences du sport de l'Université de Berne révèle une grande diversité au sein des clubs de football, souligne l'Association suisse de football (ASF) mercredi dans un communiqué: pas moins de 179 nationalités sont représentées dans les quelque 1400 clubs de l'ASF.

Dans l'ensemble, l'étude constate une forte intégration sociale de tous les membres des clubs, et ce indépendamment de la génération de migration. Les footballeurs connaissent les normes et les habitudes centrales dans les clubs et s'identifient à leurs couleurs.

Femmes immigrées loin des terrains

L'enquête souligne que l'intégration sociale des femmes issues de l'immigration est réussie, comme pour l'ensemble des membres des clubs. Cependant, les femmes qui ont elles-mêmes immigré en Suisse trouvent plus rarement le chemin des terrains de foot.

Selon les chercheurs bernois, "les capacités linguistiques, la biographie individuelle du club et la convivialité au sein des clubs revêtent une grande importance pour l'intégration sociale". C'est précisément dans les équipes que se nouent de multiples relations sociales, qui dépassent souvent le cadre du club en tant que réseau social.

De nombreuses personnes interrogées ont indiqué participer à des événements conviviaux. Des événements d'équipe, des réunions régulières après les entraînements ou une ambiance d'équipe détendue, sont liés à une meilleure intégration sociale de tous les membres.

Moins de fonctions honorifiques

L'appartenance à un club permet à de nombreuses personnes d'améliorer leurs connaissances linguistiques. La barrière de la langue n'est pas considérée comme un obstacle à la participation aux entraînements. En revanche, elle empêche parfois de participer aux événements conviviaux.

Les joueurs issus de l'immigration restent par ailleurs moins longtemps membres d'un club et sont plus rarement impliqués dans des fonctions honorifiques. Ils sont en outre plus souvent victimes de discrimination. Un membre immigré sur dix en a fait état dans le cadre de l'étude, selon l'ASF. Ces expériences sont liées à une moins bonne intégration.

Formation des entraîneurs

"Cette étude est la preuve que le football est une clé pour la société et pour une intégration réussie", se félicite le président de l'ASF Dominique Blanc, cité dans le communiqué. Soulignant le rôle central des entraîneurs, l'association entend promouvoir les compétences sociales et interculturelles dans la formation de base des coachs.

L'étude se base sur des données qualitatives et quantitatives, précise l'ASF. Elle tient compte des déclarations des principaux fonctionnaires et des membres des clubs issus ou non de la migration. L'étude quantitative se base sur des enquêtes menées auprès de 42 clubs de football en Suisse alémanique et en Suisse romande, de 145 équipes et de 1839 membres de clubs.

L'étude partielle qualitative se base, elle, sur onze interviews de groupes de discussion avec 22 personnes issues de la migration sur l'intégration sociale dans le club et dans la société. Les chercheurs ont aussi mené 18 études de cas avec 44 interviews d'experts sur l'émergence et la mise en oeuvre d'efforts intégratifs dans les clubs

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

La belle soirée du sélectionneur

Publié

le

Murat Yakin: le premier sélectionneur de l'histoire à mener la Suisse à la victoire en Espagne. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une performance collective aboutie et l'avènement d'un véritable leader en la personne de Manuel Akanji. A Saragosse, Murat Yakin n'avait pas perdu sa soirée. Elle fut vraiment très belle.

"Je ne regarde pas les statistiques de près. On parle d'un succès historique, le premier de la Suisse en Espagne. A mes yeux, le plus important est qu'il porte la marque d'une équipe en progrès, d'une équipe qui a confiance en ses moyens, souligne le sélectionneur. On l'a vu en début de match. Nous sommes parvenus à bousculer l'Espagne. Nous avons eu aussi la chance de marquer les deux fois au bon moment. Je veux adresser un compliment à tous mes joueurs. Ils ont su tirer les leçons de la défaite 1-0 au match aller à Genève."

Murat Yakin ne s'est, également, pas fait prier pour tirer un grand coup de chapeau à Manuel Akanji, l'homme du match avec son but et son assist. "Ses qualités défensives sont très grandes. Offensives aussi avec son jeu de tête, poursuit le Bâlois. On sent qu'il vient de finaliser un transfert qui peut changer sa carrière." Le seul point noir pour Manuel Akanji est ce carton jaune brandi par Monsieur Turpin, synonyme de suspension pour le match de mardi contre la République tchèque à Saint-Gall. "J'ai la chance d'avoir des solutions", glisse Murat Yakin en pensant en premier lieu à Fabian Schär, auteur d'un très bon début de saison à Newcastle.

Le sélectionneur espère, par ailleurs, que Ricardo Rodriguez pourra honorer sa 100e sélection mardi. A Saragosse, le capitaine du Torino a été remplacé à la mi-temps. "Il était malade ces derniers jours, révèle Murat Yakin. Il était apte à commencer ce soir, mais nous savions qu'il ne pourrait pas tenir la distance. Son apport en première période fut précieux. Je veux croire qu'il pourra enchaîner mardi." A Saint-Gall, la Suisse devra terminer le travail, obtenir ce point synonyme de maintien dans la Ligue A. "Nous aimerions offrir à notre public un beau match avant la Coupe du monde", conclut Murat Yakin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Une victoire historique de la Suisse en Espagne

Publié

le

Manuel Akanji s'élève et frappe la balle de la tête, c'est 1-0 pour la Suisse. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Douze ans après la victoire de Durban face au futur champion du monde, la Suisse a écrit une nouvelle page d'histoire face à la Roja. Elle l'a battue pour la première fois en Espagne.

A Saragosse, la sélection de Murat Yakin s'est imposée 2-1 sur des réussites de Manuel Akanji (21e), l'homme du match, et de Breel Embolo (58e). Avec ce succès, elle a fait un grand pas vers le maintien dans le premier groupe de la Ligue des Nations. Il sera acquis mardi à Saint-Gall si elle ne perd pas contre la République tchèque, battue 4-0 à Prague par le Portugal.

L'esprit de corps qu'elle a témoigné en Aragon la place à l'abri d'une mauvaise surprise. D'autant plus qu'elle peut toujours compter sur un gardien d'exception. A la Romareda, Yann Sommer a réussi les arrêts qu'il fallait, notamment sur une frappe de Soler dans le temps additionnel, pour préserver le résultat.

Sans Denis Zakaria et Haris Seferovic laissés sur le banc pour un retour en 4-2-3-1 avec Djibril Sow chargé de réduire le rayon d'action de Sergio Busquets, Murat Yakin avait réservé quelques surprises dans ses choix. La première mi-temps devait lui donner mille fois raison. L'adversaire ne s'était, en effet, ménagé aucune véritable occasion malgré une très nette emprise dans le jeu avec une possession de 68 %.

Un but et un assist pour Manuel Akanji

Mais c'est bien la Suisse qui devait frapper lors de cette première période. Sur le premier corner de la rencontre, Ruben Vargas, le titulaire que l'on n'attendait pas vraiment, trouvait la tête de Manuel Ajanji à la 21e minute. Pour sa 42e sélection, le nouveau joueur de Manchester City inscrivait son premier but en sélection pour effacer enfin son funeste autogoal du huitième de finale de la Coupe du monde 2018 contre la Suède.

A la reprise, Murat Yakin était contraint d'introduire Renato Steffen à la place de Ricardo Rodriguez, touché le soir de sa 99e sélection. Tout devait ensuite se précipiter avec l'égalisation de Jordi Alba à la 55e sur une action amenée par Asensio qui avait pris le meilleur sur Nico Elvedi. Mais la Roja n'a pas savouré longtemps la réussite du latéral du FC Barcelone. Sur un nouveau corner de Vargas, Manuel Akanji déviait magnifiquement pour Breel Embolo qui marquait pratiquement dans le but vide. Avec son goal, son assist et une performance défensive XXL, Manuel Akanji a répondu présent quelques jours après avoir déclaré son ambition de gagner la Coupe du monde. S'imposer en Espagne souligne que son discours n'était pas celui d'un affabulateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La Suisse s'impose pour la première fois en Espagne

Publié

le

La déviation magnifique de Manuel Akanji pour le 2-1 de Breel Embolo. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Douze ans après la victoire de Durban face au futur champion du monde, la Suisse a écrit une nouvelle page d'histoire face à la Roja. Elle l'a battue pour la première fois en Espagne.

A Saragosse, la sélection de Murat Yakin s'est imposée 2-1 sur des réussites de Manuel Akanji (21e), l'homme du match, et de Breel Embolo (58e). Avec ce succès, elle a fait un grand pas vers le maintien dans le premier groupe de la Ligue des Nations. Il sera acquis mardi à Saint-Gall si elle ne perd pas contre la République tchèque, battue 4-0 à Prague par le Portugal. L'esprit de corps qu'elle a témoigné en Aragon la place à l'abri d'une mauvaise surprise. D'autant plus qu'elle peut toujours compter sur un gardien d'exception. A la Romareda, Yann Sommer a réussi les arrêts qu'il fallait, notamment sur une frappe de Soler dans le temps additionnel, pour préserver le résultat.

Sans Denis Zakaria et Haris Seferovic laissés sur le banc pour un retour en 4-2-3-1 avec Djibril Sow chargé de réduire le rayon d'action de Sergio Busquets, Murat Yakin avait réservé quelques surprises dans ses choix. La première mi-temps devait lui donner mille fois raison. L'adversaire ne s'était, en effet, ménagé aucune véritable occasion malgré une très nette emprise dans le jeu avec une possession de 68 %.

Un but et un assist pour Manuel Akanji

Mais c'est bien la Suisse qui devait frapper lors de cette première période. Sur le premier corner de la rencontre, Ruben Vargas, le titulaire que l'on n'attendait pas vraiment, trouvait la tête de Manuel Ajanji à la 21e minute. Pour sa 42e sélection, le nouveau joueur de Manchester City inscrivait son premier but en sélection pour effacer enfin son funeste autogoal du huitième de finale de la Coupe du monde 2018 contre la Suède.

A la reprise, Murat Yakin était contraint d'introduire Renato Steffen à la place de Ricardo Rodriguez, touché le soir de sa 99e sélection. Tout devait ensuite se précipiter avec l'égalisation de Jordi Alba à la 55e sur une action amenée par Asensio qui avait pris le meilleur sur Nico Elvedi. Mais la Roja n'a pas savouré longtemps la réussite du latéral du FC Barcelone. Sur un nouveau corner de Vargas, Manuel Akanji déviait magnifiquement pour Breel Embolo qui marquait pratiquement dans le but vide. Avec son goal, son assist et une performance défensive XXL, Manuel Akanji a répondu présent quelques jours après avoir déclaré son ambition de gagner la Coupe du monde. S'imposer en Espagne souligne que son discours n'était pas celui d'un affabulateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Haris Seferovic sur le banc

Publié

le

Haris Seferovic sur le banc à Saragosse. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Murat Yakin a réservé une surprise de taille à Saragosse. Le sélectionneur a, en effet, laissé Haris Seferovic sur le banc pour titulariser Ruben Vargas pour affronter l'Espagne.

Ce choix est surprenant dans la mesure où le Lucernois n'a encore jamais été titulaire cette saison à Augsbourg. Il évoluera à la gauche de l'attaque aux côtés de Breel Embolo, qui tiendra l'axe, et de Xherdan Shsqiri. En ligne médiane, le choix de Murat Yakin s'est porté sur Djibril Sow. En manque cruellement de temps de jeu depuis un mois, Denis Zakaria prendra place sur le banc.

A noter que Yann Sommer honorera à Saragosse sa 75e sélection. Le Bâlois avait fait ses grands débuts le 30 mai 2012 à Lucerne lors d'un match amical perdu 1-0 contre la Roumanie.

Dans le camp adverse, l'Espagne s'appuiera sur le trio du FC Barcelone formé par Gabi, Sergio Busquets et Pedri, pour diriger le jeu en ligne médiane.

La Suisse évoluera ce soir dans la composition suivante: Sommer; Widmer, Elvedi, Akanji, Rodriguez; Freuler, Xhaka, Sow; Shaqiri, Embolo, Vargas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Messi régale contre le Honduras

Publié

le

Messi a brillé vendredi face au Honduras (© KEYSTONE/AP/Wilfredo Lee)

Deux buts, une action décisive, beaucoup d'allant: Lionel Messi a présidé à la victoire aisée de l'Argentine contre le Honduras (3-0) vendredi en match amical à Miami.

"La Pulga" (la puce) n'est pas encore, loin s'en faut, un joueur de l'Inter Miami, le club de David Beckham évoluant en MLS qui aimerait bien l'attirer en Floride après son aventure au Paris SG. Mais s'il le devient un jour, il saura que la ferveur ne sera pas feinte pour le voir jouer.

Il faut dire que dans un Hard Rock Stadium rempli par 64'420 spectateurs vibrant comme à Buenos Aires, Messi a fait en sorte de leur en donner pour leur argent, en étant dans tous les bons coups de l'Albiceleste, désormais invaincue en 34 matches, et qui s'est imposée sans sourciller et aurait même pu rendre l'addition plus salée pour les Honduriens.

Le talent parle

Son lob sans contrôle à une vingtaine de mètres des cages adverses, après une interception d'Enzo Fernandez qui venait d'entrer en jeu, a été un modèle d'inspiration, de facilité et de maîtrise technique, pour le troisième but de son équipe (69e) alors ultra-dominatrice. Sa 88e réalisation en 163 sélections.

Plus tôt, juste avant la pause, en bon capitaine, il avait tranquillement inscrit le penalty du 2-0, en prenant à contre-pied le gardien (47e), pour tuer tout semblant de suspense. Et c'est son ouverture judicieuse par dessus la défense, à la 16e minute, qui a trouvé Papu Gómez côté gauche, lequel a centré en retrait vers Lautaro Martínez, pour l'ouverture du score.

Proche du triplé

Le no 10 argentin aurait pu ajouter un ou deux buts à son actif, s'il n'avait pas manqué sa reprise en déséquilibre dans la surface, le ballon passant au-dessus de son pied gauche après avoir été dévié par un défenseur (44e), ou si sa reprise puissante ne s'était pas trop enlevée à l'entrée de la surface (56e). Il a bien cru réussir le triplé à la 85e, en reprenant le ballon de façon acrobatique dans la surface, mais il a manqué de peu le cadre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Des sentiments étouffés, des moments de doutes vous assaillent. Prenez donc le temps de vous poser et de cogiter tranquillement !

Les Sujets à la Une

X