Rejoignez-nous

Suisse

Les quatre candidats soumis aux auditions

Publié

,

le

Karin Keller-Sutter (PLR/SG), candidate à la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral, en discussion avec le conseiller national Adrian Amstutz (UDC/BE) et l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher peu avant son audition devant le (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les quatre candidats à la succession de Doris Leuthard et de Johann Schneider-Ammann ont passé leurs auditions devant les groupes parlementaires. Ce mardi, ils étaient entendus par l'UDC, les Verts et les Vert'libéraux. L'élection a lieu le 5 décembre.

La conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter (PLR/SG), son homologue Hans Wicki (PLR/NW) et la conseillère nationale Viola Amherd (PDC/VS) ont été les premiers à passer sur le gril. La conseillère d'Etat PDC uranaise Heidi Z'graggen a pris son tour dès 15h30. Les auditions se sont déroulées au rythme d'une demi-heure par candidat.

A la sortie de la première ronde, Viola Amherd, plutôt décontractée, a confié que les échanges avec le PVL avaient été passionnants. Plus tard, Hans Wicki a indiqué que son audition auprès de l'UDC avait été très intéressante. Il a dit avoir un "très bon sentiment". "J'ai pu répondre à toutes les questions et j'ai pu expliquer clairement ma position".

"Ca s'est bien passé", a confié Heidi Z'graggen après son passage chez les Vert'libéraux et les Verts. Les questions ont tourné autour des thèmes qui intéressent ces partis, a-t-elle ajouté. "J'ai eu une discussion polie et claire avec des politiciens qui voulaient surtout apprendre à me connaître", a ajouté l'Uranaise qui s'est brièvement exprimée en français.

Karin Keller-Sutter a été assez avare de commentaires à l'issue de ses entretiens. Tout au plus a-t-elle passé 40 minutes chez les Vert'libéraux.

L'UDC et le PVL ont convoqué la presse à l'issue des entretiens. Les autres groupes parlementaires - PDC et PLR compris - interrogeront les candidats mardi prochain.

Une brèche pour les femmes

Les femmes sont en bonne passe de renforcer leur présence au gouvernement. Le ticket PDC compte en effet deux femmes dont l'une Viola Amherd est déjà bien connue des parlementaires. L'avocate-notaire haut-valaisanne de 56 ans siège au National depuis 2005. Elle s'y est engagée pour les régions de montagne et l'équilibre social.

Sa rivale, Heidi Z'graggen, 52 ans, n'a pas la notoriété de la Valaisanne à Berne. Mais cette enseignante qui dirige le département de la justice du canton d'Uri, peut se targuer d'une expérience de 14 ans dans l'exécutif cantonal. Elle s'est en outre montrée assez offensive dans la presse alémanique pour mieux se faire connaître.

Du côté des libéraux-radicaux, Karin Keller-Sutter, 54 ans, fait toujours figure de favorite face à Hans Wicki (54 ans aussi). Le seul homme en lice s'est dit conscient que sa tâche serait très difficile. Son slogan est d'ailleurs: "Rendre possible l'impossible".

Quant à la St-Galloise, elle avait déjà postulé il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Mais elle ne siégeait pas encore sous la Coupole fédérale et avait une réputation de dame de fer comme ministre saint-galloise de justice et police. Depuis son élection à la Chambre des cantons en 2011, elle s'est profilée sur des sujets économiques et sociaux.

(ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les soldats mobilisés en attente de mission

Publié

le

Les militaires engagés dans la crise actuelle devront "offrir" une partie de leurs jours de service. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)
Plus de 4900 militaires ont déjà été mobilisés par l'armée pour aider à lutter contre le coronavirus. Sur les 4000 soldats disponibles pour les missions sanitaires, 1300 ont déjà été déployés, les autres attendent leur mission.

Bonne nouvelle pour les soldats, l'armée a décidé d'autoriser à nouveau les congés individuels dès le 1er avril et les congés généraux à partir du 15 avril, si la situation le permet, a précisé devant la presse le brigadier Raynald Droz. Les militaires déployés en raison de la pandémie de Covid-19 ne sont en revanche pas crédités de tous leurs jours de service.

Sans cette mesure, l'armée risque de ne plus pouvoir apporter son soutien lors d'une prochaine vague de pandémie ou en cas d'incident. Les militaires actuellement en service n'auront en revanche plus à rempiler cette année, a déclaré la ministre de la défense Viola Amherd dans une interview samedi au Blick. La conseillère fédérale haut-valaisanne de 57 ans s'appuie sur une décision du collège gouvernemental.

Les militaires actuellement mobilisés dans le cadre de la pandémie de Covid-19, soutiennent les cantons qui le souhaitent, notamment les hôpitaux, la police et les garde-frontières. La décision du Conseil fédéral prévoit un maximum de 8000 soldats.

La situation sanitaire s'est un peu améliorée au sein de l'armée, a également précisé M. Droz. 759 soldats sont quarantaine, 33 en isolation et 164 ont été testés positifs. "C'est toujours trop, mais les chiffres en diminution sont rassurants", a affirmé le brigadier.

Continuer la lecture

Suisse

Un actif sur quatre au chômage partiel

Publié

le

Près d'un quart des actifs en Suisse est au chômage partiel, a déclaré samedi la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. (KEYSTONE/ANTHONY ARNEX)
Près d'un quart des actifs en Suisse, soit 1,3 million de personnes, est au chômage partiel, a déclaré samedi la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Au Tessin où près de 8000 demandes de chômage partiel sont déposées par semaine, ce taux atteint même 40%, a-t-elle précisé.

Malgré les mesures confirmées mercredi par le Conseil fédéral, dont 60 milliards de francs, la cheffe du Seco a répété que l'économie suisse ne sortira pas sans dommage de cette crise. Pour les autorités, l'important est pour l'heure de permettre d'assurer les salaires des employés et d'éviter les faillites des entreprises.

Illustrant le suivi de la situation au plus près par le Seco, Mme Ineichen-Fleisch a cité l'exemple de la téléconférence qu'elle a eue mardi dernier avec tout le secteur du tourisme, au sens large, un des plus touchés par la crise. Il est très difficile de dire aujourd'hui comment et quand la reprise se fera, a-t-elle admis.

Quant à la sortie de crise, les autorités la préparent, Seco et Office fédéral de la santé publique (OFSP) étudiant notamment différents scénarios. Tout dépend beaucoup de la suite de l'épidémie. Mais, à l'image du secteur du tourisme, "nous allons maintenir des contacts réguliers, la prochaine fois dans quelques semaines, afin de pouvoir préparer au mieux ce qui sera nécessaire le moment venu", a-t-elle assuré.

Continuer la lecture

Suisse

Augmentation des cas en Suisse, pic toujours pas atteint

Publié

le

L'épidémie n'a pas encore atteint son pic, a rappelé Daniel Koch de l'OFSP, lors d'un point de situation samedi à Berne. (KEYSTONE/ANTHONY ANEX)
Le nombre de cas continue d'augmenter de manière constante en Suisse et l'épidémie n'a pas encore atteint son pic, a rappelé Daniel Koch de l'OFSP. Il est encore trop tôt pour imaginer un allègement des mesures.

Le nombre de cas en Suisse continue d'augmenter de manière constante, a souligné le délégué de l'OFSP pour le coronavirus Daniel Koch lors d'un point de presse à Berne. Si une stratégie de sortie de crise devra être décidée par le Conseil fédéral, elle n'est pas pour tout de suite.

S'il suffisait de porter un masque pour pouvoir retourner au travail de manière sécurisée, cela aurait déjà été fait, a souligné M. Koch. Si porter un masque peut protéger les autres, il ne suffit pas pour se protéger soi-même et reste une mesure insuffisante dans plusieurs corps de métier.

Il a appelé une nouvelle fois les Suisse à rester autant que possible chez eux. La santé publique n'est pas juste tournée vers l'épidémie, mais vers la santé de la population entière. Chaque mesure est évaluée en ce sens, car les restrictions ont des effets secondaires négatifs.

M. Koch a par ailleurs précisé que dans le domaine des soins et de la médecine, 2,6% du personnel a été hospitalisé. Ce chiffre est assez bas et montre que le personnel soignant sait bien se protéger, a-t-il souligné. Il ne dispose toutefois pas de chiffres sur le nombre de personnel soignant contaminé par le coronavirus.

La situation au niveau des masques médicaux est bonne en Suisse. 90 millions d'entre eux sont entreposés en Suisse et distribués selon les besoins.

Continuer la lecture

Suisse

Environ 5000 membres de la protection civile mobilisés

Publié

le

La protection civile est largement mobilisée en Suisse romande, notamment dans le canton de Vaud. (photo d'illustration KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Environ 5000 membres de la protection civile sont actuellement mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Parmi eux, 2900 sont déployés en Suisse romande.

Le canton de Vaud, l'un des plus touchés par l'épidémie, s'est vu attribué 1200 civilistes, a précisé Christoph Flury, vice-directeur de l’Office fédéral de la protection de la population, lors d'une conférence de presse à Berne. Et 200 autres ont été envoyés à Genève durant le weekend. Il soutiennent notamment les forces de l'ordre pour veiller à ce que la population respecte bien les mesures fédérales.

M. Flury a toutefois précisé que ces chiffres pouvaient fortement varier, même d'une semaine à l'autre. Les civilistes sont mobilisés pour une durée déterminée et non de manière permanente, afin qu'ils puissent concilier leur engagement avec des impératifs professionnels ou familiaux.

Leur mission principale reste le soutien au système de santé, à savoir les hôpitaux, mais aussi de plus en plus les hospices et EMS. Ils y soulagent le personnel médical dans les travaux routiniers et de désinfections, ainsi qu'à l'entrée des établissements.

Les civilistes aident également dans le transport de personnes ou de matériels. A Genève, par exemple, ils participent à l'emballage et la livraison de désinfectants.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 56 victimes de plus du Covid-19 en 24 heures

Publié

le

(KEYSTONE/POOL/Laurent Gillieron)
La Suisse comptait samedi 56 morts de plus du Covid-19 que la veille, soit 540 décès. Elle présente désormais l’une des incidences les plus élevées (236/100'000) en Europe, le cap des 20'000 tests positifs étant par ailleurs dépassé.

Parmi les 540 personnes décédées, 64% étaient des hommes et 36% des femmes, écrit l'Office fédérale de la santé publique (OFSP) sur son site internet. L’âge des personnes décédées allait de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 83 ans.

Sur les 525 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante. Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées étaient l'hypertension artérielle (chez 67% des personnes décédées), les maladies cardiovasculaires (55%) et le diabète (29%).

Plus de 20'000 tests positifs

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire survenu le 24 février, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. A ce jour, environ 153'440 tests ont été effectués pour COVID-19, dont 15% étaient positifs. Près de 7000 nouveaux tests ont été réalisés ces dernières 24 heures, dont 975 positifs, à 20'278.

L’âge des cas confirmés en laboratoire allait de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 53 ans (50% des cas étaient plus jeunes et 50% plus âgés que cet âge), note encore l'OFSP dans son bulletin quotidien. 47% des cas étaient des hommes, 53% des femmes. Les adultes étaient nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes étaient plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 60 ans, les femmes que les hommes.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons du Tessin (685,7), de Genève (588), de Vaud (513,7) et de Bâle-Ville (451,8) étaient les plus touchés.

Des informations sont disponibles pour 2272 patients hospitalisés. Leur âge allait de 0 à 101 ans, avec un âge médian de 71 ans. 61% des personnes hospitalisées étaient des hommes et 39% des femmes.

Sur les 1942 personnes hospitalisées pour lesquelles des données complètes sont disponibles, 12% n'avaient aucune maladie préexistante. Les trois symptômes les plus fréquemment mentionnés étaient la fièvre (68%), la toux (65%) et les problèmes respiratoires (39%). De plus, 43% avaient une pneumonie.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

D'humeur espiègle, vous semblez avoir l’âme câline aujourd’hui. Serait-ce pour mieux enflammer le cœur de votre partenaire ?

Publicité

Les Sujets à la Une

X