Rejoignez-nous

NotreHistoire.ch

La fabuleuse histoire de la famille Kunz

Publié

,

le

Roland Kunz est un enfant de Villars-sur-Ollon qui a fait mille choses dans sa vie, prof de ski pour les Grimaldi, homme d'affaires et aujourd'hui gérant d'un fonds photographique précieux.

Roland Kunz en tenue de montagnard, devant le Villars Palace. L'hôtel a été restaurée et va rouvrir en fin d'année.

Roland Kunz m'accueille un jour chez lui en 2020 à Villars-sur-Ollon. Il me fait visiter son grand chalet familial qui surplombe le centre de la station de sport d'hiver. Ce fils de photographes villardoux a eu une vie d'entrepreneur dans le commerce de centrifugeuses pour laboratoires sanguins qui le mena à travers le monde. Il s'est arrêté quelques années au Brésil où il rencontra sa femme Adrienne.

Le Villars Palace à l'époque de la mode du bobsleigh, dans les années 1930 (photo Arnold Gottlieb Kunz)

Roland a aussi hérité des fonds photographiques que sa sœur et son père géraient au sein de leur boutique historique (la toute première à Villars), la seule dans le village depuis les années 30. Des milliers de photos en noir et blanc de paysages montrant l'évolution de Villars et de ses alentours. Il y a quelques jours, j'ai pris mon téléphone pour prendre des nouvelles de Roland et de son projet de créer un petit musée photographique dans le centre de Villars, là où fut installée la maison et la boutique de ses parents. Je lui ai aussi annoncé que j'aimerais partager avec les lecteurs de LFM.ch et de notreHistoire.ch un texte qui rappelle à quel point le travail de sélection de quelques photos du fonds familial avait été passionnant pour moi. Ce fonds composée de plaques de verres, de diapositives et planches de contact aux vignettes miniatures, sans oublier les tirages papier par centaines rangés dans des albums et des cartons tous rangés dans une pièce spéciale.

Arnold Gottlieb installé dans l'entrée de son magasin de photos dans la rue centrale à Villars.

Pour vous chers lecteurs voici une sélection exclusive de photos publiées dans plusieurs galeries comprenant des clichés réalisés par la petite entreprise Kunz et des photos commentées par Roland (il a une belle voix de radio d'ailleurs). Merci d'en faire un bon usage, cette matière vaut de l'or.

La déneigeuse devant la boutique Kunz à Villars-sur-Ollon (photo d'Arnold Gottlieb Kunz).

Participez au projet romand de la plateforme notreHistoire.ch qui consiste à publier vos documents audiovisuels (photos, films, textes et vidéos) ayant un intérêt historique. Participez à nos challenges ludiques sur l'histoire romande. Merci de rejoindre notre communauté qui compte déjà 6'500 membres.

 

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NotreHistoire.ch

Mon grand-père, Arthur Schlageter

Publié

le

Michel Schlageter est le petit-fils d'Arthur Schlageter, le célèbre sculpteur né à Clarens en 1883. Il remet en lumière l'oeuvre de l'aïeul sur notreHistoire.ch.

"La Baigneuse numéro 2" sur le bord du lac à Territet (photo Eric Hill)

Arthur a appris à tailler la pierre à Vevey dès l'adolescence. Puis il s'est inscrit à l'Ecole des Beaux-Arts de Genève. Son itinéraire artistique ensuite, comme certaines personnes de notreHistoire.ch nous le racontent en images (merci Syvie Bazzanella et Anne-Marie Martin-Zürcher), est remarquable. D'où l'idée de demander à Michel de nous écrire un texte personnel sur son grand-père. Il l'a fait volontiers et en voici les premières lignes.

"Depuis tout petit, j’étais entouré de statues, bas-reliefs et peintures qui décoraient notre appartement. Je me souviens que mes camarades d’école étaient surpris de voir ces statues de femmes nues, de ces bustes sans jambes ni bras. Des souvenirs que je garde de mon grand-père, je retiens les visites dans son atelier au chemin de Chandieu à Lausanne. Là, pendant plusieurs décennies, il a travaillé patiemment sur un nombre important de statues et formé quelques étudiants en sculpture..."

Pour lire la suite du texte de Michel, cliquez sur ce lien.

L'Offrande, par Arthur Schlageter, promenade Derrière-Bourg à Lausanne (photo de Sylvie Bazzanella)

Michel Schlageter souhaite travailler sur l'héritage artistique de son grand-père et si possible rassembler un maximum d'informations lui permettant de réaliser un catalogue de l'œuvre d'Arthur, ainsi qu'une biographie. Si vous possédez quelque information que ce soit sur le sculpteur vaudois (photos de ses œuvres, copies de documents ou de lettres...), son adresse e-mail est : m.schlageter@hotmail.com. Vous pouvez aussi passer par notreHistoire.ch si vous estimez que ces informations peuvent être publiées sur la plateforme.

Merci pour lui, merci pour Arthur Schlageter. Un sculpteur apprécié, d'ailleurs Sylvie Bazzanella a consacré une galerie spéciale à consulter ici.

Continuer la lecture

NotreHistoire.ch

Ce docteur aidait les tuberculeux à Leysin

Publié

le

Le Dr. René Burnand a dirigé le Sanatorium populaire de Leysin de 1911 à 1926

René Burnand a œuvré au service des malades vaudois au début du XXe, inspiré par son cousin médecin Edouard de Cérenville qui avait ouvert un sanatorium à Leysin. Son histoire est racontée par Philippe Chappuis de notreHistoire.ch.

Un défenseur des malades de la tuberculose

Dr. René Burnand, l'oncle de la mère de Philippe Chappuis, un homme dévoué face aux malades ici devant le Sanatorium populaire de Leysin autour de 1920 (fonds Pierre Auguste Chappuis publié sur notreHistoire.ch, copyright Philippe Chappuis).

René Burnand (1882-1960) était l'oncle de la mère de Philippe Chappuis, une dénommée Eveline et le frère de Franz, son père. Voici ce que raconte Philippe sur notreHistoire.ch, "enfant, nous ne l'avons pas ou peu connu, et ce n'est que plus tard, par mes études de médecine, que je l'ai placé dans l'histoire de ma famille, mais aussi de celle de la médecine comme un personnage important car, au temps héroïque des sanatoriums, il s'est battu avec beaucoup d'énergie et d'engagement humain contre la tuberculose au traitement presque impossible avant l'arrivée des antibiotiques en 1947. René n'a pas choisi la médecine par vocation scientifique, il se sait polyvalent, aime écrire, la peinture, il dit l'influence qu'exerça sur son choix l'exemple du médecin de la famille et cousin Edouard de Cérenville 1843-1915 qui fut l'un des créateurs de la station climatique de Leysin (1888 avec Louis Secrétan et Ami Chessex) et l'un des fondateurs de la Ligue vaudoise contre la tuberculose en 1906."

museris.lausanne.ch/SGCM/GetIm...

Edouard de Cérenville en 1914 par Francis de Jongh (Musée historique de Lausanne)

"René Burnand dit de son parcours médical qu'il l'a fait "chemin faisant", animé par une grande acuité d'observation. Il fut un homme de terrain, ce que l'on appelle un clinicien, privilégiant, comme outil diagnostique, l'observation de son patient. Parlant de son métier, il juge qu'il a beaucoup bénéficié de son intérêt passionné, de sa curiosité avide pour les êtres et les choses et d'un besoin constant de porter un regard très large sur ses malades pour le diagnostic le plus juste.

sanatorium populaire de Leysin

Le sanatorium populaire de Leysin (Leysin American School Savoy Campus route de Preylan/Philippe Chappuis)

"J'ai eu le grand plaisir de trouver aux archives cantonales vaudoises un album (où se trouvait cette image souriante de René Burnand) relatant l'histoire du Sanatorium Populaire de Leysin qu'il dirigea de 1911 à 1926. Cet album est un témoignage très touchant de l'humanité avec laquelle il a pratiqué la médecine de sanatorium, transformant cette micro-société confrontée à des règles très contraignantes et à l'omniprésence de la mort, en une un communauté presque familiale et chaleureuse, une période particulièrement heureuse de sa vie."

Merci beaucoup à Philippe Chappuis pour ce beau témoignage consacré à la vie professionnelle de son oncle, pour le bien des malades. Consultez le fonds de Philippe Chappuis consacré à son grand-père Pierre Auguste et à sa famille en cliquant sur ce lien.

 

Continuer la lecture

NotreHistoire.ch

L'exil vaudois de Coco Chanel

Publié

le

La journaliste Marie Fert raconte dans "Gabrielle Chanel, les années d'exil" la vie sur les bords du Léman de la plus célèbre des créatrices de mode à la française : Coco Chanel.

Il y a cinquante ans, Gabrielle Chanel s'éteignait dans une chambre de l'Hôtel Ritz, place Vendôme, à Paris. Mais c'est au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne qu'elle repose depuis le 14 janvier 1971. "Gabrielle Chanel, les années d'exil" (éditions Slatkine) est un passionnant ouvrage qui nous fait prendre conscience, au fil de ses 130 pages, de l'importance de Lausanne et de la région lémanique dans la vie de Coco Chanel.

La tombe de Coco Chanel au cimetière Bois-de-Vaux à Lausanne (Sylvie Bazzanella/notreHistoire.ch)

La grande couturière fut vilipendée pour ses proches relations avec des représentants du régime nazi, ce qui parfume le récit de sa vie en Suisse d'une odeur de scandale qui n'a rien de commun avec le "Chanel N°5", le plus grand succès de ses créations. Marie Fert répond dans l'interview qui suit aux questions qu'on se pose sur les choix douteux de la native de Saumur dans l'ouest de la France. Notez que cet ouvrage très complet est une véritable mine d'or d'anecdotes et d'informations inédites, venues entre autres organismes, des Archives de la Ville de Lausanne ou des Archives cantonales vaudoises.

"Gabrielle Chanel, les années d'exil", premier ouvrage de la journaliste Marie Fert

Pourquoi avoir choisi de parler d’une fameuse personnalité du luxe français sous forme d’essai biographique ?

Marie Fert : Le point de départ, ce sont deux dates, le 10 janvier 1971, jour du décès de Gabrielle Chanel à l’âge de 88 ans dans sa chambre du Ritz à Paris, et, quatre jours plus tard, son enterrement au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne. Dans les nombreuses biographies se rapportant à la créatrice, le volet suisse de sa vie se résume à quelques pages. Dans le cadre du cinquantième anniversaire de sa disparition, j’ai tenté d’en savoir plus sur ses séjours en Suisse.

Gabrielle « Coco » Chanel a choisi la Suisse pour ses nombreuses escapades réparatrices, loin du tumulte parisien. Qu’est-ce qu’elle trouvait ici en Suisse?

En Suisse, Gabrielle Chanel se sentait en sécurité. A la libération, Lausanne a été pour elle une terre d’accueil, un havre de paix, un port d’attache : personne ne viendrait lui réclamer des comptes sur ses relations avec l’occupant allemand dans la capitale vaudoise. Elle ne risquait pas de procès pour avoir trop fréquenté des hauts gradés allemands.

Pourriez-vous décrire cette liaison avec Hans Günther von Dincklage, un des pontes de la propagande nazie en France ? Cette liaison dit-elle beaucoup sur l’antisémitisme et l'attirance pour l'argent des puissants de Gabrielle Chanel?

Quand elle débute sa liaison avec Hans Günther von Dincklage, elle a plus de cinquante ans et elle ne voulait pas s’interdire une dernière grande histoire d’amour. Des témoignages mentionnent, en effet, son antisémitisme, mais elle était loin d’être la seule en France à cette époque-là. Il faut toujours replacer les faits dans un contexte historique, et l’antisémitisme touchait un pan important de la société conservatrice et catholique. Souvenons-nous de l’affaire Dreyfus. Ceci étant, ce contexte n’excuse pas les propos ou les actes qu’elle a pu commettre. Plus que pour l’argent, c’est d’abord par fierté qu’elle a tenté, en vain, de profiter de ses relations avec les Allemands pour récupérer ce qu’elle estimait être son dû à savoir la société qui produisait son parfum, le Chanel n°5. Cette société portait son nom, mais elle était une actionnaire minoritaire avec seulement 10% des parts. Cette situation était insupportable pour elle.

Cette relation avec un autre exilé français en terres lausannoises l’écrivain Paul Morand est-elle un hasard ? Peut-on parler d’une sorte d’union entre « pestiférés » de la République sur les bords du Léman ?

Lausanne en 1945 a accueilli beaucoup d’anciens ministres ou de collaborateurs de Pierre Laval et du Maréchal Pétain : ils risquaient une condamnation à mort s’ils restaient en France. Paul Morand était de ceux-là, sauf que lui se trouvait déjà en Suisse : il a été le dernier ambassadeur de France à Berne comme représentant du régime de Vichy. Le général De Gaulle le détestait et il était persona non grata à Paris. Gabrielle Chanel et l’écrivain se connaissent depuis les années folles, ils participaient aux mêmes soirées extravagantes, et l’exil a resserré ces liens. La couturière l’a beaucoup aidé à un moment où il était dans une situation financière délicate. Avec les années, leur relation amicale s’est distendue.

Oscar Forel, psychiatre réputé de Prangins, recevait des patients du monde entier. Gabrielle Chanel a été de ceux-là, pour quelles raisons ?

Gabrielle Chanel n’a pas été hospitalisée à Prangins, mais elle a accompagné l’une de ses connaissances. En revanche, son nom figure parmi les patients de la clinique Valmont à Glion sur Montreux. Impossible de savoir de quoi souffrait la créatrice, les archives de la clinique ont été détruites.

Il y a un lien entre le Château du Signal à l’adresse Route du Signal 22 à Lausanne et Gabrielle Chanel ? Vous racontez qu’elle habitait juste à côté de ce magnifique château qui a appartenu à l'éditeur puissant Albert Mermoud puis à David Bowie. Ce fut un endroit qu’elle chérissait et qu’on lui a refusé ?

Contrairement à ce qu’on a l’habitude de lire, Gabrielle Chanel était locataire et non propriétaire de la villa située Signal 20. Mais il est vrai qu’elle aurait aimé acquérir le château situé à côté de sa demeure lausannoise. David Bowie a eu plus de chance qu’elle !

Elle est morte à Paris mais fut enterrée à Lausanne le 14 janvier 1971. Pourquoi Lausanne et pas la capitale française ?

Elle était très attachée à la Suisse et pas seulement pour des raisons fiscales ou parce qu’elle avait des comptes dans des banques suisses. Chaque fois qu’elle se sentait fatiguée après la présentation d’une collection de haute-couture, elle venait se ressourcer au bord du lac Léman, se ré-oxygéner, se détendre. Lausanne était synonyme de tranquillité pour elle. Elle aimait les montagnes suisses, les promenades en forêt. Qu’elle choisisse Lausanne pour dernière demeure s’inscrit dans une certaine logique.

Qu’est-ce qui vous le plus marqué dans ce travail de recherche ?

J’étais partie avec beaucoup d’a priori sur Gabrielle Chanel, elle était antisémite, égocentrique, pas franchement sympathique. Elle cochait toutes les cases pour un portrait à charge. Et pourtant en enquêtant sur elle, je me suis surprise à écrire le prénom de Gabrielle et non pas le diminutif de Coco. C'était très étrange. Sans doute parce qu’au-delà de ses nombreux défauts et des actes répréhensibles qu’elle a pu commettre, au-delà d’un caractère difficile, elle a un parcours qui interpelle. Pour preuve la marque Chanel brille toujours, est connue mondialement, alors que peu de personnes se souviennent du nom de sa grande rivale d’avant-guerre, la couturière Elsa Schiaparelli. Gabrielle Chanel était visionnaire, elle a libéré le corps des femmes avec des vêtements souples, et particulièrement déterminée. Ce dernier trait de caractère l’a aidée à rebondir, à retrouver le sommet de la haute-couture quand les lois d’amnistie lui ont permis de faire son come-back à Paris. A un âge où d’autres aspirent à une retraite méritée.

Avez-vous l’envie d’effectuer un travail analogue avec une personnalité ayant eu une vie dans notre région ?

J’aimerais bien, en effet, mener un travail d’investigation autour d’une autre personnalité. Reconstituer le puzzle des séjours de Gabrielle Chanel en Suisse fut un travail d’enquête passionnant. J’ai appris beaucoup de choses, même si ce fut particulièrement compliqué en raison de la crise sanitaire.

Propos recueillis par David Glaser

Une galerie consacrée à Coco Chanel est consultable ici sur notreHistoire.ch.

"Gabrielle Chanel, les années d'exil" (éditions Slatkine)

 

Continuer la lecture

NotreHistoire.ch

Marius donne son nom au Château Saint-Maire

Publié

le

Sur notreHistoire.ch, une série nommée "Bâtir la Suisse" parle de personnages romands qui ont construit notre pays. Un Vaudois en fait partie: Marius d'Avenches.

Photo du Château Saint Maire à Lausanne, par Anne-Marie Martin Zürcher.

La plateforme collaborative notreHistoire.ch consacre un paragraphe sur un Vaudois qui a particulièrement compté dans notre construction nationale, notamment religieuse : l'évêque Marius d'Avenches. Le château Saint-Maire qui héberge les autorités de l'Etat de Vaud porte ce nom en son honneur.

C'est au VIe siècle que vécut ce prélat très bien vu pour son action de son vivant, et après. Vraisemblablement, Marius avait décidé de déménager son siège épiscopal d'Avenches à Lausanne entre 587 et 593 (cf: Justin Favrod, La Chronique de Marius d'Avenches (455-581) et portrait du même auteur dans "Quel est le salaud qui m'a poussé? Cent figures de l'Histoire suisse", infolio éditeur). Le centre névralgique de l'activité religieuse d'une grande partie du plateau Suisse s'est donc déplacé vers la capitale vaudoise.

Lausanne, le château

Photo d'une carte postale du Château Saint-Maire publiée sur notreHistoire.ch par Albin Salamin

L'ecclésiastique a eu une très belle réputation, œuvrant auprès des plus démunis, avec humilité, travaillant sur l'édition de récits historiques, au point de publier une chronique de l'histoire du monde. Marius venait d'une famille noble possédant des terres à Payerne et à Autun (Saône et Loire, département de Bourgogne-Franche Comté, dont il est originaire).

Après sa mort en 593, sa dépouille a reposé à l'Eglise de Saint-Thyrse de la Cité à Lausanne. Le diacre Thyrse fut lui-même envoyé à Autun en provenance de Smyrne (Turquie) au IIe siècle. Il devait évangéliser la Gaule. Les hommes de Marc Aurèle ne le laisseront pas aller jusqu'au bout de son dessein. Thyrse est mort en martyr en 177. Pour l'historien Justin Favrod, il est probable que Marius d'Avenches ait fait venir les reliques de Saint Thyrse à Lausanne, leur origine autunoise commune ayant sans aucun doute un lien.

D'Avenches à Lausanne

Marius aurait construit plusieurs édifices religieux dans son diocèse, après son ordination épiscopale, à Avenches et dans une église paroissiale à Payerne, vraisemblablement érigée en juin 587. Comme l'écrit Justin Favrod dans son article publié sur notreHistoire.ch, "l'abbatiale clunisienne fondée à Payerne dans les années 960 par l'impératrice sainte Adélaïde pour accueillir la dépouille mortelle de la reine Berthe" aurait été construite juste à côté de l'église paroissiale de Payerne (inaugurée le 24 juin 587).

Selon certaines analyses historiques, le déplacement du diocèse vers Lausanne n'est pas du seul fait de Marius d'Avenches car rien n'atteste qu'il ait siégé en tant qu'évêque à Lausanne. Selon Wikipedia, au VIe siècle, "les structures ecclésiales reprennent celles de l'Empire romain et Marius siège dans la cité épiscopale de l'Helvétie : Avenches. Néanmoins, cette période est passablement troublée par les incursions germaniques, notamment alamanes. Aussi le siège du diocèse a régulièrement oscillé entre Avenches, Vindonissa (Windisch) et Lausanne." Le siège épiscopal est définitivement installé à Lausanne dès le début de la seconde moitié du VIIe. Après la mort de Marius, le siège épiscopal fut vacant durant près de 45 ans. C'est en 639 qu'Arricus deviendra évêque de Lausanne.

Nous proposons aux amateurs d'histoire de rejoindre le projet notreHistoire.ch, on a plus que jamais besoin de membres actifs heureux de publier leurs documents sur l'histoire romande ou sur leur histoire familiale, entrepreneuriale ou associative.

Venez nous rejoindre sur notreHistoire.ch, un projet de mémoire audiovisuelle suisse, unique au monde, car croisant des sources privées avec des sources institutionnelles (RTS, Archives cantonales vaudoises...).

 

 

 

Continuer la lecture

NotreHistoire.ch

Une famille victime d'une énorme injustice à Saint-Sulpice

Publié

le

Du début au milieu des années 60, l'Américain-Hollandais Henri-Louis Fentener résidant à Saint-Sulpice, a été la victime d'une injustice. On l'expulsé entre autres pour avoir négligé une réglementation suisse sur le bâtiment.

Quel fut le tort de Henri-Louis Fentener van Vlissingen? Avoir fait connaître publiquement son désaccord avec une loi qu'il ne pouvait connaître, car édictée après les premiers travaux de sa villa. Un énorme scandale dont plusieurs acteurs ont une responsabilité importante.

Dans une Suisse "propre en ordre" au cœur des années 60, alors que l'on déteste les gens qui font des histoires, Henri-Louis Fentener van Vlissingen, son épouse et ses quatre enfants ont pourtant reçu le soutien de nombreux de leurs voisins de Saint-Sulpice. Il y a eu aussi une remarquable campagne de presse favorable à cette famille installée dans la commune depuis plusieurs années. Une famille étrangère et intégrée,  bien sous tous égards, comme en atteste cet article du Nouvelliste du Rhône du 9 avril 1966.

L'affaire est une accumulation de faits s'étendant de 1960 à 1966. D'abord, l'héritier d'une famille Fentener van Vlissingen très puissante au Pays-Bas (la société de trading SHV, les entrepôts Makro, présence dans l'industrie du voyage) vit en Suisse et bénéficie d'une fortune personnelle conséquent. Il décide de construire sa villa à St-Sulpice.

Cependant, pour des raisons de dépassement de quelques centimètres du toit de cette villa, un ordre d'expulsion de la commune de Saint-Sulpice a été émis. Le Nouvelliste du Rhône écrit que la famille Fentener est "victime d'une bien vilaine machination due à quelques « politicards », machination qui a abouti à une énorme injustice" : l'interdiction de séjour pour le chef de famille Henri-Louis Fentener.

122 personnes signent la pétition

Une pétition paraphée de 122 signatures a été signée le 6 avril 1964 adressée au Grand Conseil du canton de Vaud pour laisser Fentener et sa famille finir leurs travaux. En effet, les travaux de la villa ont été arrêtés illégalement par l'autorité communale en date du 1er avril 1961 sur la base d'un nouveau règlement approuvé le 11 avril 1961 par le Conseil d'Etat (rétro-activité juridique inadmissible en l'espèce).

Pour le journal valaisan, il ne fait aucun doute qu'il y a eu abus d'autorité qui a entraîné une série de démarches administratives et judiciaires indignes selon le journal. L'ancien géomètre morgien Jean-Frédéric Mayor a été le témoin direct de ce scandale. Il raconte au micro de notreHistoire ce qui a déclenché cette affaire particulièrement cruelle pour toute la famille Fentener. Le jeune géomètre explique qu'il est en partie à l'origine de cette histoire.

L'affaire Fentener
Document NotreHistoire.ch
L'affaire FentenerDocument NotreHistoire.ch

Les citoyens de Saint-Sulpice sont venus amicalement et bénévolement aider la famille Fentener à finir les travaux sur le toit malgré l'interdiction du chantier (photo Le Nouvelliste du Rhône/docrero.ch) Cliquez sur le lien pour lire l'article du Nouvelliste du Rhône du 9 avril 1966.

Pour construire ensemble la grande Histoire des Romands, venez publier vos documents et créer vos galeries sur notreHistoire.ch. 

Découvrez aussi notre galerie spéciale LFM ici.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Les astres mettent l’accent sur votre job. Courage et optimisme vous pousseront à vous lancer dans des plans d’envergure.

Publicité

Les Sujets à la Une

X