Rejoignez-nous

Vaud

Nouvelle loi pour améliorer la protection du patrimoine culturel

Publié

,

le

Le patrimoine historique du canton de Vaud compte aujourd'hui quelque 200'000 objets architecturaux et archéologiques a rappelé le conseiller d'Etat Pascal Broulis. Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Le canton de Vaud veut encore mieux bichonner son patrimoine culturel immobilier. Le gouvernement a présenté jeudi son projet de nouvelle loi visant à améliorer et renforcer sa protection. Dix millions de francs sont en outre prévus pour le fonds cantonal des monuments historiques pour les frais de fouilles archéologiques.

Le patrimoine culturel immobilier "fait partie de notre vivre ensemble", a plusieurs fois déclaré le conseiller d'Etat Pascal Broulis, en charge de ce dossier, durant la présentation du nouvel arsenal législatif. Il a rappelé que le canton a pour mission de sauvegarder et de protéger le patrimoine historique du canton qui compte aujourd'hui quelque 200'000 objets architecturaux et archéologiques.

Renforcer le recensement

Parmi ceux-ci, près de 80'000 sont documentés au moyen d'une note allant de 1 ("importance nationale") à 7 ("altère le site"), dont 6000 sont inscrits à l'inventaire cantonal et 2000 bâtiments, sites bâtis, objets isolés (cloches, fontaines, etc) figurent, eux, sur la liste des objets classés monuments historiques.

C'est donc tout ce patrimoine que le nouveau dispositif législatif vise à mieux encadrer. Les objectifs de la Loi sur la protection du patrimoine culturel immobilier sont notamment de moderniser et améliorer des textes qui ne sont plus au goût du jour, de renforcer le recensement (qui figure désormais dans la loi) et l'inscription à l'inventaire ou encore de clarifier les compétences entre le canton et les communes.

La loi concerne désormais l'intégralité du bâti architectural et archéologique: sites bâtis et aménagements liés, monuments historiques et leurs abords, infrastructures et ouvrages d'art, espaces publics, jardins et parcs historiques, et sites archéologiques. Seul le volet "nature et paysage" n'en fait pas partie.

Prise en charge des fouilles précisée

La question de la prise en charge financière des fouilles archéologiques a soulevé le plus de remarques lors de la phase de consultation de la loi, a expliqué M. Broulis. Elles ont été prises en compte et cet aspect fait l'objet d'articles spécifiques. La nouvelle loi distingue par exemple les propriétaires privés des communes.

Pour les privés, le canton finance désormais les frais de fouilles archéologiques, le propriétaire restant astreint à une participation de 30 à 70%. Les frais de sondages sont, eux, entièrement à la charge de l’Etat.

Pour les communes, le projet de loi prévoit qu'elles assurent les coûts de sondages et de fouilles. Elles pourront toutefois obtenir une subvention grâce au projet de décret sur la participation de l'Etat aux frais de fouilles archéologiques et de restauration des objets classés qui vient compléter la nouvelle loi.

Dix millions de francs de soutien

Ce décret est doté d'un financement de 10 millions de francs versés au fonds cantonal des monuments historiques, a indiqué M. Broulis. "Une somme relativement considérable", selon l'archéologue cantonale Nicole Pousaz. Elle a pour but de soulager les communes en créant un subventionnement à hauteur de 15% et d'augmenter l'aide en faveur des propriétaires fonciers privés pour les frais de restauration des bâtiments classés, a-t-il affirmé.

Cette nouvelle loi sur la protection du patrimoine va être transmise au Grand Conseil qui l'examinera durant le second semestre. L'objectif est une entrée en vigueur de ce dispositif législatif au 1er janvier 2021, a souligné le conseiller d'Etat.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne: 600 personnes en solidarité avec le peuple palestinien

Publié

le

La manifestation de mercredi soir à Lausanne a eu lieu lors de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Près de 600 personnes se sont rassemblées mercredi à Lausanne dans le cadre de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Elles ont ensuite défilé dans le centre-ville. Le cortège s'est déroulé sans heurt.

Les participants s'étaient donné rendez-vous dès 18h00 sur la place de la Riponne, avant que certains se retrouvent plus tard vers 20h00 sous-gare à la maison de Quartier de Montriond pour écouter des lectures d'adolescents de Gaza. Ils avaient répondu à l'appel du collectif "Lausanne-Palestine" et du mouvement solidaritéS, soutenus par une quinzaine d'organisations et de partis signataires.

Les manifestants, près de 600 selon un décompte de Keystone-ATS, ont scandé plusieurs slogans durant leur déplacement: "Free Free Palestine", "Viva Viva Palestinia", "Israël casse-toi, la Palestine n'est pas à toi", "De Gaza à Jénine, libérer la Palestine" ou encore "Gaza, Gaza, la Suisse est avec toi". A l'avant du cortège, une grande banderole affichait "Palestine libre" et "Liberté - égalité - justice pour les Palestiniens".

Collectifs, ONG et partis de gauche exigent "un cessez-le-feu", "le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza" et "la fin du blocus". Ils demandent aussi la "fin de l'occupation et de la colonisation israélienne" et "la fin du système d'apartheid israélien contre les Palestiniens".

Autres revendications, la fin de la collaboration militaire avec Israël et le boycott économique et politique d'Israël jusqu'au respect des droits fondamentaux des Palestiniens et du droit international.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

JO 2030: la Suisse recalée par le CIO

Publié

le

Le Parlement du sport suisse avait plébiscité le projet des JO pour 2030, mais le CIO a recalé la Suisse (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Suisse n'a pas convaincu le CIO pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver 2030. L'instance a décidé de ne pas entamer la phase de dialogue avec la candidature suisse.

La candidature française est plébiscitée, alors que la Suède, candidate elle aussi, se retrouve dans une situation identique à la Suisse.

Cette décision négative du CIO intervient cinq jours après celle unanime du Parlement du sport suisse de faire avancer les projets olympiques pour 2030. L'instance basée à Lausanne n'a pas été convaincue par l'idée de Jeux décentralisés, avec des sites de compétition existants et répartis sur tout le territoire.

La Suède et la France ont également présenté un projet pour 2030. Et finalement seule cette dernière a reçu le feu vert du CIO pour entrer dans la phase de dialogue. Ainsi, six ans seulement après les JO de Paris en 2024, la France obtient également les Jeux d'hiver. Après la décision du CIO prise à Paris, l'acceptation en juillet prochain ne semble plus être qu'une formalité.

Une chance en 2038?

Pour la Suisse, c'est un nouveau chapitre de candidatures olympiques ratées. Après avoir accueilli deux fois les Jeux d'hiver en 1928 et 1948 (les deux fois à St-Moritz), la Suisse a tenté à plusieurs reprises de présenter sa candidature au cours des dernières décennies, mais plusieurs d'entre elles ont échoué dans les urnes. Ce n'est pas le cas cette fois. Selon une étude de faisabilité, deux tiers de la population suisse sont favorables au projet actuel.

La Suisse n'a pas non plus été retenue pour l'année 2034, envisagée comme alternative. La candidature américaine de Salt Lake City est la seule à être retenue par le CIO.

Le rêve d'organiser des JO d'hiver en Suisse n'est toutefois pas totalement abandonné. Le CIO a accordé à la Suisse un droit de préférence pour 2038, au cas où elle se porterait à nouveau candidate. L'instance n'a pas précisé ce que cela signifiait exactement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne accueille la 1re édition du Forum du rail romand

Publié

le

Plus de 200 invités ont participé mercredi au premier Forum du rail romand organisé au SwissTech Convention Center de l'EPFL à Lausanne. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le premier Forum du rail romand s'est tenu mercredi à Lausanne sur le site de l'EPFL. Organisé par les CFF, la Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO) et Ouestrail, il a rassemblé plus de 200 personnalités politiques et du secteur de la mobilité.

Ni opération de communication ni de conciliation, ce forum est une idée du conseiller national Roger Nordmann (PS/VD) de réunir une fois les différents acteurs des transports en Suisse romande, a confié à Keystone-ATS Vincent Ducrot, le patron des CFF. La démarche se veut didactique et vise à offrir un espace d'échanges et de débats autour des grands enjeux de la mobilité, a-t-il résumé.

L'expérience avait déjà eu lieu dans d'autres régions de Suisse alémanique et avait rencontré des échos très positifs, ajoute Frédéric Revaz, porte-parole des CFF. Elle sera amenée à se renouveler en terres romandes, a affirmé M. Ducrot.

Le temps long du ferroviaire

Lors d'une table ronde, le CEO des CFF a beaucoup insisté sur le fait que "le temps ferroviaire était très long", par opposition à une société actuelle où la temporalité est très rapide. "La partie de l'étude des travaux est plus longue que la partie de la réalisation du chantier. Les études se multiplient, elles sont plus fouillées et détaillées et il y a aussi beaucoup plus d'oppositions lors de la mise à l'enquête", a expliqué M. Ducrot.

Il a par exemple aussi rappelé que le chantier de la gare de Lausanne, c'était quelque 4000 plans de travaux. "C'est donc un travail colossal." Plus globalement, M. Ducrot a encouragé les Romands à "travailler ensemble, de manière unie et d'une seule voix au niveau politique".

Invitée à cette même table ronde, la vice-directrice de l'Office fédéral des transports (OFT) Anna Barbara Remund a affirmé que les gares de Lausanne et Genève ainsi que le tunnel de 9 km prévu entre Morges et Perroy étaient "des priorités" pour l'OFT. Elle en a profité pour souligner que "construire" le réseau du futur et "continuer à transporter les voyageurs et les marchandises" était "un équilibre pas facile à atteindre".

Dix ateliers spécifiques

Autour de la table sur la scène du SwissTech Convention Center, le président d'Ouestrail Olivier Français, le président de la CTSO Jean-François Steiert et le directeur régional des CFF pour la Suisse romande David Fattebert se sont aussi exprimés à tour de rôle.

Après cette partie plénière, dix ateliers participatifs étaient programmés sur des problématiques spécifiques: tarification, construire et transporter en même temps, gestion des infrastructures (cadre légal, financement et fonctionnement), chantier Léman 2030, nouvel horaire 2025, construction de l'offre du trafic régional, fret, transports publics et loisirs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

La campagne "Amoureux.se" sensibilise les jeunes adultes aux relations toxiques

Publié

le

Destinée aux 16-25 ans, la campagne Amoureux.se vise la prévention de la violence dans le couple par les pairs en proposant des clés de lecture pour s’assurer qu’une relation amoureuse est saine (photo prétexte). © KEYSTONE/LUIS BERG

Trois capsules vidéo ouvrent la réflexion sur les relations de couple. Le Bureau de l’égalité du canton de Vaud lance la campagne “Amoureux.se”, qui s’adresse aux 16-25 ans. L’idée est que les jeunes puissent reconnaître les signaux d’alarme d’une relation toxique.

Tous les 15 jours en Suisse, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. A partir de ce constat, le Bureau de l’égalité du canton de Vaud a lancé plusieurs campagnes, dont une sur les réseaux sociaux. Intitulée “Amoureux.se”, elle s’adresse aux 15-25 ans et vise à prévenir la violence dans le couple, et ceci par les pairs. Une sensibilisation primordiale au vu des derniers chiffres concernant la violence conjugale, selon la conseillère d’Etat vaudoise Isabelle Moret. En charge de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine, le Bureau de l'égalité se trouve dans son département.

Isabelle MoretConseillère d'Etat vaudoise

Parmi les exemples de signaux d’alerte cités dans les témoignages: les excès de jalousie, le contrôle du téléphone, ou encore l’interdiction de voir des amis. Sur le site, des tests permettent de se questionner sur la nature de sa relation.

Isabelle MoretConseillère d'Etat vaudoise

Les vidéos de la campagne Amoureux.se sont à retrouver sur le site de l’Etat de Vaud et sur Instagram et YouTube. Elles s'inscrivent dans une volonté générale du Bureau de l'égalité de prévenir les violences faites aux femmes.

Parmi les autres mesures mises en place, le lancement d'un label pour les pharmacies formées à recevoir des personnes victimes de violences domestiques. Un autocollant "Violences domestiques stop" sera affichée sur les pharmacies concernées.

Isabelle MoretConseillère d'Etat vaudoise

Ce label, inédit en Suisse, sera décerné aux officines qui auront formé plus de deux personnes dans leurs équipes à cette problématique. Selon le Canton, la formation vise à mieux comprendre la problématique de la violence dans le couple, repérer les indices de la souffrance vécue par les victimes, connaître les dispositions légales permettant de protéger les victimes, et enfin les services d’aide disponibles.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Importance renforcée de vos relations professionnelles. Les collaborations et associations sont porteuses de rentabilité fort satisfaisantes !

Les Sujets à la Une

X