Rejoignez-nous

Coronavirus

Surveillance des prix: une année marquée par le coronavirus

Publié

,

le

Le Surveillant des prix a obtenu une réduction "significative" du prix des tests de détection du coronavirus, qu'il jugeait "excessif". (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'année 2020 a été fortement influencée par le coronavirus, relève Monsieur Prix dans son rapport annuel. De nouveaux défis sont apparus, notamment dans le domaine de la santé, des transports publics et de certains services financiers.

L'an dernier, le Surveillant des prix Stefan Meierhans a traité 1588 contestations de prix émanant du public, relève-t-il mardi. Elles ont principalement porté sur les tarifs du secteur de la santé (18%), des transports publics (14%) et des télécommunications (8,5%).

Monsieur Prix a conclu treize solutions amiables. Les autorités lui ont soumis 522 projets de modification de tarifs et il a édicté une recommandation dans 201 cas. Le plus grand nombre de recommandations concerne les tarifs des déchets ainsi que ceux de l'eau et de l'épuration.

L'influence du coronavirus

En raison de la pandémie de coronavirus, la demande en produits comme les masques, les désinfectants et l'éthanol a fortement augmenté au printemps dernier, provoquant une explosion des prix. Le Surveillant des prix a donc ouvert des observations de marché. A partir de mai, l'augmentation de l'offre et la stabilisation du marché ont toutefois permis une détente des prix.

Dans le cas de l'éthanol, des investigations approfondies ont aussi menées pour clarifier si l'importateur Alcosuisse avait défini des prix abusifs. Mais au final, aucun indice d'abus n'a été constaté.

Concernant les tests de laboratoire pour détecter le Covid-19, le Surveillant des prix a recommandé au Département fédéral de l'intérieur (DFI) une réduction importante par rapport au prix initial "excessif" de 180 francs. Le DFI s'y est conformé, en réduisant par étapes le prix de manière "significative".

Les transports publics ont également été affectés par la pandémie. La déclaration signée avec les CFF prévoyant des billets dégriffés équivalant à une réduction totale de 100 millions de francs a été rattrapée par la crise sanitaire. L'accord a été remplacé en décembre dernier par une nouvelle entente prévoyant la mise sur le marché entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2023 de billets dégriffés pour le trafic longue distance à hauteur de 200 millions.

Une solution pour les petites entreprises

Durant la pandémie, les plaintes ont été nombreuses concernant le montant des frais de transaction perçus lors du paiement de très faibles montants par carte de débit, relève par ailleurs M. Meierhans. Ce dernier constate avec "satisfaction" que SIX Payment Services et Concardis Suisse ont pris des mesures en faveur des petites entreprises.

Le Surveillant des prix a également poursuivi ses investigations sur les prix d'accès aux réseaux de télécommunications. Il a conclu un accord amiable avec Swisscom, dans lequel la société s'engage à baisser le prix d'utilisation mensuel de la fibre optique passive par des fournisseurs tiers.

Le marché du gaz a été davantage libéralisé pour que chacun puisse acheter du gaz à moindre coût, souligne Stefan Meierhans dans une vidéo postée sur son site internet. Un accord a été conclu avec les exploitants des réseaux de gaz naturel et un nouveau taux d'intérêt, même inférieur à celui du marché de l'électricité, sera appliqué.

Le transport du gaz deviendra ainsi moins cher à l'avenir, relève Monsieur Prix. Un autre accord prévoit une réduction des tarifs pour les consommateurs de gaz naturel dans la ville de Berne.

Mesure "symbolique"

Le Surveillant des prix a conclu un accord amiable avec l'hôpital régional STS de Thoune pour baisser à moyen terme les tarifs de l'assurance complémentaire. Il s'agit de la première mesure de maîtrise des coûts dans ce domaine, "qui a ainsi un caractère symbolique", relève M. Meierhans.

L'analyse des tarifs hospitaliers ambulatoires et stationnaires de l’assurance de base est également restée un thème prioritaire. Il a aussi fallu calculer les valeurs de référence nationales pour les hôpitaux de soins somatiques aigus et pour les cliniques psychiatriques.

Monsieur Prix a par ailleurs analysé un total de 96 tarifs d'eau, 77 tarifs d’épuration et 53 tarifs de déchets. Le nombre record de tarifs soumis l'an dernier a ainsi encore légèrement augmenté.

Pour la première fois, le Surveillant des prix a réduit, par décision, les tarifs d'incinération d'une usine d'incinération des ordures ménagères, à savoir celle de Dietikon (ZH), Limeco. Une procédure de recours est toutefois encore pendante.

Pour l'année en cours, outre le traitement des prix liés à la pandémie, l'équipe du Surveillant des prix veut examiner de plus près les plateformes en ligne ayant un pouvoir de marché.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le Covid-19 a tué plus d'Américains que la grippe espagnole

Publié

le

Le nouveau coronavirus a fait au moins 4'689'140 morts dans le monde depuis la fin décembre 2019, selon un bilan de l'AFP (archives). (© KEYSTONE/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH/NIAID- RML/NATIONAL INST)

Le Covid-19 a désormais tué davantage d'Américains que la grippe espagnole en 1918-1919, selon les données publiées lundi par l'université Johns-Hopkins. Plus de 675'700 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont décédées aux Etats-Unis.

D'après des historiens et les centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence sanitaire des Etats-Unis, la grippe espagnole a tué au moins 50 millions de personnes dans le monde, dont 675'000 aux Etats-Unis.

La grippe espagnole, au moins en valeur absolue, a donc perdu lundi son titre de pandémie la plus grave de l'histoire récente des Etats-Unis.

4,6 millions de morts

Mais, contrairement au Covid-19, cette pandémie a été particulièrement meurtrière dans des classes d'âge censées être en bonne santé, dont les moins de 5 ans et les personnes âgées de 20 à 40 ans.

Le nouveau coronavirus a fait au moins 4'689'140 morts dans le monde depuis la fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès, devant le Brésil (590'752), l'Inde (445'133), le Mexique (271'503), et le Pérou (199'066).

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Berne ne tolérera plus les manifestations anti-mesures Covid

Publié

le

Jeudi, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Berne contre les mesures Covid. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Ville de Berne ne tolérera plus les manifestations anti-mesures Covid non autorisées, a-t-elle annoncé lundi. Elle tire ainsi les conséquences de l'escalade de violences constatée jeudi lors du rassemblement d'opposants aux mesures devant le Palais Fédéral.

La police cantonale bernoise a reçu l'ordre de ne pas laisser se tenir les manifestations annoncées pour jeudi, a déclaré lundi le Conseil municipal. Celles-ci n'ont pas été autorisées.

L'appel à ces nouvelles manifestations a été donné sur les réseaux sociaux par les opposants aux mesures Covid. Des appels à une contre-manifestation circulent également.

Lundi, le Conseil municipal de Berne a appelé les organisateurs des manifestations à retirer leurs appels. Bien qu'il reconnaisse le besoin croissant de s'exprimer sur des questions politiques et sociales par le biais de manifestations, en particulier dans la capitale, les autorités doivent d'abord être consultées. Ce n'est que de cette manière que le droit à la liberté d'expression peut être exercé de manière pacifique, selon lui.

Jeudi soir, une manifestation non autorisée contre les mesures de lutte contre la pandémie a réuni entre 3000 et 4000 personnes à Berne. Lorsque des manifestants isolés ont commencé à secouer le grillage dressé sur la Place fédérale pour protéger le Palais fédéral, la police est intervenue avec un canon à eau. Elle a également fait usage de balles en caoutchouc et de gaz irritant. Des manifestants ont également lancé des objets et allumé des pétards en direction du Palais fédéral et des forces de l'ordre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Suisse: le rythme de vaccination a augmenté de 17%

Publié

le

La semaine dernière, une accélération de 20% avait été constatée. (© KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Du 13 septembre au 19 septembre, 221'886 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Le rythme des injections s'est accéléré de 17% par rapport à la semaine précédente. Au total, 53,6% de la population est donc entièrement vaccinée.

La semaine du 6 au 12 septembre, ce taux s'élevait à 52,8% et une accélération de 20% du rythme de vaccination avait été constatée par rapport à la semaine précédente.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 10'175'832 doses de vaccin ont été administrées, selon les données publiées lundi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 4'635'699 personnes ont reçu deux doses de sérum et 904'434 jusqu'à présent une seule piqûre. En moyenne, 31'698 vaccinations ont été effectuées par jour.

https://datawrapper.dwcdn.net/TeJmy

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 4032 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Des infrastructures ont été mises en place ces derniers jours pour vacciner la population, comme ici à l'Université de Lausanne. (© KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte lundi 4032 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 102 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 108'695 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,71%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 30'518, soit 353,02 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,86. Les patients Covid-19 occupent 30,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'175'832 doses de vaccin ont été administrées et 53,62% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'013'959 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 827'107 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'468'794 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'634 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'362.

Le pays dénombre par ailleurs 17'946 personnes en isolement et 18'221 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 4 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

NOTE: Cette dépêche a été générée automatiquement sur la base des données de l'OFSP et relue avant diffusion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Universités: peu de protestations contre le certificat Covid

Publié

le

A l'UNIGE, le certificat Covid est obligatoire pour accéder aux salles de cours, à la bibliothèque et aux cafétérias. Des agents de sécurité procédaient aux contrôles à l'entrée des auditoires épaulés par une douzaine de Covid Angels, des étudiants recrutés pour l'occasion (image symbolique). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le certificat Covid obligatoire dans plusieurs universités suisses a suscité peu de protestations au début du semestre. A Zurich, Berne et Lucerne, des manifestations modestes ont eu lieu, rassemblant jusqu'à 150 personnes.

A Zurich, quelque 150 étudiants ont défilé lundi matin en direction de l'université et de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Ils portaient des pancartes exigeant un accès à l'éducation sans certificat et scandaient "liberté".

Les tracts distribués condamnaient l'exigence du certificat comme une discrimination. Les droits ne dépendent pas d'un code QR et le certificat ne mène qu'à la division, dénonçaient les protestataires.

Contre-manifestation à Lucerne

A Lucerne, une centaine d'étudiants se sont également rassemblés pour protester contre le certificat obligatoire. C'est la maturité, et non le certificat Covid, qui doit permettre d'entrer à l'université, a déclaré un étudiant. Celui-ci a réclamé "l'éducation pour tous".

Un groupe appelé "gauche libre" a distribué des tracts sur lesquels on pouvait lire: "aucun être humain n'est certifiable". Des personnes du groupe "Mass-Voll" (la coupe est pleine) étaient également présentes au rassemblement. Des slogans tels que "mon corps, mon choix", ou simplement "non au certificat" figuraient sur les bannières.

Le rassemblement de Lucerne a également suscité des critiques et provoqué du chahut. Une petite contre-manifestation a accusé les détracteurs des mesures anti-coronavirus de tolérer la présence d'extrémistes de droite. Un porte-parole a aussi accusé les protestataires de ne se soucier que de la liberté des privilégiés.

Le rassemblement s'est dispersé vers 10h30, a déclaré à Keystone-ATS un porte-parole de la police. La situation était globalement calme, même si les forces de l'ordre ont contrôlé et refoulé plusieurs personnes, en raison d'une tentative de plusieurs opposants au certificat d'entrer dans le bâtiment principal de l'université. Une plainte menace cinq meneurs présumés.

Tests sur place à Genève

A Berne aussi, une bonne trentaine de personnes ont manifesté contre le certificat obligatoire à l'université. En Suisse romande, aucune protestation n'a été signalée à Fribourg et à Genève. A UniMail, les étudiants qui n'avaient pas de pass Covid ont pu se faire tester sur place. Une tente à l'extérieur proposait des tests salivaires. Le dispositif a aussi été renforcé avec des tests antigéniques effectués dans le bâtiment.

Les étudiants avaient également la possibilité de se faire vacciner sans rendez-vous au 3e étage d'UniMail par le biais de l'unité mobile déployée par le canton. En début de matinée, plus d'une trentaine de jeunes patientaient pour se faire piquer.

Depuis lundi, le certificat obligatoire est en vigueur dans plusieurs universités suisses. Ce n'est que de cette manière qu'il est à nouveau possible d'offrir aux étudiants une expérience d'étude plus normale après presque trois semestres de circonstances exceptionnelles, écrit l'EPFZ sur son site.

A l'Université de Bâle, le certificat obligatoire s'appliquera à partir de novembre. Le délai a été fixé à la mi-octobre à la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW). A Lausanne et Neuchâtel, le semestre ne commence que mardi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X