Rejoignez-nous

Suisse

Plaidoyer de Maurer pour les bons réseaux

Publié

,

le

Le président de la Confédération Ueli Maurer est revenu sur ses voyages et visites à l'étranger au cours de cette conférence de presse de fin d'année. (©Keystone/PETER KLAUNZER)

Le président sortant de la Confédération Ueli Maurer a évoqué ses nombreux voyages à l'étranger lors de sa conférence de presse de fin d'année. "Presque toutes ces visites ont servi à trouver des alliés pour le projet de réforme fiscale de l'OCDE", a-t-il assuré.

Plus de 130 pays, dont la Suisse, doivent se mettre d'accord sur de nouvelles règles d'imposition des multinationales d'ici fin 2020. "Nous avons aujourd'hui créé un réseau nous permettant d'avoir une certaine influence sur cette thématique", a souligné Ueli Maurer vendredi devant les médias à Berne, dans un nouveau bâtiment administratif de la Confédération.

Et d'ajouter qu'il a rencontré entre une et cinq fois tous les ministres des finances d'Europe. "Cependant, nous devons continuer à fournir des efforts si nous voulons aboutir à une solution raisonnable", a noté le ministre des finances.

Avec le projet de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), les multinationales pourraient nouvellement être imposées dans un pays où elles réalisent des bénéfices même si elles n'y sont pas physiquement présentes. La réforme vise également l'instauration d'une imposition minimum.

Pertes pour la Suisse

Pour l'OCDE, le projet vise surtout à empêcher les multinationales de transférer les bénéfices d'un pays à un autre pour contourner l'impôt. Or la Suisse, en tant que petit marché mais lieu d'implantation prisé des entreprises, serait perdante. Dans une interview récente à la "NZZ", M. Maurer a estimé les pertes fiscales pour la Suisse entre 0,5 et 5 milliards de francs.

Le ministre des finances a justifié d'autres de ses voyages par la liste grise des paradis fiscaux établie par l'Union européenne (UE), sur laquelle avait été placée la Suisse en raison des privilèges fiscaux des entreprises étrangères.

La condition posée pour retirer la Suisse de la liste grise était l'acceptation par le peuple helvétique de la réforme de l'imposition des entreprises liée au financement de l'AVS (RFFA). Le pays a désormais un système fiscal compatible avec l'OCDE et l'UE. La nouvelle loi fiscale doit entrer en vigueur au 1er janvier 2020.

"Suisse à l'avant-garde"

Pour les années à venir, Ueli Maurer perçoit pour la Suisse des opportunités dans les placements financiers durables et dans la réglementation de l'intelligence artificielle. Le Conseil fédéral a remis fin novembre au Parlement un projet d'adaptation du droit fédéral aux développements de la technologie des registres distribués (TRD) et de la blockchain. La Suisse a prouvé qu'elle était à l'avant-garde, a assuré M. Maurer. La première législation sur la blockchain a attiré l'attention du monde entier.

En ce qui concerne la monnaie numérique Libra annoncée par Facebook, le ministre des finances ne veut "en aucun cas" que l'on soupçonne à nouveau la Suisse de chercher à créer une zone grise. Pour ce qui est des relations avec l'UE, il est d'avis qu'une nouvelle dynamique ne pourra s'imposer qu'à l'issue du Brexit.

"Très bonne législature"

Ueli Maurer a par ailleurs qualifié la dernière législature de "très bonne". Dans de nombreux domaines, des projets de loi au long cours ont été menés à terme, a-t-il relevé, mentionnant par exemple la péréquation financière et l'échange automatique d'informations qui concerne aujourd'hui près d'une centaine d'Etats.

Pour continuer sur la voie du succès, la Suisse a besoin d'un bon réseau à l'international, selon le président sortant de la Confédération. Elle doit aussi être capable de réagir rapidement.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Chute de séracs au Grand Combin (VS): plusieurs alpinistes blessés

Publié

le

Plusieurs alpinistes ont été blessés vendredi par une importante chute de séracs au Grand Combin (VS). Des victimes sont à déplorer. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Plusieurs alpinistes ont été blessés par une importante chute de séracs au Grand Combin (VS) tôt vendredi matin. Certains d'entre eux ont pu être évacués. Des victimes sont à déplorer. Sept hélicoptères et une quarantaine de sauveteurs sont engagés.

La chute de séracs a eu lieu à 3400 mètres d'altitude, lors de l'ascension du Grand Combin par la "Voie du Gardien", sur la commune du Val de Bagnes.

Une quinzaine d'alpinistes se trouvaient à cet endroit, a indiqué la police cantonale valaisanne. "Plusieurs alpinistes ont été impactés. Des victimes sont à déplorer", a précisé la police en début d'après-midi.

L'intervention était toujours en cours à la mi-journée. L'alerte a été donnée vendredi matin vers 06h20. De nombreux sauveteurs se sont rendus sur place à bord de sept hélicoptères d’Air-Glaciers, d’Air-Zermatt et de la REGA.

Le Grand Combin est un sommet culminant à 4314 mètres, situé entre le val de Bagnes et celui d'Entremont.

Le Ministère public a ouvert une instruction afin de déterminer les circonstances de cet événement. La police a promis davantage d'informations dans l'après-midi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le tabac tue, mais est aussi un poison pour la planète

Publié

le

Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac, indique l'OMS. La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le tabac n'est pas seulement nocif pour la santé. C'est aussi un poison pour la planète. L'OMS focalise cette année l'attention sur ces effets environnementaux, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui se déroule le 31 mai.

En plus de tuer plus de huit millions de personnes chaque année - 9500 rien qu'en Suisse -, le tabac détruit notre environnement, relève l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Avec à la clé des conséquences négatives sur la santé humaine dues à la culture, la production, la distribution, la consommation et aux déchets liés à ces produits.

La culture, la production et la consommation de tabac libèrent en effet des produits chimiques, des déchets toxiques, des filtres de cigarettes, des microplastiques et des déchets de cigarettes électroniques qui empoisonnent les eaux, les sols, les plages et les rues des villes.

Attention à l'éco-blanchiment

L'OMS met en garde dans ce contexte contre les tentatives de l’industrie du tabac de détourner l'attention de cet impact environnemental grâce des techniques d'éco-blanchiment.

Ces dernières consistent à faire des dons à des initiatives durables et à rendre compte de "normes" environnementales que les producteurs de tabac fixent souvent eux-mêmes.

Déforestation

Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac, poursuit l'organisation onusienne. La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. L’abattage des forêts pour y planter du tabac provoque une dégradation des sols et une baisse des rendements, c’est-à-dire la capacité du sol à accueillir d’autres plantes ou cultures.

Dans ce contexte, la diminution de la consommation de tabac doit être considérée comme un levier essentiel non seulement pour atteindre des objectifs directement liés à la santé, mais aussi tous les objectifs de développement durable.

Rendre les producteurs responsables

L'OMS appelle donc gouvernements et responsables politiques à durcir la législation, notamment à appliquer et renforcer les dispositifs existants pour rendre les producteurs responsables des coûts environnementaux et économiques des déchets issus des produits du tabac.

S'agissant des effets sur la santé, la Ligue suisse contre le cancer rappelle vendredi que le tabagisme est le principal facteur de maladie et de décès évitables dans le monde. Plus de 80% des cancers du poumon sont dus au tabac, et sa consommation augmente également le risque de développer d'autres types de cancer, ajoute-t-elle.

L'organisation souligne aussi l'aide offerte par sa Ligne stop-tabac à tous ceux qui souhaitent renoncer à consommer cette substance.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un journal de quartier disparaît à Lausanne

Publié

le

Le journal du quartier de Chailly à Lausanne va s'arrêter après 505 numéros (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Chailléran, le journal du quartier de Chailly à Lausanne, va disparaître après 50 ans d'existence et plus de 500 numéros. Le journal a perdu 20'000 francs l'an dernier, 10'000 francs sur les publicités et autant sur les cotisations et abonnements.

Révélée vendredi par 24 heures, l'information a déjà été annoncée aux abonnés. "Nous avons jusque-là puisé dans nos réserves mais celles-ci ne suffisent plus et il nous faut arrêter avant de contracter des dettes", écrit le journal dans son édition de mai.

Le Chailléran était tiré à 10'500 exemplaires, dix fois par année. Il publiera son 505e et ultime numéro en juin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Stadler Rail dément avoir signé un contrat avec Medha Servo

Publié

le

Des discussions ont eu lieu avec Medha Servo mais Stadler réfute tout avoir signé un contrat pour fonder une co-entreprise avec le groupe indien. (Archives) (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le fabricant thurgovien de matériel ferroviaire Stadler Rail dément vendredi avoir conclu un accord de co-entreprise avec l'indien Medha Servo Drives pour la construction d'une nouvelle usine de véhicules ferroviaires.

Plusieurs médias indiens, dont Telangana Today et Times of India, s'en étaient fait l'écho.

"Les articles de presse indiens du 25 mai 2022 sur une prétendue coentreprise entre Stadler Rail et Medha Servo ne sont pas justes", a affirmé un porte-parole de l'entreprise de Bussnang auprès d'AWP.

Il a expliqué que "des discussions ont eu lieu avec Medha Servo", alors que Stadler évalue régulièrement "de possibles partenariats" pour aborder de nouveaux marchés. "Aucun accord plus poussé n'a été conclu ou de contrat signé", a-t-il poursuivi.

Les articles évoquaient une participation majoritaire de Stadler Rail dans la co-entreprise et la construction d'une nouvelle usine dans l'état indien de Telangana pour un investissement d'environ 129 millions de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Troisième cas de variole du singe confirmé en Suisse

Publié

le

La variole du singe est une maladie infectieuse causée par un virus qui se transmet de l'animal à l'humain, mais qui peut aussi se transmettre d'humain à humain. (© KEYSTONE/AP)

Un troisième cas de variole du singe a été confirmé en Suisse, dans le canton de Zurich, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les deux premiers avaient été détectés dans les cantons de Berne et Genève.

L'OFSP n'a pas fourni de détails s'agissant de ce troisième cas. Les deux premiers concernaient des personnes qui avaient été contaminées lors de voyages à l'étranger.

La variole du singe est une maladie infectieuse causée par virus qui se transmet de l'animal à l'humain, mais qui peut aussi se transmettre d'humain à humain. Ces derniers jours, la présence de ce virus rare, endémique dans certaines régions d'Afrique, a été rapportée dans plusieurs pays européens, ainsi qu'aux Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X