Rejoignez-nous

Suisse

Les règles pour les exportations d'armes devraient être durcies

Publié

,

le

Les sénateurs plaident pour un durcissement des critères d'exportations de matériel de guerre (Image symbolique © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Les critères pour exporter du matériel de guerre devraient être durcis. S'il ne veut pas de l'initiative dite correctrice, le Conseil des Etats a toutefois soutenu jeudi, par 30 voix contre 11, un contre-projet indirect.

L'initiative populaire "contre les exportations d’armes dans des pays en proie à la guerre civile" entend revenir sur des assouplissements décidés à partir de 2014. Elle veut interdire les exportations de matériel de guerre vers les pays impliqués dans un conflit armé. Les pays violant les droits humains ou qui pourraient agir comme intermédiaire ne pourraient pas non plus acquérir d'armes.

Les critères d'autorisation des exportations seraient inscrits dans la Constitution. Le Conseil fédéral et le Parlement ne pourraient donc plus les modifier. Toute adaptation devrait être soumise à l'approbation du peuple et des cantons.

Economie affaiblie

Une telle réglementation au niveau de la Constitution ne serait pas pertinente, a pointé Brigitte Häberli-Koller (Centre/TG) pour la commission. "La marge de manœuvre du Conseil fédéral et du Parlement en serait excessivement restreinte."

"Les entreprises d'armement et leur chaine d'approvisionnement, constituée principalement de PME, seraient affaiblies", a quant à lui mis en garde Thierry Burkart (PLR/AG). Il est important de maintenir le savoir-faire en Suisse pour éviter de faire courir de risque au pays et d'accroitre sa dépendance envers l'étranger.

"Le texte créerait des insécurités juridiques. Les termes utilisés sont flous", a également critiqué le ministre de l'économie Guy Parmelin. Et de donner en exemple la remise en question des livraisons de pièces de rechange. "La confiance de nos partenaires en serait affaiblie."

Assurer le dialogue démocratique

La gauche s'est retrouvée bien seule à soutenir l'initiative. "Le potentiel d'abus existe", a pointé Daniel Jositsch (PS/ZH). Du matériel de guerre suisse se retrouve régulièrement entre de mauvaises mains, comme le montrent plusieurs rapports.

"Le dialogue démocratique doit pouvoir avoir lieu sur la question", a complété Lisa Mazzone (Verts/GE). Le Conseil fédéral ne doit pas être le seul à décider en modifiant les ordonnances. Le Parlement et la population doivent pouvoir s'exprimer.

La sensibilité sur le sujet augmente au sein de la population, a souligné de son côté Carlo Sommargua (PS/GE). "Les citoyennes et les citoyens souhaitent de plus en plus une cohérence entre les intérêts économiques et les valeurs du pays, à savoir la défense des droits humains et la promotion de la paix."

Objectifs quasi remplis

Les sénateurs ont toutefois préféré le contre-projet indirect concocté par le gouvernement. "Il remplit presque intégralement les objectifs de l'initiative", a salué Brigitte Häberli-Koller.

Le texte prévoit de supprimer l’exception pour les pays qui violent gravement et systématiquement les droits humains. Les exportations dans les pays en proie à la guerre civile demeureront exclues.

Les critères d'autorisation seront en outre inscrits dans la loi et non plus dans une ordonnance. Le Parlement pourrait les adapter et le peuple aurait le dernier mot par le biais du référendum facultatif.

Dérogations en question

Le gouvernement pourrait s'écarter de ces critères d'autorisation lorsque des circonstances exceptionnelles le justifient. Cette mesure doit cependant être nécessaire à la sauvegarde des intérêts du pays en matière de politique extérieure ou de politique de sécurité.

La disposition a été particulièrement critiquée et finalement rejetée par 22 voix contre 20 et deux abstentions, contre l'avis de la commission. "La clause dérogatoire annule l'efficacité de la loi", a dénoncé Lisa Mazzone. Elle permet au Conseil fédéral de contourner les exigences. Et Daniel Jositsch de faire une comparaison avec un conducteur autorisé à dépasser la limite de 120 km/h sur une autoroute s'il le doit.

"La formulation est vague et ouverte", a relevé Andrea Gmür-Schönenbergger (Centre/LU). En cas d'urgence absolue, le Conseil fédéral pourrait toujours recourir au droit de nécessité, comme il l'a fait lors de la pandémie de coronavirus.

Réagir rapidement

Guy Parmelin a tenté de balayer ces critiques. "Les dérogations ne pourront être accordées que pour des cas très limités et bien définis. Elles sont primordiales pour permettre au Conseil fédéral de réagir rapidement lors de situations imprévisibles." Il est par ailleurs délicat de recourir au droit de nécessité.

Pour Werner Salzmann (UDC/BE), il faut faire confiance au Conseil fédéral. Le Bernois a encore souligné ne pas avoir besoin d'initiative ou de contre-projet. "La Suisse a déjà les règlementations d'exportation les plus strictes au monde."

Deux autres propositions, issues du camp rose-vert, ont en revanche été largement refusées. Les exportations ne seront interdites que s'il y a un risque que le matériel de guerre soit utilisé contre des civils dans le pays de destination. La livraison de pièces de rechange pour le matériel déjà autorisé sera elle possible.

Les deux textes passent au Conseil national.

Exportations record en 2020

Les exportations de matériel de guerre ont atteint des records en 2020, selon les données du Secrétariat d’Etat à l’économie. Elles ont augmenté de 24% par rapport à l'année précédente. Au total, les entreprises suisses ont exporté pour 901,2 millions de francs de matériel de guerre vers 62 pays.

L'Europe reste le plus grand acheteur d'armes suisses. Mais l'Arabie Saoudite et le Bahreïn, impliqués dans la guerre du Yémen, figurent également parmi les clients de Berne. Tout comme l'Indonésie et le Brésil, où les droits humains sont régulièrement remis en question.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Lausanne fait un pas vers le maintien en battant Zurich

Publié

le

Fousseni Diabaté a marqué son premier but en Super League. ©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le Lausanne-Sport accueillait Zurich ce samedi à la Tuilière. Les hommes de Ludovic Magnin se sont imposés 1-0 dans un match sans grand spectacle.

Quel calme en début de rencontre. "Heureusement qu’il y a les supporters, sinon je m’endormais", a-t-on entendu dans les couloirs du stade à la mi-temps. Karlo Letica a réalisé quelques bons arrêts, Zurich s’est un peu montré dangereux, Lausanne aussi.

Il a fallu attendre la 26e pour voir tomber un but. Après un très bon travail de Simone Pafundi pour s’approcher du but, le jeune italien a passé à Fousseni Diabaté sur la gauche. Depuis la ligne des 16m, l’attaquant a envoyé le ballon à travers la défense zurichoise pour aller ouvrir le score. Un but qui a ravi le coach Ludovic Magnin.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

"Il fallait qu'on apprenne à jouer plus bas"

La deuxième mi-temps a commencé sur le même rythme. Ce qui est plutôt étonnant vu que le FCZ doit encore défendre sa place dans le Top 6. Mathématiquement, le club pourrait encore se retrouver dans le "Relagation Group" la semaine prochaine.

Les joueurs de Murat Ural ont néanmoins retrouvé un peu de fougue. Ils ont ainsi pressé les Lausannois et se sont un peu plus démenés pour tenter de revenir au score. En parallèle, le LS a joué plus en arrière, plus défensivement. Est-ce que c'était le plan? Protéger ce 1-0 au maximum?

Olivier CustodioCapitaine et milieu de terrain du Lausanne-Sport

Ludovic Magnin confirme. Et même si ce positionnement a été un choix imposé, l'entraîneur s'en réjouis.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Le technicien apprécie de voir une équipe qui souffre en deuxième mi-temps, mais qui finalement n'a laissé pratiquement aucune occasion à Zurich. "Ça montre qu'ils ont trouvé du plaisir à défendre et l'équilibre offensif-défensif est beaucoup mieux qu'en début de saison", se félicite-t-il.

Au final, même si la performance n'a pas marqué les mémoires, ce sont tout de même des points en plus pour Lausanne. C'est donc une victoire qui fait du bien.

Olivier CustodioCapitaine et milieu de terraindu Lausanne-Sport

Le LS pas encore tiré d'affaire

Le Lausanne-Sport continue ainsi sa série sans défaite. Les Vaudois comptent 3 victoires et 2 matchs nuls sur les 5 dernières rencontres. Des performances qui pourraient les faire regretter de ne pas avoir réussi à accrocher ce Top 6. "J'essaie de ne pas trop regarder en arrière et de regarder le positif", répond Olivier Custodio. Le capitaine note surtout la progression effectuée par l'équipe en tant que groupe.

Pour Ludovic Magnin, ce qui faisait la différence en début de saison entre son équipe et les autres, c'était "les résultats, la maturité et cet esprit d'équipe, qui est là un peu plus vite chez les autres parce qu'ils avaient un noyau, ce que nous on n'avait pas."

Est-ce que le fait de savoir que les Lausannois ne pourraient plus atteindre le Top 6 les a libérés d'un poids? "Non, du tout, lance sans hésiter Olivier Custodio. Quand t'es pas sauvé mathématiquement d'une place de barragiste ou de relégable, tu ne peux pas te permettre de te relâcher." En tout cas, en prenant ces trois points face à Zurich, le LS a pris une bonne option pour se mettre à l'abri. 17 points séparent le club de Stade Lausanne Ouchy, actuelle lanterne rouge. Grasshopper, pour l'instant barragiste, est à 10 points des Lausannois.

Il reste un match de "saison régulière", puis il y aura encore 5 rencontres entre les équipes du "Championship Groupe" et celles du "Relegation Group". Le tout pour un total de 18 points à aller chercher. La prochaine rencontre du Lausanne-Sport, ce sera samedi prochain à Lugano.

Continuer la lecture

Genève

Ancien président de la CICAD, Philippe Grumbach est décédé

Publié

le

Philippe Grumbach n'est plus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'ancien président de la CICAD Philippe Grumbach est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, des suites d'une maladie. L'avocat genevois s'est aussi fait connaître pour avoir plaidé contre des négationnistes et des auteurs d'actes antisémites. Il avait 65 ans.

La nouvelle a été confirmée à Keystone-ATS par Johanne Gurfinkiel, l'actuel secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Philippe Grumbach a présidé la CICAD entre 2001 et 2009. Il a aussi été son avocat durant une vingtaine d'années, plaidant lors de nombreux procès, parfois retentissants comme dans l'affaire Dieudonné.

Philippe Grumbach a aussi été membre du comité suisse de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et président de la Communauté israélite de Genève.

"C'était un personnage à part, un citoyen très engagé et un militant acccompli à tous les niveaux. Il a été de tous les combats", salue Johanne Gurfinkiel. "Il a marqué la CICAD et restera dans la postérité", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie

Publié

le

Une manifestation a réuni près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie et la montée de l'extrême-droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, près de 600 personnes ont défilé samedi au centre-ville pour protester contre la transphobie et contre la montée de l'extrême droite. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Cette première mobilisation antifasciste et transféministe à Genève était organisée par le Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ). Plusieurs orateurs ont dénoncé les discriminations qui frappent les personnes trans, notamment dans l'accès aux soins médicaux, au travail et au logement.

"Nous voulons le droit à l'autodétermination", a poursuivi une autre personne, très applaudie dans le Parc des Cropettes d'où est partie la manifestation. "La transition ne tue pas, la transphobie si", pouvait-on lire sur une pancarte. Le cortège s'est ébranlé au rythme des tambours et d'une grosse sono avec une banderole de tête qui donnait le ton: "La jeunesse trans emmerde l'extrême droite".

Des fumigènes

L'UDC "qui continue à s'attaquer aux droits des personnes LGBTQIA+" a été fustigée et requalifiée pour l'occasion d'"Union des connards", un slogan scandé dans les rues commerçantes. Le cortège dans lequel seules quelques personnes étaient masquées a fait une longue pause sur le Pont du Mont-Blanc où quelques fumigènes ont été tirés.

Les slogans "Mon corps, mon genre et ferme ta gueule!" ou encore "Pas de fierté sans lutte, aucun droit sans combat" ont fait vibrer le cortège jusqu'à la Place des Volontaires. La police, qui encadrait de loin la manifestation, est brièvement intervenue sur la Place du Molard où le ton est monté entre quelques jeunes et des manifestants. Aucun autre incident n'a été signalé.

Aussi à Bâle-Campagne

Samedi matin, une autre manifestation a réuni environ 200 personnes à Sissach (BL) pour dénoncer l'extrémisme de droite. Ce rassemblement organisé par la Jeunesse socialiste de Bâle-Campagne s'inscrivait dans le cadre de la polémique suscitée par les contacts de la politicienne locale et cheffe de la stratégie des Jeunes UDC Sarah Regez avec des groupements d'extrême-droite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Cully Jazz a attiré 70'000 festivaliers

Publié

le

Le Cully Jazz 2024 a connu plusieurs "moments inoubliables", comme le concert de la saxophoniste Lakecia Benjamin. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Cully Jazz a vécu une 41e édition "radieuse", se réjouissent les organisateurs à l'heure du bilan. La fréquentation du festival est estimée à 70'000 personnes, contre 62'000 l'an dernier.

Douze concerts payants ont affiché complet, ce qui représente plus de 12'500 billets vendus. Les 15 scènes du "off" ont aussi été "largement fréquentées", en particulier durant les deux week-ends ensoleillés, indiquent samedi soir les organisateurs.

Les ventes des bars et des stands de nourritures ont également "très bien fonctionné", ajoutent-ils, sans pouvoir encore se prononcer sur le bilan financier de cette édition.

Du point de vue musical, ils citent plusieurs "moments inoubliables", comme les prestations de la saxophoniste Lakecia Benjamin, accompagnée de la chanteuse Dee Dee Bridgewater, du groupe anglais The Herbaliser Band, du trompettiste Avishai Cohen, du multi-instrumentiste Rodrigo Cuevas ou encore du Portico Quartet.

Plusieurs artistes suisses se sont aussi distingués, comme la chanteuse lausannoise Nnavy, dont le concert "grandement attendu" s'est déroulé "dans une salle plus que comble." Les projets regroupant des instrumentistes issus du continent africain et de ses diasporas ont "transporté les corps et les coeurs jusqu'aux racines de leur riche héritage musical", poursuit le communiqué.

Balades musicales

Quant au festival "off", il a regroupé plus de 85 concerts dans les caveaux et scènes extérieures. De quoi offrir "un éventail de projets musicaux reflétant l'effervescence de la relève des musiques actuelles et du jazz", relèvent les organisateurs.

Les journées ensoleillées ont également contribué au "grand succès" des Balades Musicales guidées, organisées dans le cadre du programme Autour du Jazz. Cette année, le nouveau parcours a relié Puidoux à Cully, tout en faisant découvrir les compositions originales de huit artistes suisses.

Le Cully Jazz reviendra l'an prochain pour la 42e édition du 4 au 12 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

En pleine mutation, vous donnez la priorité aux nouvelles connaissances, laissant de côté vos anciennes relations. Ainsi va la vie…

Les Sujets à la Une

X