Rejoignez-nous

Suisse Romande

La construction du "saut-de-mouton" débute à Renens

Publié

,

le

De gauche à droite : Christophe Beuret (OFT), Serge Dal Busco (GE), Nuria Gorrite (VD) et Philippe Gauderon (CFF). (Photo : RB)

C’est une étape clé du développement de l’offre ferroviaire sur l’arc lémanique. Autorités fédérales, vaudoises, genevoises et les CFF ont posé ce vendredi la première pierre du saut-de-mouton de Renens – Prilly – Malley. Cet ouvrage est qualifié d’indispensable et complémentaire aux autres projets « Léman 2030 ».

Visuellement, ce saut-de-mouton sera haut de 9 mètres et long de plus d’un kilomètre. 350 éléments, comme celui dévoilé vendredi, seront posés entre Lausanne et Renens pour créer ce futur viaduc. Coût total du chantier : 112 millions de francs, financés par la Confédération.

Philippe Gauderon, membre de la direction des CFF et responsable de l’infrastructure :

Philippe GauderonMembre de la direction, CFF

La fin du chantier de ce saut-de-mouton est prévue en décembre 2021. Du côté des autorités, on se félicite de cette nouvelle étape, élément essentiel pour poursuivre le développement du RER Vaud, notamment. Les attentes sont dans tous les cas énormes.

Le Conseiller d’Etat genevois en charge des infrastructures, Serge Dal Busco :

Serge Dal BuscoConseiller d'Etat, GE

Chef de la section Grands projets à l’Office Fédéral des transports, Christophe Beuret relève la collaboration des différents acteurs engagés dans ce projet : communes, cantons et CFF. Mais également dans tous ceux qui font et feront « Léman 2030 » :

Christophe BeuretChef de la section Grands projets, OFT

Une fois ce saut-de-mouton terminé, fin 2021, d’autres chantiers seront lancés pour mener à bien le programme « Léman 2030 ». Un très gros morceau attend d’ailleurs le canton de Vaud.

La Présidente du Conseil d’Etat, Nuria Gorrite :

Nuria GorritePrésidente, Conseil d'Etat VD

Pour rappel, l’investissement des pouvoirs publics pour l’ensemble des projets de « Léman 2030 » se monte à 4 milliards de francs.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Recours contre le certificat Covid dans les Hautes Ecoles vaudoises

Publié

le

Le port du masque et le certificat Covid sont obligatoires dans les Hautes Ecoles vaudoises (Archives © Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le collectif ESC (Education sans certificat) a déposé un recours auprès de la Cour constitutionnelle contre l'arrêté du Conseil d'Etat qui impose le pass Covid dans les Hautes Ecoles vaudoises. En attendant une décision sur le fond, le certificat sanitaire reste requis.

Cette procédure ne suspend pas l'entrée en vigueur de l'arrêté du Conseil d'Etat. Le président de la Cour a en effet prononcé le retrait de l'effet suspensif à titre superprovisionnel. Il a communiqué lundi cette décision au Conseil d'Etat et aux auteurs de la requête, a indiqué lundi le Tribunal cantonal à Keystone-ATS.

La Cour constitutionnelle doit désormais se prononcer sur le fond. Le collectif étudiant à l'origine du recours s'était félicité la semaine dernière de bénéficier alors de l'effet suspensif, parlant de "demi-victoire" temporaire.

Le collectif ESC milite pour l'abrogation du certificat Covid au sein des écoles. A ses yeux, l'arrêté cantonal vaudois sur la restriction d'accès aux universités porte atteinte au droit supérieur, notamment à divers droits fondamentaux - droits économiques, sociaux et culturels - ainsi qu'à la Constitution fédérale et vaudoise, écrit-il dans un communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

Plusieurs coups de feu et un blessé sur les hauts de Lausanne

Publié

le

Un homme interpellé ce matin à Lausanne. (Photo prétexte © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Un homme a été blessé à une jambe à la suite de plusieurs coups de feu tirés lundi matin vers 08h00 dans les hauts de Lausanne. Le tireur a été interpellé en ville peu après. Les deux protagonistes se connaissaient.

Lundi matin, la police est intervenue au chemin de Maillefer, près de la Blécherette, où des personnes signalaient des détonations. Sur place, les agents ont découvert un homme blessé à une jambe à la suite de coups de feu tirés avec une arme de poing.

La victime a été emmenée à l'hôpital en ambulance. Ses jours ne sont pas en danger, a indiqué lundi la police lausannoise.

L'auteur des faits, un ressortissant turc de 40 ans, a été interpellé peu après par les membres du groupe d'intervention de la Police de Lausanne (GIPL) et du détachement d'action rapide de la police vaudoise (DARD). Au total, plus d'une trentaine de policiers ont été engagés dans l'opération.

La police judiciaire mène les investigations afin de déterminer les causes et le déroulement des faits. "L'homme a ciblé spécifiquement sa victime, sans mettre en danger d'autres personnes", a précisé un porte-parole à Keystone-ATS.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Les vols de raisin sont estimés à 8,3 tonnes en Valais

Publié

le

Pour faire face à l'augmentation des vols de raisin en Valais, des rondes de contrôle ont été instaurées dans la commune de Chamoson (archive). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La hausse du nombre de vols de raisins est encore une fois confirmée. La police cantonale valaisanne estime à 8,3 tonnes les quantités dérobées dans le vignoble valaisan, depuis le début des vendanges en septembre.

La police valaisanne atteste ainsi des informations diffusées par Le Nouvelliste à la mi-octobre. Pas moins de 11 cas de vols ont été corroborés, principalement dans des communes du Bas-Valais et dans le Valais central.

L'affaire la plus importante concerne près de 3,6 tonnes dérobées dans un vignoble à Saillon. À Chamoson, des rondes de contrôles avaient été instaurées, à la demande du syndicat agricole.

Pour Christian Zuber, porte-parole de la police cantonale, la "récolte catastrophique" de cette année pourrait influencer ces pillages à la hausse. Il rappelle néanmoins que des vols ont également eu lieu lors d'années plus favorables.

Mauvaise récolte en 2021

Les conditions météorologiques de 2021 ont mis à mal les récoltes. Le gel, la grêle et les attaques de mildiou - un champignon - ont largement affecté le vignoble suisse, même si certaines régions restent plus touchées que d'autres.

Dans le canton de Vaud, les pertes s'estiment entre 10% et 15%, avait expliqué François Montet, président de la Fédération vaudoise des vignerons à Keystone-ATS en septembre. Le bilan effectif et global des pertes devra toutefois attendre, les vendanges n'étant pas encore terminées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Dépistage gratuit des maladies visuelles liées au diabète à Rennaz

Publié

le

Le dépistage a lieu sur inscription à l'Espace Santé Rennaz, sur le site de l'hôpital Riviera Chablais (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'antenne de Rennaz de l'hôpital ophtalmique Jules-Gonin organise le 9 novembre une journée de dépistage gratuit des maladies visuelles liées au diabète. Ce type de problème tend à s’accroître dans la population avec l’augmentation de la longévité, de l’obésité et de la sédentarité.

L'événement, organisé en collaboration avec le Réseau Santé Haut-Léman, se déroule dans les locaux de l’Espace Santé Rennaz, sur le site de l'Hôpital Riviera Chablais. Il a lieu sur inscription, indique lundi l'hôpital Jules-Gonin.

L’objectif de cette journée, organisée pour la première fois dans le Chablais, est de sensibiliser à l’importance d’un dépistage précoce de la rétinopathie diabétique et d’autres maladies visuelles. En plus de l'examen de dépistage, les visiteurs recevront des informations sur le diabète et les risques liés à la maladie.

Le diabète peut être une menace pour la vision. En l’absence de traitement, la maladie peut mener à une diminution importante de la vision, voire même à une perte complète de la vue. Il est vivement conseillé aux diabétiques d'effectuer un suivi régulier, indique l'hôpital dans un communiqué.

https://events.ophtalmique.ch/

Continuer la lecture

Coronavirus

Une étude de l'EPFL ouvre la voie à de nouveaux traitements

Publié

le

Parmi les cibles principales: la protéine Spike, qui forme la fameuse "couronne" des coronavirus (archives). (© KEYSTONE/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH)

Une équipe de recherche de l'EPFL a ciblé le rôle essentiel joué par une enzyme dans le processus d'infection au coronavirus, signant ainsi une "étude révolutionnaire". Les résultats obtenus ouvrent la voie à de nouveaux traitements antiviraux.

ZDHHC20: c'est le nom de la principale enzyme responsable d'une série de modifications qui surviennent sur la membrane du SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus. C'est donc elle qui permet - indirectement - à l'agent infectieux de mieux pénétrer les cellules humaines, et de favoriser l'infection, explique l'EPFL dans un communiqué.

Ces modifications chimiques portent un nom. Il s'agit du processus de S-acylation, souvent appelé "palmitylation". Cette dernière transforme les protéines qui organisent la membrane du coronavirus en fixant des acides gras sur des sites spécifiques d'acides aminés qui la composent en vue de les aider à remplir leurs fonctions.

Spike au coeur de l'étude

Parmi les cibles principales: la protéine Spike, qui forme la fameuse "couronne" des coronavirus. Elle est la première à établir le contact entre le virus et la cellule attaquée. C'est également grâce à elle que leur fusion est possible, et que le développement infectieux peut se poursuivre. Pour rappel, un virus a besoin d'un hôte - une cellule - pour se répliquer.

Comme toutes les protéines, Spike est formée d'une chaîne d'acides aminés. La particularité? Sur les 20 acides aminés qui la constituent, pas moins de 10 sont transformés au moment de l'infection.

«La protéine Spike du SARS-CoV-2 est en fait la protéine la plus palmitoylée connue à ce jour», déclare la professeure Gisou van der Goot, qui a dirigé l'étude. En guise de comparaison, les protéines membranaires des mammifères ne possèdent généralement que deux ou trois sites, précise la scientifique, dont le laboratoire est spécialiste de palmitylation.

La palmitylation, essentielle dans l'infection

Résultats de la recherche: l'enzyme qui actionne ce processus de modifications permet de protéger les protéines Spike d'une dégradation par la cellule hôte. Les particules virales produites sans palmitylation, des protéines Spike ont une capacité moindre à fusionner avec les cellules humaines.

"La S-acylation des protéines Spike est essentielle à la formation de virus hautement infectieux", résume l'EPFL. Et les médicaments qui interfèrent avec ce processus empêchent "efficacement le SARS-CoV-2 d’infecter les cellules." Les enzymes impliquées dans la S-acylation constituent ainsi de nouvelles cibles thérapeutiques antivirales.

Ces résultats pourraient également aider le développement de nouveaux traitements contre d'autres virus comme l'herpès et la grippe. L'étude a nécessité la collaboration entre plusieurs laboratoires de l'EPFL et la combinaison de plusieurs approches ( informatiques, lipidomiques, de biologie cellulaire ou encore biochimique). Elle a été publiée dans la revue scientifique américaine Developmental Cell le 1er octobre 2021.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1534580721007346

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Grâce aux superbes passages planétaires, ce lundi sera marqué par une amélioration considérable de toutes vos relations sociales ou amicales.

Les Sujets à la Une

X