Rejoignez-nous

Football

Murat Yakin a trouvé son équipe avant le Qatar

Publié

,

le

Murat Yakin semble avoir trouvé la bonne formule pour son équipe. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

On pouvait redouter le pire pour cette campagne de juin: un zéro pointé en quatre matches et une confiance à jamais envolée. La victoire contre le Portugal a heureusement balayé ces craintes.

Dimanche soir à Genève, Murat Yakin et Granit Xhaka ont, pour la première fois, transformé leurs paroles en actes. Le sélectionneur a trouvé apparemment le système en 4-3-3 qui permet à son capitaine de donner sa pleine mesure. "Granit doit jouer au centre d'un milieu à trois", glisse Murat Yakin. Quitte à empiéter sur les prérogatives de Xherdan Shaqiri confiné désormais à un poste sur le flanc droit qui l'a poussé à l'exil à Chicago en début d'année.

L'équipe alignée contre le Portugal sera, à deux exceptions près, celle appelée à affronter le Cameroun du président Samuel Eto'o le 24 novembre à Doha dans une rencontre que dira quel sera le destin de la Suisse à la Coupe du monde. Malgré ses exploits de dimanche, Jonas Omlin laissera sa place à Yann Sommer dans la cage. En ligne médiane, Denis Zakaria sera, s'il est apte à jouer, préféré à Djibril Sow. Les neuf autres titulaires de dimanche devraient être confirmés. "Si tout le monde bien sûr peut monter à bord", image Murat Yakin.

Un duo dominant

La victoire contre le Portugal a rappelé tout ce qui fait la force de cette équipe de Suisse: un duo dominant dans l'axe central de la défense formé par Manuel Akanji et par Nico Elvedi qui contribue à un premier équilibre essentiel, un capitaine qui fait jouer juste l'équipe et des fulgurances en attaque. Elles sont venues une fois de plus de Xherdan Shaqiri avec un décalage parfait pour Silvan Widmer sur l'action du 1-0 et avec cette frappe qui a provoqué un penalty finalement annulé par la VAR.

Même si son autonomie sera peut-être encore plus limitée en novembre, le Bâlois demeure un joueur essentiel. Au même titre que Haris Seferovic. Le buteur de dimanche possède le registre technique qui sied au joueur appelé à évoluer à la pointe de l'attaque. Il sait conserver la balle pour faire monter le bloc. Il est capable de jouer en remise. Son profil diffère de celui de Breel Embolo qui avait tenu cette place lors des trois premiers matches sans grand bonheur. Le match contre le Portugal a démontré que le Bâlois était bien plus à l'aise sur un côté où il peut exprimer toute sa puissance. Le "problème" pour Murat Yakin sera de trancher entre Noah Okafor et lui.

Mbabu et Lotomba ont perdu gros

Cette campagne de juin a, aussi, fait ses perdants. Plusieurs joueurs alignés à Lisbonne lors du naufrage contre le Portugal du 5 juin auront du mal à remonter la pente. Fabian Schär pointe, désormais, très loin d'un Manuel Akanji et d'un Nico Elvedi. Kevin Mbabu et Jordan Lotomba ont perdu encore plus gros au stade Alvalade. Si Fabian Schär ne doit nourrir aucune inquiétude quant à sa présence dans la liste des sélectionnés pour le Qatar, le Genevois et le Vaudois risquent bien de suivre la Coupe du monde sur leur canapé.

Relégués en tribune dimanche, ils ont, comme tous les observateurs, été bluffés par la performance de Renato Steffen. Le gaucher a parfaitement rempli sa mission sur le flanc droit de la défense face à Rafael Leao qui n'avait cessé de tourmenter Silvan Widmer en première période. Même Murat Yakin n'en est pas revenu. "Il m'a vraiment surpris", avoue le sélectionneur. Avec Renato Steffen capable de dépanner sur les deux flancs de la défense, les présences de Mbabu et de Lotomba au Qatar ne sont plus jugées "indispensables". Murat Yakin serait plutôt enclin à miser sur Leonidas Stergiou. Le défenseur central saint-gallois a eu droit à ses premières minutes en A dimanche dans un rôle, celui de latéral droit, qu'il peut également interpréter.

"L'idée était également de lancer Zeki Amdouni. Mais les circonstances de la rencontre avec les blessures de Rodriguez et de Sow en fin de match, ne l'ont pas permis", précise Murat Yakin. Mais le message est passé. Le futur ex-joueur du Lausanne-Sport peut encore embarquer pour le Qatar. A condition toutefois qu'il trouve "le" bon club lors du mercato qui vient de s'ouvrir. "Un club où il jouera et où il devra très vite endosser des responsabilités", lâche Murat Yakin comme pour rappeler que certains choix - on pense à celui arrêté par Andi Zeqiri il y a deux ans en faveur de Brighton - mènent vers une terrible impasse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Dan Ndoye était de passage à la Tuilière: "C'est magique!"

Publié

le

©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le championnat de Super League a repris. Le Lausanne-Sport s'est imposé 3-2 à domicile face au FC Bâle. Et dans les tribunes, un invité de marque: Dan Ndoye.

 "Venez saluer Dan en avant-match." Le club l'avait annoncé peu avant la mi-journée sur les réseaux sociaux. De quoi embellir l'après-midi. Tous les éléments étaient réunis pour passer un bon dimanche: une météo clémente, un excellent match des lausannois, et le nouveau chouchou de l'équipe de Suisse.

Et Dan Ndoye, c'est surtout le chouchou de la Tuilière. Parce que c'est à Lausanne qu'il a été formé. Il avait ensuite fait un passage à Nice et à Bâle avant de s'envoler pour Bologne et la Serie A. L'ambiance était donc chaleureuse pour l'accueillir sur le terrain avant le coup d'envoi. Tout sourire, le Nyonnais a salué le public. Il a aussi pris le temps, à la pause et après le match, de signer des autographes et faire des selfies avec tous les enfants et tous les fans qui le lui demandaient. De belles émotions pour lui aussi.

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Et lorsqu'on lui demande quel est son meilleur souvenir avec Lausanne, la réponse ne se fait pas prier. "La montée. Le fait d'être monté (ndlr: de la Challenge League à la Super League en 2020) avec mon club formateur, c'est quelque chose que je retiendrais à vie, lâche-t-il. Donc oui, c'est le fait d'être champion avec mon club formateur et d'avoir gagné une coupe."

Le moment commence à dater, et le Vaudois a vécu bon nombre d'autres matchs importants depuis, mais il évoque cette promotion avec des étoiles dans les yeux comme si on y était à nouveau.

La saison dernière, il l'a passée en Italie. Il a rejoint la prestigieuse Serie A dans les rangs de Bologne. Et ses performances ont été bonnes. Tout comme ensuite avec l'équipe de Suisse. Mais Dan Ndoye ne veut pas s'arrêter là. Il a soif de faire encore mieux.

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Ces rencontres avec les grands clubs, l'ailier les considère comme "le plus grand step que j'ai fait cette saison. Jouer contre les meilleurs, c'est là où tu apprends le plus et tu vois la différence de niveau." De quoi rendre fier aussi Ludovic Magnin.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Quant à l'Euro, la déception de ne pas avoir passé le cap des quarts de finale est vite effacé. "C'était un magnifique Euro à vivre avec les fans et l'équipe. C'était quelque chose de sublime que je n'oublierai jamais." Et on ne doute pas qu'il y en aura bientôt d'autres des instants pareils.

Des buts d'importance

La saison dernière a aussi été celle des premières pour Dan Ndoye. Premiers matchs en Serie A, puis premier but dans le championnat. Premier grand tournoi avec la Nati... et premier but avec le maillot Suisse. Dans ces moments-là, quand le but est validé, qu'il n'y a pas de drapeau qui se lève ou de VAR, qu'est-ce qui lui passe par la tête?

Dan NdoyeAttaquant de l'équipe de Suisse et du FC Bologne

Il y a eu trois réussites qui ont fait parler de Dan Ndoye au cours de ces derniers mois. Celles que l'on vient d'évoquer. À laquelle s'ajoute son but en Coupe d'Italie qui, en prolongation, a éliminé l'Inter de Yann Sommer (l'Inter qui gagnera ensuite le championnat italien).

Alors, s'il ne pouvait en retenir qu'un, lequel choisirait-il? "Ça c'est une bonne question", s'amuse le Vaudois. Il ne réfléchit pourtant pas longtemps avant de lancer: "Le premier but avec la Suisse c'était spécial, donc je dirais quand même le but à l'Euro."

Continuer la lecture

Football

Le LS lance sa saison de la meilleure des façons

Publié

le

Reprise réussie pour le LS, même s'il ne faut "pas s'enflammer" selon Ludovic Magnin. ©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le Lausanne-Sport reprend le championnat avec une victoire. Les hommes de Ludovic Magnin se sont imposés 3-1 face au FC Bâle à domicile.

C’est en grandes pompes que le LS a donné le coup d’envoi de sa saison 24/25. La nouvelle recrue Teddy Okou a ouvert le score après seulement deux minutes de jeu. Et ce n’était pas un coup de chance. L’ancien Lucernois était au bon endroit au bon moment pour remettre dans le droit chemin le ballon dévié par Kaly Sène. Et les Bâlois ne semblaient pas encore avoir commencé leur match. Les Lausannois ont ensuite dominé. Dans les minutes suivantes, c’est notamment Kaly Sène qui s’est procuré quelques occasions.

Et le 2-0 tombera à la 21e avec une très belle combinaison Antoine Bernede-Fousseni Diabaté. De quoi ravir les 6'895 spectateurs.

Karlo Letica, dans la cage lausannoise, a dû attendre la demi-heure de jeu pour avoir du travail sérieux. On notera surtout ce gros arrêt à la 37e minute après une perte de balle de ses coéquipiers dans les 16m qui a mené à cette frappe bâloise.

Mais moins de 10 minutes plus tard, il n’a rien pu faire contre l’ouverture du score adverse. Il a dans un premier temps repoussé le corner, mais il a malheureusement remis le ballon dans l’axe de Thierno Barry qui l’a envoyé au fond des filets.

Les hommes de Ludovic Magnin ont cependant immédiatement réagi. Fousseni Diabaté s’est frayé un chemin jusqu’au but. Il aurait pu frapper, mais il a pris son temps. Très bonne idée. Cela a permis à Kaly Sène de venir se placer, tout seul au centre. Une fois le ballon réceptionné, ça n’a été qu’un jeu d’enfant pour battre le gardien bâlois. Où était donc passée la défense de Fabio Celestini? Mystère.

En deuxième mi-temps, Bâle a encore peiné à poser son jeu. Parce que les Lausannois ont bien défendu, mais aussi par manque d’efficacité. Les Alémaniques ont néanmoins réduit le score grâce à un penalty transformé par Barry (87e). Pas de quoi faire vaciller le LS pour les dernières minutes.

 

Ne pas s’enflammer

Une performance qui ravi le nouvel arrivant Teddy Okou.

Teddy OkouAttaquant du Lausanne-Sport

Difficile cependant de déjà juger l’apport d’Okou et des autres nouveaux joueurs, comme le précise le coach.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Cette victoire permet au Lausanne-Sport de continuer sur sa bonne lancée de la fin de saison. Ludovic Magnin y voit peut-être même un signe.

Ludovic MagninEntraîneur du Lausanne-Sport

Le FC Bâle n’a certainement pas montré son meilleur football, mais l’issue du match n’est pas due qu’à cela. Qu’est-ce qui a si bien marché côté lausannois?

Teddy OkouAttaquant du Lausanne-Sport

Le prochain match pour Lausanne, ce sera samedi 27 juillet au Stade de Tourbillon por affronter le néo-promu FC Sion.

Continuer la lecture

Football

Un dimanche parfait pour les Romands

Publié

le

Dereck Kutesa ouvre le score pour le Servette FC. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Carton plein pour les Romands en ce dimanche ! Sur la lancée du succès du FC Sion devant les Young Boys, le Servette FC et le FC Lausanne-Sport ont également brillé.

A Lucerne, le Servette s’est imposé 2-1 grâce à des buts inscrits par Dereck Kutesa (4e) et par l’admirable Steve Rouiller (59e), ce défenseur qui peut marquer sur des enchaînements de grande classe dignes d’un véritable no 9. Avec Thomas Häberli à la barre qui a eu l’intelligence de ne rien bouleverser, les Grenats ont témoigné d’une tranquille assurance face, il est vrai, à une opposition bien modeste.

Le choix fort du successeur de René Weiler fut de titulariser Joël Mall dans les buts. Le héros de la finale de la Coupe de Suisse a livré la marchandise pour justifier la confiance placée en lui. A noter que Jérémy Frick sera le no 1 lors des rencontres européennes. Cette alternance avait bien fonctionné la saison dernière.

Lausanne séduit

A la Tuilière, Lausanne s’est imposé 3-2 face au FC Bâle avec des réussites en première période de ses trois attaquants, Teddy Okou, Fousseni Diabaté et Kaly Sène. Comme celui du match de Lucerne, le score est trompeur dans la mesure où la formation de Ludovic Magnin a vraiment maîtrisé son sujet pour donner la leçon aux Rhénans. Cette défaite place déjà Fabio Celestini le dos au mur. Le mentor du FC Bâle ne peut pas se satisfaire d’une telle performance. Une réaction est impérative samedi lors de la venue de Lugano pour éviter de basculer déjà dans la crise.

Quant aux Vaudois, ce premier match a donné un certain poids aux ambitions dévoilées ces derniers jours. Oui, le Lausanne-Sport a les moyens de figurer à l'issue des trois premiers tours parmi les six premiers du classement. On n'en dira pas autant du FC Bâle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le FC Sion brise une malédiction de 28 ans

Publié

le

La joie d'Ilyas Chouaref après son but qui donne la victoire au FC Sion. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le FC Sion n’a pas raté son grand retour en Super League. Il s’est imposé 2-1 à Berne face aux Young Boys pour briser une malédiction vieille de 28 ans.

Il fallait, en effet, remonter à 1996 pour retrouver la trace d’un succès des Sédunois en championnat sur terre bernoise. Celui de ce dimanche 21 juillet désormais historique a été acquis sur des réussites de Dejan Djokic (39e) et d’Ylyas Chouaref (66e) qui ont répondu à l’ouverture du score de Silvère Ganvoula à la 16e. Même si les faits de jeu lui ont été favorables – on pense au poteau de Filip Ugrinic à la 56e et à l’expulsion de Jaouen Hadjam à la 59e -, le FC Sion n’a rien volé. Avec une seule recrue – Djokic – titularisée au coup d’envoi, il a témoigné du même état d’esprit que la saison dernière. L’humilité a bien chassé le bling bling.

Champions en titre, les Young Boys songeaient sans doute à une autre issue pour la grande première de Patrick Rahmen à la tête de l’équipe. Mais le nouvel entraîneur a pu mesurer toute la fragilité de sa défense, avec un axe central bien léger composé de Sandro Lauper et d’Anel Husic. Il a été, par ailleurs, "trahi" par son capitaine David von Ballmoos dont la responsabilité est largement engagée sur l’égalisation sédunoise. On peut se demander peut-être si le choix de pousser Anthony Racioppi vers la porte de sortie est vraiment fondé.

Mais le coaching de Patrick Rahmen ne fut également pas le plus avisé. Pourquoi n’a-t-il pas remplacé à la pause Hadjam qui était sous la menace d’un second carton jaune et qui a donné très vite des signes d’irascibilité ? A onze contre dix, le FC Sion n'a pas manqué l'aubaine pour signer cette victoire qui lance d'une manière idéale sa saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Utilisez une approche subtile dans vos actions pour contourner les obstacles avec habileté en évitant une impulsivité qui pourrait entraîner des erreurs !

Les Sujets à la Une

X