Rejoignez-nous

Lausanne

Une première pierre pour les logements sociaux de Saint-Martin

Publié

,

le

La première pierre de l'immeuble de la rue Saint-Martin 16-18, qui deviendra les numéros 10 à 18, a été symboliquement posée en présence des municipaux Natacha Litzistorf et Oscar Tosato. (Photo: DR)

La première pierre de l'immeuble à vocation sociale de la rue Saint-Martin a été posée ce matin. A terme, il réunira notamment la Soupe Populaire, des logements sociaux et des hébergements d'urgence.

L’immeuble à vocation sociale de la rue Saint-Martin 16-18 à Lausanne franchit une nouvelle étape. Les autorités ont officiellement posé ce matin la première pierre de ce futur immeuble de six étages. Un bâtiment qui réunira sous un même toit, logements sociaux, hébergements provisoires, hébergements d’urgence, lieu d’accueil de jour des personnes sans-abri ou encore la Soupe populaire. C’est un projet fort de la politique sociale de la ville qui va sortir de terre selon Oscar Tosato, municipal lausannois en charge du social :

Oscar TosatoMunicipal lausannois en charge du social

Cette nouvelle construction remplacera notamment les 60 places d’accueil d’urgence ainsi que les logements sociaux indépendants créés cette année à l'ancienne Guesthouse, que l'on savait transitoires. Grâce à la présence de multiples structures, telles que de logement, d'information et d'alimentation, l'immeuble présentera une plus-value importante pour la population la plus précarisée selon Oscar Tosato :

Oscar TosatoMunicipal lausannois en charge du social

Le bâtiment a été également été pensé pour favoriser la mixité sociale et la rencontre. Natacha Litzistorf, municipale lausannoise en charge du logement :

Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise en charge du logement

Un verger, un plantage, une placette et une place de jeux verront le jour autour de l'immeuble afin de favoriser le lien social.

Devisé à quelque 24,4 millions, ce bâtiment répondra aux exigences de la « Société 2000 watts ». Au total, 15 intervenants techniques et sociaux seront présents sur place tous les jours. L’inauguration est prévue pour le printemps 2021.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Police de Lausanne: à sondage inquiétant, plan d'action offensif

Publié

le

Le municipal lausannois en charge de la sécurité Pierre-Antoine Hildbrand (à droite) et le commandant du Corps de police de Lausanne Olivier Botteron (à gauche) s'engagent à lutter contre le harcèlement sexuel au travail (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La police de Lausanne veut lutter contre le harcèlement sexuel au travail. Un sondage auprès de ses quelque 700 membres révèle que plus de la moitié du personnel a déjà été confronté à un problème de harcèlement sexuel. Un plan d'action est mis en place à l'interne sur deux ans, axé sur des modules de sensibilisation et de formation ainsi qu'une campagne de prévention.

Vendredi dans les locaux de la police, le municipal en charge de la sécurité Pierre-Antoine Hildbrand et le commandant du Corps de police de Lausanne Olivier Botteron n'ont pas mâché leurs mots: "sujet grave", "situations dramatiques et inadmissibles", "omerta intolérable et inacceptable" ou encore "on n'a pas fait tout juste".

Le temps était donc à la "prise de conscience", selon eux, notamment depuis le témoignage de deux collaboratrices, victimes de harcèlement sexuel, qui avaient donné leur démission. "On n'a pas pu, pas su, les protéger à temps", a reconnu M. Botteron. C'est finalement sur la base d'un sondage, anonyme, que la Ville et le Corps de police déploient leurs nouvelles mesures.

Questionnaire en ligne

Un questionnaire en ligne a été envoyé à 694 employées et employés. Le taux de participation, jugé "excellent", est de 69%, soit 484 réponses reçues, dont 255 dans les 48 heures après l'envoi. Il en ressort que 53% des personnes interrogées ont dit avoir été confrontées à des situations de harcèlement sexuel au travail durant les 12 derniers mois (59% parmi les femmes et 51% parmi les hommes).

"C'est un chiffre inquiétant sans être alarmiste", a commenté M. Botteron. Les situations les plus rapportées ont trait à des aspects de communication et de langage (environ 85%): remarques ou plaisanteries dégradantes, commentaires désobligeants ou dégradants, discussions à contenu sexuel imposées, appels ou messages non souhaités. Les gestes obscènes et insinuations sexuelles sont aussi régulièrement signalés (29%).

Attouchements et baisers plus rares

Les cas incluant une composante de gestes ou de contact physique sont globalement moins rapportés. Quelques cas de propositions à connotation sexuelle et contact corporel indésirable sont toutefois cités. Nettement plus rares: les promesses et avances sexuelles, les attouchements et baisers contre son gré ainsi que les contraintes sexuelles.

Le sondage mentionne encore plusieurs cas dans la catégorie "sifflé, dévisagé et déshabillé du regard" ainsi que dans la catégorie "images pornographiques et corps nus".

Jusqu'ici, aucune plainte n'a été déposée ou maintenue jusqu'au bout par une victime, selon le commandant du Corps de police de Lausanne. Et une seule mise en demeure - acte avant un licenciement - a été signifiée à un membre de la police municipale à la suite de deux enquêtes administratives à l'interne, complète-t-il.

Il ressort aussi de commentaires libres au questionnaire trois attentes des employées et employés: agir contre la banalisation (relativisation par l'humour, minimisation et déni du phénomène), anticiper et prévenir ainsi que sensibiliser à cette problématique.

Cours de sensibilisation et de formation

Ville de Lausanne et Corps de police tiennent aussi à souligner que l'enquête montre par ailleurs que plus de 85% des personnes sondées jugent l'ambiance de travail agréable ou très agréable (90% quand il s'agit des relations entre collègues, 88% au sein du poste, d'une brigade ou entité, et 82% avec les supérieurs hiérarchiques).

C'est ensemble que les deux parties mettent en place un plan d'action pour s'engager contre le harcèlement sexuel au travail. Il s'articule autour de trois axes. Premièrement avec des modules de sensibilisation de 3h par groupes de 40 à 60 personnes à l'ensemble du personnel. Deuxièmement avec une formation spécifique d'une journée par groupes de 12 participants pour les cadres.

Enfin, une campagne de prévention "Ça va?" sera lancée à l'interne par le biais d'actions de communication en ligne et dans les locaux de la police afin "d'oser en parler et d'agir" et de s'orienter vers les bonnes personnes. Toutes ces mesures entreront en vigueur dès la rentrée estivale et s'étaleront par étapes jusqu'à l'horizon 2023 et 2024, où un bilan sera établi, pour être pérennisées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Pascal Broulis s'en va en laissant une tirelire à Valérie Dittli

Publié

le

Pascal Broulis a laissé sa place à Valérie Dittli à la tête du département des finances. (© Etat de Vaud/ARC/Jean-Bernard Sieber)

Pascal Broulis a passé le témoin à Valérie Dittli à la tête du Département des finances vaudoises. L'ancien grand argentier, qui a tenu les finances du canton durant 20 ans, a symboliquement remis une tirelire à sa successeure, jeudi lors d'une cérémonie informelle.

"Je souhaite à ma collègue d'avoir autant de plaisir dans sa fonction que j'en ai eu durant vingt ans à la tête du Département des finances", a déclaré Pascal Broulis, cité dans un communiqué.

Valérie Dittli a pris possession vendredi de ses nouveaux locaux lausannois, situés à la rue de la Paix. Outre les finances, la centriste s'occupera de l'agriculture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: palmiers, sable et transats au quartier du Tunnel

Publié

le

La place du Tunnel au centre-ville de Lausanne prendra des airs balnéaires du 5 juillet au 20 août (archives). (© Keystone/LEANDRE DUGGAN)

Au coeur de la ville de Lausanne, les habitants du Tunnel et de la Borde pourront rêver de mer cet été. Du 5 juillet au 20 août, entre sable, palmiers et transats, la place du Tunnel offrira un air de vacances balnéaires avec un grand espace récréatif proposé par les autorités de la capitale vaudoise.

La population y trouvera notamment une piste de pétanque, une table de ping-pong et de nombreux espaces de jeux. Mise en place par la Délégation Jeunesse de la Ville, cette action permettra l'engagement de jeunes qui proposeront, sous forme de prêt, des chaises longues et jeux d'extérieur ainsi que, ponctuellement, des animations ludiques, indique jeudi la Ville dans un communiqué.

Toutes ces activités estivales sont proposées du mardi au samedi (excepté les jours de pluie), de 14h00 à 19h00. L'espace détente, lui, sera ouvert au public en tout temps et gratuit.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Plus de 40 millions pour l'entretien de bâtiments d'Etat

Publié

le

Le palais de justice de Montbenon, Tribunal d'arrondissement de Lausanne, va subir des travaux d'entretien (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite le Grand Conseil pour un crédit-cadre de 42,82 millions de francs afin de financer les travaux d'entretien de bâtiments appartenant au Canton. Cinq sites différents sont concernés, a indiqué jeudi le gouvernement dans un communiqué.

Il s'agit du Tribunal d'arrondissement à Lausanne, de l'Ecole supérieure de la santé à Lausanne, du Centre d'enseignement professionnel de Vevey, du Centre de compétence de la protection de la population à Gollion et de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) à Bex.

Le gouvernement sollicite également un crédit additionnel de 3,3 millions pour effectuer des travaux d'amélioration de l'efficience énergétique des sites de Marcelin à Morges et de l'ETML à Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: un vélo pour cartographier les déchets en ville

Publié

le

En 2018, Genève avait utilisé une technologie similaire pour mesurer la quantité de mégots jetés au sol (archives). (© KEYSTONE/MAGALI GIRARDIN)

Dès lundi et pour quatre mois, un vélo électrique va parcourir les rues de Lausanne pour y cartographier les déchets présents sur le domaine communal. Ce scannage du sol permettra d'optimiser les prestations de la ville en matière de propreté urbaine.

Chaque jour, une centaine d'employés communaux livrent "un travail conséquent" pour rendre l'espace public propre et accueillant. Mais pour mesurer l'état de propreté de l'ensemble de son territoire, la ville a décidé de mener une analyse, annonce-t-elle jeudi.

Un vélo électrique équipé d'une technologie capable de détecter la nature (mégots, papiers...) et la quantité de déchets au sol se déplacera sur le domaine public. La caméra sera orientée vers le sol et un procédé informatique permettra de ne conserver que les informations concernant les déchets, tout autre contenu étant exclu.

Les images retenues serviront à noter l'état de propreté des rues, et seront ensuite effacées. Le procédé répond aux exigences en matière de protection des données, assure la municipalité.

L'expérience est menée avec l'aide d'une entreprise spécialisée, qui a mis en place le même procédé dans plusieurs villes. En 2018, Genève avait utilisé une technologie similaire pour mesurer la quantité de mégots jetés au sol.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X