Rejoignez-nous

Lausanne

Il y a 10 ans, Lausanne inaugurait son métro M2

Publié

,

le

© Maurice Schobinger

C’est l’unique ligne de métro automatique de Suisse : le M2 fête ses 10 ans. Inaugurée lors du week-end du Jeûne en septembre 2008, l’installation a été mise en service et ouverte aux clients un mois plus tard à Lausanne. Longue de 5,95 kilomètres, elle relie le Sud et le Nord de la Ville, d’Ouchy à Epalinges. En mars dernier, le M2 a accueilli son 250 millionième passager. 

Si l’idée de créer une ligne de ce type, remonte aux années 60, les choses se concrétisent en 1993. Le Conseil d’Etat vaudois lance alors une étude. Sur de bons rails, le projet à 590 millions a failli être abandonné en 2001, le canton étant en difficultés financières. Finalement, le M2 sera soutenu par 62% des Vaudois, dans les urnes, lors d’une votation populaire en 2002. Le scrutin portait sur la participation du canton au projet, à hauteur de 305 millions de francs. Le chantier peut alors débuter.

Le PLR Olivier Français était Municipal lausannois à cette époque. En charge du dicastère des travaux, il se rappelle qu’une fois la votation passée, tout s’est accéléré :

Olivier Français
Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)
Olivier Français Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)

Plusieurs enjeux sont venus rythmer la construction du M2.

Olivier Français :

Olivier Français
Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)
Olivier Français Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)

La fréquence du M2 est passée de 3 min 15 en 2008, à 2 min 10 aujourd’hui aux heures de pointe, sur le tronçon le plus chargé de la ligne, entre Lausanne et Sallaz.

Selon Olivier Français, le M2 a prouvé à la Confédération, notamment, la nécessité du futur M3 :

Olivier Français
Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)
Olivier Français Ancien Municipal, Lausanne (2000-2016)

 

Dates clés du M2 : t-l.ch

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un organe de coordination contre la radicalisation

Publié

le

Lausanne se dote d’une coordination interne pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent.

Cet organe sera composé de chefs de services ou de cadres de l’administration. Les collaborateurs de la Ville ayant identifié des signes de radicalisation pourront y relayer leurs informations. Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de la sécurité :

Pierre-Antoine Hildbrand
Municipalité de Lausanne
Pierre-Antoine Hildbrand Municipalité de Lausanne

Concernant le grand public, en cas d’inquiétudes ou de comportements suspects, la permanence cantonale est à disposition au 0800 88 44 00. En cas d’urgence, la police répond au 117.

Continuer la lecture

Lausanne

Des milliers de jeunes s’apprêtent à défiler pour le climat

Publié

le

Ils seront plusieurs milliers de jeunes dans les rues. Etudiants et apprentis s’apprêtent à faire « la grève du climat » ce vendredi 18 janvier en Suisse.

Des manifestations sont prévues dans de nombreuses grandes villes. Ces jeunes vont défiler pour exprimer leur inquiétude pour le climat. Le mouvement se veut « apolitique ».

À Lausanne, un cortège partira à 10h30 de la place de la Gare, pour rallier la Riponne, via la rue Centrale et la Place de la Palud. La mobilisation devrait attirer un millier de personnes. De quoi surprendre l’un des participants, Samuel de Vargas, gymnasien de 18 ans :

Samuel de Vargas
Gymnasien, 18 ans
Samuel de Vargas Gymnasien, 18 ans

Les jeunes ont rédigé un catalogue de revendications radicales qu’ils adressent aux autorités fédérales, mais aussi cantonales et municipales. Parmi leurs demandes : la sortie des énergies fossiles ou encore un bilan net d’émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine de zéro d’ici 2030. Ils demandent aussi de décréter l’état d’urgence climatique.

Samuel de Vargas, participant à la mobilisation :

Samuel de Vargas
Gymnasien, 18 ans
Samuel de Vargas Gymnasien, 18 ans

Les jeunes participants à cette mobilisation, âgés de 14 à 22 ans, se disent « déçus des politiques ». Ils veulent donc donner un signal fort aux élus et autres décideurs.

Samuel de Vargas :

Samuel de Vargas
Gymnasien, 18 ans
Samuel de Vargas Gymnasien, 18 ans

Une déception et des reproches que comprend le député Vert au Grand Conseil vaudois, Raphaël Mahaim :

Raphaël Mahaim
Député, les Verts
Raphaël Mahaim Député, les Verts

Au niveau politique, le groupe des Verts a déposé une résolution mardi 15 janvier au Grand Conseil vaudois. Le texte invite notamment le Conseil d’Etat à auditionner une délégation de ces jeunes qui se mobilisent.

Explications du député Vert Raphaël Mahaim :

Raphaël Mahaim
Député, les Verts
Raphaël Mahaim Député, les Verts

Coup d’envoi de la manifestation pour le climat à Lausanne à 10h30 ce vendredi 18 janvier. La Police s’attend à des perturbations de trafic.

 

Source image : Facebook

Continuer la lecture

Lausanne

Ils dénoncent les conditions de détention à l’Hôtel de Police

Publié

le

De gauche à droite : Les Conseillers communaux socialistes Louis Dana, Quentin Beausire et Karine Beausire Ballif. (Photo : RB)

Les cellules de l’Hôtel de Police de Lausanne sont-elles contraires aux droits humains ? C’est la question posée par trois Conseillers communaux socialistes, qui déposent une interpellation ce mardi.

La démarche fait suite à un article du « 24 Heures » qui faisait état de la situation dans ces cellules. Une situation jugée « intolérable » par les trois élus.

Quentin Beausire, Conseiller communal socialiste :

Quentin Beausire
Conseiller communal PS, Lausanne
Quentin Beausire Conseiller communal PS, Lausanne

Cette problématique n’est pas nouvelle. En 2014, le Tribunal Fédéral avait notamment constaté les mauvaises conditions de détention dans les cellules de la zone carcérale de la Police cantonale à la Blécherette. La Police Municipale lausannoise n’est pas épargnée par cette situation.

L’élu socialiste au Conseil communal, Quentin Beausire :

Quentin Beausire
Conseiller communal PS, Lausanne
Quentin Beausire Conseiller communal PS, Lausanne

Dans cette affaire, la marge de manoeuvre de la Ville de Lausanne est très serrée pour améliorer la situation.

Quentin Beausire :

Quentin Beausire
Conseiller communal PS, Lausanne
Quentin Beausire Conseiller communal PS, Lausanne

Pour rappel, une nouvelle prison sera prochainement construite à Orbe, sur le site des EPO. Elle pourra accueillir jusqu’à 216 détenus à l’horizon 2025. Elle disposera à terme de 410 places.

Continuer la lecture

Lausanne

Après New York et Paris, Lausanne lance son budget participatif

Publié

le

L'appel à projet pour le premier budget participatif lausannois a été lancé. (Photo: DR)

« Imaginez. Votez. Créer ». C’est le slogan du budget participatif de la Ville de Lausanne. Une première. Le principe : donner l’opportunité à des Lausannois de réaliser des projets pour leur quartier.

Bénéficier d’une partie du budget de la Ville pour réaliser un projet afin d’améliorer la qualité de vie de son quartier et de renforcer les liens sociaux. C’est en substance ce que propose le premier budget participatif de Lausanne. Jusqu’au 30 avril, les Lausannois sont invités à proposer leurs idées sur le site my.lausanne.ch/budget-participatif. Une fois leur faisabilité et légalité analysées, les projets seront soumis cet été au vote des Lausannois et les propositions lauréates seront réalisées par les initiateurs eux-mêmes. Une démarche inédite en Suisse romande, mais qui n’est pas nouvelle à l’étranger. Porto Alegre, Paris ou encore New York possèdent déjà un tel dispositif. David Payot, municipal lausannois en charge des quartiers :

David Payot
Municipal lausannois en charge des quartiers
David Payot Municipal lausannois en charge des quartiers

Chaque projet sélectionné pourra bénéficier au maximum d’un budget de 20’000 francs, sur une enveloppe pour 2019 de 100’000 francs. Pour David Payot, cette initiative est l’occasion de donner la parole aux Lausannois :

David Payot
Municipal lausannois en charge des quartiers
David Payot Municipal lausannois en charge des quartiers

Cette démarche comporte aussi l’avantage d’offrir une complète transparence, selon David Payot :

David Payot
Municipal lausannois en charge des quartiers
David Payot Municipal lausannois en charge des quartiers

En 2020 et 2021, le budget participatif devrait être doté respectivement de 200’000 et 300’000 francs. Au terme de ces trois ans, un bilan de ce projet pilote sera établi afin de le reconduire ou non. Toutes les informations sont à retrouver sur my.lausanne.ch/budget-participatif.

Continuer la lecture

Lausanne

Swiss Expo: pro et anti-viande à Beaulieu

Publié

le

Des antispécistes de l'association Pour l'Egalite Animale (PEA) ont manifesté samedi devant l'entrée du salon Swiss Expo au Palais de Beaulieu à Lausanne. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Une petite centaine d’antispécistes ont manifesté samedi à Beaulieu devant Swiss Expo, qualifiée « d’exposition de la honte ». A 300 mètres, un barbecue gratuit se voulait une démarche « positive » en faveur des éleveurs.

Sous la surveillance étroite de la police, les deux manifestations sont restées à distance. Devant l’entrée de l’exposition, les antispécistes ont martelé slogans et exigences.

« Tous différents, tous égaux, nous sommes tous des animaux », « Elevages, abattoirs, spécistes, y en a marre ». A leurs yeux, Swiss Expo est « l’exposition de la honte » qui cache la vérité sur le sort « misérable » des animaux, « les horreurs de l’élevage ».

Les antispécistes ont étalé leurs exigences: que le gouvernement ferme les abattoirs, que l’Union suisse des paysans (USP) travaille à la reconversion des éleveurs, que les écoles ne soutiennent pas la propagande de Swissmilk ou que les gymnases proposent des cours d’éthique animale.

Soutenir l’agriculture

« Notre entreprise est révolutionnaire », a lancé une militante dans le mégaphone, jugeant que « la violence était du côté des abattoirs ». « Nous sommes des modérés, presque mous », a-t-elle ajouté sur le ton du regret.

A quelque 300 mètres, à l’autre bout du bâtiment, un barbecue gratuit a fini par réunir presque autant de sympathisants. Son organisateur, Ruben Ramchurn, vice-président de l’UDC Jura-Nord Vaudois, a dit avoir voulu mettre sur pied un évènement « positif » en faveur de l’agriculture « telle qu’elle est » et des éleveurs.

A ses yeux, la très petite minorité antispéciste bénéficie « d’une attention disproportionnée » des médias notamment. Ils font peur et les gens qui nous soutiennent préfèrent rester anonymes de peur « des représailles », a-t-il déploré.

Police sur le qui-vive

Président de Swiss Expo, Jacques Rey a passé d’une manifestation à l’autre. Il a souligné que des consignes avaient été données pour que les empoignades de l’année dernière ne se reproduisent pas. Il a regretté que les visiteurs se fassent insulter en arrivant, mais a jugé que la foire elle-même ne pâtissait pas des antispécistes.

La police s’est employée à éviter tout incident, serrant de près tout individu ayant plutôt le style éleveur qu’antispéciste. Au point d’agacer l’un d’entre eux qui a tenu à rappeler aux agents que c’était « un territoire public ». Commandant de la police lausannoise, Olivier Botteron a contesté que des consignes particulières aient été données.

Commencée mercredi, Swiss Expo se termine samedi. Pour sa 23e édition, elle a réuni plus mille vaches et génisses à Lausanne. Outre le concours international, différentes manifestations étaient organisées: découverte du travail des éleveurs, dégustation de spécialités régionales ou encore l’école à la ferme.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Du travail par-dessus la tête ? A propos de tête, vous ne saurez plus où donner de la vôtre. Réclamez qu'on vous aide !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X