Rejoignez-nous

Lausanne

Surmortalité, tourisme très touché et chômage limité

Publié

,

le

Si quelques branches ont été très durement frappées par la crise sanitaire, la résilience des acteurs économiques lausannois a permis de limiter les pertes d'emploi, selon la Ville. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne a tiré vendredi un bilan de la crise sanitaire une année après le début de la pandémie du coronavirus, évaluant son impact sur l'économie et la démographie. Les autorités constatent une légère surmortalité, un secteur du tourisme très touché mais aussi une limitation des pertes d'emplois.

"La crise sanitaire encore en cours a des répercussions sur de nombreux aspects de l'économie et de la démographie de Lausanne", écrivent-elles en préambule dans un communiqué. Elle a par exemple porté un coup d'arrêt à la croissance de la population lausannoise après une dizaine d'années de vive progression.

"La démographie a d'abord été touchée par la surmortalité provoquée par l'épidémie. Le Centre funéraire de Montoie, qui assure la prise en charge de plus de 80% des incinérations vaudoises, a dû faire face à une situation aussi inédite qu'exceptionnelle", souligne la Ville. Il a dû assurer un surplus de 25% d'incinérations pour le canton en 2020 par rapport à la moyenne annuelle entre 2010 et 2019.

"Les restrictions internationales ont, elles, eu des répercussions importantes sur la population estudiantine et les actifs étrangers attirés par les opportunités d'emploi du marché du travail régional", expliquent encore les autorités.

Environ 2700 établissements touchés

Sur le plan économique, les obligations de fermeture ont concerné potentiellement quelque 2700 établissements (environ 20% du total recensé en 2018) et 14'000 emplois (un peu plus de 10% du total), selon la Ville. Ces pourcentages sont analogues pour la plupart des villes suisses et sont un peu plus élevés par comparaison aux valeurs cantonales et nationales, les villes concentrant davantage d'activités de commerce et de restauration.

Comme d'autres villes du pays, hôtes du tourisme d'affaires et de congrès, Lausanne a subi pleinement l'impact des restrictions. Le nombre de nuitées s'est effondré dès mars 2020. La chute de la fréquentation a dépassé 90% en avril 2020 avec la quasi-disparition des visiteurs étrangers (6700 nuitées contre 75'000 en avril 2019).

Les résultats du commerce de détail ont été plus disparates, observent les responsables lausannois. Le commerce de denrées alimentaires et des équipements de l'information et de la communication a, parfois, augmenté fortement. Le non alimentaire a, en revanche, été touché, essuyant sur l'année un recul de l'ordre de 4%, avec des contractions qui ont dépassé par moments 50%.

D'autres indicateurs sont plus réjouissants, constatent-ils. Par exemple, au final, au pic de la crise, le taux de chômage a été inférieur à celui touché lors de la crise financière de 2008-2009. Autre exemple: après une recrudescence observée au printemps 2020 lors du confinement, le taux d'aide sociale s'inscrit actuellement de nouveau à des valeurs historiquement basses.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Jason Fuchs, premier héros du LHC cette saison

Publié

le

Jason Fuchs, buteur décisif pour le LHC (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Buteur décisif en prolongation, Jason Fuchs a réussi ses débuts en championnat à Malley. Avec cette première victoire (2-1 ap) contre Genève, le LHC doit maintenant lancer sa saison.

"C'est incroyable comme sensation, note le héros du jour à l'interview. On avait besoin de cette victoire, surtout dans un derby. On méritait peut-être un peu mieux, comme contre Zoug, mais maintenant on peut construire sur ce succès."

Pendant que l'ancien Biennois répond à la presse, les deux kops n'ont pas quitté leur place. Les chants s'enchaînent, comme pour célébrer ce retour à une soirée de National League traditionnelle, à une époque où le mot covid n'avait pas fait son entrée dans le Robert et dans la vie de tout le monde.

"Les gens en avaient marre de ne plus pouvoir venir à la patinoire et de ne pas gagner de derby, appuie-t-il. Il y avait cette euphorie à quoi s'ajoute l'année difficile qu'on a vécue. Il y avait besoin de sortir toutes les émotions. De voir les fans encore là de nombreuses minutes après le match, c'est ce dont on a besoin en tant que joueur."

Au-delà des deux points glanés, d'une première victoire cette saison et contre Genève dans leur nouvelle enceinte après tant de revers, les Lausannois ont présenté une prestation solide. Dans la lignée de la partie à Zoug, avec un soutien constant des défenseurs, les Lions ont en outre offert un bel effort défensif. "Il faudra qu'on arrive à marquer plus, analyse Jason Fuchs. Il faudra qu'on arrive aussi à faire fonctionner ce power-play. C'est une condition essentielle si l'on veut remporter d'autres matches dans le futur. Je pense qu'on a une équipe capable de créer quelque chose cette année, il va juste falloir trouver les automatismes."

Peut-être pour la partie de samedi soir face à Rapperswil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Fuchs donne la victoire à Lausanne contre Genève-Servette

Publié

le

L'attaquant lausannois Cory Emmerton à la lutte pour le puck avec le gardien genevois Gauthier Descloux. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Particulièrement plaisant à suivre, le premier derby lémanique de la saison a vu Lausanne s'imposer 2-1 ap. Un but de Fuchs a offert un succès d'estime aux Vaudois.

Il a fallu attendre deux ans pour voir Lausanne battre Genève dans sa nouvelle enceinte. Enfin, diront les statisticiens et les fans lausannois, vexés de ne pas parvenir à prendre le meilleur sur les Aigles à domicile.

Il y avait comme un air de fête pour cette première rencontre de la saison à Malley. Alors bien sûr, l'affiche assurait une belle chambrée, mais au temps du covid, on ne jure plus de rien. Mais à Lausanne ce vendredi, il y avait des airs d'avant. Comme si le public - 7007 spectateurs - était plus qu'heureux de retrouver le chemin de la patinoire.

Le LHC a directement appuyé sur l'accélérateur en mettant beaucoup de rythme. Dans l'esprit de ce que les Vaudois avaient montré mardi à Zoug. Emmerton a bien pensé ouvrir le score à la 4e sur un beau débordement de Glauser, mais le Canadien a trouvé Gauthier Descloux sur son chemin pour un arrêt miraculeux.

Les Lions ont trouvé l'ouverture à la 18e à la suite d'un dégagement de Stephan. Douay a pu servir Gernat qui a allumé la lucarne genevoise. Un but mérité pour des Lausannois bien dans leurs patins.

Alors que la période initiale n'avait connu qu'un ou deux arrêts de jeu, le tiers médian fut plus haché et un rien moins fertile en occasions. Enfin, Emmerton a eu le puck du 2-0 sur sa palette à la 38e, mais Descloux s'est une fois encore montré décisif.

Très heureux d'arriver à ce score au terme des quarante premières minutes, les Genevois ont attendu leur heure. Celle-ci est arrivée à la 42e dans un 3 contre 3 magnifiquement négocié par Winnik. Les Grenat pensaient bien pouvoir ajouter un ou deux points supplémentaires lorsqu'ils ont bénéficié d'une supériorité en toute fin de troisième tiers et pour débuter la prolongation. Mais ce sont finalement les Vaudois qui ont eu ce surplus de chance.

Hormis la défaite, la poisse colle aux lames genevoises en ce début d'exercice. Privés de Richard et Pouliot, les Aigles ont dû composer sans leur capitaine Noah Rod, victime d'une charge de Marti et touché à un genou au cours du troisième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Raphaël Monachon passe la main

Publié

le

Raphaël Monachon prend du recul (au premier plan en bas, Ajla del Ponte). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Raphaël Monachon quitte ses fonctions d'entraîneur du relais féminin 4x100 m. Il veut consacrer plus de temps à sa famille et estime qu'un passage de témoin est bienvenu en vue des prochains JO.

L'entraîneur du Jura bernois, ancien recordman de Suisse du 110 m et participant aux JO de Sydney en 2000, veut "éviter de faire l'année de trop", a-t-il expliqué en révélant son départ à ATS-Keystone. "Quand j'ai pris mes fonctions à fin 2017, ce sont les relayeuses qui avaient demandé ma venue. Dans mon esprit, je m'engageais pour une durée limitée. Aujourd'hui, l'heure est venue de passer la main."

Swiss Athletics est à la recherche d'un (d'une) successeur dès la saison prochaine. L'héritage de Monachon est de qualité: sous sa houlette, les relayeuses ont terminé trois fois quatrièmes dans une compétition majeure, aux Championnats d'Europe 2018, aux Mondiaux 2019 et aux JO 2021.

Y a-t-il de la déception pour l'entraîneur d'être resté au pied des podiums? "A Berlin en 2018, cela s'est joué sur des détails, le bilan est mitigé. En revanche, aux Mondiaux de Doha, notre 4e place m'a plutôt surpris en bien. Et aux Jeux de Tokyo, après réflexion, je pense que le résultat correspondait à notre niveau."

Pour 2022, année de Championnats d'Europe (à Munich) et du monde (à Eugene) tout à la fois, l'objectif ne peut être que de décrocher deux médailles. "Il faudra que chaque athlète progresse encore individuellement. La personne qui me succédera apportera de nouvelles impulsions, un regard neuf. Les relayeuses avaient fini par trop bien me connaître, j'étais très proche d'elles émotionnellement", confie Monachon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Lausanne: les étudiants se font vacciner sur le campus

Publié

le

L'UNIL et l'EPFL proposent durant trois semaines une vaccination sur le campus. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Depuis le début de la semaine, les étudiants lausannois peuvent se faire vacciner sur le campus. En quatre jours, environ 450 personnes se sont rendues à l'Amphipôle de l'Université de Lausanne (UNIL). Vendredi, la grande esplanade de l'EPFL accueillera un stand.

La première injection se fait sans rendez-vous. Le dispositif de vaccination gratuite sera présent jusqu'au 1er octobre, alternativement à l'EPFL et à l'UNIL (Anthropole). "Il comprend 80 personnes au total, mais pas chaque jour", a précisé jeudi à Keystone-ATS Laurence Bouche, directrice des soins d'Unisanté.

Les Hautes écoles, qui encouragent à la vaccination, ont estimé qu'elles auraient plus d'impact en proposant la vaccination directement sur le campus. "On s'attend à avoir pas mal de monde dès mardi, jour de la rentrée universitaire", a ajouté Mme Bouche.

Des étudiants qui ont reçu à l'étranger un vaccin qui n'est pas proposé en Suisse souhaitent savoir comment obtenir le certificat Covid. Cette question reste ouverte, a dit Mme Bouche. Le problème doit être réglé au niveau fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Les "copies" culturelles au coeur d'une exposition à l'EPFL

Publié

le

Le phénomène des "deep fakes" donne lieu à une exposition sur le campus de l'EPFL. (© EPFL)

Une exposition sur le campus de l'EPFL s'intéresse au phénomène des "deep fakes" culturels. Elle montre comment des technologies de pointe - réalité virtuelle et augmentée, intelligence artificielle - permettent de reproduire ou de s'inspirer de diverses oeuvres.

Organisée par l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et l'Université de Lausanne, l'exposition est intitulée "Deep Fakes: Art and Its Double". A voir jusqu'au 6 février, elle vise à montrer "le potentiel de la production informatique et des nouvelles formes d'art", explique Sarah Kenderdine, curatrice et directrice d'EPFL Pavilions, citée dans un communiqué.

Différentes expériences sont proposées aux visiteurs. Comme une "entrée" virtuelle dans un portrait d'Henry VIII du 16e siècle, via un écran tactile qui présente une ultra-haute résolution. Il est également possible d'explorer, à travers des nuages de points en 3D obtenus par drone, huit sites fondateurs de civilisations ou cultures anciennes, comme la vallée de Bamiyan, Alep, Gizeh, Méroé ou Palmyre.

L'exposition présente aussi "The Next Rembrandt", l'un des plus célèbres "deep fakes" culturels. Cette impression 3D a été générée à partir de données tirées des peintures du maître hollandais. Parmi les 21 installations présentées figure également une promenade interactive en 3D sur le toit de Notre-Dame de Paris.

"Il n'est pas question ici de manipulation ou de désinformation, ni de faux ou de vrai. Mais plutôt de simulacres, de reconstitutions, d'imitations, de mondes-miroirs qui interrogent la matérialité, l'authenticité, la circulation ou la propriété de l'art ainsi que leur héritage et leur culture", souligne l'EPFL.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Vous chéri/e fait la tête ? Ne provoquez pas la bête qui rumine... Si, toutefois, elle s’échauffe, calmez-la au creux du futon !!!

Les Sujets à la Une

X