Rejoignez-nous

Genève

Pierre Maudet soupçonné d'avantages venant du groupe Manotel

Publié

,

le

De nouveaux soupçons pèsent sur le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet, en relation cette fois avec le groupe hôtelier Manotel (archives). (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Ministère public genevois ne lâche pas Pierre Maudet. Après le voyage controversé à Abu Dhabi, il s'intéresse désormais aux relations entre le conseiller d'Etat et le groupe hôtelier Manotel, soupçonnant une possible acceptation d'un avantage dans ce cadre.

Dans un communiqué publié mardi, le Ministère public a annoncé avoir saisi le Grand Conseil d'une demande d'extension de l'autorisation de poursuivre Pierre Maudet. Cette demande, souligne-t-il, "porte sur les prestations financières" dont le magistrat a bénéficié de la part du groupe Manotel.

Dans le cadre de leurs investigations sur le voyage à Abu Dhabi du conseiller d'Etat en novembre 2015 avec sa famille, les procureurs chargés de la procédure ont pris connaissance "de l'existence de deux associations, le Cercle Fazy-Favon et l'Association de soutien à Pierre Maudet".

L'enquête a permis de constater que Manotel "avait viré à ces associations des montants d'un total de 105'000 francs, dont 75'000 francs alors qu'il était conseiller d'Etat", précise le communiqué du Ministère public. Le groupe a aussi financé une soirée d'anniversaire pour Pierre Maudet d'une valeur de 20'000 francs.

Le Ministère public a donc sollicité le Grand Conseil pour qu'il étende l'autorisation de poursuivre Pierre Maudet à ces faits, susceptibles de constituer "l'acceptation d'un avantage". Le conseiller d'Etat est déjà prévenu de cette même infraction pénale dans l'affaire de son voyage aux Emirats.

Avocat pas surpris

Sur Twitter, Grégoire Mangeat, l'avocat de Pierre Maudet, minimise la portée de cette action du Paquet. "Les éléments relatifs à Manotel sont connus depuis plusieurs semaines. Pour que le Ministère public puisse mener son enquête sur ces faits, l'élargissement de la demande d'immunité est un préalable constitutionnel nécessaire".

Par ailleurs, M. Mangeat écrit que Pierre Maudet "conteste très fermement avoir violé la loi". Cette demande d'extension de l'autorisation de poursuivre le conseiller d'Etat intervient à une semaine d'une assemblée générale extraordinaire du PLR genevois, permettant à la base du parti de s'exprimer sur "l'affaire".

De plus en plus isolé, le conseiller d'Etat compte beaucoup sur cette assemblée pour se redonner de l'énergie et compter ses soutiens. Le magistrat a été abandonné en novembre dernier par le comité directeur du PLR Suisse, qui lui a demandé de démissionner du gouvernement genevois, ce que Pierre Maudet a jusqu'à présent refusé.

Le comité directeur du PLR Genève a émis le même souhait quelques jours plus tard, à l'issue de sa troisième réunion en peu de jours consacrée aux ennuis judiciaires de son magistrat. Pierre Maudet s'est par ailleurs vu retirer par ses collègues la tutelle de la police, de l'aéroport et la présidence de l'exécutif cantonal.

Des derniers mois difficiles

Le Ministère public avait ouvert une procédure en août 2017 dans l'affaire du voyage entrepris à Abu Dhabi par Pierre Maudet, sa famille et son chef de cabinet. Un an après, le 30 août dernier, il a demandé au Parlement l'autorisation de poursuivre le magistrat pour acceptation d'un avantage.

Pierre Maudet a avoué avoir menti sur la nature et le financement de ce séjour. L'escapade n'avait pas de caractère privé. Le conseiller d'Etat avait été invité, tous frais payés, par le prince héritier de l'émirat cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan. Le voyage avait été organisé par des amis du magistrat actifs dans l'immobilier.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

A Genève, les plantes aquatiques faucardées ne sont plus brûlées

Publié

le

Cet équipement utilisé pour la pisciculture sert aussi à Genève à la décomposition des plantes aquatiques qui ont été faucardées. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, une méthode à la fois plus économique et plus écologique est expérimentée pour se débarrasser des plantes aquatiques qui ont été faucardées. Au lieu d'être brûlées, ces herbes sont placées dans de grands filets immergés et s'y décomposent.

Ce sont les mêmes équipements qu'utilisent les entreprises de pisciculture de saumon en Norvège ou en Ecosse, explique mardi Alexandre Wisard, le directeur du Service du lac, de la renaturation des cours d'eau et de la pêche. Deux filets ont été installés, l'un au large de la Perle du lac, l'autre près de La Pointe à la Bise.

Les herbes qui viennent d'être coupées sont placées dans ces gros paniers sous-marins. La technique avait déjà été testée à petite échelle. L'essai s'était avéré concluant. Tout s'était décomposé au bout de deux mois, relève le directeur du Service du paysage et des forêts, Patrik Fouvy. Et la qualité de l'eau n'en a pas souffert.

Le faucardage, cette opération qui consiste à couper les plantes aquatiques qui pourraient gêner notamment la navigation, se pratique à Genève depuis une quarantaine d'années. Une moissonneuse flottante s'occupe de la tonte des pousses indésirables. Les herbes fauchées sont ensuite ramenées à la surface à l'aide d'un tapis roulant.

Plus besoin de camions

Cette matière était jusqu'à présent acheminée par camion à l'usine d'incinération des Cheneviers. Des trajets qui n'auront désormais plus raison d'être, permettant du même coup des économies conséquentes. Par ailleurs, ces herbes aquatiques sont composées principalement d'eau et il semblait absurde de les brûler.

Les plantes se développant dans le lac disparaissent sans intervention humaine à l'arrivée de l'automne, après avoir poussé jusqu'à la surface et avoir fleuri. L'idée est donc de laisser dans l'eau celles qui ont été faucardées pour qu'elles s'y décomposent naturellement.

En 2020, les plantes aquatiques herbacées qui ont été faucardées représentaient un volume de 407 m3. "Nous fauchons chaque année 22 hectares de prairies sous-marines", note M. Fouvy. Le gros du travail a lieu dans la rade, entre la Belotte et La Pointe à la Bise ainsi que du côté de Versoix et du Creux-de-Genthod.

Multiusage

Ces filets à élevage utilisés pour se débarrasser de l'herbe sous-marine recouvreront leur usage premier une fois la période estivale terminée. "Nous nous en servirons pour l'empoissonnement du lac", souligne M. Wisard. De jeunes truites pourront s'y acclimater entre octobre et le printemps afin de repeupler le Léman.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Près de 800 personnes manifestent à Genève contre les restrictions

Publié

le

Une manifestation contre les restrictions liées au covid-19 a rassemblé près de 800 personnes à Genève. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, près de 800 personnes ont manifesté samedi après-midi contre les restrictions liées au coronavirus, selon une estimation de la police. "Liberté, liberté!", ont scandé les manifestants en fustigeant le pass sanitaire obligatoire dans plusieurs pays européens.

"Nous ne sommes pas un peuple d'endormis", a déclaré devant la foule rassemblée sur la Place de la Navigation Chloé Frammery, figure de proue genevoise des coronasceptiques. Très applaudie, elle a critiqué la préférence faite envers les personnes vaccinées, ce qui mène "à la discrimination".

"Non à la dictature sanitaire" ou encore "Non au pass nazitaire", pouvait-on lire sur les différentes pancartes. Un orateur a aussi mis en garde contre les millions de doses de vaccins injectées alors "qu'il est en phase expérimentale". Les manifestants ont revendiqué le droit de ne pas être vacciné.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Michel Mayor devient conseiller sur la diplomatie scientifique

Publié

le

Michel Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du Geneva Science and Diplomacy Anticipator. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Prix Nobel de physique vaudois Michel Mayor rejoint le Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA). Dans un accord dévoilé mercredi à Verbier (VS), il devient conseiller de cette entité qui veut faire de Genève la capitale de la diplomatie scientifique.

M. Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du GESDA. Celui-ci a été lancé en 2019 par la Confédération, le Canton et la Ville de Genève pour identifier les futurs défis scientifiques et en faire des solutions pour la société.

Le partenariat a été dévoilé en présence du conseiller fédéral Ignazio Cassis et du président du gouvernement genevois Serge Dal Busco. Il a été signé par le président du GESDA Peter Brabeck-Letmathe et celui de la Fondation pour Genève Marc Pictet.

Le premier se félicite des "alliances grandissantes de GESDA qui permettent de repérer les percées scientifiques et les transformer en solutions pour l'avenir". Le second s'est dit "convaincu qu'en unissant nos forces et nos réseaux, nous pouvons contribuer à accélérer la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies".

Discussion avec une proche de Biden

Le GESDA va organiser en octobre à Genève un mini-Davis de la diplomatie scientifique. Des centaines d'acteurs seront présents, dont des dirigeants d'organisations internationales. L'une des principales conseillères scientifiques du président américain Joe Biden, la directrice adjointe du nouveau Bureau pour la politique scientifique et technologique Alondra Nelson, sera également présente.

Parmi les composantes attendues, le GESDA va dévoiler son radar sur les solutions, un indice annuel pour évaluer l'impact des futures avancées scientifiques sur les 5 à 25 années qui suivent. Sur des questions allant de l'intelligence artificielle (IA) à l'éco-régénération en passant par l'anticipation scientifique.

Le GESDA explore des actions concrètes comme un CERN informatique, un accord international et une organisation pour des standards sur l'IA, ainsi qu'un effort pour accélérer la décarbonisation de l'économie. Ou encore une cour mondiale traitant les plaintes sur les différentes questions scientifiques.

Continuer la lecture

Genève

Opération de sauvetage pour deux fêtards nageant dans le Rhône

Publié

le

Des dizaines de sauveteurs ont contribué à secourir deux personnes près de Genève. (©INCENDIE SECOURS GENÈVE).

Deux personnes qui voulaient rejoindre une rave party à la nage en traversant le Rhône ont été secourues à Chancy (GE). Plus de 45 sauveteurs sont intervenus dimanche en début de matinée, selon Service d'incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS).

"Un homme et une femme ont tenté de traverser le fleuve pour rejoindre une rave party", a précisé dimanche en soirée Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police cantonale genevoise. Les deux personnes étaient sous l'influence de "substances illicites".

Alertés à 07h27, les secours étaient sur les lieux à 07h52. Ayant réussi à rejoindre la berge mais pris au piège, les deux vingtenaires ont été sauvés à 08h27 et à 08h42. Un sauveteur a dû sauter à l'eau pour sortir la deuxième personne de l'eau. C'était un sauvetage dans des conditions extrêmes, a déclaré à Keystone-ATS le lieutenant Nicolas Millot, du SIS.

Le Rhône avait un débit de 850 m3/seconde. Outre le SIS, des membres de plusieurs unités suisses et françaises ont participé au sauvetage, dont des pompiers des départements français de l'Ain et de Haute-Savoie. Il y a eu autant de forces engagées car il était impossible de prédire où se trouveraient exactement les deux malheureux le temps d'arriver sur place au vu du débit, selon M. Millot.

Les deux personnes ont été emmenées aux HUG. La situation de l‘un des deux a été critique en raison d‘une importante hypothermie. Dans l‘ambulance, "son état s’est détérioré“, selon M. Brandt. L'eau était à 16,6 degrés.

Continuer la lecture

Genève

Les donneurs de sang ont bien répondu à l'appel urgent des HUG

Publié

le

L'appel urgent au don du sang des Hôpitaux universitaires de Genève lundi a été couronné de succès. Le Centre de transfusion sanguine a pu réaliser 301 prélèvements de sang en quatre jours. (Images d'archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'appel urgent au don du sang des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) lundi a été couronné de succès. Au total, 353 donneurs se sont présentés au Centre de transfusion sanguine, qui a ainsi pu réaliser 301 prélèvements de sang en quatre jours.

Ce nombre est près de deux fois plus élevé qu'à la même période en 2020. Les HUG avaient alors effectué 153 prélèvements, et 217 donneurs s'étaient présentés, ont-ils indiqué vendredi.

La situation est normalement tendue pendant l'été, mais les réserves étaient très basses. En cause: moins de dons de sang en juin, alors que les besoins ont augmenté en raison d'une hausse du nombre d'accidents hémorragiques.

L'agenda en ligne des rendez-vous est complet pour la semaine du 19 juillet, se réjouissent les HUG. Mais les besoins demeurent, et les donneurs potentiels peuvent prendre rendez-vous pour les semaines suivantes.

www.hug-ge.ch/don-du-sang/rendez-vous-ligne

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Réflexion et élaboration de plans professionnels qui aboutiront sur le long terme pour autant que vous fassiez le nécessaire dès à présent !!!

Les Sujets à la Une

X