Rejoignez-nous

Vaud

Grève des femmes : à vivre avec les reportages de la rédaction

Publié

,

le

La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga (en rouge) est entourée des 5 femmes du Conseil d'Etat vaudois et d'élèves du Gymnase du Bugnon. (Photo : RB)

Aujourd’hui 14 juin, les femmes se mettent en grève. En grève pour l’égalité de traitement et des chances. A l'image de ce qu'il se passe dans le reste du pays, des centaines d'actions ont lieu dans tout le canton en vue de la grande marche organisée le soir à Lausanne. 

Le coup d'envoi de la Grève des Femmes a été donné depuis la cathédrale de Lausanne. Pour la première fois de l'Histoire, ce sont des femmes qui ont crié l'heure entre 22h et 2h du matin. En 614 ans, cela n'était jamais arrivé. Quatre guettes ont été nommées pour l'occasion. Donatella Romeo les a suivies :

ReportageGuettes de la cathédrale de Lausanne

Promesses des autorités, le recrutement du guet de la cathédrale et de son équipe de remplaçants sera désormais ouvert aux femmes.

Sapeurs-pompiers #SPSL en prévention pour l'illumination de la cathédrale à l'occasion de la journée Grève des femmes !#noussommespre #sapeurspompiers (C)2019 {Eric Jaquerod}

Gepostet von Eric Jaquerod am Freitag, 14. Juni 2019

 


 

Une nuit "agitée"

D'autres actions se sont déroulées durant la nuit à Lausanne. Un feu de joie a notamment été allumé sur la place de la Riponne, où les femmes présentes ont été invitées à brûler des objets symboliques. Certaines ont lancé dans le brasier leur soutien-gorge, d'autres des cravates, a rapporté un photographe de l'agence de presse Keystone-ATS, présent sur place.

A Bâle, le logo de la grève a été projeté sur la tour Roche, le plus haut bâtiment de Suisse, a communiqué le syndicat Unia. De nombreuses autres opérations sont prévues tout au long de la journée dans l'ensemble du pays.

La grève est annoncée comme "multiforme et globale", sachant qu'elle interviendra sur les lieux de travail, de vie, de formation et de consommation. "Elle sera adaptée aux possibilités de chacune: croiser les bras un moment ou toute la journée, déranger au lieu de ranger, occuper l'espace public", mentionne l'appel à la grève.

 


 

Forte mobilisation attendue

La grève se veut aussi décentralisée. L'organisation est assurée par une vingtaine de collectifs régionaux, auxquels s'ajoutent des groupes centrés sur des thématiques spécifiques. Les syndicats seront aussi à l'oeuvre durant toute la journée.

Toutes les femmes de Suisse sont invitées à cesser de travailler à 15h24, heure à partir de laquelle elles ne sont plus payées, selon les statistiques de la différence salariale entre femmes et hommes.

Les principales manifestations se dérouleront en fin de journée, comme à Delémont (dès 16h45), Bienne (16h45), Genève (17h), Sion (17h30), Lausanne (18h00), Neuchâtel (18h00) ou Fribourg (18h30). Sur leur site internet, les organisatrices disent s'attendre à une mobilisation "de grande ampleur".

La presse suisse parle abondamment de la thématique. Le Temps a pour sa part décidé de laisser des cases blanches là où une journaliste devait écrire un article. Le Bot der Urschweiz a quant à lui été rebaptisé la "Botín der Urschweiz".

Date symbolique

Les origines du mouvement sont multiples, entre persistance des violences sexistes, maintien des discriminations salariales, non-reconnaissance du travail domestique ou domination du modèle patriarcal. "Nous voulons l'égalité dans les faits et nous voulons décider nous-mêmes de nos vies", souligne l'appel à la grève, adopté le 10 mars dernier par les assises nationales à Bienne.

La date du 14 juin n'a pas été choisie au hasard. Elle fait référence à la votation fédérale du 14 juin 1981 qui a approuvé l'article constitutionnel sur l'égalité entre femmes et hommes. Dix ans plus tard, le 14 juin 1991, les femmes suisses avaient déjà fait grève et impliqué 500'000 personnes dans tout le pays.

"Puisque l'on ne nous écoute toujours pas, nous allons faire entendre nos revendications", affirment les organisatrices de cette nouvelle grève dans un manifeste.


 

Les quotidiens romands parlent abondamment de la grève des femmes dans leurs éditions de vendredi. La plupart se sont parés de violet, la couleur du mouvement.

"Suissesses en colère", écrit 24 heures en une. Le quotidien vaudois illustre sa première page avec le dessin d'une femme en violet sur fond jaune, poing dressé en l'air. Plus sobre, la Tribune de Genève titre "Une journée de grève pour exiger l'égalité" avec la photo de manifestantes vêtues en violet.

20 Minutes titre "Hall of femmes" en référence à l'expression anglophone "Hall of fame", temple de la renommée en français. Du côté de Neuchâtel, Arcinfo propose la photo d'une foule de femmes en première page avec le titre "Respect".

Le Journal du Jura opte lui pour un dessin de presse humoristique, montrant une mère en train d'accoucher à 15h24, heure symbolique à laquelle les femmes ne sont plus payées par rapport aux hommes. "L'étoffe des héroïnes" lance quant à lui le Quotidien jurassien.

Un dessin orne également la une de La Liberté, celui d'une femme en gants de boxe. "Pour que la lutte porte ses fruits", titre le journal fribourgeois. "Grève féministe Jour G", renchérit Le Courrier, qui a abandonné sa traditionnelle couleur rouge pour le violet.

Le Temps montre un dessin où plusieurs hommes sont représentés, mais aucune femme. "Un genre vous manque, et tout un journal est dépeuplé", titre le quotidien. Son édition de vendredi est parsemée de cases blanches, là où une journaliste devait écrire un article.

 


 

Plus d'une centaine de manifestantes ont bloqué vendredi matin à Lausanne le pont Bessières rebaptisé passerELLE Nicole Niquille. Face aux Retraites populaires, elles ont dénoncé un système de rentes conçu pour les hommes.

Sur fond musical, les participantes à la grève des femmes, en majorité jeunes, ont commencé leur blocage vers 8h30, presque au pied de la cathédrale. Pour l'occasion, le pont avait pris le nom de la célèbre alpiniste fribourgeoise.

Avec le système des retraites actuel, les femmes sont "très dépendantes des conjoints", a dénoncé Marine Ehemann, coordinatrice de la grève pour le syndicat SSP. C'est "minimaliste" et "ça ne permet pas aux femmes de vivre", selon la militante qui remet en cause "ce modèle masculin".

Une affichette collée sur un pilier du pont rappelait qu'une soixantaine de rues portent à Lausanne des noms de personnes illustres, mais que seulement trois d'entre elles sont des femmes. Aujourd'hui, "elles sortent de l'ombre et sont dans la rue". Le blocage doit prendre fin vers 9h30.


 

A Lausanne,  une flash mob « chorale » à eu lieu à la gare CFF à 10h vendredi matin.

L'hymne des femmes a été chanté par des centaines de voix dans et devant le hall principal de la gare.

Romain Felley y était :

Chorale Grève des FemmesGare de Lausanne

 

Autre événement ce vendredi matin : la présence de Simonetta Sommaruga à Lausanne. La Conseillère fédérale est venue échanger avec une classe du Gymnase du Bugnon, site de l’Ours. Des jeunes qui font partie des lauréats du concours « Toutes 1 Histoire ».

120'000 élèves et étudiants vaudois, de la 1P au post-obligatoire, étaient invités à produire une vidéo d’une minute. Avec comme fil de rouge : discuter du rôle et de la place des femmes en 2019. Une centaine de court-métrages ont ainsi été réalisés pour dénoncer les inégalités, briser les clichés, combattre les injustices, rire ou s’émouvoir de la société et de son fonctionnement.

Co-lauréats du concours, des gymnasiennes du Bugnon ont reçu ce vendredi matin la visite de la Ministre Simonetta Sommaruga et des 5 femmes du Conseil d’Etat vaudois. Au programme : des échanges, sans barrières.

La Conseillère d’Etat en charge de la formation, de la jeunesse et de la culture, Cesla Amarelle :

Cesla AmarelleConseillère d'Etat, VD

Les gymnasiens présents ont aussi pu discuter avec Simonetta Sommaruga. La Conseillère fédérale qui a notamment relevé l’exception vaudoise : celle d’avoir 5 femmes pour 7 sièges au gouvernement cantonal.

Simonetta SommarugaConseillère fédérale

 


 

Des manifestations ont eu lieu dans l'ensemble de la Suisse et du canton. A Lausanne, Vevey, Renens, Morges, Yverdon ou encore Nyon, des collectifs ont organisé des points de rendez-vous et d'animation dans de nombreuses villes et villages, mais aussi dans les entreprises.

Résumé de cette journée et rencontre avec les manifestantes de Morges et Lausanne.

ReportageLe 14 juin à Lausanne et Morges

Point d'orgue de cette journée, le grand rassemblement qui avait lieu à Lausanne dès 18h. Dès milliers de femmes et d'hommes solidaires ont participé à la marche.

(DR/RF/RB/KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne pose une plaque commémorative pour Renée Delafontaine

Publié

le

Lausanne pose une nouvelle plaque commémorative pour honorer les femmes qui ont marqué son histoire (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Ville de Lausanne pose une plaque commémorative pour rendre hommage à Renée Delafontaine (1921-2006). La pédagogue s'est fait connaître pour son travail dans l'accompagnement des personnes handicapées.

Avec la pose de cette plaque, qui fait suite à celles consacrées à Jaquette de Clause et Anne Cuneo, Lausanne vise à "réhabiliter la place des femmes dans l'histoire et l'espace public lausannois", écrit la Municipalité dans son communiqué. La plaque de Renée Delafontaine a été placée sur le mur d'entrée de l'avenue des Bergières 35, lieu de création de sa Fondation.

Née à Puidoux, Renée Delafontaine a ouvert en 1955 à Lausanne le premier externat pour personnes en situation de handicap mental, les Matines, future Fondation Renée Delafontaine. Elle a ensuite continué son action en ouvrant plusieurs ateliers protégés.

"Son action influence la mise sur pied, dans le canton de Vaud, de l'enseignement spécialisé et de la formation des professionnelles et professionnels de l'action sociale", poursuit le communiqué.

En 1981, Renée Delafontaine a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Lausanne. Elle est ensuite devenue, en 1997, la première femme à se voir décerner le Prix de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Septembre Musical attire 15'000 spectateurs

Publié

le

Les Petits Chanteurs de Vienne se sont notamment produits lors de cette édition de Septembre Musical (archives). (© KEYSTONE/EPA EFE/DAVID DE LA PAZ)

Achevée jeudi, la 76e édition du Septembre Musical Montreux-Vevey a réuni 15'000 spectateurs. Onze concerts payants, dont cinq ont affiché complet, et une trentaine d'événements culturels gratuits ont été proposés entre le 19 et le 29 septembre.

Cette édition a mis à l'honneur l'Autriche avec ses grands compositeurs, mais aussi avec la musique folklorique, la pop et même du rock-metal. Dans leur communiqué de bilan, les organisateurs se réjouissent d'avoir pu attirer 25% de jeunes (enfants et étudiants) parmi leurs spectateurs. Ils expliquent cela par des tarifs adaptés, des médiations culturelles et un concert d'ouverture consacré à "Pierre et le loup" de Serge Prokofiev.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Plan directeur de Lausanne: la Commission veut plus d'ambition

Publié

le

La question de la mobilité divise toujours autant gauche et droite à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La commission du Conseil communal de Lausanne, chargée de se pencher sur le Plan directeur communal (PDCom), a livré son verdict après huit séances. Une majorité de ses membres souhaite que la Ville en fasse davantage, notamment en matière de mobilité, tandis qu'une minorité regrette une politique des transports qui défavorise la voiture.

Présenté en mars 2021 par la Municipalité, le PDCom dessine les grands principes du développement urbain de la capitale vaudoise à un horizon de dix à quinze ans. La commission du Conseil communal y a toutefois apporté "des modifications importantes", indique vendredi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Sur les questions d'urbanisation, les commissionnaires proposent "d'intégrer plus systématiquement la création de logements abordables et la protection des locataires dans les projets d'urbanisme". La mixité sociale et la "répartition juste" des équipements publics ont également été inscrites comme objectifs.

Aéroport de la Blécherette visé

En matière d'environnement, la commission propose aussi d'ajouter des mesures supplémentaires. Comme par exemple "la nécessité de réduire les nuisances sonores et polluantes de l'aéroport de la Blécherette", poursuit le communiqué.

Sur la mobilité également, la majorité de la commission aimerait davantage d'ambition du PDCom. Les itinéraires piétons devraient, par exemple, pouvoir se développer sur des parcelles privées, "si c'est nécessaire pour des cheminements courts et directs".

La commission dit aussi attendre une "offensive associant rues cyclables, augmentation et généralisation du stationnement, amélioration du marquage et du balisage". Les transports publics devraient, eux, être plus rapides par "une priorisation aux carrefours".

"Absence de vision" dit la droite

Quant à la place utilisée par le transport individuel motorisé, elle doit tendre "à être réduite en faveur des autres modes et d'autres usages de l'espace public". Sens uniques, blocs de quartiers sans aucun transit possible, limitation à 30 km/h sur l'ensemble du réseau sont d'autres mesures avancées par la commission.

Le PLR et l'UDC ont déposé conjointement un rapport de minorité, qui conteste plusieurs modifications du PDCom. Les deux partis de droite dénoncent notamment "une absence totale de vision globale de la mobilité à Lausanne", poursuit le communiqué de la Ville. Selon les opposants, avec la diminution de la place consacrée à la voiture, le libre choix de mode de transport n'est pas respecté.

La minorité estime aussi que Lausanne n'a pas la compétence de généraliser le 30km/h sur l'ensemble de son territoire puisque lavitesse routière demeure de compétence cantonale. Cette vision n'est toutefois pas partagée par le reste de la commission, relève le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le Centre de formation professionnelle de Vennes inauguré

Publié

le

Avec sa collègue Isabelle Moret, le conseiller d'Etat Frédéric Borloz a inauguré vendredi le nouveau Centre de formation professionnelle de Vennes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois nouveaux bâtiments en bois donnent naissance au Centre de formation professionnelle de Vennes, sur les hauts de Lausanne. Ils ont été inaugurés vendredi par les conseillers d'Etat vaudois Frédéric Borloz, en charge de la formation, et Isabelle Moret, responsable des constructions. Le chantier n'aura duré qu'une année pour un coût total de 16,64 millions de francs.

Il permettra à la fois de poursuivre le développement du Centre d'orientation et de formation professionnelles (COFOP) et de mettre à disposition de nouveaux locaux pour les apprenties et apprentis en informatique de l’Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne (ETML), a indiqué vendredi le Canton dans un communiqué.

Le COFOP occupe ce site du nord de Lausanne avec pour voisins le Biopôle et la Maison de l'Environnement. Grâce à ces nouvelles installations, il peut désormais se développer en accueillant 30 apprenties et apprenties supplémentaires (+10%), notamment dans les métiers de bouche, explique le Canton.

Ces bâtiments permettent aussi aux élèves de l'ETML, futures informaticiennes et informaticiens, de bénéficier de nouveaux locaux. Le nombre de places dans cette filière très demandée va ainsi progressivement augmenter de 150 places en 2022 à près de 200 dès 2025, souligne-t-on. Au total, ce nouveau site de la formation professionnelle vaudoise accueillera plus de 500 jeunes en formation.

Troisième site en bois

Le Centre de formation professionnelle de Vennes est composé de trois bâtiments en bois avec une structure en sapin et épicéa des forêts cantonales et des façades en mélèze, est-il précisé. Pour une utilisation minimum du béton, seules les fondations sont dans cette matière.

La surface utile de plancher est de 3200 m2, comprenant notamment 17 salles de classe et un restaurant. La signalétique extérieure reprend de manière originale le design des panneaux routiers suisses.

Il s'agit du troisième site de l'Etat de Vaud construit quasiment exclusivement en bois en moins d’une année, après l’extension du Gymnase de Burier et la Maison de l’environnement, inaugurées en 2021, rappelle-t-il. Avec ses panneaux photovoltaïques sur les toits et sa production de chaleur par sondes géothermiques, le nouveau site de formation de Vennes a décroché un label de construction durable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une maison d'édition vaudoise se crée autour d'un projet de BD

Publié

le

"La Révolution des Fourmis" est le premier projet d'édition de Pépites.Club. Le livre sortira début décembre (©Pépites.Club)

Une nouvelle maison d'édition vaudoise va voir le jour prochainement avec une première publication d'un artiste local. Un financement participatif est en cours.

Il y aura bientôt un nouvel acteur dans le paysage des maisons d'édition en Suisse romande. Déjà implanté dans la vente de bandes dessinées à des particuliers via Instagram, Pépites.Club veut maintenant se lancer dans l'édition de ses propres projets.

La première publication en ligne de mire, le premier projet de l'artiste vaudois Krel. Un roman graphique muet, qui a tapé dans l'oeil des deux fondateurs de Pépites.Club, qui ont donc décidé de rajouter une corde à leur arc.

De son côté, Krel, 34 ans, termine ici son premier "livre" dessiné. Artiste et professeur de bande dessinée, il livre avec cette histoire un projet personnel, traitant de l'émancipation, du besoin d'affranchissement ou encore la question de l'individualité dans une société productiviste. Un projet qui dure depuis trois ans.

Krel (artiste, à gauche), Gabriel Saurer (au centre) et Guillaume Mégroz (à droite), les trois personnes derrière le projet de la Révolution des Fourmis (©Pépites.Club)

Y a t-il une place pour un éditeur spécialisé en bande dessinée en Suisse Romande ?

Gabriel SaurerPépites.Club

Pour mener à bien ce projet, ils ont lancé un financement participatif. Heureusement pour Gabriel et Kevin, la réussite du projet ne dépend pas uniquement de ce financement de la communauté.  Des soutiens ont déjà été trouvés, comme la ville de Lausanne et de Morges, ou la Fondation Michalski.

Gabriel SaurerPépites.Club

Découvrez la page wemakeit du projet, ainsi que notre Grand Format consacré au projet de "La Révolution des Fourmis" :

Grand FormatLe projet BD de La Révolution des Fourmis

La date de parution de la bande dessinée a été fixée au 8 décembre 2022.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Pour beaucoup, crise relationnelle au sein de la famille. Faire preuve de fermeté sera utile pour remettre de l’ordre dans tout ce chaos !

Les Sujets à la Une

X