Rejoignez-nous

Suisse

Trop de pesticides dans les ruisseaux

Publié

,

le

Cinq petits cours d'eau aux bassins occupés par différentes formes d'agriculture ont été étudiés (image symbolique). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les petits ruisseaux contiennent toujours trop de pesticides, fongicides et autres produits phytosanitaires, montre une nouvelle étude publiée mardi. Les risques sont bien réels pour les animaux et la végétation aquatiques.

L'institut de recherche Eawag et le Centre Ecotox ont concentré leur étude sur cinq petits cours d'eau aux bassins occupés par différentes formes d'agriculture, dont Le Bainoz (FR). Elles y ont prélevé des échantillons en continu de mars à octobre 2017 et les ont analysés.

Leurs constats, publiés mardi dans deux articles de la revue spécialisée "Aqua&Gas", sont sans appel. Au total, 145 substances actives ont été détectées, à raison de 71 à 89 par site.

Espèces disparues

Des dépassements des critères de qualité environnementale ont été observés dans chacun des cinq ruisseaux. Des risques d'effets chroniques pour les organismes aquatiques ont été identifiés sur une durée de trois à six mois et demi.

Les pollutions étaient parfois telles que des risques d'effets aigus ne pouvaient être exclus sur des périodes allant de deux à onze semaines. En cause: certains polluants problématiques, mais également des mélanges d'herbicides, de fongicides ou encore d'insecticides.

Dans l'Eschelisbach (TG), le risque calculé pour un tel mélange était 36 fois supérieur au seuil à partir duquel des effets sur la reproduction, le développement et la santé des végétaux, des animaux et des micro-organismes sont susceptibles de se produire. Le rapport était de 1 à 50 dans le Weierbach (BL). L'étude des invertébrés a même révélé que des espèces sensibles avaient disparu des sites pollués.

Seuil unique dépassé

Le seuil unique de 0,1 μg/l, en vigueur pour les pesticides organiques, a de son côté été dépassé une ou plusieurs fois pour 66 substances, dont le glyphosate et le mécoprop. Dans ces deux cas toutefois, le seuil unique ne reflète pas correctement le risque pour les organismes aquatiques. Le glyphosate n'a des effets qu'à partir de 120 μg/l, alors qu'il n'a été mesuré en moyenne qu'à 0,16 μg/l.

À l'inverse, 18 substances dangereuses à très faible concentration ne respectent pas leur critère de qualité environnementale. Et ce dernier est nettement inférieur au seuil de 0,1 μg/l.

Série de mesures recommandées

Pour Christian Stamm, spécialiste de pédo-hydrologie à l'Eawag, la pollution des cours d'eau ne pourra être réduite que moyennant une série de mesures. "Il faut par exemple substituer les substances particulièrement critiques, réduire les quantités appliquées et minimiser le lessivage à partir des sols", précise-t-il.

Et l'expert de souligner qu'il est "urgent de mettre en oeuvre" ces mesures. Celles-ci sont du reste prévues dans le Plan d'action national sur les produits phytosanitaires.

C'est la troisième fois que cette étude est menée, après des campagnes en 2012 et 2015 sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement dans le cadre du programme d'observation nationale de la qualité des eaux de surface (NAWA). Cinq cantons et la plateforme Qualité de l'eau de l'Association des professionnels de la protection des eaux l'ont soutenue.

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La vignette autoroutière 2021 est verte

Publié

le

La vignette autoroutière 2021 sera en vente à partir du 1er décembre. Son prix reste inchangé à 40 francs. (Photo : Administration fédérale des douanes)

La vignette autoroutière 2021 est de couleur vert métallisé et sera en vente à partir du 1er décembre. Son prix reste inchangé à 40 francs. Les automobilistes ont jusqu'au 31 janvier pour la coller sur leur pare-brise.

Le nouvel autocollant sera valable du 1er décembre 2020 au 31 janvier 2022, indique vendredi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Il sera en vente dans les stations-service, garages, guichets postaux, services des automobiles et bureaux de douane.

La vignette doit être collée à l'emplacement prescrit. "Il est interdit de recoller la vignette, après l'avoir enlevée, sur le même véhicule ou sur un autre véhicule", rappelle l'AFD. En outre, les sésames des années précédentes doivent être retirés.

Un projet de loi relatif à l'introduction de la vignette électronique est en cours d'examen au Parlement. Le nouveau système sera disponible "au plus tôt en 2022", indique l'AFD.

Continuer la lecture

Suisse

Le vaccin contre le Covid attendu au tout début 2021

Publié

le

Il s'agit du "plus grand défi logistique de tous les temps" dans le domaine de la santé, a souligné Alain Berset. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La Suisse devrait recevoir les premières doses de vaccin contre le coronavirus au tout début 2021, a annoncé jeudi Alain Berset. "Nous sommes bien positionnés", mais il faudra attendre le printemps pour avoir de gros volumes, a nuancé le ministre de la santé.

La Confédération a identifié les produits qui seront le plus rapidement sur le marché et qui seront les plus efficaces, a-t-il dit devant la presse à Berne à l'issue d'une vidéoconférence avec les ministres cantonaux de la santé. Plusieurs produits sont en cours d'évaluation par Swissmedic.

Berne n'entend faire "aucune concession" quant à la qualité, à la sécurité et à l'efficacité des vaccins, a-t-il souligné. Il n'y aura pas d'autorisation d'urgence. Dès que les produits auront obtenu les autorisations nécessaires, les vaccinations débuteront.

Il s'agit du "plus grand défi logistique de tous les temps" dans le domaine de la santé, a souligné le Fribourgeois. Les cantons devront veiller à ce que la population puisse être vaccinée le plus rapidement possible.

Objectif: la gratuité

Selon M. Berset, l'objectif est de rendre la vaccination gratuite. Il est prévu que la Conféderation prenne en charge "une part importante" des frais, les assurances maladie et les cantons une autre part. Il ne faut pas que les citoyens rencontrent des obstacles financiers, a renchéri le président de la Conférence des directeurs de la santé, Lukas Engelberger.

En revanche, il n'est pas prévu de rendre la vaccination obligatoire. M. Engelberger estime que les gens accepteront de se faire vacciner lorsque le produit sera disponible. Cela dépend de la crédibilité du vaccin et de la confiance que l'on peut placer en lui.

La Confédération a déjà signé des contrats avec les sociétés Moderna et Astrazeneca. Une "réservation contraignante" a été conclue pour le vaccin de Pfizer et Biontech et le contrat est en phase de finalisation, a précisé Nora Kronig, responsable de la division internationale à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)

Il ne faut toutefois pas s'attendre à ce que tous les problèmes soient réglés immédiatement. La distribution des vaccins s'étalera dans le temps, a-t-elle précisé.

Les gros volumes ne sont pas attendus avant le printemps, selon Alain Berset. Pour lui, la Suisse devra "se sortir de l'hiver avec ses propres forces", c'est-à-dire en respectant les règles en vigueur actuellement.

Continuer la lecture

Suisse

Les stations de ski pourraient ouvrir pour Noël

Publié

le

L'ouverture des pistes fait actuellement débat à travers l'Europe. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Cantons et Confédération souhaitent que les stations de ski soient ouvertes cet hiver, y compris durant les fêtes de fin d'année, a indiqué Alain Berset. Le ministre de la santé exige cependant de "bons" plans de protection et une mise en oeuvre "parfaite" de ceux-ci.

Afin de limiter les risques durant les dernières semaines de l'année, le Conseil fédéral souhaite pouvoir discuter ces prochains jours avec les cantons d'un paquet de mesures pour les fêtes de fin d'année, a annoncé jeudi à Berne le conseiller fédéral au terme d'une réunion avec la Conférence des directeurs de la santé (CDS). Ce paquet inclurait les sports d'hiver.

M. Berset a rappelé que le but était d'ouvrir les stations mais de "bons concepts de protection" étaient indispensables. "Depuis l'ouverture de la saison de ski, on a vu des images qui ne nous ont pas tellement plu", a relevé le ministre, qui compte en parler vite aux cantons. Aux yeux du Fribourgeois, les deux semaines de vacances à la fin de l'année représentent cependant le premier défi.

Tensions

"Nous avons vu en mars dernier que cela pouvait aller vite avec le virus dans ces endroits", a rappelé le ministre de la santé, tout en ajoutant qu'il n'y avait alors aucune mesure de protection. Depuis, de nombreux cantons ont créé et harmonisé entre eux leurs concepts de protection. "Mais ce qui est déterminant, c'est leur mise en oeuvre, qui est problème très complexe dans le domaine des sports d'hiver."

Les cantons prennent la situation très au sérieux, lui a fait écho le président de la CDS Lukas Engelberger. Les concepts de sécurité mis au point semblent très bons, mais tout dépendra de leur mise en oeuvre et des contrôles effectués.

L'ouverture des pistes fait actuellement débat à travers l'Europe. La chancelière allemande Angela Merkel a invité mercredi les Allemands à ne pas partir à l'étranger durant les vacances de Noël, en particulier au ski. Berlin va demander à l'Union européenne d'interdire jusqu'au 10 janvier les séjours de ski pour éviter la propagation du virus.

En France, le premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi que les stations de ski pourront rouvrir durant la période des fêtes, mais les remontées mécaniques devront rester fermées.

En contact

M. Berset a indiqué être contact avec ces homologues de pays voisins pour discuter de ces différences. L'évolution de la pandémie est positive actuellement, même si elle reste très instable, s'est justifié le ministre pour expliquer la position de la Suisse sur cette question.

Dans l'hypothèse où la Suisse demeurait le seul pays à ouvrir ses domaines skiables, le conseiller fédéral dit craindre des tensions sur le plan du "transfert des populations". Il a insisté sur la nécessité de discuter de ces problèmes ces prochains jours avec les cantons.

"Poursuivre le travail"

D'une manière globale, les prochaines semaines seront déterminantes dans la lutte contre le coronavirus, a insisté jeudi Alain Berset. Même si la plupart des chiffres de l'épidémie de coronavirus sont en recul, il faut "poursuivre le travail".

Le ministre a rappelé que l'évolution était asymétrique: si les cantons romands ont connu une baisse très rapide du nombre de cas, certains cantons alémaniques affichent un taux de reproduction du virus supérieur à 1.

Hiver particulier

Ce n'est pas le moment de parler d'un assouplissement généralisé des mesures, a déclaré M. Engelberger. L'économie doit également en être consciente. Soyez prudents, sinon nous en paierons le prix lors des Fêtes, a-t-il prévenu. Ce ne sera pas un hiver normal, il faudra continuer à respecter les règles en vigueur. Avec la saison froide, les gens rentrent, ce qui rend les risques de propagation du virus plus importants.

L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi 4509 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Septante-neuf décès sont à déplorer et 198 malades ont été hospitalisés. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 28'740 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élevait à 15,69%. Un chiffre trop élevé selon M. Berset, qui a une nouvelle fois invité la population à se faire tester au moindre doute.

Le Fribourgeois s'est toutefois montré sceptique face à des tests massifs tels qu'ils sont pratiqués dans certains pays. Cela ne serait pas faisable en Suisse, a-t-il estimé, en soulignant qu'une discussion était en cours pour certains groupes, comme les écoles ou les homes pour personnes âgées. Des projets pilotes sont d'ailleurs en cours dans certains cantons.

Continuer la lecture

Suisse

Le pessimisme prévaut au niveau de l'emploi, selon l'OFS

Publié

le

L'offre en places vacantes a plongé de 15,1% à 11'900 postes (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'emploi en Suisse a continué à se contracter durant l'été, alors que la deuxième vague de Covid-19 n'avait pas encore atteint le pays.

Les perspectives sont "sombres", à en croire l'Office fédéral de la statistiques (OFS), dont le baromètre de l'emploi a reculé de 2,3% au troisième trimestre.

Entre juillet et septembre, le nombre de postes occupés s'est replié de 0,4% ou -21'000 unités à 5,14 millions, indique jeudi l'OFS. Le recul est particulièrement marqué dans le secteur secondaire (-1,0%), comme l'industrie manufacturière, très affectée par la crise. Dans les services, la baisse s'est révélée moindre, de -0,2%. L'hôtellerie et la restauration se trouvent également parmi les secteurs les plus touchés.

Corrigée des variations saisonnières, la tendance est cependant haussière, les statisticiens fédéraux ayant calculé une augmentation du nombre d'emplois en Suisse de 0,5%.

Le Tessin présente une érosion de 1,5%, la plus forte au troisième trimestre, selon l'OFS. Tous les cantons ont subi un tassement, à l'exception de Zurich (+0,8%). Au niveau du secondaire, la Suisse romande a bénéficié d'une progression de 3,9% qui tranche avec la baisse de 3,7% au Tessin.

Exprimée en équivalents plein temps, une stagnation (-0,1%) est constatée au niveau de l'emploi, pour un total de quelque quatre millions de postes à 100% au troisième trimestre.

L'offre en places vacantes a plongé de 15,1% à 11'900 postes, avec une contraction aussi bien dans le secondaire (-12,5%) que le tertiaire (-15,8%). Le taux de places vacantes a atteint 1,3% en Suisse, respectivement 1,5% et 1,2% pour le secondaire et le tertiaire.

Parmi les entreprises sondées par l'OFS, un nombre croissant prévoit de maintenir les effectifs (73,3% de l'ensemble contre 72% auparavant) et de réduire l'emploi (6,8% contre 4,3%). L'indicateur de l'emploi s'est fixé à 1,01 et reste sous le seuil de 1,0 pour l'industrie manufacturière, le domaine "transport et entreposage" ainsi que pour l'hôtellerie et la restauration.

Par ailleurs, l'OFS a constaté une hausse de 1,3% des salaires nominaux au 3e trimestre, sans toutefois fournir des précisions pour les deux partiels précédents. La dernière valeur remonte au 4e trimestre 2019, où la progression avait atteint 0,9%.

Continuer la lecture

Suisse

L'auteure présumée de l'attaque à Lugano voulait se rendre en Syrie

Publié

le

(KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)

L'auteure présumée de l'attaque au couteau mardi après-midi à Lugano voulait se rendre en Syrie en 2017 pour voir un djihadiste, a indiqué mercredi l'Office fédéral de la police sur Twitter. Elle a cependant été arrêtée à la frontière turco-syrienne.

La suspecte était tombée amoureuse d'un combattant djihadiste, a précisé Fedpol au sujet de cette attaque terroriste présumée. Elle avait tenté de se rendre auprès de lui en 2017, avant d'être arrêtée à la frontière turco-syrienne, puis renvoyée en Suisse.

Cette femme âgée de 28 ans, soupçonnée d'avoir attaqué deux femmes dans un grand magasin de Lugano mardi soir, souffrait de problèmes de santé mentale, a ajouté Fedpol. Elle avait été admise dans un établissement psychiatrique à son retour en Suisse.

Elle n'a pas été impliquée dans des enquêtes de Fedpol en lien avec le terrorisme à Fedpol depuis 2017.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Vous avez envie de bousculer votre univers existant et pour cela, vous êtes prêt à sacrifier ce qui doit l’être... Bravo à vous !

Publicité

Les Sujets à la Une

X