Rejoignez-nous

Suisse

Le National augmente les fonds pour la formation et la recherche

Publié

,

le

De nombreux orateurs ont salué la qualité de système de formation helvétique. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le National a ajouté mardi un premier paquet de 41,4 millions de francs pour le financement de la recherche et de la formation. L'enveloppe totale dépasse les 28 milliards pour 2021-2024. Le débat se poursuivra la semaine prochaine.

De nombreux orateurs ont salué la qualité de système de formation helvétique. La Suisse n'a "pas d'autre matière première que la matière grise", a relevé Isabelle Chevalley (Vert'libéraux/VD).

Christoph Eymann (PLR/BS) a de son côté jugé vital d'investir dans la formation. A ses yeux, la Suisse a un devoir à remplir à l'égard des générations futures, qui devront faire face à une concurrence globalisée.

Un tableau nuancé par Peter Keller, qui a dénoncé les résultats "déplorables" des élèves suisses dans les études Pisa. Pour l'élu UDC, l'argent ne suffit pas pour contrer les "erreurs" commises en matière de formation.

Signal fort

Le Conseil fédéral propose un total de 27,9 milliards de francs, soit deux milliards de plus que pour les quatre années précédentes (+2,2%). Pour Guy Parmelin, cette hausse "considérable" des montants proposés est conforme à la priorité que le conseil fédéral accorde au secteur de la formation, de la recherche et de l'innovation. Le Vaudois y voit un "signal fort de confiance et de stabilité" envoyé au public et aux acteurs de ce secteur "extrêmement stratégique".

Les crédits couvrent toutes les mesures nationales dans les secteurs de la formation professionnelle, des hautes écoles (EPF, universités cantonales, hautes écoles spécialisées), de la formation continue, de la recherche et de l'innovation. La transition numérique est l'une des priorités du nouveau programme.

Pour la formation continue

Pour les députés, le soutien à la recherche et à la formation doit être encore plus marqué. Ils ont accepté par 119 voix contre 72 d'ajouter 20,4 millions à l'enveloppe des sénateurs pour la formation professionnelle, portant le total à 254,6 millions. Les organisations actives dans le domaine de la formation continue et les cantons recevront 6 millions supplémentaires (59,5 millions).

Enfin, les Ecoles polytechniques fédérales devraient bénéficier d'un budget étoffé de 15 millions de francs (10,825 milliards), une décision approuvée par 112 voix contre 81. Ce montant doit permettre de développer l'enseignement et la recherche dans le domaine du développement durable.

Le chef du département en charge de la formation Guy Parmelin a combattu cette dernière proposition. Il y voit une ingérence dans les affaires des EPF et un "dangereux précédent". Il a rappelé que le Conseil des EPF prévoyait déjà de créer 80 postes de professeurs et groupes de recherche dans ce domaine.

UDC isolée

Ces trois objets ont été approuvés à une large majorité. L'UDC n'a été soutenue que par une partie du groupe du centre pour combattre ces hausses. Quelques élus Vert'libéraux se sont joints à eux contre l'augmentation des fonds pour les Ecoles polytechniques. Peter Keller (UDC/NW) avait pourtant appelé à la prudence, regrettant que la Confédération "n'ose pas fixer des priorités" claires.

La gauche s'est elle retrouvée minorisée sur la question des bourses. Les contributions allouées aux cantons pour l'aide à la formation resteront en effet telles que le Conseil fédéral l'a prévu (100,3 millions). Le camp rose-vert aurait souhaité davantage. Le soutien aux bourses n'a plus bougé depuis une dizaine d'années, a rappelé Mathias Reynard (PS/VS).

Erasmus+

Lors du débat, les députés ont également abordé la participation de la Suisse au programme européen Erasmus+. Eric Nussbaumer (PS/BL) a déposé une proposition pour que le Conseil fédéral présente un projet une fois le cadre financier pluriannuel 2021-2027 soit finalisé au sein de l'UE.

Guy Parmelin a répliqué que les conditions de participation n'étaient pas encore claires. Il faut attendre les précisions de Bruxelles avant de se lancer à l'aveugle, une position soutenue par le PLR.

Le débat se poursuivra le mercredi 16 septembre. La commission de la science du Conseil national propose encore d'ajouter 17 millions de francs au paquet.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Une équipe sans surprise

Publié

le

Fabian Schär titulaire ce soir à Saint-Gall. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Murat Yakin alignera l'équipe attendue ce soir à Saint-Gall contre la République tchèque pour l'ultime match de la Suisse en Ligue des Nations. Il a reconduit dix des onze titulaires de Saragosse.

Fabian Schär entre dans l'équipe qui a battu l'Espagne samedi à la place de Manuel Akanji, suspendu. Le Saint-Gallois honorera sa 72e sélection. Il sera associé à Nico Elvedi dans l'axe central de la défense. On précisera que la Suisse ne doit pas perdre pour obtenir son maintien. Que ce match aussi ne sera pas un match comme les autres pour Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka. Le Zurichois honore sa 100e sélection alors que le Bâlois fête son 30e anniversaire ce mardi.

L'équipe de Suisse évoluera dans la composition suivante: Sommer; Widmer, Schär, Elvedi, Rodriguez; Freuler, Xhaka; Shaqiri, Sow, Vargas; Embolo.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La grande distribution limite le chauffage à 19 degrés

Publié

le

Ces mesures s'ajoutent à la décision de renoncer aux illuminations de Noël et de réduire l'éclairage des enseignes. (KEYSTONE/Alessandro Della Bella) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

(par Rémi QUESNEL, AWP)

Genève (awp) - En raison des risques de pénurie d'énergie, les grands distributeurs Migros et Coop prennent les devants et limiteront dès cet automne la température à 19 degrés dans leurs magasins et centres commerciaux. Ces mesures s'ajoutent à la décision de renoncer aux illuminations de Noël et de réduire l'éclairage des enseignes.

"Nous ne chauffons les magasins que jusqu'à 19 degrés au maximum", a indiqué à AWP un porte-parole du géant orange. "Nous réduisons l'éclairage des logos chaque fois que cela est possible", a-t-il complété. Migros étudie par ailleurs la possibilité d'abaisser la température dans ses bureaux, ses écoles-club et ses centres de fitness.

Chez Coop, la direction a décidé de réduire de deux degrés la température dans les bureaux, les entrepôts et les magasins. Pour les magasins, cela correspond à une température de 19 degrés, a indiqué un porte-parole.

De son côté, ALDI Suisse n'a pour l'heure pas prévu d'ajustement de température, rapporte un porte-parole en soulignant d'autres mesures déjà prises comme l'extinction des enseignes lumineuses après la fermeture ou l'utilisation d'ampoules LED à faible consommation d'énergie. "Nous renonçons complètement à l'éclairage de Noël dans nos magasins," annonce le représentant. L'ambiance de Noël sera tout même assurée au moyen de décorations.

Les centres commerciaux aussi concernés

Ces mesures concernent non seulement les magasins des deux distributeurs, mais également les principaux centres commerciaux de Suisse romande, à l'instar de Balexert à Vernier (GE), Avry Centre à Avry (FR) et Marin Centre à La Tène (NE), tous trois exploités par Migros.

Chez Manor, les vitrines seront éteintes une heure après la fermeture des magasins, a confirmé une porte-parole. Le groupe comptant 59 magasins avait déjà annoncé renoncer aux illuminations de Noël en extérieur. "La température ambiante dans les grands magasins, le siège de Bâle et les centrales de distribution sera abaissée à 18°C," souligne-t-elle.

Début septembre, Migros et Coop avaient indiqué renoncer aux illuminations de Noël et se contenter de décorations non lumineuses. La semaine dernière, le centre commercial Glattzentrum à Wallisellen près de Zurich avait fait une annonce similaire.

"Les développements sur le marché de l'électricité étant très dynamiques, les mesures sont adaptées en continu", indique-t-on chez Migros. D'autres décisions que le géant orange ne détaille pas pourraient donc intervenir en fonction de l'évolution de la situation.

En juillet, le journal Sonntagszeitung avait évoqué le scénario de fermeture d'une filiale sur cinq pour Migros, soit 130 magasins pour la Suisse. "Nous ne nous prononçons pas sur des scénarios spéculatifs et hypothétiques", a insisté le porte-parole.

A l'étranger aussi

Chez nos voisins également, des mesures comparables sont annoncées dans la grande distribution. En France, Leclerc a ainsi prévu d'abaisser la température dans ses magasins à entre 18 et 20 degrés et de réduire l'éclairage.

En Allemagne, c'est même une loi fédérale, l'Ordonnance sur les économies d'énergie, qui fixe la température maximale dans les lieux publics, y compris les supermarchés, à 19 degrés depuis le 1er septembre.

Selon l'association faîtière française de la grande distribution Perifem, la facture énergétique représentait 30% du résultat net des enseignes avant la récente envolée des coûts de l'énergie. Par conséquent, si rien n'est fait, les répercussions sur les prix des articles seront trop importantes pour le consommateur, a récemment indiqué la fédération.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

La Poste accueille Banque Migros dans ses filiales

Publié

le

La Poste a annoncé mardi proposer les services de conseils de la Banque Migros dans sept de ses filiales dès octobre. Le géant jaune prévoit en cas de succès d'étendre le concept dans 26 autres filiales du groupe. (KEYSTONE/Christian Beutler) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste a annoncé mardi proposer les services de conseils de la Banque Migros dans sept de ses filiales dès octobre. Le géant jaune prévoit en cas de succès d'étendre le concept dans 26 autres filiales du groupe.

Des collaborateurs de la Poste organiseront à partir d'octobre des rendez-vous de conseil avec la Banque Migros. Le groupe accueillera ainsi dans ses succursales une concurrente de sa propre filiale bancaire Postfinance.

Les prestations de la Banque Migros constituent une alternative à l'offre de la Poste, a-t-on toutefois souligné. Et les services de paiement et financiers de Postfinance seraient proposés sans changement dans toutes les succursales.

Le géant jaune ouvre depuis quelques mois ses succursales à des partenaires. Selon des informations antérieures, le groupe souhaite préserver son réseau actuel à environ 800 points de vente. Au vu de la baisse de 12% des versements au guichet et de 5% de la remise de lettres, cela ne se fera pas sans de nouvelles sources de financement.

L'entreprise considère l'arrivée d'une banque dans les bureaux de poste comme une "étape logique". "Les gens ont besoin d'un contact personnel et de conseils personnalisés. Nous voulons leur offrir un espace dans nos filiales", a déclaré une porte-parole.

Jusqu'à présent, la Poste avait loué de l'espace dans ses filiales à deux caisses d'assurance maladie. Des discussions sur d'autres partenariats sont en cours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Non classé

Primes maladie 2023: 6,1% d'augmentation en terre vaudoise

Publié

le

La prime moyenne augmentera dans tous les cantons et de 6,1 sur Vaud. (KEYSTONE/Christian Beutler) (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les Suisses n'échapperont pas à une hausse des primes d'assurance maladie l'année prochaine. Alain Berset, ministre de la santé, a annoncé les chiffres ce mardi: +6,6% en moyenne suisse. Dans le canton de Vaud, les primes augmenteront en moyenne de 6,1%.

Hausse en vue pour les primes d’assurance maladie l’an prochain. Le Conseil fédéral a annoncé la couleur aujourd’hui : la prime moyenne suisse augmentera de 6,6% par rapport à cette année. Elle atteindra ainsi 334 francs et 70 centimes. En cause essentiellement : la pandémie de Covid-19 qui a fait grimper les coûts de la santé. Le record national de l’augmentation est à Neuchâtel, + 9,5%. Vue d’ensemble de la hausse en Suisse, avec notre correspondant à Berne Serge Jubin.

Serge JubinCorrespondant à Berne pour les radios régionales romandes

Vous l’aurez entendu, la hausse devrait se monter à 6,1% dans le canton de Vaud. La prime moyenne grimperait ainsi de plus de 21 francs pour s’établir à 370 francs. Mais la conseillère d’Etat en charge de la santé et de l’action sociale tient à rassurer.

Rebecca RuizConseillère d'Etat vaudoise chargée de la santé et de l'action sociale

Notons encore que le Conseil d’Etat propose, au travers de son budget 2023, d’accorder de nouveaux rabais fiscaux. L’un d’eux concerne justement les déductions de primes maladie. Le Grand Conseil se penchera sur ce budget en décembre.

Vaud en-dessous de la moyenne

Avec 6,1% d'augmentation, le canton de Vaud est en-dessous de la moyenne. Comment cela s'explique? On retrouve Rebecca Ruiz.

Rebecca RuizConseillère d'Etat vaudoise chargée de la santé et de l'action sociale

Rebecca Ruiz appelle donc de ses voeux une avancée des dossiers au niveau fédéral. Mais la ministre vaudois n'en oublie pas pour autant les réserves des assurances. Pour elle, il faut continuer à les inciter à puiser dans ces dernières au profit des assurés.

Rebecca RuizConseillère d'Etat vaudoise chargée de la santé et de l'action sociale
Continuer la lecture

Genève

Genève veut lancer un essai pilote de vente régulée de cannabis

Publié

le

Un essai pilote de vente régulée de cannabis à des fins récréatives devrait voir le jour à Vernier (GE). Il sera placé sous la responsabilité d'une association réunissant les autorités et les consommateurs (illustration). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Un essai pilote de vente régulée de cannabis à des fins récréatives devrait voir le jour à Vernier, dans le canton de Genève. Il sera placé sous la responsabilité d'une association réunissant les autorités et les consommateurs.

"Les participants formeront une communauté, ils échangeront entre eux, afin d'augmenter leurs compétences en matière de consommation", a expliqué mardi devant les médias l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, présidente de l'association ChanGE. Le projet genevois sera non lucratif, tout éventuel excédent servant à financer une partie de la recherche, a-t-elle précisé.

ChanGE sera responsable de la production - biologique et locale - ainsi que de la vente, avec une forte composante de prévention et d'information à la population. Vendus au prix du marché noir, les produits - de vapotage, avec une plus grande concentration de CBD ou encore sous forme de résine - ne seront toutefois pas ceux que l'on trouve illégalement, selon Martine Baudin, coordinatrice du projet.

Avantages personnels

Les études seront menées par le professeur Sandro Cattacin, du Département de sociologie de l'Université de Genève, et le professeur Daniele Zullino, médecin-chef du Service d'addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève. Le nombre de participants est limité à 1000 adultes consommateurs réguliers non dépendants, qui devront répondre à interviews et à des questionnaires.

Ruth Dreifuss estime que de nombreuses personnes auront des avantages personnels à participer à cet essai pilote. Elle pense notamment à celles qui sont en faveur de la libéralisation du marché ou celles, âgées, qui ont recours au cannabis pour mieux dormir, mais qui ne veulent pas passer par du cannabis médical.

Eté 2023

Cet essai de trois ans s'inscrit dans le cadre de la modification de la loi fédérale sur les stupéfiants qui ouvre la voie à des projets scientifiques strictement encadrés sur la culture, l'importation, la fabrication et la vente de cannabis. La demande d'autorisation sera déposée début octobre auprès de l'Office fédéral de la santé publique en vue de commencer la vente dans le courant de l'été 2023.

Si la majorité des projets alémaniques misent sur une vente en pharmacie, Genève veut le faire dans une Cannabinothèque, à Vernier. La deuxième ville du canton "connaît des problèmes liés au deal et à la délinquance", a relevé le conseiller administratif Martin Staub, qui développe un modèle sécuritaire avec les services communaux et les habitants en vue de l'ouverture d'un commerce "visible et accessible".

Le canton de Genève soutient aussi ce projet. "Le marché noir est bien installé, il profite aux réseaux mafieux. La répression a montré ses limites. Elle ne permet pas de contrôle de la qualité ni des effets sur la consommation", a déclaré le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en charge du Département de la sécurité, de la population et de la santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X