Rejoignez-nous

Suisse

Vers un double oui dans les urnes le 19 mai

Publié

,

le

Si les Suisses avaient voté le 27 avril, ils auraient dit "oui" aux deux objets des votations du 19 mai, selon deux sondages (photo d'illustration). (©KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI)

Un double oui se profile le 19 mai, selon des sondages de la SSR et de Tamedia publiés mercredi. La réforme fiscale pour les entreprises liée au financement de l'AVS (RFFA) et la révision sur les armes seraient toutes deux acceptées avec environ 60% de voix pour.

Sur la question de la réforme fiscale et le financement de l'AVS (RFFA), le camp du oui s'est renforcé par rapport au premier sondage réalisé par gfs.bern à la fin mars pour le compte de la SSR. Fin avril, 59% des personnes interrogées étaient absolument ou plutôt pour la RFFA, soit 5 points de pourcentage de plus, note l'institut. Le camp du "non" en a perdu 2 pour descendre à 35%. Parmi les sondés, 6% étaient encore indécis.

Dans le sondage de Tamedia, la RFFA est un peu plus populaire, avec 61% de pour et 36% de contre. Le camp du "non" a augmenté de 4 points, en provenance des indécis qui passe à 3%, par rapport à son sondage de la mi-avril.

Pas de "prise en tenaille"

"La possible prise en tenaille du centre entre les Verts à gauche et l’UDC à droite ne s’est pas produite", souligne la SSR. Chez les partisans de ces deux camps, une tendance vers la barre des 50% de votes favorables se manifeste. Les électeurs du PS, du PLR et du PDC sont clairement favorables au projet.

La tendance penche vers le oui dans pratiquement tous les groupes. Elle est encore plus marquée dans les classes de revenu plus élevé et les électeurs des villes.

Les arguments du camp du "oui" ont été les plus présents depuis le mois de mars. Il s'agit notamment de la sécurité des rentes et de l’attractivité du pays pour les entreprises. L’idée que le texte s’attaque à deux problèmes urgents convainc une petite majorité. Près de 40% des sondés favorables au paquet y voient même "un compromis suisse typique", selon le sondage de Tamedia.

Le camp du "non" dispose également d'arguments susceptibles de recueillir une majorité, pour la SSR. Le reproche de réunir de manière antidémocratique deux sujets différents dans un seul paquet et la menace de perte d’impôts liés aux régimes spéciaux sont des arguments efficaces contre la réforme.

Les opposants n'ont toutefois pas réussi à s'approprier le débat, souligne la SSR. Bien que la mise en relation des deux thématiques soit considérée par certains comme antidémocratique, une majorité des sondés reconnaissent l’urgence d’une réforme fiscale et de l’AVS.

"Opinion tranchée" sur les armes

Sur la question des armes, les intentions de vote n'ont quasiment pas bougé par rapport au premier sondage. Près de deux tiers des électeurs (65%, -1 point) prévoient de voter pour le texte. Un tiers des votants (34%, +1 point) soutiennent le camp du non. Des évolutions qui se situent dans la marge d'erreur du sondage gfs.bern pour la SSR.

Le camp du "oui" fait légèrement moins bien (57% pour, 42% contre) dans le sondage de Tamedia. Il est toutefois en progression de 2 points par rapport à la mi-avril. Dans les deux études, il y a très peu d'indécis (1%).

"L’électorat s’est rapidement forgé une opinion tranchée" sur cet objet, souligne la SSR. La marge de manoeuvre pour faire changer la tendance est "très serrée". Les personnes plus âgées, mieux formées ou résidant en ville, ainsi que les femmes sont plus favorables à la loi. Les personnes plutôt suspicieuses envers le gouvernement la rejettent en revanche clairement.

UDC seule contre tous

Au niveau des partis, l'UDC se bat seule contre tous. L'écrasante majorité de ses partisans (75% selon la SSR, 84% selon Tamedia) sont contre le texte. Dans tous les autres partis, une nette majorité se profile pour le durcissement de la loi sur les armes.

Les arguments des partisans -un rejet menace les accords Schengen/Dublin et les nouvelles directives de l'UE n'ont pas d'impacts négatifs pour les tireurs- sont partagés par une majorité des sondés.

En revanche, les arguments des opposants comme le caractère "antisuisse" des nouvelles directives, ne récoltent pas de majorité. Les sondés opposés au texte citent le plus souvent leur opposition à une reprise automatique du droit européen, dans le sondage de Tamedia.

Le sondage gfs.bern, commandé par la SSR, a été réalisé entre le 23 et le 30 avril auprès de 5871 citoyens dans toute la Suisse, avec une marge d'erreur de +/- 2,7 points de pourcentage. Celui de Tamedia a été réalisé en ligne entre le 2 et 3 mai auprès de 13'150 sondés, avec une marge d'erreur de +/- 1,4 point.

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Clariant confirme au deuxième trimestre sa performance au premier

Publié

le

La performance trimestrielle s'inscrit dans le haut des projections du consensus AWP. Les analystes consultés articulaient en moyenne un chiffre d'affaires de 997 millions, pour un Ebitda de 162 millions (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le chimiste de spécialités Clariant affiche au deuxième trimestre une nouvelle poussée de croissance de 11% à 1,03 milliard de francs.

La marge Ebitda a gagné 2,2 points de pourcentage à 16,8%, pour un résultat afférent en hausse de 28% à 173 millions, précise le rapport d'étape diffusé jeudi.

La performance trimestrielle s'inscrit dans le haut des projections du consensus AWP. Les analystes consultés articulaient en moyenne un chiffre d'affaires de 997 millions, pour un Ebitda de 162 millions.

Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net s'est envolé de près de 75% à 157 millions. Apuré de la cession fin juin des activités dans les pigments toutefois, le gain net ne s'est apprécié "que" de 42% à 107 millions.

La direction avance désormais des chiffres concrets pour l'ensemble de l'année. La croissance hors effets de changes doit s'établir dans un couloir de 7 à 9%, consolidation de la coentreprise India Glycols comprise. La marge brute opérationnelle doit, elle, se maintenir entre 16,0% et 17,0%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Nestlé relève ses objectifs annuels après un 1er semestre faste

Publié

le

La marge opérationnelle courante récurrente a atteint 17,4%, inchangée par rapport à celle de l'année précédente, alors que le bénéfice par action a progressé de 3,2% à 2,12 francs (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Nestlé a bouclé le premier semestre sur une croissance organique de 8,1% de ses ventes, qui se sont établies à 41,8 milliards de francs. Dans la foulée, la multinationale veveysane a relevé ses ambitions pour l'ensemble de l'exercice.

La marge opérationnelle courante récurrente a atteint 17,4%, inchangée par rapport à celle de l'année précédente, alors que le bénéfice par action a progressé de 3,2% à 2,12 francs, précise le groupe jeudi dans un communiqué.

La copie rendue par le colosse agro-alimentaire s'inscrit dans le cadre des projections des analystes consultés par AWP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse voit son bénéfice fondre au 2e trimestre

Publié

le

Au 2e trimestre, le résultat avant impôts a chuté de 48% sur un an à 813 millions de francs. Le produit d'exploitation a reculé de 18% à 5,10 milliards de francs. Les charges d'eploitation ont baissé de 1% à 4,32 milliards (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le numéro deux bancaire helvétique Credit Suisse a une nouvelle fois pâti des conséquences des affaires Archegos et Greensill au deuxième trimestre

Au premier trimestre, Credit Suisse avait sombré dans les chiffres rouges, accusant un débours de 252 millions de francs en raison de pertes causées par le fonds spéculatif américain Archegos.

Au 2e trimestre, le résultat avant impôts a chuté de 48% sur un an à 813 millions de francs. Le produit d'exploitation a reculé de 18% à 5,10 milliards de francs. Les charges d'eploitation ont baissé de 1% à 4,32 milliards.

Les chiffres publiés par Credit Suisses manquent les prévisions du consensus AWP, à l'exception du résultat avant impôts attendu en moyenne à 745 millions de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto, 2,5 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 8, 29, 35, 36 et 42. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 7 et le Joker le 274964.

Lors du prochain tirage samedi, 2,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Des vols de courrier bancaire dans les boîtes aux lettres

Publié

le

Suite à plusieurs fraudes, la police vaudoise recommande de ne pas glisser ses ordres de paiement dans une boîte aux lettres extérieure, mais de les porter directement au guichet de la banque ou de la Poste. (Photo prétexte - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La police vaudoise a constaté récemment une recrudescence des escroqueries de type "zairean connection". Suite à plusieurs plaintes pénales de victimes, elle mène l'enquête sur de faux ordres de virements bancaires effectués suite à des vols de courrier dans les boîtes aux lettres ou postales.

Depuis la mi-juin 2021, une quinzaine de cas ont été constatés dans le canton. A savoir, cinq escroqueries ayant occasionné un préjudice total de plus de 200'000 francs et une dizaine de tentatives ayant porté sur plus d'un million de francs, décrit la police mercredi dans un communiqué.

Les escrocs font partie de gangs internationaux bien organisés et rôdés à ce mode opératoire. Ils volent dans les boîtes aux lettres et postales des enveloppes adressées aux établissements bancaires contenant des ordres de paiement. Par divers procédés, ils modifient ou changent les coordonnées du bénéficiaire, par exemple en remplaçant l’ordre de paiement original par un autre en leur faveur.

Les fonds sont ainsi détournés et sont virés sur le compte bancaire ou postal géré par un complice ou par une autre personne sous l’influence ou le contrôle de ces escrocs. Le montant de la fraude peut être considérable.

Les victimes ne constatent le délit qu’à réception d’un rappel de paiement ou après consultation de leurs relevés de compte. À ce stade, l’argent n’est en principe plus récupérable, ayant déjà été débité.

La police cantonale recommande vivement à la population de ne pas recourir pour les courriers importants aux boîtes aux lettres et aux boîtes postales installées dans la rue. Il faut impérativement déposer les enveloppes destinées au trafic des paiements à l'intérieur des bâtiments de la poste ou des établissements bancaires, idéalement directement au guichet.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X