Rejoignez-nous

Suisse

Les Suisses soutiennent leur agriculture

Publié

,

le

La Suisse est le premier pays au monde à garantir la sécurité alimentaire.

Sans surprise et sans passion, une large majorité de 78,7% de Suisses a ratifié dimanche 24 septembre l’inscription dans la Constitution d’un article 104 a) considéré comme un coup de cœur à l’agriculture indigène.

Le oui est plus accentué en Suisse latine qu’en Suisse alémanique, avec 92% d’acceptation dans le canton de Vaud et 89,8% dans le Jura. Tous les cantons acceptent le principe, le oui le plus timide venant de Schwyz avec 69%.

Analyse avec notre correspondant à Berne, Serge Jubin :

Serge Jubin
Journaliste, correspondant à Berne
Serge Jubin Journaliste, correspondant à Berne

Justement, le ministre de l’Economie Johann Schneider-Ammann s’est réjoui du résultat. Pas question de voir une volonté protectionniste dans le vote de ce dimanche. Mais plutôt un appel des Suisses à l’innovation et à la compétitivité de l’agriculture. Johann Schneider-Ammann :

Johann Schneider-Ammann
Conseiller Fédéral
Johann Schneider-Ammann Conseiller Fédéral

Le directeur de l’Union suisse des paysans, le conseiller national PLR fribourgeois Jacques Bourgeois, entend utiliser le très large soutien des Suisses pour défendre les acquis des paysans :

Jacques Bourgeois
Conseiller National PLR (FR) & Président USP
Jacques Bourgeois Conseiller National PLR (FR) & Président USP

Parmi les rares opposants déclarés, l’Alliance pour la souveraineté alimentaire de Pierre-André Tombez. Une lourde défaite pour lui ce dimanche ?

Pierre-André Tombez
Président, Alliance pour la souveraineté alimentaire
Pierre-André Tombez Président, Alliance pour la souveraineté alimentaire

Un sujet de Serge Jubin.

Notez que les Suisses n’en ont pas fini avec la sécurité alimentaire. Deux autres initiatives sont pendantes. Mardi 26 septembre, le Conseil national empoignera le texte « aliments équitables » des Verts.

 

Résultats votation populaire du dimanche 24 septembre 2017 : admin.ch

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les partis prêts à parler d’une Verte au Conseil fédéral

Publié

le

La présidente des Verts Regula Rytz veut entrer au Conseil fédéral au détriment d'Ignazio Cassis, le PLR tessinois (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La présidente des Verts, Regula Rytz, vise le siège d’Ignazio Cassis (PLR) au Conseil fédéral. Le PS voit cette candidature d’un bon oeil. L’UDC semble entrer en matière, mais veut que ce soit Simonetta Sommaruga (PS) qui cède son siège.

« Ce premier pas est logique, a dit jeudi le chef du groupe socialiste, Roger Nordmann, à Keystone-ATS. Cela clarifie les choses. Nous devrons ensuite trouver une solution équilibrée ».

Regula Rytz a le siège d’Ignazio Cassis au Conseil fédéral dans le viseur, estimant que le PLR y est surreprésenté. « Nous devrons en discuter avec les autres partis: il s’agit de rééquilibrer les forces au gouvernement pour qu’il colle davantage à la puissance réelle des partis », a poursuivi le Vaudois.

Au PDC, on prend note de la candidature de Mme Rytz, selon son porte-parole Michaël Girod. Le groupe discutera samedi de la composition du Conseil fédéral. Le PDC attend maintenant que les Verts confirment vendredi la candidature de la Bernoise.

Thomas Aeschi, le chef du groupe UDC, demandera vendredi au groupe d’inviter Regula Rytz à une audition mardi prochain. « Ensuite, on décidera de la procédure à suivre », a-t-il dit.

L’UDC vise le PS

Pour lui, le PLR et le PS sont clairement surreprésentés au Conseil fédéral. Et si Regula Rytz devait être élue au Conseil fédéral aux dépens d’Ignazio Cassis, deux Bernois siégeraient à nouveau au gouvernement, a-t-il encore souligné.

Selon Thomas Aeschi, c’est à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga de céder sa place. « La volonté des électeurs est actuellement plus verte que rose. Et si on punit le Tessin, ce serait faire preuve d’une « grande insensibilité ».

Au PLR, le chef du groupe Beat Walti a déclaré qu’il était trop tôt pour une prise de position. Le groupe fera une déclaration après sa réunion vendredi, lors d’un point de presse prévu à 17h30.

Du côté des Verts, le conseiller d’Etat genevois Antonio Hodgers et le conseiller national zurichois Bastien Girod s’effacent au profit de Mme Rytz. Les deux hommes se réjouissent de la candidature de la Bernoise qu’ils jugent excellente.

Continuer la lecture

Suisse

Regula Rytz tentée par le Conseil fédéral

Publié

le

Regula Rytz à la disposition de son parti pour tenter de décrocher un siège vert au Conseil fédéral après la poussée historique du parti aux élections fédérales (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La présidente des Verts Regula Rytz veut devenir conseillère fédérale. La Bernoise a annoncé jeudi à la presse qu’elle était prête à porter l’ambition de son parti en décembre.

La conseillère nationale a levé le suspense sur ses ambitions personnelles depuis la poussée historique des écologistes aux élections fédérales. Elle avait jusqu’ici temporisé, mettant en avant sa course au Conseil des Etats et annonçant que si elle était élue à la Chambre des cantons le 17 novembre, elle ne serait pas en lice pour le gouvernement.

Agée de 57 ans, Regula Rytz préside son parti depuis 2012. Au Conseil national depuis huit ans, cette enseignante de formation et universitaire a siégé au Grand Conseil bernois et à l’exécutif de la ville de Berne. Elle a également été secrétaire centrale de l’Union syndicale suisse.

Son timing surprend car le groupe parlementaire des Verts doit décider vendredi s’il lance une candidature au Conseil fédéral lors du renouvellement intégral du collège le 11 décembre. Depuis le 20 octobre, il a laissé planer le doute sur le sujet. De manière purement arithmétique, le parti estime qu’il aurait droit à un siège car la composition actuelle ne représente pas les parts électorales sorties des urnes.

Deux visions opposées

Deux visions s’affrontent cependant au sein du parti. Certains estiment que les Verts doivent « absolument » s’efforcer d’obtenir un siège au Conseil fédéral dès décembre. D’autres considèrent qu’une place au gouvernement n’est pas le plus important et que le parti devrait d’abord mettre l’accent sur le contenu de sa politique environnementale.

Parmi les candidats potentiels, le conseiller d’Etat genevois Antonio Hodgers et le conseiller national zurichois Bastien Girod n’ont « pas exclu » une candidature. Bernhard Pulver, l’ancienne conseillère d’Etat argovienne Susanne Hochuli, le maire de Berne Alec von Graffenried, la conseillère nationale Maya Graf et la conseillère municipale bernoise Franziska Teuscher ont déjà décliné.

La partie s’annonce de toute façon délicate car il est difficile de déloger un ministre en place, or tous les conseillers fédéraux se représentent. Les chances des Verts dépendront des alliances qui pourront être conclues avec les autres partis. Les tractations vont aller bon train.

Continuer la lecture

Suisse

Droits de l’enfant célébrés à Berne

Publié

le

Le conseiller fédéral Alain Berset a rejoint les 850 enfants et adolescents réunis à Berne pour célébrer les 30 ans de la Convention de l'ONU sur les droits de l'enfant. (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Près de 850 enfants et adolescents ont célébré mercredi sur la Place fédérale à Berne les trente ans de la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant. Ils ont pu en savoir davantage sur les droits et poser leurs questions au conseiller fédéral Alain Berset.

Au total, plus de 40 classes de toute la Suisse ont convergé vers la capitale, précisent les fondations Village d’enfants Pestalozzi, la Protection de l’enfant Suisse, Pro Juventute et le Comité d’UNICEF Suisse dans un communiqué commun diffusé mercredi.

Les classes sont venues en train. Celles de la région zurichoise ont pu poser des questions lors du trajet aux représentants des quatre organisations. Une partie de la journée a été consacrée à des ateliers interactifs, auxquels les enfants et les adolescents ont participé durant toute la matinée. Ils ont listé leurs souhaits, leurs exigences et leurs préoccupations, avant de pouvoir poser des questions à M. Berset.

Le chef du Département de l’intérieur a souligné l’importance de la convention comme base des droits de l’enfant à l’échelle mondiale et de l’implication des enfants et des jeunes. « Il s’agit de parler moins des enfants, et de communiquer davantage avec eux », a estimé le Fribourgeois.

Dans une récente interview au Temps, le psychologue Philippe D. Jaffé, président du Comité des droits de l’enfant de l’ONU a relevé que les enfants ne sont pas à la fête au quotidien en Suisse. « La pauvreté guette 80’000 d’entre eux, les niveaux de violence à l’encontre d’enfants sont endémiques, la santé mentale des adolescents et les taux de tentatives de suicide sont alarmants et les jeunes sont préoccupés par leur avenir », a détaillé l’expert.

Continuer la lecture

Suisse

Conseil des Etats : Le centre-droit reste le plus fort

Publié

le

Marina Carobbio a de quoi se réjouir puisqu'elle est la première femme socialiste tessinoise à faire son entrée au Conseil des Etats. Elle a élue dimanche à l'issue d'un 2e tour plein de surprise, puisque Filippo Lombardi, qui briguait son sixième ma (©KEYSTONE/Ti-Press/SAMUEL GOLAY)

Avec le PDC en tête suivi des libéraux-radicaux, le Conseil des Etats reste un bastion du centre-droit après les votes de six cantons dimanche. On compte aussi 11 femmes dans la Chambre des cantons avec l’arrivée de Marina Carobbio, égalant ainsi le record de 2003.

Quarante deux des 46 conseillers ont décroché leur place dans la Chambre des cantons dimanche avec les seconds tours dans les cantons du Tessin, Berne, Zurich, Saint-Gall, Soleure et Zoug. A ce stade, le PDC reste le premier parti avec 12 sièges, suivi du PLR (11), du PS (9), de l’UDC (5) des Verts (4), sans oublier l’élu sans parti Thomas Minder.

Les élections fédérales s’achèvent dimanche pour le Parti socialiste. Il n’a pas de candidats en lice dimanche prochain pour les derniers seconds tours qui auront lieu en Argovie, à Schwyz et à Bâle-Campagne, où les quatre derniers sénateurs seront élus.

Le PS dispose de 9 sièges: il en a perdu par rapport à la législature précédente. Mais comme les Verts ont en déjà gagné 4 (contre 1 en 2015), la force de la gauche reste sensiblement la même.

Un certain suspense

Pour les autres partis, il reste un certain suspense dimanche prochain, même si le rapport de forces n’en sortira pas chamboulé. A Bâle-Campagne, la Verte Maya Graf va affronter la PLR Daniela Schneeberger pour le seul siège dont dispose ce canton au Conseil des Etats.

En Argovie, quatre candidats (1 PLR, 1 UDC, une Verte et une PDC) se disputent les deux fauteuils pour succéder à Philipp Müller (PLR) et Pascale Bruderer (PS). A Schwyz, qui connaît une double députation UDC, l’UDC et le PDC vont s’affronter pour gagner le dernier siège à repourvoir.

Surprise tessinoise

Dimanche la surprise est venue du Tessin où le PDC Filippo Lombardi, 63 ans, n’a pas été réélu. Marina Carobbio (PS) l’a emporté d’un cheveu avec 45 voix. Filippo Lombardi, qui visait un 6e mandat, s’est fait retoquer comme l’a été son collègue de parti Beat Vonlanthen, 62 ans, à Fribourg dimanche dernier.

Dans le canton de Berne, l’effet femme et l’élan écologique n’ont pas été assez forts pour porter la Verte Regula Rytz au Conseil des Etats. D’ailleurs, aucun élu écologiste n’a été élu dimanche. Le socialiste Hans Stöckli et l’UDC Werner Salzmann représenteront le canton de Berne tandis que la PLR Christa Markwalder termine dernière.

Au moins 12 femmes

L’autre élément marquant dimanche est la poussée des femmes qui se confirme. L’élection de Marina Carobbio, sur laquelle personne ne tablait, permet d’atteindre dimanche le record de 2003 avec 11 représentantes à la Chambre des cantons.

On sait d’ores et déjà qu’elles seront au moins 12 dès dimanche prochain, car deux femmes s’affrontent à Bâle-Campagne. Ce nombre est à saluer, d’autant plus qu’avant les élections, certains observateurs craignaient qu’avec le départ de 6 femmes sur 7, elles ne disparaissent du Conseil des Etats.

Dans les quatre autres cantons qui votaient dimanche, les sortants se sont imposés. A Zurich, Ruedi Noser reste conseiller aux Etats zurichois. Il rejoint ainsi le socialiste Daniel Jositsch, réélu dès le premier tour le 20 octobre dernier.

A St-Gall, les sortants Paul Rechsteiner (PS) et Benedikt Würth (PDC) ont clairement devancé le candidat de l’UDC Roland Rino Büchel. Ministre st-gallois très populaire, Benedikt Würth avait succédé au printemps dernier à Karin Keller-Sutter (PLR) à la Chambre des cantons.

Soutenu par les Verts, le socialiste a obtenu un troisième mandat au Conseil des Etats. L’ancien président de l’Union syndicale suisse est sénateur depuis 2011.

Même cas de figure à Soleure, où les sortants ont retrouvé leurs sièges sénatoriaux. Le socialiste Roberto Zanetti reste conseiller aux Etats et rejoint ainsi l’autre sortant, Pirmin Bischof (PDC), réélu au premier tour.

Quant au canton de Zoug, il continuera d’être représenté par un duo formé du PDC et du PLR, une formule qui marche depuis 50 ans. L’ancien ministre libéral-radical Matthias Michel va travailler avec le sénateur sortant Peter Hegglin (PDC), réélu au premier tour.

Continuer la lecture

Suisse

Ignazio Cassis défend son siège

Publié

le

Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis (PLR) n'envisage pas de changer de département (archives) (©KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Sous pression, le conseiller fédéral Ignazio Cassis défend son siège. Le Tessinois écarte également tout changement de département, dans une interview publiée dans le « SonntagsBlick ».

Il n’a « absolument pas » envie de changer de département. Une rocade n’a pas non plus été thématisée au sein du Conseil fédéral. M. Cassis indique qu’il veut rester ministre des affaires étrangères pendant encore au moins dix ans.

L’ensemble du Conseil fédéral sera réélu le 11 décembre. Le PLR est sous pression suite aux dernières élections fédérales. Les Verts, qui ont gagné un nombre historique de sièges et sont devenus la quatrième force du Parlement, lorgnent sur un siège au Conseil fédéral. Cette entrée au gouvernement se ferait au détriment du PLR, qui en tant que 3e force politique dispose de deux sièges. Les Verts n’ont pas encore dit s’ils vont présenter un candidat ou non.

Pour M. Cassis, si c’est son siège qui fait l’objet de convoitises et pas un autre, c’est parce qu’il est défavorisé en tant que Tessinois: « Les minorités sont sympathiques pour les discours du 1er août. Mais quand il s’agit de partager le pouvoir, elles ne jouent plus aucun rôle ».

« Je remets tout en question »

Il est conscient que ses positions choquent parfois, explique le ministre des affaires étrangères. Il dérange parce qu’il a fait plus de choses qui ont fait l’objet de critiques. « Je ne mâche pas mes mots, je remets tout en question, j’aborde beaucoup de choses d’une manière nouvelle. En procédant ainsi, j’irrite certaines personnes et c’est normal qu’il y ait des réactions », note-t-il.

M. Cassis évoque également des difficultés linguistiques: « Je suis le seul conseiller fédéral qui doit constamment s’exprimer dans une langue étrangère. Je parle assez bien le français et l’allemand, mais je n’ai pas la même précision d’expression que dans ma langue maternelle ».

Concernant la prétention des Verts à un siège au Conseil fédéral, le ministre relève: « Une discussion similaire était en cours en 2007 lorsque j’ai été élu au Conseil national parce que les Verts avaient à l’époque aussi gagner un nombre significatif de sièges. En 2011, ils en ont perdus presque autant ».

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Dans vos amours, le bon vin enivre mais les mots tendres aussi ! Ce soir, vous boirez les paroles de chéri/e !

Publicité

Les Sujets à la Une

X