Rejoignez-nous

Suisse

Les franchises maladie vont augmenter

Publié

,

le

Les franchises de l'assurance maladie devraient augmenter (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les franchises de l'assurance maladie vont augmenter. Et il ne devrait plus être possible d'en changer chaque année, mais tous les trois ans. Le National a adopté lundi ces deux projets. Le dossier passe au Conseil des Etats.

Depuis 1996, la franchise de base est passée de 150 francs à 230 francs dès 1998 puis à 300 francs dès 2004. Les franchises à option s'échelonnent quant à elles actuellement de 500 à 2500 francs.

Indexées aux coûts

Désormais, les montants devraient être indexés à l'évolution des coûts. Forcé de légiférer par le Parlement, le Conseil fédéral a développé un concept. Les franchises des enfants ne seront pas concernées.

Les franchises des assurés adultes grimperont quant à elles de 50 francs dès que les coûts bruts moyens par assuré auront dépassé treize fois la franchise ordinaire. La prochaine étape sera franchie lorsque les coûts par assuré auront dépassé 3900 francs. En 2016, ils s'élevaient à 3777 francs.

Ce mécanisme devrait permettre de réduire la hausse des primes d’environ 0,5% les années d'adaptation des franchises par rapport aux années sans indexation. Mais il ne faut pas attendre des miracles sur la hausse des coûts, a prévenu le ministre de la santé Alain Berset.

Antisocial

Seule la gauche a rejeté ce concept. Celui-ci est inefficace mais surtout antisocial. Les malades chroniques et les personnes âgées vont notamment en faire les frais, a critiqué Barbara Gysi (PS/SG). Les coûts risquent d'augmenter au final, car les gens hésiteront avant de se faire soigner.

Rien n'y a fait. La révision de la loi a été adoptée par 133 voix contre 53. Le camp bourgeois, à l'origine de la proposition d'indexation, estime que les assurés seront plus conscients des coûts qu'ils génèrent. Cela évitera que les gens courent chez le médecin pour le moindre bobo.

Bloqué pendant trois ans

La Chambre du peuple s'est en outre prononcée par 113 voix contre 60 pour un autre tour de vis. Le montant de la franchise ne pourra plus être modifié chaque année: les contrats auront une durée de trois ans.

Durant cette période, les assurés pourront changer d'assureur, mais seront tenus de conserver la même franchise. Plus possible dès lors de demander à court terme une participation inférieure aux coûts si l'on craint de devoir bientôt affronter des frais médicaux élevés.

Là encore, les partisans du projet estiment qu'il s'agit de responsabiliser davantage les assurés. La gauche, la faîtière d'assureurs curafutura ainsi que le Conseil fédéral se sont opposés à ce changement de système. Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires, a lancé Alain Berset, citant Montesquieu.

Le projet risque de faire augmenter les coûts, car les assurés se tourneront vers les franchises basses pour éviter de devoir passer à la caisse en cas de problème de santé. De plus, les économies escomptées par le nouveau système seraient très faibles: 5 millions de francs sur un total de 28 milliards de prestations nettes.

Automatique

Par 112 voix contre 62, le National a refusé de mettre de l'eau dans son vin: l’assureur ne sera pas tenu d'informer l’assuré de l'échéance d'un contrat deux mois auparavant. Si l'assurance n'est pas résiliée, elle sera renouvelée automatiquement pour trois ans.

Le camp rose-vert a demandé de permettre de changer de modèle d'assurance l'année suivante aux personnes qui se voient diagnostiquer une maladie grave ou chronique entraînant des coûts supérieurs à leur franchise. La proposition a été rejetée par 118 voix contre 56. Cette possibilité ne sera offerte qu'aux assurés qui atteignent l'âge de 18 ans.

Franz Grüter (UDC/LU) aurait quant à lui préféré miser sur un système à option de contrats attractifs de trois ou cinq ans. Sa proposition de renvoi en commission a été rejetée par 86 voix contre 81 et 13 abstentions.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Vaud: recherche familles d'accueil pour migrants

Publié

le

Au début de la crise ukrainienne, de nombreux réfugiés ont été hébergés chez des particuliers (image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) lance un appel aux personnes qui souhaitent héberger un migrant. Il rappelle le rôle "essentiel" des familles d'accueil dans le processus d'intégration.

L'EVAM et l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) encouragent les personnes qui ont une chambre disponible à envisager de rejoindre le projet "Héberger un migrant". Cette initiative offre un accompagnement personnalisé par les équipes de l'EVAM et un soutien financier, rappellent mardi les partenaires.

Le projet "Héberger un migrant" incarne une solidarité "exceptionnelle" de la société civile vaudoise, particulièrement mise en évidence lors de la crise ukrainienne, poursuit le communiqué. Début 2022, Vaud comptait 46 personnes hébergées chez 31 familles. A fin octobre, ces chiffres avaient grimpé à 942 personnes accueillies chez 506 familles. Plus de 2000 Ukrainiens avaient en outre trouvé refuge chez des particuliers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

RUAG finalisera 4 avions de combat F-35A en Suisse

Publié

le

RUAG participera à la production de 4 avions de combat F-35A. La Suisse romande en profitera aussi, selon la Confédération (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

RUAG a obtenu le feu vert de la Confédération pour la production finale de quatre des 36 avions de combat américains F-35A en Suisse, annonce le groupe d'armement mardi. La Suisse romande bénéficiera de ces affaires compensatoires.

Les opérations compensatoires les plus importantes pour l'avenir de l'entreprise sont ainsi assurées, se félicite RUAG dans un communiqué. Lors de la signature du contrat, le constructeur américain Lockheed Martin s'est engagé à conclure des affaires compensatoires pour près de trois milliards de dollars avec des entreprises en Suisse.

RUAG prévoit environ 100 personnes pour ce projet et s'est engagé à faire venir de Suisse romande 40% du personnel, écrit de son côté l'Office fédéral de l'armement. L'entreprise devrait en outre y investir quelque 100 millions de francs jusqu'en 2034. Ce point avait créé des inquiétudes en Suisse romande.

La question des nuisances sonores, qui devraient augmenter, a aussi suscité la critique des communes autour de l'aérodrome de Payerne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Interstices, nouveau festival à Plateforme 10

Publié

le

Après BDFIL, Booklovers et La Nuit des Images (photo) et avant d’accueillir le festival de Locarno, le quartier des arts accueille la première édition d’Interstices. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La saison des festivals continue à Plateforme 10 avec la première édition d’Interstices. Entièrement consacré à la musique pour piano et claviers, ce nouvel événement proposera treize concerts de vendredi à dimanche dans divers lieux de Lausanne. L'entrée est gratuite.

D'un concert à l’aube au bord du lac aux orgues de l’Eglise St-François en passant par l’esplanade et les musées de Plateforme 10, Interstices réunira un parterre de musiciens de premier plan: de l’Ensemble Contrechamps à la pianiste française de renom Vanessa Wagner.

Lors de ces trois jours de concerts, le festival proposera notamment une installation sonore immersive en continu et en création ainsi qu'un piano qui joue tout seul. Les claviers sous toutes leurs formes seront à la fête (piano à queue, accordéon, orgue de barbarie, claviers électroniques, organetto médiéval, ondes Martenot, harmonium, grand orgue).

Le Festival Interstices est une déclinaison du Festival Variations, musiques pour piano et claviers. Il a été initié par "Le Lieu Unique" à Nantes et créé par Patrick Gyger, directeur de Plateforne 10 et son équipe d’alors en 2017.

Objectif: révéler la richesse des musiques jazz, électronique, expérimentale, traditionnelle ou pop, tout en célébrant le mélange des genres de la création musicale contemporaine.

plateforme10.ch/interstices

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Les députés approuvent les comptes 2023, non sans inquiétudes

Publié

le

Les députés vaudois ont approuvé mardi les comptes 2023 présentés ce printemps par la conseillère d'Etat Valérie Dittli (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois a largement validé mardi les comptes 2023 du canton, qui ont bouclé sur un résultat négatif, non sans quelques inquiétudes et mises en garde pour l'avenir. A droite, des députés ont réclamé une "cure d'amaigrissement" dans les postes de l'Etat.

Les comptes ont été acceptés par 125 oui contre cinq non et une abstention. Pour la première fois depuis 2004, ils s'affichent en rouge, essuyant un déficit opérationnel de 39 millions, mais moins marqué que celui prévu au budget (-230 millions).

A relever toutefois que sur un niveau purement comptable, le résultat 2023 est positif à 51 millions de francs. Cela s'explique par des mécanismes techniques de bouclement, notamment des dissolutions de préfinancement.

Taille de l'Etat en question

Les discussions ont beaucoup tourné autour de la taille de l'Etat, c'est-à-dire sur la croissance des charges. C'est l'UDC qui s'est montrée la plus alarmiste, plaidant pour une baisse significative des charges.

"Elles ne sont plus maîtrisables. Les coûts de l'asile et de la fonction publique explosent. Le canton est trop gros, trop gras. Un peu de fitness ne lui ferait pas de mal", a lancé le chef de groupe Cédric Weissert. "Le patient a besoin d'un programme d'amaigrissement qui passe par une diminution des charges", a-t-il insisté.

Le député PLR Guy Gaudard lui a emboîté le pas. "L'Etat doit se fixer un plafond de dépenses. Il est trop gras. Il a besoin d'une cure d'amaigrissement", a-t-il affirmé.

"Ne pas céder à la panique"

Son chef de parti Nicolas Suter a été plus mesuré. "Si les comptes sont acceptables, la croissance des charges est inquiétante. Il ne faut toutefois pas céder à la panique. Il faut un travail de fond, introspectif, sur l'efficience du fonctionnement de l'Etat".

A gauche, plusieurs députés PS à l'instar de Sébastien Cala (chef de groupe) et Julien Eggenberger ont critiqué ces propos de la droite. "Merci de nous dire précisément où vous comptez tailler dans les charges au lieu de dire des généralités", ont-ils dit en substance.

Leur camarade Amélie Cherbuin a, elle, dénoncé le fait que la droite continue de vouloir réduire toujours plus les impôts. "C'est dangereux et irresponsable", a-t-elle déclaré.

"Stratégie des caisses vides"

Plus à gauche encore, Hadrien Buclin (EP) a surenchéri: "La droite est responsable de la situation du canton avec une marge de manoeuvre financière qui se réduit comme peau de chagrin (...) Sa stratégie des caisses vides n'est bonne qu'à justifier des coupes dans les prestations publiques".

De son côté, la ministre en charge des finances Valérie Dittli a tenu à rassurer les députés de tous bords. "La situation est, certes, préoccupante, mais elle est sous contrôle". "La météo nous avait prédit de la grêle et on a eu une forte pluie. Il faut agir maintenant pour éviter la tempête", a-t-elle encore voulu illustrer. Elle a mis deux mots-clés en avant: prudence et priorisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Vous bénéficiez d'une énergie inépuisable qui vous renfonce dans la réalisation de vos ambitions. Ce que vous faites, va réussir, soyez-en sûr !

Les Sujets à la Une

X