Rejoignez-nous

Lausanne

Entre impatience et inquiétude, les restaurateurs prêts à rouvrir

Publié

,

le

José dos Santos, gérant du restaurant Le Ticino à Lausanne, a tout mis en oeuvre pour que son établissement puisse accueillir sa clientèle dès le lundi 11 mai. (©DONATELLA ROMEO/LFM)
L’addition pour les restaurants est salée après deux mois de fermeture. Lundi, ils pourront rouvrir, mais la liste du plan de protection qui a été élaborée par la branche et les offices fédéraux est longue. Témoignages.

Lundi aura pour certain un goût de normalité avec la réouverture des restaurants. Une réouverture qui ne va pas sans une série de mesures qui ont été élaborées par la branche et les offices fédéraux. Un document de sept pages qui limite à quatre le nombre de personnes par table, n’autorise que les places assises, impose une distance de deux mètres entre chaque table ou une séparation de type plexiglas, la désinfection des mains et des surfaces fréquentées. C’est donc une normalité toute relative dont la mise en pratique complique la vie des restaurateurs.

Gilles Meystre
Président de GastroVaud
Gilles Meystre Président de GastroVaud

Assurer les distanciations sociales, c’est aussi très souvent réduire sa capacité d’accueil et changer un peu la nature du lieu. Thierry Wegmüller est le patron du Java et des Arches à Lausanne:

Thierry Wegmüller
Patron du Java et des Arches à Lausanne
Thierry Wegmüller Patron du Java et des Arches à Lausanne

Le restaurant le Ticino va aussi rouvrir, même en capacité réduite. Avec la terrasse, il jouira d’une centaine de places contre 170 habituellement. Avec le plan de protection, ce sont de nouvelles habitudes à prendre. José dos Santos, gérant du Ticino:

José dos Santos
Gérant du Ticino
José dos Santos Gérant du Ticino

Une distance de deux mètres entre chaque table ou une séparation de type plexiglas est également imposée. Les restaurateurs ont dû faire un choix.

Gilles Meystre
Président de GastroVaud
Gilles Meystre Président de GastroVaud

Chez Thierry Wegmüller, il n’y aura pas de séparation en plexiglas dans ses établissements lundi, mais pour lui, la question mérite d’être étudiée :

Thierry Wegmüller
Patron du Java et des Arches à Lausanne
Thierry Wegmüller Patron du Java et des Arches à Lausanne

Au restaurant le Ticino à Lausanne, le gérant a, par exemple, préféré profiter de la grandeur de son établissement pour assurer les deux mètres entre chaque table. Sauf pour deux qui seront équipées de plexiglas.

Autre mesure de protection, le masque. Lui, n’est pas obligatoire, sauf en cuisine si la distanciation sociale ne peut être respectée.

José dos Santos
Gérant du Ticino
José dos Santos Gérant du Ticino

Dans un premier temps annoncée obligatoire, la saisie des données personnelles de chaque client par le restaurateur tombe. Annonce aujourd'hui de GastroVaud et "une bonne nouvelle" selon Gilles Meystre. Le client n’est donc pas tenu de fournir ses coordonnées et le restaurateur n'a plus le devoir de les récolter. Seule obligation: récolter les données de ceux qui, volontairement, voudraient les fournir. Le tout à des fins de traçage en cas de détection d'un cas positif au coronavirus.

Regarder vers l'avant

Lundi, les restaurants rouvrent. Reste que des questions, la faîtière des restaurateurs, en reçoit encore par dizaines.

Gilles Meystre
Président de GastroVaud
Gilles Meystre Président de GastroVaud

Et si certains hésitent à ouvrir, c’est qu’ils ne sont pas certains de rentrer dans leurs frais. En cause, les distanciations sociales qui diminuent souvent la capacité d’accueil et la crainte que la clientèle ne soit pas au rendez-vous. Pour José dos Santos, cela vaut la peine d’ouvrir :

José dos Santos
Gérant du Ticino
José dos Santos Gérant du Ticino

Pour Thierry Wegmüller, il s’agit de trouver l’équilibre :

Thierry Wegmüller
Patron du Java et des Arches à Lausanne
Thierry Wegmüller Patron du Java et des Arches à Lausanne

Selon le président de GastroVaud, les restaurateurs donnent tout pour rouvrir dans les meilleures conditions possibles. Il s’agit maintenant pour eux de regarder vers l’avant. Un regret néanmoins pour Gilles Meystre :

Gilles Meystre
Président de GastroVaud
Gilles Meystre Président de GastroVaud

Tous les restaurateurs, sont sur le front ces jours pour mettre en application toutes les mesures du plan de protection. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a plus d’ombres au tableau. Loin de là. Thierry Wegmüller, patron du bar terrasse des Arches et du restaurant Le Java à Lausanne qui rouvriront et du D!Club qui, lui, doit encore rester fermé :

Thierry Wegmüller
Patron du Java et des Arches à Lausanne
Thierry Wegmüller Patron du Java et des Arches à Lausanne

Selon GastroVaud, un cinquième de ses membres a pu obtenir un arrangement pour son loyer actuellement. Autre source de frais importante, le personnel. Pour l’heure, les établissements de Thierry Wegmüller ont conservé tout leur personnel grâce aux réductions d'horaire de travail, les RHT. Ils reprendront lundi en tournus pour que tout le monde puisse retravailler. Pareil au restaurant Le Ticino qui assure qu'il pourra en tout cas garder tout son personnel jusqu'en septembre. Le gérant José dos Santos est confiant pour son établissement, mais les inquiétudes demeurent :

José dos Santos
Gérant du Ticino
José dos Santos Gérant du Ticino

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Près de 11'000 interventions pour le SPSL en 2020

Publié

le

En mai 2020, les pompiers lausannois étaient intervenus pour évacuer un but de football après un match où près de 1000 jeunes avaient bravé une interdiction de rassemblement. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Lausanne, les services de secours et de sauvetage n'ont pas chômé en 2020. Ils ont réalisé près de 11'000 interventions d'urgence. Les pompiers ont été un peu moins sollicités durant le semi-confinement du printemps. Le nombre de jours de service des astreints à la protection civile (PCi) a, lui, quadruplé.

L'année a été dense pour le Service de protection et sauvetage de la ville de lausanne (SPSL). En janvier, l'ensemble du service a été engagé dans le cadre de "Lausanne en Jeux" et sur les différents sites des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ). Et, dès février, il a rempli de nombreuses missions en lien avec la pandémie de Covid-19.

Aussi la PCi

La protection civile, via ses organisations régionales de Lausanne-District, Ouest lausannois et Lavaux-Oron, a réalisé plus de 200 missions au sein des hôpitaux, des EMS et au centre funéraire de Montoie. En coordination avec le service social de la ville, elle est aussi intervenue auprès des personnes précarisées.

Son nombre de jours de service a quadruplé par rapport à 2019, pour atteindre les 20'255 jours. Cette hausse est en grande partie due aux prestations fournies dans le cadre du Covid-19, a expliqué à Keystone-ATS Michel Gandillon, remplaçant du chef de la division communication.

Pompiers et ambulanciers

Les sapeurs-pompiers sont intervenus à 1790 reprises, en léger recul (-9,1%) en raison du semi-confinement du printemps. "Il y avait moins de monde sur les routes, dans les entreprises. L'activité tournait au ralenti", rappelle M. Gandillon. Les ambulanciers ont effectué 9049 interventions d'urgence et de sauvetage (+ 1,9%).

Les secours ont pris des mesures organisationnelles de manière à éviter au maximum les quarantaines et les cas de Covid-19 dans leurs effectifs. "Chez les pompiers par exemple, ceux qui entrent ne croisent plus ceux qui sortent. Nous essayons de limiter au maximum les contacts", explique M. Gandillon. Un soin tout particulier est accordé à la désinfection du matériel.

Il y a eu "quelques cas" de Covid-19 chez les ambulanciers et les sapeurs-pompier. "Mais nous avons toujours pu assurer les interventions. Nous n'avons pas eu besoin de demander de l'aide ailleurs", a ajouté le porte-parole.

Continuer la lecture

Lausanne

La zone piétonne du quartier "Pré-du-Marché" sera étendue

Publié

le

La zone piétonne du quartier Pré-du-Marché sera étendue. Une desserte en boucle entre le chemin des Cèdres, la rue Saint-Roch et le nord de la rue Pré-du-Marché est prévue pour le trafic routier. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de Lausanne a décidé d’étendre la zone piétonne de la rue Pré-du-Marché. Différents aménagements viseront à augmenter la convivialité du quartier. Le premier coup de pioche aura lieu en février prochain pour une mise en service agendée à l’été 2022.

Afin de faire suite aux requêtes des riverains, la Ville s’est engagée début 2019 dans un projet de piétonisation du quartier, indique-t-elle lundi dans un communiqué. La démarche s’est articulée autour d’un processus participatif.

La zone piétonne sera étendue jusqu’au carrefour avec la rue Saint-Roch et sur l’entier de la rue du Clos-de-Bulle. Le sol sera pavé et complété par des bandes lisses pour les fauteuils roulants et poussettes. De nouveaux bancs et des terrasses étendues apporteront confort et convivialité, selon la Ville. Enfin, un jeu d’eau, des arbres majeurs et de la végétation basse animeront le nouvel espace.

L’accessibilité cycliste est garantie et l’offre en stationnement vélo renforcée. En dehors du secteur piétonnier, le schéma de circulation du quartier évoluera de pair avec une desserte en boucle entre le chemin des Cèdres, la rue Saint-Roch et le nord de la rue Pré-du-Marché.

La Ville profitera des travaux prévus en surface pour améliorer les réseaux souterrains. Les accès aux commerces et à la place de jeux seront maintenus, de même que les accès riverains vers les parkings privés.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

L'UDC axe sa campagne sur l'emploi et le respect des lois

Publié

le

Responsable presse de la campagne UDC Lausanne, Fabrice Moscheni a présenté vendredi le programme politique pour les communales du 7 mars, axé sur l'emploi et la sécurité (archives - KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'UDC lausannoise a présenté vendredi son programme politique en vue des élections communales du 7 mars. Elle défend deux axes prioritaires: l'emploi et le respect des lois. Elle lance cinq candidats à la Municipalité et quatorze candidats au Conseil communal.

A ce jour, le parti n'est jamais parvenu à entrer dans l'exécutif lausannois et son meilleur score au législatif est de quatorze sièges. C'est donc avec une ambition modeste que l'UDC se présente à ce scrutin communal dans la capitale vaudoise.

"Notre ambition se situe plus au niveau de nos idées et propositions", a affirmé devant la presse Fabrice Moscheni, conseiller communal, responsable presse de la campagne, ex-président de l'UDC Vaud et lui-même candidat à la Municipalité. "Nous voulons une ville de Lausanne durable économiquement, financièrement et socialement", a-t-il résumé.

"Les deux fils rouges seront l'emploi et le respect des lois, deux thèmes oubliés par l'actuelle majorité de gauche. Nous voulons particulièrement soutenir les commerçants et les indépendants, mal représentés par l'exécutif lausannois", explique-t-il.

Tolérance zéro face aux dealers

Parmi les mesures économiques en tête de liste: permettre aux commerces locaux qui le désirent de rester ouverts le jeudi et le vendredi jusqu'à 21h00 et offrir la gratuité des transports publics le samedi sur présentation d'un ticket de caisse d'un commerce lausannois.

S'agissant de la sécurité, deux propositions retiennent l'attention. L'UDC Lausanne veut punir les insultes aux forces de l'ordre par une amende automatique de 500 francs. Elle souhaite aussi mettre en place une politique de tolérance zéro face aux dealers et à la petite criminalité. Le parti dénonce la "politique schizophrène" de la Ville en la matière.

"Il faut une réponse judiciaire plus rapide à l'infraction et une interdiction de périmètre", détaille Valentin Christe, conseiller communal, ex-président de cet organe et candidat à la Municiaplité.

A contre-courant sur la mobilité

Le parti s'affiche à contre-courant sur la mobilité par rapport aux autres partis. Il veut non pas supprimer des places de parc mais en créer 1000 dans toute la ville. Il veut aussi stopper le développement "anarchique" des pistes cyclables. "Halte à l'hystérie anti-voiture", scande-t-il.

Son programme de législature 2021-2026 prévoit encore par exemple une baisse de 10% de la rémunération des élus ainsi qu'une diminution de l'impôt communal de trois points. Il s'agit de rendre le pouvoir d'achat aux citoyens et de s'opposer à la création ou l'augmentation de taxes, selon les responsables.

Quid des questions climatiques, environnementales et énergétiques, peu présentes dans le programme? "Ces thèmes-là ne sont pas oubliés. Ils sont traités via nos mesures sur l'emploi et l'économie", assure M. Moscheni. "Nous ne voulons pas d'une écologie castratrice mais d'une écologie optimiste, où l'évolution technologique permet de résoudre les problèmes climatiques", dit-il.

Aux côtés de MM. Moscheni et Christe, les trois autres candidats à la Municipalité sont Patrizia Mori, spécialiste de questions bancaires et financières, Nicola Di Giulio, enquêteur de police et vice-président du conseil communal, et Yohan Ziehli, juriste, collaborateur scientifique à l'UDC Suisse et vice-président de l'UDC Vaud.

Continuer la lecture

Lausanne

Des bons pour soutenir les commerçants lausannois

Publié

le

Des bons sont proposés avec un rabais de 10% à Lausanne pour soutenir les commerces fermés (photo d'illustration - KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Société coopérative des commerçants lausannois (SCCL) a mis en place une nouvelle plateforme d'achat de bons cadeaux, destinée à soutenir les magasins actuellement fermés en raison du coronavirus. Les bons sont vendus avec un rabais de 10%, pris en charge par la SCCL.

Le client paiera par exemple 90 francs pour un bon de 100 francs, dont l'entier de la valeur sera reversée au commerçant, indique jeudi la SSCL, reprenant un modèle qui a été utilisé plusieurs fois depuis le début de la crise.

Cette nouvelle action est prévue sur six semaines auprès de plus de 300 enseignes membres du programme Enjoy Lausanne.

Aucune limite n'a été fixée en matière de bons disponibles. Lors du premier semi-confinement du printemps, plus de 30'000 francs de bons avaient été achetés via cette opération de la SCCL.

L'argent dépensé en ligne par le consommateur est versé dans un délai de sept jours au commerçant choisi. Quant au bon cadeau, il pourra être utilisé dès la réouverture du magasin.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Trop de nuisances sonores: la ville achète un radar antibruit

Publié

le

Le radar acoustique affiche "Bruit" en rouge en cas de dépassement des 83 décibels (archives - KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Après le test concluant mené l'automne dernier, la ville de Lausanne a décidé d'acquérir un radar antibruit. Dès mars, ce dispositif démontable et déplaçable sera installé en différents endroits de la ville. A la rue Centrale, les premières mesures montrent qu'un véhicule passe en moyenne toutes les cinq minutes en produisant un bruit supérieur à 83 décibels.

"On a constaté qu'il y a un réel souci de nuisances sonores causées par le trafic routier", a expliqué mercredi à Keystone-ATS la municipale Florence Germond. Selon les premières mesures, les motos, mais aussi certains comportements d'automobilistes, comme la vitesse excessive et les accélérations brusques, sont en cause.

Atteinte à la santé

De nombreux véhicules - en moyenne un toutes les 4 minutes et 42 secondes à la rue Centrale, un toutes les 9 minutes et 19 secondes au Bugnon, un toutes les 30 minutes et 38 secondes à Tivoli - dépassent les 83 décibels (dB). Un niveau sonore très élevé "qui peut potentiellement porter atteinte à la santé", relève Mme Germond.

Entre 70 et 82 dB, soit un niveau susceptible de déranger ou de réveiller la population durant la nuit, cet intervalle descend à un toutes les 17 secondes à la rue Centrale et 15 secondes au Bugnon.

Le test a été réalisé durant huit semaines à l'automne 2020, à raison d'une semaine par emplacement. Les valeurs relevées sont indicatives, précise la ville, et ne sont pas comparables avec les normes de l'ordonnance fédérale de protection contre le bruit (OPB).

Surtout la nuit

Reste que les bruits excessifs sont beaucoup plus nombreux la nuit, de même que les excès de vitesse. Si le radar antibruit vise avant tout à sensibiliser la population et à fournir des données, des contrôles répressifs auront lieu "de temps à autre".

"Nous voulons aussi combattre le bruit routier par la réduction de la vitesse de nuit", rappelle la municipale. D'ici 2023, Lausanne veut généraliser le 30 km/h de nuit à l'ensemble de la ville, à l'exception des axes prioritaires.

Le projet voté en 2019 par le Conseil communal est actuellement bloqué par un recours: "On attend le jugement de la Cour de droit administratif et public (CDAP). Notre dispositif est prêt", précise Mme Germond.

Différents lieux

Le radar antibruit, acquis pour 18'000 francs, sera positionné à partir du mois de mars en différents endroits stratégiques du territoire communal. "Lors du test, j'ai reçu des mails de citoyens qui demandaient si on pouvait l'installer dans leur quartier", ajoute la municipale des finances et de la mobilité.

Pour rappel, le dispositif "préventif et informatif" comporte un panneau qui affiche "Bruit" en rouge lorsque les 83 dB sont dépassés. Il permet également de relever la vitesse.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Très très bonne période pour prendre des décisions importantes concernant l'évolution de votre vie de tous les jours.

Publicité

Les Sujets à la Une

X