Rejoignez-nous

Suisse Romande

Isabelle Chassot (Centre) succédera à Christian Levrat aux Etats

Publié

,

le

Elue dimanche, la directrice de l'Office fédéral de la culture et ex-conseillère d'Etat Isabelle Chassot a récupéré le siège du Centre fribourgeois perdu il y a deux ans au Conseil des Etats. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les Fribourgeois ont élu dimanche Isabelle Chassot au Conseil des Etats pour succéder au socialiste Christian Levrat, appelé à présider La Poste Suisse. La candidate du Centre a devancé son concurrent du PS Carl-Alex Ridoré, avec 62,66% des suffrages contre 37,34%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Manifestants contre un projet de centre commercial près de Genève

Publié

le

Les opposants ne veulent pas d'un centre commercial à Saint-Genis-Pouilly en France voisine. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les opposants au projet de centre commercial de Saint-Genis-Pouillis, aux portes de Genève, sont remontés. Plus d'une centaine d'entre eux ont manifesté samedi après-midi dans cette ville de France voisine dans le cadre d'une affaire arrivée jusqu'au Conseil fédéral.

"Stop au béton", ont crié les personnes qui ont défilé dans le centre de cette ville de 12'000 habitants après s'être rassemblés devant la mairie. "Personne ne veut de ton centre", affichait une banderole qui mettait en cause le responsable selon les opposants, le maire Hubert Bertrand.

Parmi la foule réunie à l'appel du collectif "Stop OPEN", dont fait partie Pro Natura et qui est soutenu par le WWF Genève, se trouvaient plusieurs membres des Verts genevois ou le député et ancien maire de Genève Rémy Pagani. Le centre commercial OPEN est prévu sur une quinzaine d'hectares et doit aboutir à des centaines d'emplois pour une enveloppe de 150 millions d'euros.

Les organisations environnementales dénoncent un impact sur deux rivières, dont l'Allondon, sur la biodiversité et sur la circulation routière. Jusqu'à 10'000 véhicules sont attendus en moyenne chaque jour.

Offre déjà assez large

Les protestataires déplorent aussi un ajout à une offre déjà importante en termes de centres commerciaux sur 10 km2 entre Genève et la France voisine. L'affaire dure depuis une trentaine d'années, mais la préfecture a récemment avalisé le projet. "Les études ont été mal ficelées", a affirmé une membre du collectif à Keystone-ATS.

Autre reproche, l'entreprise a commencé les travaux préparatoires trop tôt. Les opposants ont obtenu une interruption, avant une relance en octobre. "Il y a de l'eau, beaucoup d'eau" dans la zone, dit la membre du collectif qui a mandaté un avocat spécialiste de l'environnement après des analyses d'un hydrogéologue.

Après la condamnation récente de l'Etat français à réparer l'injustice climatique, les opposants souhaitent un effet sur le projet de centre commercial. "On demande aux tribunaux de faire leur travail" en condamnant les collectivités, les investisseurs ou l'Etat, affirment les membres du collectif.

Autre affaire dans la région

L'hydrogéologue, comme M. Pagani, est lui venu dans la foule défendre également une autre lutte: du PCB, une substance suspectée d'être cancérigène et polluante, a été identifié dans l'Oudar, un affluent de la Versoix. L'expert accuse une collectivité d'avoir pris d'autres échantillons dans d'autres zones et veut attaquer l'Etat français.

De son côté, l'ancien maire de Genève va à nouveau interpeller le Conseil d'Etat, quelques mois après une première question. Selon lui, le gouvernement minimise le problème.

Jusqu'au Conseil fédéral

L'affaire du centre commercial est elle remontée il y a quelques mois jusqu'au Conseil fédéral. Mentionnant une Convention internationale sur l'impact sur l'environnement, la conseillère nationale Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE) en avait appelé au gouvernement.

Le Conseil fédéral avait répondu que le projet ne lui avait pas été notifié par la France, contrairement aux obligations de celle-ci. Il a reconnu un probable impact sur le trafic routier et sur les rivières de la zone. En mars, le Grand Conseil genevois avait lui voté une motion demandant au Conseil d'Etat de s'opposer au site.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

L'UDC veut en finir avec les "mesures arbitraires" liées au Covid

Publié

le

Le président de l'UDC Suisse Marco Chiesa a fustigé "l'arbitraire" du Conseil fédéral dans sa gestion du Covid-19. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'UDC Suisse exige du Conseil fédéral un plan de sortie de la crise sanitaire et une discussion "franche" sur la politique énergétique. Réunis samedi à Montricher (VD), les délégués du parti ont aussi adopté une résolution ciblant les villes roses-vertes.

"Le Conseil fédéral doit présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise" liée au Covid 19, a exhorté le président du parti Marco Chiesa dans la tente ouverte où se tenait l'assemblée, pour éviter toute restriction sanitaire. Le parti n'est ni opposé à la vaccination, ni au pass sanitaire pour les voyages ou les grands événements, a-t-il dit. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination."

"Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a mis en avant le Tessinois. "Nous devons en finir avec cette division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". Nous devons en finir avec les mesures arbitraires et mettre un terme au régime des pleins pouvoirs du Conseil fédéral afin de retrouver la normalité démocratique qui est la nôtre."

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, Marco Chiesa a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. "Il ne s'agit pas d'une stratégie, mais d'une navigation à l'aveugle sur fond de dogmatisme écologiste", a-t-il déclaré. "La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d'électricité en raison de la politique menée par les roses-verts", a-t-il ajouté sous les applaudissements des 215 délégués présents.

Estimant que cette situation menaçait l'économie suisse, Marco Chiesa a réclamé une discussion "franche" sur la politique énergétique. Il s'en est pris aux "ayatollahs de l'écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires", une énergie "propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance".

Quant à un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE), ce n'est pas une solution, selon lui. "L'UE fait face à ses propres problèmes en terme d'approvisionnement."

Le président de la Confédération Guy Parmelin, qui s'est exprimé un peu après le président du parti, a également insisté sur le "défi" de l'approvisionnement énergétique. "La situation pourrait être critique dans quelques années déjà, ce qui appelle de notre part une réaction stratégique rapide", a prévenu le conseiller fédéral UDC.

Le Vaudois a appelé à "amorcer le virage d'une indépendance accrue". Comment? Dans un premier temps, en optimisant le réseau, la consommation et la production, selon lui.

"Mépris" des "socialistes caviar"

Les délégués ont ensuite adopté une résolution "face à la politique parasite des villes de gauche rose-verte", dont les stratèges du parti font leur cible depuis cet été. Le texte a été adopté par 160 voix contre 17 et 1 abstention.

"Au coeur des villes gouvernées par la gauche rose-verte règne une forme d'arrogance et de condescendance envers tous ceux qui pensent différemment", dénonce la résolution. "Ces noyaux urbains sont les nids des socialistes caviar qui, avec mépris, veulent dicter le mode de vie et de penser aux populations rurales et des agglomérations."

L'UDC estime que "les villes à gouvernance de gauche rose-verte profitent massivement des contributions financières de la population rurale, des agglomérations et des entreprises par différends biais. Parallèlement, leur politique se radicalise toujours plus, restreignant grandement les libertés individuelles et déresponsabilisant davantage les citoyens."

Le parti souhaite "mettre un terme à cette situation". La résolution liste une série de demandes. Elle veut par exemple que les "coûts réels et les montants d'impôts entre les citadins et les populations rurales" soient "clarifiés", que la répartition des sièges au Conseil national soit basée sur le nombre de citoyens suisses et non sur la population résidente permanente, ou encore que les centres urbains soient gérés comme des "régions indépendantes".

Triple non le 28 novembre

Enfin, les délégués ont adopté leurs mots d'ordre pour les votations fédérales du 28 novembre. Les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort" ont été largement refusées. L'UDC avait déjà rejeté en août la loi Covid-19, troisième objet qui sera soumis au peuple en novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Marco Chiesa: "L'UDC n'est pas opposée à la vaccination"

Publié

le

Marco Chiesa: l'UDC n'est pas opposées à la vaccination. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Lors de l'assemblée des délégués de l'UDC suisse qui se tient samedi à Montricher (VD), le président de la formation Marco Chiesa a déclaré que le parti n'était "pas opposé à la vaccination". Il a en revanche fustigé "l'arbitraire" du Conseil fédéral.

"Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a mis en avant Marco Chiesa sous la tente ouverte où se sont réunis les délégués, afin d'éviter toute restriction sanitaire. "Le Conseil fédéral doit à présent présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise."

Le président de l'UDC a critiqué les "contradictions" de la politique sanitaire du gouvernement et la division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". Il a rappelé que le parti n'était pas opposé au certificat sanitaire pour les voyages ou les grands événements. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination."

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, le Tessinois a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. "Il ne s'agit pas d'une stratégie, mais d'une navigation à l'aveugle sur fond de dogmatisme écologiste", a-t-il dit. "La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d'électricité en raison de la politique menée par les roses-verts", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Estimant que cette situation menaçait l'économie suisse, Marco Chiesa a demandé une discussion "franche" au sujet de la politique énergétique. Il s'en est pris aux "ayatollahs de l'écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires", une énergie "propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance". Quant à un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE), ce n'est pas une solution, selon lui. "L'UE fait face à ses propres problèmes en terme d'approvisionnement."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Vote du 28 novembre et villes "écolo-socialistes" au menu de l'UDC

Publié

le

L'UDC Suisse se réunit en assemblée des délégués samedi matin à Montricher (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les délégués de l'UDC suisse se réunissent samedi en assemblée à Montricher (VD) en présence du conseiller fédéral du cru Guy Parmelin. Ils adopteront leurs mots d'ordre pour les votations du 28 novembre et poursuivront leur campagne contre les villes roses-vertes.

Sous une tente ouverte afin d'échapper au certificat Covid ou à d'autres restrictions sanitaires, comme l'explique le parti dans son invitation, les délégués se prononceront sur les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort". Le comité directeur préconise de rejeter ces deux textes.

Le troisième objet fédéral qui sera soumis au peuple le 28 novembre, portant sur la loi Covid 19, a déjà été refusé lors d'une précédente assemblée qui s'est tenue en août à Granges-Paccot (FR). Le non l'a emporté par 181 voix contre 23 et 4 abstentions.

Outre ces recommandations de vote, les discussions tourneront principalement autour des villes "écolo-socialistes", dont les stratèges de l'UDC font leur cible depuis cet été. Le parti exposera comment elles "arnaquent les gens des agglomérations périurbaines et de la campagne", indique le programme envoyé aux journalistes. Une résolution "face à la politique pique-assiette" de ces villes sera soumise aux délégués.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Stromae chantera le 24 juillet à Paléo

Publié

le

Stromae avait réuni 50'000 spectateurs à Paléo en 2014. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Stromae sera de retour à Paléo l'été prochain. Huit ans après un concert resté dans les annales, la star belge chantera dimanche 24 juillet à Nyon.

Le plus grand festival open air de Suisse, annulé ces deux dernières années en raison du coronavirus, a dévoilé vendredi la première tête d'affiche de son édition 2022. Et pas des moindres, sachant que Stromae vient d'amorcer un retour très attendu.

Retiré du circuit musical en 2015, le chanteur a dévoilé la semaine dernière un single inédit, "Santé", qui augure l'arrivée d'un nouvel album. Le dernier en date remonte à 2013 avec "Racine carrée", après "Cheese" en 2010.

Encensés par le public et la critique, ces deux albums avaient propulsé Stromae dans une autre dimension. Il avait aligné les tournées folles à travers le monde, s'usant physiquement et mentalement jusqu'à être victime d'un burn-out.

C'est alors en pleine gloire qu'il avait fait escale à Paléo en juillet 2014. L'interprète de "Papaoutai", "Alors on danse" ou "Formidable" avait enflammé la plaine de l'Asse, où 50'000 spectateurs s'étaient massés devant la Grande Scène, ce qui reste un record pour Paléo.

Billets le 1er décembre

Aujourd'hui âgé de 36 ans, Stromae a récemment annoncé son retour sur scène avec quelques premières dates en Belgique et en France. Le voilà désormais programmé à Nyon pour ce qui sera son seul concert en Suisse l'an prochain, indiquent les organisateurs de Paléo dans leur communiqué.

Les billets pour le 24 juillet, ainsi que les abonnements pour le festival (19-24 juillet), seront mis en vente le 1er décembre à midi. Concernant la crise sanitaire, le festival relève que les conditions d'accès dépendront des mesures en vigueur l'été prochain.

Les noms des autres artistes de l'édition 2022 seront dévoilés lors de l'annonce du programme, normalement à la fin de l'hiver. On rappellera que le concert de Céline Dion, annulé en 2020 et 2021, a finalement été reporté à 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Grains de sable dans votre vie amoureuse… Une certaine tension risque de provoquer des discussions animées dont vous ne sortirez pas indemne !

Les Sujets à la Une

X