Rejoignez-nous

Vaud

JOJ 2020 : bras de fer à la Vallée de Joux

Publié

,

le

L’éventuel site des JOJ 2020 à la Vallée de Joux fait polémique. Dans le journal Le Temps du jour, Roman Hapka, directeur romand de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du territoire affirme que ces Jeux Olympiques de la Jeunesse n’auront pas lieu au Chenit. C’est là pourtant que sont projetées les épreuves de ski de fond. Le directeur de la fondation déclare dans le journal qu’ils feront opposition dès que la commune mettra à l’enquête le projet, et que les Jeux de la Jeunesse ne pourront pas se faire, faute de temps. Faux, déclarent les autorités de la Vallée de Joux… Stives Morand, syndic de la commune du Chenit :

Stives MorandSyndic de la commune du Chenit

Pérenniser le site du Chenit, et en profiter pour construire un centre nordique par la suite, c’est justement ce que craint Roman Hapka. Mais selon le directeur romand de la fondation, son institution n’est pas pour autant opposée aux JOJ. Roman Hapka :

Roman HapkaDirecteur romand de la fondation

Et le compte à rebours inquiète. Il y a un mois, les JOJ 2020 ont fait l’objet d’une interpellation au Grand Conseil vaudois. Le député José Durussel demandait au Conseil d’Etat s’ils seraient prêts à temps? Pour rappel, début février, Morges refusait d’investir pour rénover sa patinoire pour y accueillir le curling. Champéry s’était profilé. Le dossier avec tous les sites des JOJ doit être remis au CIO fin mars.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

A Lausanne, le pont Chauderon a retrouvé ses habits d'antan

Publié

le

Le pont de Chauderon à Lausanne a retrouvé son allure d'antan, à une exception près: un teint bétonné plus claire que celui de l'époque. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les travaux de réfection du pont Chauderon à Lausanne sont terminés. Entamés il y a quatre ans, ils ont permis de donner une nouvelle jeunesse à cet ouvrage construit au début du XXe siècle.

En 2015, des inspections avaient révélé le besoin de procéder à l'assainissement complet du pont. Avec ses 240 mètres de longueur et ses six arches, c'est le plus en aval des trois ouvrages routiers franchissant la vallée du Flon, dans la capitale vaudoise. Il relie la place du même nom, au nord et l'avenue Louis-Ruchonnet, au sud.

"Au vu de l'ampleur de l'opération à effectuer et conscients de l'importance de cet axe central pour la mobilité, nous avons opté pour une répartition des travaux en plusieurs phases, ce qui nous a permis de maintenir la circulation sur le pont", explique Florence Germond, municipale en charge de la mobilité, citée dans un communiqué diffusé mercredi par la Ville.

La première intervention réalisée en 2017 a permis de traiter la partie supérieure. La structure porteuse a été renforcée au niveau des culées (extrémités du pont). La pose de dalles de transition permet de minimiser l'apparition de fissures sur la couche de roulement, qui a également été remplacée en vue d'améliorer son étanchéité.

Restauration fidèle

Les travaux effectués cette année se sont, eux, concentrés sur la partie inférieure et ont notamment consisté au remplacement de la peinture existante ainsi qu'à l'assainissement des joints de maçonnerie. Les quatre obélisques ont également bénéficié d'une cure de jouvence.

"Chaque partie du pont a été traitée dans le respect des exigences liées à la conservation du patrimoine, ce qui a impliqué un important travail en amont en vue de garantir un résultat qui soit fidèle à l'ouvrage d’origine", indique la Municipalité. De multiples essais en laboratoire ont, par exemple, été nécessaires pour arriver à un rendu qui assure une meilleure intégration des nouveaux joints par rapport à ceux existants.

Le pont a ainsi retrouvé son allure d'antan, à une exception près: un teint bétonné plus claire que celui de l'époque.

Continuer la lecture

Vaud

Oppositions déposées contre le projet éolien de la Grandsonnaz

Publié

le

Le parc éolien de la Grandsonnaz (VD) prévoit la construction de quinze machines d'une hauteur maximale de 150 mètres. (Photo prétexte - ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Plusieurs organisations de protection de la nature et du paysage ainsi qu'une association locale de citoyens ont fait opposition contre le projet de parc éolien de la Grandsonnaz (VD). Elles jugent son impact "inacceptable" au vu de la production d'énergie attendue.

Les oppositions sont dirigées contre un plan d'affectation valant permis de construire, explique mercredi un communiqué conjoint de Pro Natura Vaud, Paysage Libre Vaud et l'association citoyenne Vol au Vent. Elles font front commun avec Helvetia Nostra, Birdlife Suisse et la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage.

La mise à l'enquête s'est terminée le 6 décembre, dans les quatre communes vaudoises concernées, à savoir Bullet, Fiez, Fontaines-sur-Grandson et Mauborget. Le projet prévoit un parc de 15 machines de 150 mètres de hauteur au maximum, sur les crêtes du Jura vaudois, entre le Chasseron (VD) et le Creux-du-Van (NE). Il est porté par les Services industriels de Genève (SIG) et Ennova, entreprise spécialisée dans l'éolien détenue à 100% par les SIG.

Les organisations considèrent que le parc dégraderait "significativement" le paysage, dans un secteur qui figure à l'inventaire cantonal des monuments naturels et des sites. "La visibilité des éoliennes s'étendrait sur une large portion du plateau ainsi que le Val-de-Travers neuchâtelois", écrivent-elles.

Oiseaux menacés

Elles critiquent en outre l'ampleur de l'intervention prévue, qui comprend la création de 15 kilomètres de routes d'accès et le défrichement définitif de 60'000 m2 de pâturages boisés, en plus de 120'000 m2 de défrichements temporaires. Autre grief majeur: les conséquences sur la faune ailée. Plusieurs espèces d'oiseaux et de chauves-souris apparaissant sur la liste rouge des espèces menacées fréquentent les environs, dont le grand tétras.

Il est aussi reproché aux porteurs de projet de n'avoir pas évalué les impacts cumulés avec deux autres parcs éoliens envisagés à proximité (Provence et Grandevent). Enfin, se basant sur l'Atlas des vents de la Confédération, les adversaires des hélices jugent que le site "ne présente pas des conditions de vent particulièrement intéressantes et ne s'impose donc pas pour un projet éolien".

Sur le site Internet du projet, Ennova annonce une production de 85 à 95 GWh par an, soit l'équivalent de la consommation de 24'000 ménages. Ce chiffre est mis en doute par les opposants. Selon leurs calculs réalisés avec l'aide d'un physicien, ils arrivent à 70 GWh, lit-on dans le document d'opposition. De plus, le facteur de charge (rapport entre énergie effectivement produite et énergie maximale pouvant être produite) est en dessous de la moyenne suisse, pointent-ils.

La coalition, qui avait déjà déposé une pétition contre ce projet en 2018, dit "regretter que l’Etat de Vaud l'ait maintenu dans la planification cantonale éolienne, alors même que son impact paysager et ses incidences sur plusieurs espèces protégées étaient connus de longue date".

Bien que "pleinement conscientes" des enjeux liés à la transition énergétique, les organisations estiment que celle-ci "ne saurait justifier sans conditions des impacts aussi massifs sur le paysage et la faune". Et de rappeler que le Tribunal fédéral a récemment confirmé que la protection d'espèces menacées devait dans certains cas l'emporter sur l'intérêt de la production d'électricité renouvelable, en lien avec le projet éolien de Grenchenberg (SO).

Conciliation demandée

Les oppositions ont été adressées aux quatre communes concernées ainsi qu'à l'Inspection fédérale des installations à courant fort. Les signataires demandent à être entendus dans le cadre d'une séance de conciliation. "Jusqu'ici, c'est un dialogue de sourds", a déclaré à Keystone-ATS Jean-Marc Blanc, secrétaire général de Paysage Libre Vaud. "Nous ne parlons pas le même langage."

Contactée, la Direction générale de l'environnement du canton de Vaud a répondu ne pas vouloir faire de commentaires pour l'instant. "La mise à l'enquête publique vient de s'achever. L'ensemble des oppositions déposées va maintenant être traité par les autorités communales concernées. Nous ne sommes à ce stade pas en mesure de préciser le délai prévu par les communes", a indiqué le porte-parole Denis Rychner. L'entreprise Ennova ne pouvait pas être jointe mercredi.

Continuer la lecture

Vaud

Vers une autonomie électrique du patrimoine immobilier de l'Etat

Publié

le

Un projet de loi pour que le patrimoine immobilier de l'Etat de Vaud atteigne l'autonomie électrique d'ici 2035 a passé la rampe d'un premier débat au Grand Conseil. (Image d'archives - ©Keystone/GAETAN BALLY)

Dans le cadre de l'examen du budget 2022, le Grand Conseil vaudois a accepté mercredi en premier débat un projet de loi pour que le patrimoine immobilier de l'Etat atteigne l'autonomie électrique d'ici 2035. Cette modification de la loi vaudoise sur l'énergie répond à une motion du député PLR Nicolas Suter, déposée en 2020.

Le texte, transmis à l'époque à l'unanimité au Conseil d'Etat, demandait de présenter un plan d'investissement pour équiper en installations photovoltaïques de production d'électricité d'ici dix ans au plus, toutes les surfaces de toitures et de façades qui s’y prêtent sur les propriétés appartenant au canton. Il exigeait aussi que l'autonomie du patrimoine immobilier de l'Etat soit assurée d'ici dix ans.

Le motionnaire a finalement accepté de fixer une date butoir plus généreuse, à 2035, refusant en revanche la proposition du gouvernement d'inscrire plutôt dans la loi, "à l'horizon 2035". Les députés ont suivi l'élu PLR, qui a insisté sur la nécessité d'avoir un objectif mesurable sur la base de résultats, puis ont approuvé le projet de loi du Conseil d'Etat.

Dans le cadre de l'examen du budget, le gouvernement devra aussi présenter annuellement un rapport sur l'état d'avancement des investissements dans le domaine des installations solaires et sur le niveau d'autonomie énergétique atteint.

Continuer la lecture

Culture

Le Théâtre du Jorat dévoile le programme de sa saison 2022

Publié

le

Directeur depuis 12 ans du Théâtre du Jorat, Michel Caspary sera remplacé l'an prochain par le duo composé d'Ariane Moret et Nathalie Langlois. (Image d'archives - ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Théâtre du Jorat à Mézières a présenté mercredi la programmation de sa saison 2022. Dès fin avril, 18 spectacles et concerts figureront à l'affiche, la plupart proposés par des compagnies ou institutions romandes.

Six créations au Jorat font partie du programme, comme "Les Dix petites anarchistes" (du théâtre musical) et "Chaplin Pianissimo". Le groupe Voxset proposera un hommage à Michel Berger avec "Celui qui chante".

Le Messie de Haendel, théâtralisé avec l'Ensemble choral de la Côte, figure aussi parmi ces créations. Tout comme "Piano Quattro +" du pianiste et compositeur vaudois François Lindemann. Un spectacle est également prévu pour les 20 ans de la compagnie théâtrale lausannoise Les Voyages Extraordinaires.

Parmi les spectacles venus hors de Suisse romande, les célèbres Mummenschanz viendront à Mézières à l'occasion de leur 50e anniversaire. La chanteuse française Imany, entourée uniquement de violoncellistes, sera également à l'affiche. Tout comme son compatriote, le pianiste André Manoukian, qui se produira avec son quintet et un groupe vocal féminin Les Balkanes.

Dans leur communiqué, les responsables du Théâtre du Jorat se réjouissent d'une programmation "à nouveau très éclectique" dans la salle de la Grange sublime.

Pour mémoire, un duo féminin dirigera le Théâtre du Jorat à partir du 1er février prochain. La comédienne de théâtre et metteure en scène, Ariane Moret, et la responsable de communication et de presse Nathalie Langlois, anciennement chez Lavaux Classic, remplaceront Michel Caspary, qui part en retraite anticipée après douze ans de direction.

Continuer la lecture

Culture

"Succès historique" pour le 32e Montreux Comedy Festival

Publié

le

Les organisateurs du Montreux Comedy Festival (ici le directeur Grégoire Furrer), sont comblés. (Image d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 32e édition du Montreux Comedy Festival, qui s'est tenue du 1er au 7 décembre, a attiré 15'000 spectateurs, un record. Les attentes ont été largement dépassées.

"Le Montreux Comedy a été un succès historique, s’affirmant plus que jamais comme le festival d'humour numéro 1 de la Francophonie", ont communiqué mercredi ses organisateurs. "Il démontre la pérennité et la résilience de son modèle à la fois artistique et économique."

Cette édition 2021 a rassemblé une soixantaine d'artistes suisses et internationaux, en présentiel et en virtuel. Comme à son habitude, le Montreux Comedy a fait monter sur la scène de l'Auditorium Stravinski tant les espoirs de demain que des humoristes confirmés. Le gala de clôture du jeune Montpelliérain Paul Mirabel et ses formateurs de luxe (Gad Elmaleh, Artus, Florence Foresti, Jamel Debbouze) a notamment marqué les esprits.

Urgence climatique, Covid-19, théories conspirationnistes, mouvement #MeToo, impact des réseaux sociaux sur nos vies: "Le festival a incarné une fois de plus la preuve que l'on peut articuler humour et réflexion, et que les humoristes sont aussi les témoins et décrypteurs de notre société", écrivent les organisateurs.

Scène virtuelle

Pour la première fois, une plateforme de streaming a été testée avec succès sous une forme expérimentale, permettant une diffusion en direct des contenus au-delà des frontières helvétiques. Autre innovation: une vingtaine d'artistes, ou plutôt leurs avatars, se sont produits sur une scène virtuelle en temps réel. Cet essai a lui aussi été jugé concluant et le "métavers de l'humour" sera pérennisé l'an prochain.

Les premiers Etats généraux de l'humour suisse se sont déroulés parallèlement au festival, dans le cadre des Montreux Comedy Convention. Soutenus par l'Office fédéral de la culture (OFC) et la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR), ils ont permis à plus de 80 humoristes et professionnels d'échanger sur leur domaine de prédilection. Un rapport sera rédigé et rendu à l'OFC.

La 33e édition du Montreux Comedy Festival se tiendra du 23 novembre au 3 décembre 2022.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

En dépit des tensions, votre résistance se révèlera prodigieuse. On peut vous faire confiance pour utiliser cette force avec discernement…

Les Sujets à la Une

X