Rejoignez-nous

Suisse

Le peuple doit pouvoir s'exprimer sur l'achat d'avions américains

Publié

,

le

Une coalition fait pression contre les avions de combat américains (Archives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les avions de combat américains sont "chers et techniquement défectueux". Une coalition n'en veut pas et a déposé mardi deux initiatives à leur encontre. S'ils devaient être choisis par l'armée suisse, le peuple doit avoir le dernier mot, à ses yeux.

En septembre, les Suisses avaient accepté du bout des lèvres l'achat de nouveaux avions de combat. Quatre modèles sont encore en lice: les F-35 et F/A-18 E/F Super Hornet américains, le Rafale français et l'Eurofighter, proposé par l'Allemagne.

Opter pour l'un des deux américains reviendrait toutefois à ignorer la volonté du peuple, dénonce une coalition, composée du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), du PS et des Verts. Les avions avaient été largement critiqués lors de la campagne de votation.

Le F-35 présente des défauts techniques, dont certains peuvent même entraîner la mort du pilote, pointe-t-elle. Chez le Super Hornet, c'est notamment l'alimentation en oxygène qui pose problème.

"Pentagone à bord"

De plus, "avec les avions de combat américains, le Pentagone est toujours à bord. La souveraineté et la sécurité des données ne peuvent être garanties", met en garde le député Pierre-Alain Fridez (PS/JU).

Et ils génèrent des coûts d'entretien extrêmement élevés, critique le conseiller national Fabien Fivaz (Verts/NE). "Surtout après la pandémie du Covid, nous devons utiliser l'argent de nos impôts à bon escient et ne pas le jeter par la fenêtre pour acheter des avions de combat de luxe."

L'alliance a donc déposé une initiative contre chaque avion auprès de la Chancellerie demandant son interdiction. "Si le Conseil fédéral devait choisir un avion de combat américain, nous lancerions cette initiative", prévient Pauline Schneider du GSsA. Les signatures peuvent déjà être récoltées sur internet.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Claire Richard réélue à la présidence des Vert'libéraux vaudois

Publié

le

Claire Richard a été réélue à la présidence des Vert'libéraux vaudois (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Claire Richard reste présidente des Vert'libéraux vaudois. Elle a été désignée jeudi soir lors de l'assemblée générale de son parti à Morges, où elle a été préférée à David Vogel, seul autre candidat en lice.

L'écrivaine publique a été élue pour un nouveau mandat de deux ans. Elle sera secondée par deux vice-présidents, Laetitia Bettex et Mathias Paquier. Ancienne syndique de Chigny et ex-députée au Grand Conseil, où elle n'avait pas été réélue en mars dernier, Claire Richard dirige les Vert'libéraux vaudois depuis 2020.

Le parti a été l'un des vainqueurs des dernières élections cantonales vaudoises de mars dernier. S'il n'avait pas pu se mêler à la lutte pour le Conseil d'Etat, il avait gagné quatre sièges au Grand Conseil pour arriver à un total de onze députés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de 50'000 visiteurs pour Images Vevey

Publié

le

Avec 50'000 visiteurs, la biennale Images Vevey n'avait encore jamais attiré autant de monde. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 8e édition d'Images Vevey a connu une fréquentation record. La biennale, qui se termine dimanche, a vu affluer plus de 50'000 visiteurs en trois semaines.

Cela correspond à plus de 250'000 entrées cumulées en intérieur, indiquent vendredi les organisateurs, qui qualifient "d'extraordinaire" cette édition. La cinquantaine de projets photographiques réalisés sur mesure par des artistes originaires de 25 pays a fait rayonner la manifestation "en au-delà de la région et des frontières suisses", poursuit leur communiqué.

Le festival relève avoir enregistré une progression des visiteurs étrangers et bénéficié d'une couverture médiatique à l'internationale. Images Vevey a aussi cartonné sur les réseaux sociaux, à l'image de son compte TikTok qui a enregistré plus de 3,2 millions de vues pour l'une de ses publications.

Gratuite et proposée dans plusieurs endroits de la ville, la manifestation s'est déroulée autour du thème du vivre ensemble. A en croire les organisateurs, le public a eu de nombreux coups de coeur. Ils citent notamment le parcours d'installations monumentales de Thomas Struth, et plus particulièrement sa photographie du dôme de Milan reproduite sur 500 mètres carrés en plein coeur de la ville.

En intérieur, plusieurs expositions ont rencontré du succès, que cela soit les portraits de femmes détenues de Bettina Rheims, l'installation visuelle et sonore de Ryoji Ikeda ou encore la projection de la performance de Marina Abramovic & Ulay. En extérieur, l'installation de Deanna Dikeman photographiant ses parents durant 27 années "a particulièrement ému le public", poursuit le communiqué.

Projets à venir

A noter que certaines expositions se poursuivent au-delà de la clôture de la manifestation. L'Appartement, le nouveau lieu permanent d'Images Vevey, prolongera ses quatre expositions jusqu'au 13 novembre. Au Musée suisse de l'appareil photographique, l'exposition de Roger Eberhard évoquant la tradition helvétique des opercules de crème à café continuera, elle, jusqu'au 3 janvier.

Plus importante biennale d'arts visuels de Suisse, Images Vevey reviendra en septembre 2024. D'ici là, la manifestation se consacrera à l'organisation du Grand Prix Images Vevey en 2023, à la présentation d'une quinzaine de nouveaux projets à l'Appartement et au développement des Editions Images Vevey. Des projets à l'étranger sont aussi prévus, notamment à Kyoto au Japon en avril prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Autoroute A9: le tube nord du tunnel de Viège (VS) est ouvert

Publié

le

Le conseiller d'Etat valaisan Franz Ruppen lors de l'inauguration vendredi du tube nord du tunnel de Viège. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Une partie de l'autoroute A9 qui permettra de contourner Viège est terminée: le tube nord dans lequel circuleront les véhicules en direction du Valais romand a été ouvert vendredi. Tout comme le tunnel de chevauchement en provenance des vallées de Saas et de Zermatt.

Les premiers véhicules ont emprunté le tube nord du tunnel de Viège de l'autoroute A9 en début d'après-midi. Ils ont pu se rendre de Brigue à Viège-Ouest sans passer par la route cantonale.

"Pour les automobilistes, c'est un gain de temps d'environ cinq minutes; ce n'est pas beaucoup, mais c'est un pas dans la bonne direction", a indiqué à Keystone-ATS Franz Ruppen, chef du département de la mobilité, du territoire et de l'environnement (DMTE). L'ouverture du tube nord permettra surtout de délester la ville haut-valaisanne du trafic de transit, "un gain de qualité de vie pour les habitants".

Le travail pénible des mineurs

Les travaux du tube long de 2,69 kilomètres et du tunnel de chevauchement ont débuté en 2014. Ils ont nécessité un investissement de 350 millions de francs environ, y compris pour les équipements d'exploitation et de sécurité.

L'un des défis majeurs du chantier a été la structure "très variée de la roche", a expliqué Martin Hutter. Le chef du service valaisan de la construction des routes nationales évoque aussi le travail pénible des mineurs qui durant tout l'hiver n'ont vu le jour ni le matin à leur arrivée ni le soir à leur sortie du chantier.

Le tunnel de chevauchement reliant les vallées de Saas et Zermatt à la plaine du Rhône a aussi été mis en service vendredi. L'entier du contournement "constitue une étape importante de la construction de l'autoroute A9 dans le Haut-Valais", estime le canton.

Un milliard de francs

L'actuel tunnel du Vispertal (2,4 kilomètres) est, lui, en transformation et servira de tube sud du tunnel de Viège. Les travaux de rénovation ont débuté en 2019 et l'inauguration du tube est espérée pour fin 2024/début 2025.

Au total, le contournement de Viège devrait coûter un peu plus de un milliard de francs. Un coût supporté à 96% par la Confédération et à 4% par le canton du Valais.

Excepté Finges

L'autoroute A9 dans le Haut-Valais devrait être terminée en 2026, la traversée du bois de Finges exceptée. Pour ce dernier tronçon de 8,5 kilomètres entre la jonction de Sierre-Est et La Souste, aucune date n'est avancée pour l'heure.

Le coût de la traversée de Finges répertorié à l'inventaire fédéral des paysages d'importance nationale est estimé à 1 milliard de francs. Un montant qui s'explique notamment par le fait que 75% du tronçon sera en tranchée couverte et tunnel.

Au total, l'A9 dans le Haut-Valais s'étendra sur 35,3 kilomètres et son coût total est estimé à 4 milliards de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Commuter les installations bicombustibles du gaz au mazout

Publié

le

Le Conseil fédéral libère à partir du 3 octobre des réserves obligatoires d’essence, de diesel, de mazout et de kérosène, pour garantir l'approvisionnement en produits pétroliers (image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les installations bicombustibles devraient être commutées dès le 1er octobre pour pouvoir être exploitées avec du mazout au lieu du gaz. Le Conseil fédéral émet vendredi cette recommandation, dans le contexte de la crise énergétique aggravée par la guerre en Ukraine.

Le gouvernement est inquiet que l'arrêt des livraisons de gaz russe vers l'Europe débouche sur une pénurie d'énergie. La commutation des installations bicombustibles, qui peuvent fonctionner autant au gaz qu'au mazout, doit contribuer notablement à atteindre les objectifs volontaires d’économie de gaz de 15% entre octobre et mars 2023, à l'image de l'Union européenne.

A cet effet, le Conseil fédéral a déjà temporairement adapté les ordonnances sur la protection de l'air et sur le CO2 la semaine passée. Le but est notamment que les entreprises concernées ne soient pas pénalisées, comme la combustion de pétrole est plus polluante.

Cette augmentation de la consommation de mazout risque de poser des problèmes logistiques. Cela s'ajoute à d'autres défis logistiques: le Rhin a des capacités limitées et les transports ferroviaires à l'étranger rencontrent des difficultés. Le Conseil fédéral libère donc à partir du 3 octobre des réserves obligatoires d’essence, de diesel, de mazout et de kérosène, pour garantir l'approvisionnement en produits pétroliers.

L'Approvisionnement économique du pays a déjà décidé à deux reprises de puiser dans les réserves obligatoires cette année, en faisant usage de la possibilité qui lui est donnée d'autoriser un découvert de 20% dans les stocks obligatoires, informe le gouvernement. Les réserves obligatoires d'essence, de diesel et de mazout couvrent environ 4,5 mois de consommation normale. Pour le kérosène, les réserves couvrent environ 3 mois.

Les stocks obligatoires servent à soutenir le marché lorsque celui-ci n'est plus capable de satisfaire la demande pour des raisons logistiques. Les dernières libérations de produits pétroliers remontent à 2019, 2010 et 2005.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse en chute libre à la Bourse suisse

Publié

le

L'établissement serait en discussions depuis plusieurs semaines avec de gros investisseurs en vue d'une augmentation de capital à hauteur de plusieurs milliards. (Archives) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'action Credit Suisse était vouée aux gémonies boursières vendredi, poursuivant le chemin de croix entamé la veille après de nouvelles rumeurs, concernant cette fois une hausse de capital de plusieurs milliards.

Sur le coup de 11h00, la nominative Credit Suisse s'enfonçait de près de 5,9% par rapport à son cours de clôture de la veille déjà historiquement bas, à 4,37 francs, après avoir plongé dans les premiers échanges à 4,26 francs, dans un SMI en repli de 0,98%.

Depuis le début de l'année, le titre s'est ainsi déprécié de près de moitié. A titre de comparaison, l'action du principal rival UBS - en repli de 1,4% à 15,03 francs vendredi - a perdu sur la même période moins de 10% de sa valeur.

Jeudi après-midi, Reuters avait indiqué que le numéro deux bancaire helvétique, que les difficultés récurrentes ont amené à entreprendre une vaste réorganisation, était en discussions depuis plusieurs semaines avec de gros investisseurs en vue d'une augmentation de capital à hauteur de plusieurs milliards, selon des sources proches du dossier.

Sollicitée par AWP, la direction de la banque aux deux voiles avait alors rappelé qu'un point de situation sur l'orientation stratégique serait présenté avec les chiffres du troisième trimestre, c'est-à-dire le 27 octobre. "Il serait prématuré de communiquer d'éventuels résultats avant cette date", a insisté une porte-parole.

Dilution significative en vue

En juillet, le nouveau directeur général (CEO) du groupe Ulrich Körner avait expliqué que la banque aux deux voiles était à la recherche d'une solution pour ses activités de crédits titrisés (Securitized Products Group), dont le volume pourrait atteindre 2,5 milliards de dollars, selon des estimations relayées par Christian Schmidiger, analyste auprès de la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

Une éventuelle vente de SPG et la réduction des risques dans le bilan se traduiraient par un manque de jusqu'à 4 milliards de francs pour la restructuration annoncée, les projets de croissance et la constitution de fonds propres, ce qui, avec une capitalisation boursière d'environ 12 milliards, signifierait une dilution significative pour les actionnaires existants, signale la ZKB.

Depuis que la direction de la banque en difficulté a promis, dans le sillage de son changement de patron fin juillet, un point de situation sur sa stratégie avec la publication de son troisième partiel, les rumeurs ont repris de plus belle. Les spéculations diverses et variées circulent, notamment autour de l'avenir de la banque d'affaires et d'une importante réduction des effectifs.

La machine à rumeurs s'emballe

Pas plus tard que jeudi matin, le Financial Times (FT) avait indiqué que Credit Suisse envisageait de partager sa division de banque d'affaires en trois unités distinctes, une opération permettant la vente des activités rentables justement dans l'optique d'éviter une augmentation de capital.

La partition se ferait selon un modèle impliquant trois unités: l'activité de conseil du groupe, dont la séparation pourrait intervenir ultérieurement, une banque de défaisance gérant les actifs risqués destinés à la vente et le reste des affaires de la division, affirmait le quotidien britannique, citant des sources proche du dossier.

A l'époque de l'ancien directeur général Tidjane Thiam, le numéro deux bancaire helvétique avait déjà mis en place une division de défaisance, la Strategic Resolution Unit (SRU), qui réunissait sous le même toit les activités de l'entreprise non rentables ou devant être cédées pour d'autres raisons.

Début septembre, la Sonntagszeitung avait déjà évoqué un large démantèlement de la banque d'affaires de Credit Suisse. Selon un scénario provisoire qui serait discuté au sein du conseil d'administration de l'établissement zurichois, quelque 5000 emplois pourraient être biffés dans le cadre de cette restructuration.

La semaine dernière, Bloomberg indiquait que la banque aux deux voiles envisageait de déployer à nouveau son activité américaine de banque d'affaires sous le nom "First Boston", reprenant le nom de l'entité rachetée au milieu des années 90. La marque "Credit Suisse First Boston" avait été abandonnée en 2006.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X