Rejoignez-nous

Suisse

Viola Amherd, une centriste pur sucre

Publié

,

le

Viola Amherd se décrit comme "une bâtisseuse de ponts" (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le fait de provenir d'un canton romand n'aura finalement pas gêné l'Alémanique Viola Amherd dans son accession au Conseil fédéral. Sa force de travail et de dialogue ainsi que sa connaissance des dossiers et son réseau ont pesé plus fort.

Lorsqu'elle a entamé sa carrière politique au sein du PDC en 1992, Viola Amherd n'aurait jamais pensé être un jour candidate au Conseil fédéral, et encore moins élue. A 56 ans, cette célibataire sans enfant devient pourtant un des très rares membres du Conseil fédéral issus de la minorité linguistique de son canton.

Une position qu'elle juge comme un atout pour le Conseil fédéral. Viola Amherd considère du reste les différentes langues et cultures en Suisse "comme une richesse".

Avocate de formation, Viola Amherd a d'abord été élue à l'exécutif communal de Brigue, dont elle devient vice-présidente en 1996 et présidente de 2000 à 2012. On lui reproche alors de s'être accrochée au poste une législature de trop, provoquant le basculement de ce bastion PDC à l'UDC.

En 1999, Viola Amherd est candidate à la succession de Peter Bodenmann au Conseil d'Etat. Arrivée derrière le socialiste Thomas Burgener, elle échoue à devenir la première femme à ce poste en Valais.

Elle entre ensuite dans la politique nationale par la petite porte en 2005: première des viennent-ensuite sur la liste PDC, elle remplace Jean-Michel Cina, élu au Conseil d'Etat valaisan.

Travail en coulisses

Politicienne discrète, Viola Amherd préfère le travail en coulisses aux feux des projecteurs. Elle apparaît toutefois en 18e place des parlementaires les plus influents, selon un classement établi en 2017 par la SonntagsZeitung.

A la Chambre du peuple, où elle est vice-présidente du groupe PDC depuis sept ans, Viola Amherd siège dans les commissions des affaires juridiques ainsi que des transports et télécommunications. Parmi ses liens d'intérêts déclarés, on compte une douzaine de mandats dans des conseils d'administration liés, là encore, aux transports, aux télécoms ou à la santé, ainsi que dans des associations.

La Haut-Valaisanne s'engage beaucoup en faveur des enfants et de la jeunesse. Elle se bat aussi pour que les régions périphériques et de montagne disposent d'un service public digne de ce nom.

Elle a convaincu le parlement d'entrer en matière sur le problème des transports de matériaux dangereux par le col du Simplon. Elle est aussi l'une des chevilles ouvrières de l'achèvement du tunnel de base du Lötschberg, inclus récemment par le Conseil fédéral dans les projets ferroviaires d'ici 2035.

Au chapitre des défis à relever à l'avenir, elle énumère dans l'ordre: la numérisation, la Suisse et l'Europe, la prévoyance vieillesse, la mobilité et l'explosion des coûts de la santé.

Une "bâtisseuse de ponts"

Viola Amherd revendique sa place de "centriste" sur l'échiquier politique. Elle se définit comme "une bâtisseuse de ponts" qui affectionne les échanges, les discussions, l'écoute et la recherche de solutions "solides et durables".

Sa position lui vaut des soutiens à gauche comme à droite. Les Verts lui ont même accordé 16 voix en 2015 lors de l'élection de l'UDC Guy Parmelin. Le camp bourgeois est, lui, beaucoup moins enthousiaste; l'UDC la considère comme "une femme de gauche trop féministe".

En procédure civile

Viola Amherd a annoncé officiellement sa candidature au Conseil fédéral le 24 octobre par un communiqué de presse en raison d'une hospitalisation suite à des calculs rénaux. Très vite elle a subi une première attaque, lorsque le quotidien Walliser Bote a évoqué une affaire de loyers trop élevés perçus par l'hoirie de son père durant plusieurs années auprès d'une ancienne filiale du groupe Alpiq.

L'hoirie a été condamnée à rembourser, jugement contre lequel elle a fait appel. "Il s'agit d'une procédure civile et non pénale qui ne fait aucunement obstacle à ma candidature au Conseil fédéral", martèle depuis Viola Amherd dans les médias.

La force des montagnes

Face à l'adversité, la politicienne ne plie pas. Elle se ressource dans la nature et auprès de ses amis, indique-t-elle sur son site internet.

"Les montagnes me donnent un sentiment de force, d’éternité et elles me procurent la confiance nécessaire me permettant d’entreprendre quelque chose de nouveau."

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève interdit de fumer dans certains lieux extérieurs

Publié

le

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics pour mieux protéger la jeunesse contre le tabagisme (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics afin d'inclure certains lieux extérieurs.

Cette modification législative a pour but de protéger la population, en particulier la jeunesse, contre l'exposition au tabagisme, a indiqué le rapporteur de majorité Sandro Pistis, député MCG. Elle a été acceptée vendredi par 63 oui, 4 non et 9 abstentions.

L'extension de l'interdiction de fumer concerne les lieux accessibles au public, extérieurs ou ouverts des établissements de formation, des écoles et des garderies, tout comme les aires de jeux et les pataugeoires, les terrains sportifs et leurs tribunes, les patinoires et piscines. Elle touche aussi les terrains des camps de jour et de vacances ainsi que les arrêts des transports publics.

"Genève pionnier"

Voir des personnes fumer ou des mégots sur le sol peut contribuer à l'initiation du tabagisme chez les jeunes, a déploré la socialiste Jennifer Conti, auteure du projet de loi. Plusieurs pays, dont la France, l'Espagne, les Etats-Unis et le Canada, ont créé des espaces publics extérieurs sans fumée. "Avec ce texte, le canton de Genève sera pionnier en Suisse", a relevé la députée.

"Ce projet de loi est novateur", a reconnu le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en charge de la Santé. Le magistrat n'exclut toutefois pas que certaines dispositions, comme l'interdiction de fumer aux arrêts de bus, soient attaquées en justice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'UE rappelle les règles sur les dispositifs médicaux suisses

Publié

le

La commission européenne a rappelé l'Allemagne à l'ordre sur la question des dispositifs médicaux suisses (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'importation par l'Allemagne de dispositifs médicaux certifiés en Suisse n'est pas conforme aux règles, estime la commission européenne. Bruxelles contredit ainsi une annonce faite mardi par l'association suisse de technologie médicale Swiss Medtech.

Swiss Medtech affirmait que l'Allemagne accepterait durant une période transitoire l'importation de produits médicaux certifiés en Suisse malgré la non actualisation de l'accord sur les obstacles techniques au commerce (ARM). La commission européenne a donc demandé des clarifications auprès des autorités allemandes.

Il en ressort qu'il s'agit seulement d'un projet d'un groupe de travail des Länder. "Selon nos informations, il n'y a pas de lettre contraignante", a indiqué le porte-parole de la commission européenne. Le projet porte concrètement sur l'interprétation des règles actuelles.

Cette interprétation ne correspond cependant pas à la position de la commission européenne qui est claire. Comme l'accord sur les ARM n'a pas été actualisé, seules les technologies médicales suisses qui sont certifiées dans un pays de l'UE sont autorisées depuis le 26 mai, a souligné le porte-parole.

La commission reste en contact avec les autorités allemandes afin de garantir une interprétation commune des règles de l'UE dans cette affaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 39'769 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse comptait vendredi 39'769 nouveaux cas de coronavirus (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte vendredi 39'769 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 14 décès supplémentaires et 176 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 37'992 cas, soit 1777 de moins. Le même jour, il dénombrait 22 décès et 138 hospitalisations supplémentaires.

654 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 24,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,7%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 114'257 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 34,8%, contre 34% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,15.

Le variant Omicron représente 94,7% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 135'948 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 69'342 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,22% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,61%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 73,84% des personnes âgées de 65 ans et plus et 38,72% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 446'207, soit 5123,31 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'130'857 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 17'157'999 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'329 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'992.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les inscriptions à la vaccination sont en chute libre à Genève

Publié

le

La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi a constaté une diminution brutale des demandes de vaccination dans le canton de Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la vaccination contre le Covid-19 ne fait plus recette. Il y a "une chute vertigineuse" des inscriptions, a indiqué vendredi la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi. Le dispositif de vaccination, utilisé à moitié de ses capacités, va être adapté en conséquence.

La Pharmacie Populaire va fermer, tout comme M3 Meyrin. Le grand centre M3 de la route de Chêne, quant à lui, arrêtera ses activités liées à la vaccination le 26 février prochain et se concentrera sur les tests. 86'000 personnes se sont inscrites en janvier pour se faire vacciner. Ce chiffre s'établit à moins de 14'000 en février.

Sur le front hospitalier, les nouvelles sont plutôt rassurantes. Même si les hôpitaux demeurent sous tension, ils ne seront "vraisemblablement" pas débordés, a expliqué le directeur de la santé du canton de Genève, Adrien Bron. Alors que le virus circule quasi librement, les hospitalisations ne grimpent pas en flèche.

On recense ces derniers temps entre 2500 et 3000 nouveaux cas de contamination chaque jour dans le canton de Genève. Un pic de 4000 cas a même été enregistré une fois, a précisé M.Bron. Quelque 500 personnes infectées par le virus se retrouvent à l'hôpital, dont 18 aux soins intensifs.

Le canton enregistre 25 décès dus au Covid-19 depuis le début de l'année. Il n'y a pas de surmortalité constatée, a relevé la médecin cantonale Aglaé Tardin. Le variant omicron est le plus répandu à ce jour. Même si le vaccin ne protège pas contre une contamination à l'omicron, il permet néanmoins d'éviter les "infections sévères".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Quatre courses à Zermatt au programme dès l'automne 2022

Publié

le

Didier Defago, l'un des architectes de la nouvelle piste de la Coupe du monde, pose devant le futur tracé. C'était en novembre dernier. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Coupe du monde s'invite à Zermatt. Dès l'automne prochain, la Fédération internationale de ski (FIS) souhaite organiser quatre courses de vitesse sur la piste "Gran Becca".

Dans un communiqué de presse, la FIS a confirmé que Zermatt/Cervinia serait incluse dans le calendrier 2022/23 de la Coupe du monde de ski alpin. La FIS souhaite ainsi la tenue de quatre épreuves de Coupe du monde de vitesse au Cervin dès l'automne prochain déjà, soit plus tôt qu'initialement prévu.

Après le traditionnel coup d’envoi de la saison à Sölden en octobre 2022, deux descentes masculines et deux descentes féminines se dérouleront au Cervin, sur la piste "Gran Becca".

Avec l'introduction de la piste "Gran Becca" dans le calendrier de la Coupe du monde, Swiss-Ski et la Fédération italienne de sports d’hiver (FISI) permettent aux spécialistes de vitesse de commencer la saison plus tôt. Grâce aux deux week-ends de compétition supplémentaires fin octobre et début novembre, la saison de ski alpin peut en outre se dérouler sans interruption.

"Le souhait de voir davantage d’événements de vitesse dans le calendrier de la Coupe du monde se fait entendre depuis de nombreuses années, a déclaré Urs Lehmann, président de Swiss-Ski. Et ce, afin de créer un équilibre entre courses de vitesse et épreuves techniques. Avec l'ouverture de la saison de vitesse au pied du Cervin, nous pouvons répondre à ces aspirations plus rapidement que prévu. C'est une très bonne nouvelle pour le développement de notre sport", poursuit Lehmann cité dans un communiqué de Swiss-Ski.

Étant donné que la construction du nouveau téléphérique 3S entre Testa Grigia et le Petit Cervin, qui reliera Cervinia et Zermatt durant toute l’année, ne sera achevée qu'au printemps 2023, la descente hommes 2022 partira de Zermatt, à une altitude de 3700 m, et arrivera à Cime Bianche, Cervinia, à 2835 m.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Ménagez vos nerfs et apprenez à mieux respirer pour vous détendre… Petite faiblesse digestive pour certains Natifs trop stressés…

Les Sujets à la Une

X