Rejoignez-nous

Suisse

Le temps humide fait pousser les champignons en nombre

Publié

,

le

Le temps humide de ces dernières semaines réjouit les amateurs de champignons: de nombreux individus, ici des bolets, sont sortis de terre dans presque toutes les régions de Suisse (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Le temps humide des dernières semaines n'a pas eu que des effets négatifs. Dans les forêts suisses, de nombreux champignons sortent actuellement de terre. Les amateurs se réjouissent, mais l'humidité invite aussi à une prudence particulière lors de la consommation.

Une pluie abondante est en principe bénéfique aux champignons. Dans les deux Appenzell par exemple, où il a beaucoup plu ces dernières semaines, on trouve actuellement de très nombreux et très beaux champignons, explique Matthias Müller, président de l'association locale des champignonneurs, à Keystone-ATS.

Selon lui, la variété des espèces est également particulièrement élevée en Appenzell. Les années passées, particulièrement sèches, il arrivait que l'on ne trouve que deux champignons à cette période. Cette année, il y a 70 espèces avec deux à trois individus chaque fois. "Je ne vois pas d'autre explication que l'humidité", avance Matthias Müller.

Cette abondance attire déjà les ramasseurs dans les forêts. Eva Grosjean-Sommer, présidente de Association alémanique des organes officiels de contrôle des champignons (Vapko), et Geni Christen, contrôleur officiel de champignons pour la région de Saas-Fee (VS), signalent un nombre étonnant de cueilleurs déjà venus présenter leur récolte cette année.

La chaleur manque

Ce qui manque jusqu'à présent, c'est la chaleur. Les champignons qui aiment avoir chaud, comme les bolets, n'ont pas encore vraiment pu germer en Appenzell, selon Matthias Müller. Eva Grosjean-Sommer observe le même phénomène dans le canton de Berne. Récemment, seuls de petits champignons, nombreux mais à la valeur comestible insignifiante, sortaient du sol.

Les cueilleurs valaisans semblent avoir plus de succès. "Les premiers sont venus avec des cèpes dès le mois de juin", ce qui est très tôt, précise Geni Christen.

Cela montre à quel point la croissance des champignons peut varier d'une région à l'autre. Leur développement présente parfois aussi des anomalies. A Lucerne par exemple, il n'y a encore presque pas de champignons, remarque René Zopp, du bureau de contrôle local. Mais la saison ne fait que commencer.

Attention aux moisis

La croissance des champignons dépend essentiellement de l'interaction entre l'humidité et la température. Les cueilleurs doivent donc trouver le bon moment pour cueillir leur espèce préférée. Si les champignons se trouvent au soleil, ils se décomposent plus rapidement, explique Geni Christen. Il ne serait pas bon non plus pour certaines espèces qu'il pleuve à nouveau maintenant, ajoute Matthias Müller: "Certains champignons n'aiment pas être trop mouillés, ils se gâtent alors rapidement."

De plus, les champignons, qui sont en fait quasi des éponges, peuvent absorber beaucoup d'eau, rappelle Eva Grosjean-Sommer. Lorsqu'ils sortent de terre, ils se décomposent plus vite, ont des vers ou des moisissures.

"En gros, il faudrait montrer chaque champignon au contrôle avant de le consommer", souligne Eva Grosjean-Sommer, un conseil qu'elle donne même aux cueilleurs expérimentés.

Pour éviter les ennuis après un repas de champignons, il convient de n'emporter que les individus frais, d'un bel aspect et que l'on connaît. Et seulement autant qu'il est possible de consommer en une semaine, soulignent les experts.

Les bolets sont le plus souvent à l'origine d'intoxications alimentaires, parce qu'ils sont consommés déjà avariés ou pas assez cuits, explique Eva Grosjean-Sommer. L'année dernière, le centre d'information sur les empoisonnements Tox Info a enregistré 806 consultations liées aux champignons.

Du temps pour les spores

Les ramasseurs doivent également tenir compte des restrictions pour la cueillette, qui varient d'un canton à l'autre. Dans certains cantons, la récolte est interdite les dix premiers jours du mois, dans d'autres, l'interdiction est valable à certaines heures. Berne ou le Valais n'imposent en revanche aucune restriction. En outre, certains cantons limitent la quantité pouvant être cueillie.

Pendant les jours de repos, il faut laisser pousser et sporuler les champignons afin d'augmenter leur reproduction. L'Association des organes officiels de contrôle des champignons Vapko répertorie ces règles ainsi que les points de contrôle cantonaux sur son site.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une femme à la tête de l'association AgriGenève

Publié

le

Pour la première fois, une femme va présider AgriGenève. Patricia Bidaux succède à Marc Favre (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pour la première fois, une femme va présider AgriGenève. Patricia Bidaux a été élue mercredi matin lors de l'assemblée générale de l'association faîtière de l'agriculture genevoise. La paysanne, par ailleurs députée PDC, succède à Marc Favre.

Active dans une exploitation diversifiée familiale à Troinex-Veyrier, Patricia Bidaux est ainsi la deuxième femme à présider une chambre d'agriculture en Suisse, indique AgriGenève. Elle a présidé l'Union des paysannes et femmes rurales genevoises pendant huit ans et l'association MA-Terre de 2019 à 2022.

De plus, Patricia Bidaux préside la commission technique de Genève Région-Terre Avenir et est membre invitée de la commission consultative pour l'agriculture. Candidate à un nouveau mandat au Grand Conseil, "elle a prouvé à maintes reprises son attachement au développement d'une agriculture productrice et durable à Genève", relève AgriGenève.

L'assemblée générale a permis de faire le bilan de l'année 2022, qualifiée de "très difficile" pour l'agriculture genevoise en raison de la sécheresse et des températures extrêmement élevées. Et la guerre en Ukraine a eu pour effet une très forte hausse des prix des engrais, de l'énergie et des emballages, alors que l'agriculture genevoise subit déjà les frais de production les plus élevés de Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Garantie publique pour UBS-CS: l'UDC pose ses conditions

Publié

le

Le président du groupe UDC Thomas Aeschi et son groupe ne sont pas prêts à accepter sans broncher le soutien public aux grandes banques. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le groupe UDC exige que la garantie publique de 109 milliards de francs accordée pour la "fusion" d'UBS et Credit suisse soit soumise à l'aval du Parlement. Le parti soumet en outre son soutien à trois conditions, dont la prise de mesures pour garantir la concurrence.

"Sans conditions claires, il ne doit pas y avoir des milliards d'argent public pour les grandes banques", exige mercredi l'UDC au terme d'une séance extraordinaire de son groupe parlementaire.

Le Conseil fédéral doit s'engager devant le Parlement, demande l'UDC, à améliorer la réglementation sur le "too big to fail", qui a failli en l'espèce. Si cela ne devait pas être possible, les banques concernées devraient s'engager à vendre leurs activités à l'étranger ou à cesser des pans importants de leurs affaires.

Le Conseil fédéral doit examiner les agissements, la responsabilité et en particulier les bonus des responsables de Credit Suisse (conseil d'administration et direction) et dire comment ceux-ci peuvent être amenés à rendre des comptes et reverser leurs primes injustifiées.

Le groupe UDC ne soutiendra la garantie publique que si ces conditions sont remplies, prévient-il. Il appelle aussi de ses voeux la tenue d'une session extraordinaire des Chambres fédérales sur le sujet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Salon du livre témoin de la féminisation du milieu de l'édition

Publié

le

L'édition 2023 du Salon du livre de Genève sera gratuite. Entre les stands des quelque 260 exposants, les visiteurs pourront visiter douze expositions. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Parmi les 639 plumes invitées au Salon du Livre de Genève, qui a ouvert ses portes mercredi jusqu’à dimanche, figurent de plus en plus d’autrices. Une proportion à la hausse qui témoigne de la féminisation du milieu de l’édition.

Les femmes publient aujourd'hui plus de livres que leurs homologues masculins, selon une étude d'un économiste de l'Université du Minnesota, aux Etats-Unis, publiée en février dernier. D'après cette publication, 2020 a été la première année au cours de laquelle la proportion d'ouvrages publiés par des femmes a dépassé celle des hommes.

La féminisation du monde littéraire, une tendance confirmée au Salon du livre de Genève. "C'est un mouvement qui s'inscrit depuis plusieurs années déjà. La richesse des publications des autrices est remarquable et cela nous réjouit", confie à Keystone-ATS Nine Simon, directrice artistique de l'événement.

La parité, une évidence

Pour les programmateurs du salon, tenir la parité entre autrices et auteurs n'est donc pas une contrainte, mais "une évidence, car elles le méritent", souligne Nine Simon.

Ainsi, le salon fera, par exemple, une belle place aux autrices de bande dessinées, souvent invisibilisées par le passé. Louison, Virginie Augustin, Clara Lodewick ou encore Mathilde Van Gelhuwe seront présentes pour "crever les bulles" sur la scène BD, indiquent les organisateurs.

Et Nine Simon de relever la présence d'Adèle Van Reeth et de Marie Robert, qui mettront en avant la philosophie à travers un regard féminin.

Les lignes bougent

Si les autrices gagnent leurs places dans nos bibliothèques aux côtés des grands auteurs classiques, c'est également le cas pour les éditrices. Ces dernières années, de nombreuses femmes ont pris la tête de grandes maisons d'édition.

"Les lignes bougent à la fois du côté des éditrices, des autrices, mais aussi du lectorat qui est, selon moi, de moins en moins genré dans ses choix littéraires", commente la directrice artistique.

Pour sélectionner ses autrices et auteurs et satisfaire toutes les curiosités du public, l'équipe de programmation du Salon du livre de Genève travaille d'arrache-pied durant plusieurs mois. "Il n'y a pas vraiment de quotas ou de critères outre celui d'offrir de la diversité, de couvrir l'actualité, de mettre en lumière des thématiques qui occupent voire préoccupent le public et de mettre en avant des nouveaux livres et nouveaux auteurs", indique Nine Simon.

Une édition gratuite et animée

En marge des plumes confirmées et des étoiles montantes de la littérature francophone présents sur scène et en dédicaces, le salon propose des rencontres autour de grandes thématiques comme la question féminine, l'écologie ou la famille ainsi que des temps forts autour de la poésie et de la chanson francophone. Des animations "à consommer sans modération", indiquent les organisateurs en soulignant la gratuité de cette édition.

Entre les stands des quelque 260 exposants, les visiteurs pourront visiter douze expositions. Comme le veut la tradition, une grande dictée attend les férus d'orthographe samedi à 11h00. Et si le salon reprend ses quartiers au sein de Palexpo, quelques animations seront également organisées extra muros, en ville de Genève.

Enfin, quatre prix littéraires et artistiques seront remis durant la manifestation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse: des cabinets d'avocats se lancent dans la bataille

Publié

le

Le cabinet d'avocats Pallas Partners élabore une voie procédurale avec des recours au niveau de la législation locale en Suisse et à l'étranger. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Plusieurs cabinets d'avocats se sont lancés sur le volet judiciaire du mariage forcé entre UBS et Credit Suisse. Les experts se proposent de défendre les détenteurs lésés de quelque 16 milliards de francs d'emprunts AT1 dont la valeur a été ramenée à zéro.

Le cabinet d'avocats londonien et new-yorkais Pallas Partners a annoncé mercredi constituer un groupe de détenteurs de ces obligations "Additional Tier 1" (AT1) de la banque aux deux voiles et dont la valeur a "été anéantie le weekend dernier dans le cadre des opérations de rachat de Credit Suisse par UBS, sous mandat du gouvernement suisse", selon un communiqué.

"Le groupe adoptera une stratégie procédurale à plusieurs volets afin d'atténuer les pertes subies par les détenteurs d'AT1 et de permettre des recouvrements, en intentant des procès ciblés contre ceux qui ont agi pour priver les détenteurs d'AT1 de leurs droits contractuels et autres", ont précisé les avocats, qui visent "une stratégie multi-juridictionnelle".

Concrètement, Pallas élabore une voie procédurale avec des recours au niveau de la législation locale en Suisse et à l'étranger. Natasha Harrison, directrice associée de Pallas, est en charge de ce mandat.

D'autres cabinets d'avocats ont annoncé des procédures similaires, notamment l'américain Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan.

Dimanche soir, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a prévenu, dans le cadre du rachat de Credit Suisse par UBS, que l'intervention exceptionnelle de l'Etat avait déclenché "un amortissement complet de la valeur nominale de tous les emprunts AT1 de Credit Suisse pour un volume d'environ 16 milliards de francs".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Intuition, flair… Vous détectez immanquablement ce qui se cache derrière ce qu’on vous montre. Gare à qui vous raconte des histoires !

Les Sujets à la Une

X