Rejoignez-nous

Suisse

Primes maladie: il ne faut pas lâcher la pression selon la presse

Publié

,

le

Pour la presse suisse, l'annonce des primes maladie 2020 est une bonne nouvelle, mais les efforts pour réformer le système de santé ne doivent pas s'arrêter là (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La prime moyenne de l'assurance obligatoire des soins augmentera de 0,2% seulement en 2020. C'est une bonne nouvelle, estime la presse suisse qui salue les dernières mesures prises, avant de rappeler que le chemin est encore long vers un système de santé convaincant.

"La bonne nouvelle du jour, c’est que l’explosion des coûts de la santé n’est pas une fatalité", écrit mercredi Le Temps au lendemain de l'annonce faite par le ministre de la Santé Alain Berset. "Champagne!", ose 24heures - le canton de Vaud est le seul romand à voir ses primes baisser. "Enfin", note le Blick. A Fribourg, qui enregistre une hausse de 1,3%, La Liberté, moins enthousiaste, en profite pour pointer les ratés de ce nouveau sursis.

La mini hausse moyenne "prouve avant tout que la politique fonctionne", affirme la NZZ. Mesures de réduction des coûts dans le système de santé, adaptation des tarifs des médecins et baisse des prix des médicaments ont porté leurs fruits. "Les politiciens et les acteurs du secteur de la santé ont apparemment trouvé - au moins à court terme - une recette contre le choc des primes après des années d'essais et ont ainsi gagné en crédibilité", détaille la Südostschweiz.

"A court terme" parce qu'"en raison des progrès constants de la médecine et des techniques médicales, ainsi qu’avec l’allongement de l’espérance de vie, les coûts de la santé vont forcément continuer d’augmenter", rappelle le Journal du Jura. Et la génération des babyboomers vieillit, glisse la NZZ. De quoi rendre, en somme, "illusoire toute baisse des coûts", résume Le Temps. Il serait même "fallacieux de conclure à une détente de la solution", selon le Tages-Anzeiger.

Pas de temps à perdre

D'autant que "la hausse des primes communiquées les années d’élections fédérales a tendance à être plus légère que les autres", relève, amer, le Quotidien Jurassien, qui n'y voit pas de coïncidence. "Ne serait-ce pas plutôt l’expression d’une double volonté des assureurs: ne pas nuire à leurs dociles relais politiques sous la Coupole et éviter de donner du grain à moudre aux parlementaires fédéraux critiques avec le système?".

Non moins lucide, la Tribune de Genève souligne que "sur le fond, l’état du malade n’est pas stabilisé. Avec 12,2% de sa production de richesse annuelle consacrée à la santé, la Suisse est le pays qui dépense le plus au monde après les États-Unis. (...) Nos dépenses massives sont l’indice d’un système peu efficient".

"Dans le système de santé suisse, tous les acteurs tirent la couverture à eux et défendent en général leurs intérêts corporatistes au nom de l’intérêt général", poursuit 24heures. Or "si tout le monde s'accorde aujourd'hui à dire qu'il n'y a pas le temps de reprendre son souffle, cela donne de l'espoir", complètent optimistes les publications de CH-Media.

Agir à tous les niveaux

Alors pas le temps de tergiverser, il faut agir, prévient la presse unanime. "La réforme du système reste une nécessité impérieuse", estime Le Temps. Il faut maintenir la pression car de nombreuses décisions importantes doivent encore être prises pour maîtriser les coûts à moyen terme, lancent en substance les publications de CH-Media. Même son de cloche du côté du Corriere del Ticino, pour qui "aucune révolution ou mesure spectaculaire n'est nécessaire, mais une action continue et concertée à tous les niveaux".

"Pour avoir une influence durable sur les coûts, il faudrait (...) s’inspirer d’Hercule et nettoyer les écuries d’Augias, analyse 24 heures. Le quotidien vaudois détaille trois mesures: "D’abord fixer un objectif financier pour le budget de la santé. Secondo, développer les réseaux intégrés de soins afin qu’il y ait un pilote et un responsable dans la chaîne médicale. Tertio, généraliser rapidement le dossier électronique du patient pour éviter les doublons et savoir qui fait quoi à quel coût".

La NZZ et Le Temps ajoutent à ce catalogue, le transfert nécessaire des interventions du secteur stationnaire vers l'ambulatoire. Et le Journal du Jura relève qu'il faudrait aussi obliger les caisses à limiter au strict minimum leurs réserves, qui sont largement supérieures à leurs besoins. Quant à la Tribune de Genève, elle préconise une meilleure répartition des tâches entre la Confédération et les cantons. Car les "sommes astronomiques" que doivent débourser les cantons en subsides ne sont pas une solution, met en garde le Tagi.

Et la caisse unique?

La Liberté appelle à simplifier le système pour que les assurés s'y retrouvent plus facilement. Il faudrait aller plus loin, analyse encore le Journal du Jura qui voit dans une caisse unique la possibilité de faire de substantielles économies.

Tandis que Le Temps propose d'évoluer parallèlement "vers un système plus préventif et mieux coordonné visant d’abord le maintien des assurés en bonne santé plutôt que d’être axé sur les soins aux malades".

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: En Suisse, les seniors paient la santé cher et sont sacrifiés à la première grippe. - WikiHealth

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas nécessairement de Zurichois au Conseil fédéral, dit Blocher

Publié

le

Christoph Blocher, 81 ans, à droite sur le cliché, a été membre du Conseil fédéral de 2004 à 2007 (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le canton de Zurich ne doit pas nécessairement être représenté au Conseil fédéral, estime l'ancien ministre suisse de la justice Christoph Blocher. Selon lui, il y a suffisamment de gens compétents à l'UDC pour succéder à Ueli Maurer, qui a annoncé sa démission.

Les élus UDC refusent souvent d'être candidats, car ils dirigent une entreprise, constate M. Blocher dans un entretien diffusé par l'agence de presse Keystone-ATS. Il cite l'exemple de sa fille, la conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher, qui ne peut pas tout simplement quitter son emploi à la fin décembre. "Elle est responsable d'une entreprise avec de nombreux collaborateurs".

Pour M. Blocher, l'ancien président de l'UDC Toni Brunner est le meilleur candidat. "Mais il a refusé une fois de plus". A propos de l'actuel président de l'UDC, Marco Chiesa, le tribun zurichois indique qu'il a été convenu qu'il devait se concentrer sur la direction du parti. "M. Chiesa ne peut pas être au four et au moulin".

Le conseiller national bernois Albert Rösti et la conseillère nationale st-galloise Esther Friedli font partie des papables. M. Blocher affirme qu'il partage la même ligne politique que M. Rösti. "L'époque où l'UDC se divisait entre Bernois et Zurichois est révolue", souligne l'ancien conseiller fédéral UDC. "Le parti se montre désormais uni".

Les sections cantonales de l'UDC ont jusqu'au vendredi 21 octobre pour soumettre leurs candidats à la commission de sélection. Celle-ci procédera ensuite à des auditions et soumettra sa proposition à la direction du groupe parlementaire d'ici au 11 novembre. La nomination par le groupe parlementaire devrait vraisemblablement avoir lieu le 18 novembre. L'élection est agendée au 7 décembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'Université de Genève se dote d'un plan de sobriété volontaire

Publié

le

L'Universite de Genève va baisser le chauffage dans ses bâtiments (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Conformément au plan d'action adopté par le Conseil d'Etat genevois pour faire face aux risques de pénurie énergétique, l'Université de Genève a élaboré son propre programme de sobriété volontaire. Grande consommatrice d'énergie, l'institution va notamment baisser le chauffage, éteindre les éclairages nocturnes et limiter la distribution d'eau chaude.

L'Université de Genève (UNIGE) consomme chaque année 47'000 GWh d'électricité, 17'500 GWh de gaz et 5'500 GWh de mazout, soit l'équivalent de la consommation de près de 12'000 ménages suisses, indique l'UNIGE sur son site internet. En tant qu'établissement public, elle a un devoir d'exemplarité, relève-t-elle.

Comme demandé par le Conseil d'Etat, l'UNIGE va reporter le démarrage de la saison de chauffe au 15 octobre, réduire la température des bâtiments à 20 degrés, interdire les chauffages d'appoint, supprimer la distribution d'eau chaude partout où cela est possible et optimiser les ventilations. L'UNIGE compte aussi accélérer les investissements d'efficience énergétique.

"Ces mesures sont liées à l'urgence énergétique actuelle mais certaines vont servir de test grandeur nature afin d'évaluer ce qui pourra perdurer au sein de l'institution", indique dans le Journal de l'UNIGE paru jeudi Fabrice Calame, responsable des objectifs de développement durable. L'UNIGE encourage aussi les écogestes individuels. Il s'agit notamment de débrancher les chargeurs et de privilégier les escaliers plutôt que l'ascenseur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Risque de pénurie: Vaud affine ses deux projets de décrets urgents

Publié

le

Le gouvernement vaudois a légèrement revu sa copie sur deux projets de décrets urgents liés à la gestion du risque de pénurie d'énergie, à la suite d'une mise en consultation. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d'Etat vaudois a adopté et va soumettre au Grand Conseil deux projets de décrets urgents liés à la gestion du risque de pénurie d'énergie. La mise en consultation auprès d'acteurs économiques et institutionnels a permis d'affiner ces décrets, dont l'un vise une baisse de la consommation d'électricité de l'éclairage des bâtiments non résidentiels et celui des enseignes commerciales.

Le gouvernement a adopté lundi ces deux projets de décrets urgents après une semaine de mise en consultation, a-t-il indiqué jeudi dans ses décisions hebdomadaires. Grâce à celle-ci, les deux décrets sont "objectivement meilleurs", a affirmé à Keystone-ATS Jean-Marc Sandoz, détaché à la communication pour la gestion de la pénurie.

Le premier vise à diminuer pour cet hiver 2022-2023 la consommation d'électricité de l'éclairage des bâtiments non résidentiels et celui des enseignes commerciales et autres sources lumineuses. "La consultation, dont les résultats ont montré une large adhésion de principe à cette mesure d'économie, a permis d'apporter quelques précisions dans l'application du dispositif, notamment en terme de compétences des préfets", écrit le gouvernement.

Concrètement, "ce sont les préfets et non les communes qui appliqueront le cas échéant les sanctions sur le non-respect des règles figurant dans le décret", précise M. Sandoz.

Faire vite au Parlement

Le second permettrait de connaître la liste des entreprises consommant plus de 100'000 kWh/an d'électricité ou 1'000'000 kWh/an de gaz. Cette disposition légale donnerait la possibilité à l'Etat "d'informer et d'accompagner ces entreprises directement concernées par les éventuelles mesures de contingentement qui pourraient être imposées par la Confédération". "Il ne s'agit donc en aucun cas d'effectuer un contrôle policier", tient à souligner M. Sandoz.

Pour donner suite à des remarques exprimées lors de la consultation, le projet de décret a là aussi été "adapté pour clarifier les modalités de collaboration entre le canton et les gestionnaires des réseaux de distribution et renforcer la garantie du secret des affaires, avec notamment des précisions sur la gestion des données", explique le porte-parole.

Le Conseil d'Etat a sollicité le traitement en urgence auprès du Grand Conseil de ces deux projets de décrets. Ils seront traités dès vendredi par la commission thématique de l'environnement et de l'énergie. Vu l'urgence de leur application, il est proposé au Parlement de mettre en vigueur les deux décrets sans attendre la fin du délai référendaire de 60 jours, indique encore le gouvernement.

Le gouvernement table ensuite idéalement sur un débat au Parlement juste après les vacances scolaires d'octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un cycliste de 71 ans gravement blessé à Collex-Bossy (GE)

Publié

le

Un cycliste de 71 ans est tombé et a été gravement blessé mercredi vers 14h30 à Collex-Bossy (GE). L'accident implique une voiture qui a quitté les lieux. La police genevoise recherche d'éventuels témoins (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un cycliste de 71 ans est tombé et a été gravement blessé mercredi vers 14h30 à Collex-Bossy (GE). L'accident implique une voiture qui a quitté les lieux. La Brigade routière et accidents de la police genevoise recherche d'éventuels témoins.

L'automobiliste circulait sur la route de Rosière en direction de la route de la Vieille Bâtie, a indiqué jeudi la police genevoise. Un heurt s'est produit à l'intersection des deux routes en pleine campagne. "Le pronostic vital du cycliste a été engagé puis levé", a précisé son porte-parole Alexandre Brahier. Des passants ont alerté les secours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: la patinoire de la Pontaise migrera au Palais de Beaulieu

Publié

le

La halle 7 du Palais de Beaulieu accueillera la future patinoire (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La patinoire en plein air de la Pontaise à Lausanne doit céder sa place à une future école dans l'écoquartier des Plaines-du-Loup. La ville souhaite l'installer dès 2024 dans la halle 7 du Palais de Beaulieu. Ouverte en principe d'octobre à fin mars, l'infrastructure devrait accueillir deux fois plus de monde. Elle sera à la disposition des écoles, des clubs et du grand public.

Ce sera une patinoire "ouverte plus largement au public, plus écologique et plus économique", annonce jeudi la municipalité dans un communiqué. Elle comprendra une surface de glace principale et une surface plus réduite de patinage synthétique, toutes deux démontables. Le Conseil communal doit encore donner son aval.

Des patins en location

Dans son préavis, la municipalité détaille le projet. Il est prévu d'installer des tribunes de 300 places, ainsi que des vestiaires et un espace d'accueil. Un service de location de patins sera mis en place, ce qui n'existait pas à la Pontaise. Cette nouvelle offre devrait contribuer à une forte augmentation de la fréquentation, qui pourrait passer de 21'000 à environ 40'000 entrées par saison.

La production de froid sera reprise des installations actuelles près de la Pontaise. Et l'implantation de la patinoire dans une halle déjà existante permettra de réduire l'investissement d'environ 2 millions, pour un montant final estimé à 13 millions de francs.

Cautionnement de la ville

L'investissement sera réalisé par Beaulieu SA, moyennant l'octroi d'un cautionnement solidaire de la ville, propose la municipalité. Compte tenu des incertitudes géopolitiques actuelles et du renchérissement, il est demandé au législatif un cautionnement maximal de 14 millions.

Enfin, la ville estime que le choix de Beaulieu lui permet d'animer le site et d'en faire un lieu prisé de la population. Les lieux sont actuellement en plein développement: le Tribunal arbitral du sport s'y est installé et le théâtre vient de rouvrir après une vaste rénovation. En attendant leur transformation, les halles nord accueillent en outre une série d'activités sportives.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X