Rejoignez-nous

Coronavirus

Coronavirus: l'EPFZ devise la facture à 100 milliards de francs

Publié

,

le

Image Prétexte (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)
Les dix milliards de francs déjà promis par le conseil fédéral pour atténuer l'impact de l'épidémie de coronavirus sur l'économie helvétique ne constituent qu'une fraction des montants nécessaires, selon deux professeurs d'économie de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Hans Gersbach et Jan-Egbert Sturm préconisent dans une prise de position mercredi la création d'un "fonds suisse" doté de 100 milliards de framcs et destiné à éviter un dysfonctionnement du système économique, qui se traduirait par une forte destruction de valeur et une vague de faillites.

Les sociétés devraient par la suite rembourser "une part substantielle" des sommes perçues, à des conditions toutefois avantageuses et sur des période prolongées.

Les experts recommandent en outre une suspension du devoir d'annonce d'insolvabilité et ajoutent que des garanties étatiques permettraient aux entreprises de se voir plus facilement octroyer des prêts relais par les banques.

Conscient de "l'énorme mobilisation de ressources" que nécessiterait l'établissement d'un tel fonds, sans parler de l'entorse au frein à l'endettement, les économistes assurent que ces mesures ne menaceraient pas la note de crédit du pays, pour autant que l'économie retrouve à l'issue de la crise son niveau d'avant l'épidémie.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 1894 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les appels à la vaccination sont maintenus au coeur de la 4e vague. (© KEYSTONE/AP/Armando Franca)

La Suisse compte mercredi 1894 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 63 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'096 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'588, soit 307,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,70%.

Au total 10'236'498 doses de vaccin ont été administrées et 53,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'069'782 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 830'251 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'540'033 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'643 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'470.

Le pays dénombre par ailleurs 13'874 personnes en isolement et 14'822 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent NA autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Ministre de la délégation brésilienne à l'ONU atteint du Covid-19

Publié

le

Marcelo Queiroga va passer sa quarantaine à New York (archives). (© KEYSTONE/EPA/Joedson Alves)

Le ministre brésilien de la santé Marcelo Queiroga a été "testé positif au Covid-19", après avoir participé mardi à l'assemblée générale de l'ONU à New York. "Les autres membres de la délégation [...] sont négatifs", selon le secrétariat brésilien de la communication.

Le président brésilien Jair Bolsonaro, qui s'est montré sans masque à plusieurs reprises au cours du voyage, n'a pas été vacciné contre le Covid-19. Il a répété qu'il serait "le dernier" Brésilien à recevoir le vaccin.

Il s'agit du deuxième cas positif dans l'entourage de M. Bolsonaro depuis son arrivée dans la ville américaine. M. Queiroga était au côté de M. Bolsonaro lors de plusieurs événements, dont une rencontre lundi avec le premier ministre britannique Boris Johnson.

Bien que la délégation soit rentrée au Brésil, Marcelo Queiroga "restera aux États-Unis pendant la période d'isolement", a précisé le secrétariat. Vacciné contre le coronavirus, M. Queiroga, 55 ans, "se porte bien".

Masque sous le menton

Dans la soirée, le ministre de la santé a écrit sur Twitter que tout en suivant "tous les protocoles de sécurité sanitaire", le ministère "continuera à prendre des mesures fermes pour faire face à la pandémie au Brésil".

Dès dimanche soir à New York, Jair Bolsonaro avait fait sensation sur Twitter en se faisant photographier très décontracté avec ses collaborateurs, dînant d'une tranche de pizza, debout dans la rue, une facétie attribuée par les médias brésiliens à son refus du vaccin contre le Covid-19. Le ministre de la santé est le seul sur la photographie à porter un masque, mais sous le menton.

Interrogé sur sa gestion controversée de la pandémie, qui a fait plus de 591'000 morts au Brésil, M. Bolsonaro a ouvert l'assemblée générale de l'ONU par un discours, dans lequel il a fait plusieurs déclarations trompeuses ou inexactes, dont certaines liées à la pandémie, selon une vérification de l'équipe Factcheck de l'AFP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Amnesty international dénonce les inégalités face à la vaccination

Publié

le

Le Honduras a reçu fin août un nouveau lot de 99'450 vaccins contre le Covid-19 de la société pharmaceutique Pfizer, donné par les États-Unis par le biais du mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). (© KEYSTONE/EPA/Gustavo Amador)

Amnesty International (AI) lance une campagne mondiale pour lutter contre les inégalités face à la vaccination contre le Covid. La pétition "Cent jours pour rattraper le retard" demande que 40% de la population des pays pauvres soit vaccinée d’ici fin 2021.

"Il reste tout juste 100 jours avant la fin de l’année. Nous appelons les États et les compagnies pharmaceutiques à faire tout le nécessaire pour livrer à partir de maintenant deux milliards de doses de vaccin aux pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire inférieur", explique Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, dans un communiqué mercredi. La démarche est soutenue par l’Organisation mondiale de la santé, qui a fixé l'objectif des 40%, et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Le président américain Joe Biden s’apprête, dans un sommet tenu mercredi, à annoncer de nouveaux engagements pour combattre la pandémie de Covid-19, notamment la vaccination complète de 70% de la population mondiale d’ici au mois de septembre 2022.

Parallèlement, Amnesty International publie un nouveau rapport intitulé "Une double dose d’inégalité". En s'appuyant sur ce document, l'ONG dénonce six entreprises - AstraZeneca plc, BioNTech SE, Johnson & Johnson, Moderna Inc., Novavax Inc. et Pfizer Inc. -, "aux manettes du déploiement des vaccins contre le Covid-19, qui alimentent une crise des droits humains."

Selon AI, ces entreprises refusent de renoncer à leurs droits de propriété intellectuelle et de partager leur technologie. De plus, la plupart d'entre elles s’abstiennent de livrer des vaccins aux pays pauvres, poursuit l'ONG.

0,3% des doses pour les pays pauvres

Sur les 5,76 milliards de doses injectées dans le monde, 0,3 % d'entre elles est allée à des pays à faible revenu, tandis que les pays à revenu intermédiaire supérieur ou à revenu élevé en ont reçu 79%, avance AI. Malgré les appels leur demandant d’établir des priorités et de collaborer avec le dispositif Covax, l’outil international conçu pour assurer une répartition équitable des vaccins, certaines des entreprises évaluées ont continué d’alimenter les stocks de pays connus pour accumuler les doses en grande quantité.

"Certaines régions d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie doivent faire face à de nouvelles flambées du virus, qui acculent au bord du gouffre des systèmes de santé affaiblis et provoquent chaque semaine des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être évitées, poursuit Agnès Callamard, secrétaire générale d’AI. Dans beaucoup de pays à faible revenu, même les soignants et les personnes à risque ne sont pas vaccinés."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Vaccins Covid: laboratoires accusés de délaisser les pays pauvres

Publié

le

Sur 5,76 milliards de doses administrées contre le coronavirus, seules 0,3% l'ont été dans des pays à "faibles" revenus (archives). (© KEYSTONE/AP/Armando Franca)

L'ONG Amnesty international a accusé mercredi les groupes pharmaceutiques qui produisent les vaccins contre le Covid-19 d'alimenter une "crise des droits humains sans précédent". Elle réclame l'octroi de deux milliards de doses aux pays pauvres.

Dans un rapport intitulé "Une double dose d'inégalité: les compagnies pharmaceutiques et la crise des vaccins contre le Covid-19", l'ONG affirme que la plupart d'entre elles ne donnent pas la priorité aux pays les plus pauvres.

Cette publication intervient alors qu'un sommet mondial sur les vaccins est prévu mercredi. Le président américain Joe Biden a promis d'annoncer des engagements supplémentaires pour la vaccination des pays les moins avancés.

"Vacciner le monde est notre seule voie pour sortir de cette crise. Il devrait être temps de saluer ces entreprises, qui ont créé ces vaccins si rapidement, comme des héros", a déclaré dans un communiqué la secrétaire générale d'Amnesty, Agnès Callamard.

0,3% de vaccinés pauvres

L'ONG a passé en revue la politique d'AstraZeneca, Pfizer, BioNTech, Moderna, Johnson & Johnson et Novavax - dont le vaccin n'est pas encore approuvé - en matière de droits fondamentaux, fixation des prix, propriété intellectuelle, partage de connaissances et de technologie, allocation de doses et transparence. Elle a conclu qu'"à divers degrés, les six développeurs de vaccins n'ont pas respecté leurs responsabilités en matière de droits humains".

Sur 5,76 milliards de doses administrées, seules 0,3% l'ont été dans des pays à "faibles" revenus, 79% allant dans des pays aux revenus "moyens-supérieurs" et "élevés", souligne l'ONG.

Pfizer, BioNTech et Moderna prévoient de dégager au total 130 milliards de dollars de profits d'ici à la fin 2022, selon Amnesty, pour qui "les bénéfices ne devraient jamais passer avant les vies".

Si la plupart des groupes ont reçu "des milliards de dollars de financements gouvernementaux, les développeurs de vaccins ont monopolisé la propriété intellectuelle, bloqué les transferts de technologie et limité de manière agressive les mesures qui permettraient d'étendre la fabrication dans le monde de ces vaccins", accuse Amnesty.

L'ONG appelle entreprises et gouvernements à "changer de cap" pour fournir deux milliards de vaccins aux pays à faibles et moyens revenus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Embellie, mais la quatrième vague n'est pas terminée

Publié

le

Les cantons font face à une forte demande de tests, principalement avant le début de week-end et au début de la semaine, a aussi constaté le médecin cantonal zougois Rudolf Hauri (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Moins d'infections, moins d'hospitalisations: l'évolution positive de la pandémie de coronavirus se poursuit. Pas question cependant de parler de la fin de la 4e vague, a insisté mardi le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP.

Les personnes pouvant être rapidement infectées avec le retour du froid sont encore nombreuses, a expliqué Patrick Mathy au cours d'un point de presse des experts de la Confédération à Berne. Tirant un parallèle avec la deuxième vague, Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération, a rappelé que les chiffres avaient aussi reculé en septembre 2020, avant d'augmenter à nouveau.

Ce sont principalement les jeunes de 10 à 19 ans qui sont touchés cette fois. Comme la couverture vaccinale augmente dans cette catégorie, il faut donc s'attendre à une nouvelle baisse des admissions à l'hôpital à court terme, a indiqué M. Mathys.

"Il n'est pas sûr que les chiffres augmentent à nouveau", a poursuivi la bioéthicienne, qui considère cependant cette évolution comme probable avec la prochaine baisse des températures.

La Suisse comptait mardi 1235 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Quatre décès supplémentaires étaient à déplorer et 43 malades en plus étaient hospitalisés. La semaine dernière, environ 2000 nouveaux cas quotidiens étaient enregistrés.

Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est de 0,82. Mme Hurst a mis en lien cette amélioration avec le recul du nombre de personnes de retour de voyage à l'étranger.

Couverture vaccinale insuffisante

Patrick Mathys a toutefois rappelé que le taux d'occupation de soins intensifs restait "à un niveau très élevé". Les trois quarts des lits sont occupés, dont près 30% par des patients infectés par le coronavirus.

Et même si la situation épidémiologique s'améliore, le virus reste actif et volatil, a ajouté Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse. L'incertitude, couplée à une couverture vaccinale trop faible, empêche une levée des mesures de restriction. Les cantons font face à une forte demande de tests, principalement avant le début de week-end et au début de la semaine, a aussi constaté le médecin cantonal zougois.

Les quatre scientifiques participant à la conférence de presse ont tous déploré la lenteur de la progression vaccinale. Mardi, 53,75% de la population avait reçu deux doses. Mme Hurst a rappelé par ailleurs que neuf hospitalisations sur dix pouvaient être évitées par la vaccination. Et d'ajouter qu'en Suisse, jusqu'à 40'000 hospitalisations pourraient être évitées si toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées l'étaient.

Selon Patrick Mathys, une demande pour un autre vaccin existe en Suisse. C'est pourquoi la Confédération mène diverses négociations avec les fournisseurs, et pas seulement avec Johnson&Johnson.

Bientôt les 5-11 ans

Pfizer/BioNTech a récemment communiqué sur la sécurité de ses vaccins pour les 5-11 ans, a encore indiqué Samia Hurst. "Les données doivent encore être examinées par la communauté scientifique, mais le profil de sécurité est favorable et la réponse immunitaire des enfants robuste". La perspective de faire vacciner se rapproche également pour ce groupe d'âge.

La question d'un certificat obligatoire pour les enfants ne se pose pas pour l'instant. La prise en compte des enfants et des adolescents est importante pour l'Office fédéral de la santé publique, a déclaré M. Mathys. Les premières études sur les vaccinations des enfants sont désormais disponibles.

Cependant, il ne peut pas encore dire quand un vaccin sera approuvé pour eux et quand une recommandation de vaccination sera émise. Cela ne signifie pas non plus qu'ils auront besoin d'un certificat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Plan amoureux en ébullition… Une rencontre inattendue pourrait déboucher sur une harmonie durable voire une union !!!

Les Sujets à la Une

X