Rejoignez-nous

Vaud

Pas de nouveau mandat pour Géraldine Savary

Publié

,

le

Géraldine Savary ne se représentera pas au Conseil des Etats. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Géraldine Savary fait son mea culpa et ne briguera pas un nouveau mandat au Conseil des Etats lors des élections fédérales de 2019. Elle quittera également la vice-présidence du Parti socialiste suisse en décembre prochain. Elle ne sera pas non plus candidate à la vice-présidence du Conseil des Etats. Sous le feu des critiques jusque dans son propre parti depuis les révélations sur ses voyages en Sibérie et à Grenade ainsi que sur le financement de ses campagnes 2011 et 2015 par Frederik Paulsen, le président de Ferring, la Vaudoise se dit aujourd’hui « atteinte dans sa santé » à cause de la pression notamment médiatique. Elle a donc décidé, dès la fin de l’année prochaine, de ne pas se représenter pour un mandat de parlementaire fédérale :

Géraldine Savary
Conseillère aux Etats, PS/VD
Géraldine Savary Conseillère aux Etats, PS/VD

On le rappelle, les déplacements d’élus, dont Géraldine Savary, en Sibérie et à Grenade ont fait l’objet d’une enquête préliminaire du Ministère public vaudois qui a classé le dossier. Mais pour autant, elle dit ne pas avoir la force physique d’assumer une campagne en plus de son mandat actuel. Elle fait aussi de nouvelles révélations :

Géraldine Savary
Conseillère aux Etats, PS/VD
Géraldine Savary Conseillère aux Etats, PS/VD

A l’époque, le parti socialiste n’a, à aucun moment, souhaité vérifier ces comptes, a déclaré la conseillère aux Etats devant la presse. Elle a précisé que ces dons ne lui ont pas été versés personnellement, mais sur les comptes de comités de campagne. Pour sa part, le chef de groupe socialiste aux Chambres Roger Nordmann parle d’une grande perte pour le parti :

Roger Nordmann
Chef de groupe socialiste aux Chambres
Roger Nordmann Chef de groupe socialiste aux Chambres

Cela fait 15 ans que Géraldine Savary siège à Berne. Enfin, elle en appelle aux médias pour qu’ils s’intéressent, je cite, « avec la même vigueur aux comptes de campagne » de ses concurrents d’alors.

Parmi les premières réactions, celle des Verts vaudois qui regrettent, mais comprennent la décision de Géraldine Savary. L’UDC Vaud estime pour sa part que l’annonce de Géraldine Savary est le résultat « d’un règlement de comptes interne au Parti socialiste », ce qui affaiblit la liste PS pour les élections fédérales de 2019. Enfin, la réaction du milliardaire Frederik Paulsen, qui a contribué au financement des campagnes de Géraldine Savary et Luc Recordon. Il dit regretter la décision de la conseillère aux Etats vaudoise. Il dénonce aussi « le harcèlement médiatique et politique » qui s’est abattu sur elle.

Continuer la lecture
3 Commentaires

3 Comments

  1. Notification automatique: Rebecca Ruiz part en campagne "sur le terrain" | Radio LFM

  2. Notification automatique: Rebecca Ruiz part en campagne « sur le terrain » – News

  3. Notification automatique: L'élite du judo suisse s'entraînera à Yverdon-les-Bains – News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

La STEP régionale de La Côte franchit une nouvelle étape

Publié

le

Une station d'épuration régionale doit voir le jour en 2025 à Gland (photo d'illustration). CREDIT: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Le projet de station d’épuration régionale sur La Côte avance. Une nouvelle association intercommunale, l’APECplus, a été lancée pour piloter la construction de cette future STEP basée à Gland (VD).

Les trente communes partenaires doivent désormais se prononcer durant le premier trimestre 2020 sur les statuts d’APECplus, annonce celle-ci jeudi dans un communiqué. Il s’agira également de mener les premières études pour la réalisation de la STEP, estimée à ce stade à environ 98 millions de francs.

La planification actuelle prévoit le début des travaux pour 2023 et une mise en service en 2025. A terme, la STEP doit permettre de traiter les eaux usées de 120’000 équivalents habitants.

Cette STEP régionale unique, qui doit remplacer les quatre stations existantes, est « l’option qui présente le plus d’avantages, aussi bien sur le plan financier qu’environnemental », affirme l’APECplus. Les nouvelles infrastructures doivent mieux préserver les cours d’eau et le lac Léman, grâce notamment à un meilleur traitement des micropolluants et de l’azote.

L’APECplus rappelle qu’une évaluation des sites de la future STEP a été menée dès 2012, l’implantation étant impossible sur les sites actuels de Gingins, Nyon, Prangins et Gland. Le choix s’est finalement porté le site du Lavasson, situé sur la commune de Gland. Il a été retenu comme étant « le plus pertinent aussi bien du point de vue technique qu’environnemental ou territorial. »

Le projet sera financé à hauteur d’environ 20% par la Confédération et l’Etat de Vaud, dans le cadre du plan cantonal micropolluants.

 

Continuer la lecture

Vaud

Plus de 50’000 joints fumés chaque jour dans le canton de Vaud

Publié

le

Une vaste étude sur la consommation de cannabis des Vaudois a été réalisée (archives). (©Keystone/EDI ENGELER)

Le cannabis rapporte moins que la cocaïne. Une étude inédite réalisée pour le canton de Vaud montre que si le cannabis reste largement le stupéfiant le plus utilisé, il n’est pas le plus lucratif.

Le marché vaudois du cannabis pèse entre 32 et 46 millions de francs de chiffre d’affaires annuel, pour des bénéfices se situant entre 20 et 30 millions, montre l’étude menée conjointement par Addiction Suisse, l’Ecole des sciences criminelles de l’Université de Lausanne et Unisanté. Pour la cocaïne, les ventes sont estimées entre 47 et 57,4 millions, selon la précédente étude de ces trois instituts.

En se basant sur les chiffres vaudois, les chercheurs extrapolent à 340 à 500 millions de francs le chiffre d’affaires annuel du cannabis en Suisse, avec des gains de l’ordre de 220 à 325 millions.

« Nous pensions que le cannabis représentait le plus gros marché dans tous les sens du terme. Or son chiffre d’affaires est moins important que celui de la cocaïne, tout en restant nettement supérieur aux autres stupéfiants » comme l’héroïne, l’ecstasy ou les amphétamines, explique Frank Zobel, directeur adjoint d’Addiction Suisse, contacté par Keystone-ATS.

En matière de volume, le cannabis reste loin devant. La consommation annuelle est estimée entre 3,5 et 5,1 tonnes dans le canton de Vaud, soit l’équivalent de plus de 50’000 joints fumés chaque jour. Cette quantité est 4 à 7 fois supérieure à tous les autres stupéfiants réunis. Extrapolée au niveau suisse, la consommation helvétique se situe entre 40 et 60 tonnes.

Caverne d’Ali Baba

Les auteurs de l’étude, qui s’étaient déjà penchés ces dernières années sur l’héroïne et les stimulants (cocaïne notamment), montrent aussi à quel point le marché du cannabis est disparate. « C’est une caverne d’Ali Baba, on y trouve de tout », image M. Zobel.

Il évoque notamment le retour du haschich importé, qui avait été supplanté dans les années 90 par la marijuana produite localement. « Ce haschich vient presque exclusivement du Maroc, où les producteurs ont changé leurs plants pour proposer un produit avec plus de THC », indique M. Zobel.

Le directeur adjoint d’Addiction Suisse signale aussi l’apparition d’un nouveau mélange sur le marché, un cannabis illégal à fort taux de THC coupé avec du cannabis légal (CBD). La chute des prix sur le marché du cannabis légal est l’une des raisons ayant contribué à l’apparition d’un tel produit.

L’étude montre également que le marché vaudois du cannabis, et suisse par extension, tourne grâce aux gros consommateurs. La moitié de la consommation de cette substance vient d’usagers réguliers (20 jours ou plus par mois), représentant moins de 9% de l’ensemble des utilisateurs. Ces usagers intensifs sont entre 5000 et 7000 en terre vaudoise, et dépensent en moyenne 314 francs par mois.

Les usagers (ou ex-usagers) d’héroïne jouent également un rôle important: ils consomment environ 10% du volume total de cannabis, alors qu’ils ne représentent que 1 à 2% de l’ensemble des usagers.

Régulation

Pour M. Zobel, ces études permettent de « beaucoup mieux comprendre l’univers dans lequel circulent les consommateurs de drogue. » Réalisées grâce à l’analyse des eaux usées et à des entretiens (usagers et policiers), elles permettent également « de casser les clichés » qui gravitent autour de ce marché.

Concernant le cannabis, M. Zobel rappelle qu’Addiction Suisse soutient les essais pilotes pour mieux encadrer la consommation. « La prohibition ne marche pas très bien. Il faut essayer autre chose, notamment pour mieux protéger les jeunes. Nous sommes favorables à une régulation intelligente », affirme-t-il.

Continuer la lecture

Vaud

Accident d’avion mortel à Saint-Légier

Publié

le

Un avion s’est écrasé mercredi soir à St-Légier (VD), a indiqué la police vaudoise à Keystone-ATS, confirmant une information du Blick. Les deux personnes à bord sont décédées.

L’appareil a décollé à 19h30 de l’aérodrome d’Ecuvillens (FR). Il a disparu des écrans radar à 20h30, suite à quoi un hélicoptère et des patrouilles des polices vaudoise et fribourgeoise ont été déployées, a précisé Christian Bourquenoud, répondant presse à la police cantonale vaudoise.

La carcasse de l’avion a été retrouvée peu après 22h00 à St-Légier. L’identification des occupants est toujours en cours.

Continuer la lecture

Vaud

La 3e voie sur l’A1 entre Cossonay et Lausanne est en fonction

Publié

le

La 3e voie entre Lausanne et Cossonay est active depuis ce lundi 20 janvier 2020. (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Il est désormais plus aisé de circuler entre Yverdon et Lausanne sur l’autoroute A1. Depuis lundi, la bande d’arrêt d’urgence entre Villars-Ste-Croix et Cossonay est ouverte aux véhicules aux heures de pointe pour fluidifier ce tronçon de 2,9 km souvent surchargé.

« Cela fonctionne bien. Les automobilistes ont naturellement adopté leur comportement », indique mercredi Olivier Floc’hic, porte-parole de l’Office fédéral des routes (OFROU), contacté par Keystone-ATS. Après le secteur Morges – Ecublens, ce n’est que la deuxième fois en Suisse qu’une bande d’arrêt d’urgence est aménagée pour servir de troisième voie.

Comme pour Morges, le tronçon Villars-Ste-Croix – Cossonay est surveillé par les opérateurs du centre de la Blécherette à Lausanne. Ce sont eux qui décident lorsqu’il faut activer la bande d’urgence, notamment quand le seuil des 35 véhicules au kilomètre est dépassé.

Le gros du trafic se concentre entre 6h15 et 7h30 le matin en direction de Lausanne, et entre 16h et 18h en direction d’Yverdon, note M. Floc’hic. Il précise que la bande d’urgence peut aussi être ouverte en pleine journée lors d’un embouteillage.

A Morges, ce système a fait ses preuves depuis janvier 2010. Une étude de l’EPFL a montré fin 2014 que l’ouverture de la bande d’urgence dans ce secteur a eu « des effets conséquents sur la fluidité du trafic ». Les chercheurs ont aussi constaté une diminution des émissions de CO2 grâce à une circulation moins saccadée et une vitesse réduite. Les accidents ont également été moins nombreux.

Autres études en cours

« Nous attendons à nouveau passablement de bonnes choses pour le tronçon Villars-Ste-Croix – Cossonay », affirme M. Floc’hic. Il souligne que des études sont en cours pour équiper d’autres segments d’autoroute en Suisse. « Ce n’est qu’une étape qui pourrait en appeler d’autres », relève-t-il.

A noter finalement que, en plus de l’utilisation de la bande d’arrêt d’urgence, un système de dosage avec des feux à la jonction de Cossonay (entrée direction Yverdon) est prévu par l’OFROU. Ce système, qui sera mis en place mi-2020, permettra de contrôler le flux d’insertion des véhicules sur l’autoroute.

La bande d’arrêt d’urgence est ouverte à la circulation sur l’A1

VIDEO : KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN

Continuer la lecture

Vaud

Blonay et St-Légier voteront le 17 mai sur leur fusion

Publié

le

Les citoyens des deux communes voteront le 17 mai prochain. (KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les Conseils communaux de Blonay et de St-Légier-La Chiésaz ont donné mardi soir leur aval à une fusion des deux communes. La décision finale reviendra aux électeurs. Un scrutin est agendé le 17 mai prochain.

Le projet de fusion a franchi une nouvelle étape décisive, annoncent mercredi les deux municipalités dans un communiqué de presse commun. Le Conseil communal de Blonay a dit oui par 38 voix contre 18 et 3 abstentions. St-Légier-La Chiésaz a donné son feu vert par 53 oui contre 6.

Les communes soulignent « le signal fort » donné par les législatifs. Les deux syndics, Alain Bovay et Dominique Martin, souhaitent « poursuivre le dialogue » avec les opposants, car « il serait dommage que le projet soit refusé en raison d’inquiétudes infondées », écrivent-ils. Deux débats sont prévus en avril.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Le dernier mot est toujours pour vous… alors qu’il vous serait salutaire, parfois, d’apprendre à écouter. Ouvrez-vous aux conseils…

Publicité

Les Sujets à la Une

X