Rejoignez-nous

Économie

Amazon et Apple souffrent des pénuries à l'approche des fêtes

Publié

,

le

Amazon n'a dégagé "que" 3,2 milliards de dollars de bénéfice net au dernier trimestre. Ce chiffre pâtit de la comparaison défavorable avec l'an dernier, quand il avait triplé ses profits sur un an à 6,3 milliards, à la faveur de la crise sanitaire et d'une opération annuelle de soldes (archives). (© KEYSTONE/AP/Michel Spingler)

Amazon et Apple ont récolté des dizaines de milliards de dollars de revenus au dernier trimestre, mais les deux géants voient leur croissance pâtir des mêmes maux que le reste de l'économie: les difficultés de recrutement et la pénurie de semi-conducteurs.

Les résultats des deux groupes américains, publiés jeudi, ont déçu les investisseurs, et leurs titres perdaient chacun plus de 3% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

Amazon, qui peine à embaucher à hauteur de ses besoins, a réalisé un chiffre d'affaires de 110,8 milliards de dollars (+15%) au troisième trimestre, conforme à ses attentes, mais pas à celles des analystes qui escomptaient plus de 111,6 milliards.

Le leader du commerce en ligne n'a dégagé "que" 3,2 milliards de dollars de bénéfice net, un chiffre qui pâtit de la comparaison défavorable avec l'an dernier, quand il avait triplé ses profits sur un an à 6,3 milliards, à la faveur de la crise sanitaire et d'une opération annuelle de soldes.

Manque d'humains et de puces

Dans son communiqué, le groupe américain met en avant ses nombreux investissements, soulignant qu'il a "quasiment doublé son réseau d'entrepôts depuis le début de la pandémie".

Fin septembre, près d'1,5 million de personnes travaillaient pour Amazon dans le monde, soit 30% de plus qu'il y a un an, et la firme continue d'embaucher à tour de bras pour satisfaire la demande qui ne faiblit pas, malgré la levée des mesures de confinement dans de nombreux pays.

Mais les tensions sur le marché du travail américain la freinent. "Au quatrième trimestre, nous nous attendons à plusieurs milliards de coûts additionnels pour notre activité de vente aux consommateurs", a prévenu Amazon, citant "le manque de main-d'oeuvre, l'augmentation des salaires, les problèmes d'approvisionnement mondiaux et des coûts de transport en hausse".

Le groupe de Seattle (nord-ouest des Etats-Unis) a fait savoir il y a dix jours son intention de recruter 150'000 saisonniers pour la période des fêtes de fin d'année, en plus de 165'000 embauches déjà annoncées en septembre. Il offre de fortes primes à l'embauche.

Ventes d'iPhone en hausse

Le prix du pétrole et la pénurie de composants électroniques pèsent aussi sur ses activités, comme sur celles d'Apple. La firme californienne estime avoir perdu environ six milliards de dollars de revenus de juillet à septembre du fait de "contraintes d'approvisionnement plus importantes que prévu", a déclaré le directeur général, Tim Cook, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats.

Dans le détail, la marque à la pomme a été frappée par "des pénuries de silicone", élément essentiel dans la fabrication de puces électroniques, qui touchent l'ensemble du secteur des produits électroniques de grande consommation, ainsi que des "perturbations liées au coronavirus" dans les usines sous-traitantes du groupe en Asie du Sud-Est. "Nous vivons encore dans une époque sans précédent", a souligné Tim Cook.

Il s'attend à ce que les pertes de chiffre d'affaires durant le trimestre en cours, celui des fêtes de fin d'année, soient supérieures à celles enregistrées cet été.

Au total, le chiffre d'affaires est ressorti à 83,3 milliards de dollars, en hausse de 29%, tiré par les ventes de l'iPhone. Les ventes de l'appareil vedette ont bondi de 47% sur un an. Sur l'ensemble de son exercice 2020/21 (d'octobre à septembre), Apple a vendu pour 191,9 milliards de dollars de smartphones, de très loin le record, et près d'un tiers de plus que lors de son dernier exercice avant la pandémie.

Des chiffres qui prouvent que la demande reste forte, a commenté l'analyste Dan Ives de Wedbush, optimiste sur les perspectives d'Apple pour la fin de l'année et au-delà.

Prévisions molles, attentes élevées

Chez Amazon, le directeur financier Brian Olsavsky a indiqué lors de la conférence aux analystes que les coûts et problèmes de recrutement ont coûté environ deux milliars de dollars au groupe cet été, et pourraient représenter le double pendant le trimestre en cours.

Il table quand même sur des ventes comprises entre 130 et 140 milliards de dollars pour le dernier trimestre de l'année (soit une croissance comprise entre 4 et 12% sur un an).

"Ces prévisions molles seraient plus inquiétantes si Amazon n'avait pas l'habitude de réaliser des performances au-delà des attentes pendant les fêtes", a réagi Andrew Lipsman du cabinet eMarketer.

Le leader mondial du cloud (informatique à distance), peut aussi compter sur cette activité rendue fondamentale par la pandémie : sa filiale AWS a vu ses revenus progresser de 39% sur un an au dernier trimestre, dépassant les 16 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Helsana devra se chercher un nouveau président

Publié

le

Thomas Szucs aura passé 15 ans à la présidence de Helsana (archives). (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le président du groupe Helsana, Thomas Szucs, quittera ses fonctions à la tête du conseil d'administration l'an prochain. Les actionnaires ont appris la nouvelle lors de l'assemblée générale qui s'est tenue vendredi.

Cette décision intervient un an avant la fin statutaire de son mandat, précise l'assureur zurichois dans un communiqué. Thomas Szucs, qui aura passé 15 ans à la présidence du groupe, continuera d'assumer ses fonctions jusqu'en mai 2025, date de la prochaine assemblée. Sa succession sera annoncée en temps voulu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Assura: primes en baisse et nouvelles pertes en 2023

Publié

le

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Assura a encaissé l'an dernier pour 3,6 milliards de francs de primes, dont 3,3 milliards dans l'assurance obligatoire des soins. Les recettes de primes ont ainsi reculé d'une centaine de millions sur un an dans les deux cas.

Les entrées sont demeurées insuffisantes pour couvrir des charges de prestation en progression là aussi d'une centaine de millions, à 2,8 milliards, auxquelles est venu se greffer un débours pour compensation des risques de 737 millions.

L'assureur pulliéran a ainsi accusé une nouvelle perte nette, de 110,7 millions, après un déficit de 143,6 millions en 2022, indique un compte-rendu diffusé vendredi.

La firme vaudoise insiste sur l'amélioration observée dans le domaine des assurances complémentaires, dont le bénéfice a été multiplié par cinq à 62 millions. Les placements ont en outre redressé la barre, avec une performance de +2,6% à comparer avec un rendement négatif de 2,1% en 2022.

La proportion des charges administratives sur le volume de primes est demeurée stable à 5,4%.

L'assemblée générale qui se tenait jeudi a par ailleurs élu Bruno Pfister à la présidence du conseil d'administration, en remplacement de Jean-Luc Chenaux qui ne se représentait pas. Jusqu'ici vice-président, Eric Bernheim, ne briguait pas non plus de nouveau mandat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

"Il faut peu d'inflation pour en voir les effets" (Thomas Jordan)

Publié

le

Le président de la BNS Thomas Jordan se montre prudent sur le projet d'introduire une version numérique du franc. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Même une hausse modérée de l'inflation peut rapidement impacter le niveau de vie de la population, en particulier les bas salaires. Cela montre l'importance du mandat de la BNS qui est d'assurer la stabilité des prix, selon son président Thomas Jordan.

"Il faut peu d'inflation pour en voir rapidement les effets négatifs, surtout pour les petits salaires", a déclaré le président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, interrogé vendredi lors du Swiss Media Forum à Lucerne.

Il est donc "énormément important" que la BNS remplisse son mandat, qui est "juste", a ajouté le responsable. Il réagissait à des propos du président de l'Union syndicale suisse (USS) Pierre-Yves Maillard, qui avait affirmé le 1er mai que les chiffres de l'inflation étaient "complètement faux en Suisse", les primes maladies en étant exclues.

Quant à l'absence de versements de bénéfices aux cantons au titre de l'exercice 2022, Thomas Jordan a rappelé que la BNS s'est toujours opposée à l'utilisation de ses réserves. La contribution principale de l'institut au bien-être du pays est la stabilité. "Les versements (aux cantons) ne sont qu'un sous-produit", a souligné Thomas Jordan, ajoutant que cela avait été bien expliqué aux cantons.

Prudence sur le franc numérique

Interrogé sur le projet d'introduire une version numérique du franc, Thomas Jordan a jugé qu'une telle solution pouvait avoir du sens pour le système financier. La BNS se montre en revanche réservée sur une introduction pour l'ensemble du public. Cela changerait le système actuel de manière fondamentale. La BNS n'en voit pas la nécessité, les possibilités numériques actuelles étant suffisantes (Twint, cartes).

Le Biennois n'a enfin pas dévoilé ses projets après son départ de la BNS à fin septembre. "Je ne sais pas ce que je ferai après. Je resterai pleinement engagé jusqu'au bout et déciderai après".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Moins de postes vacants annoncés en 2023 avec le recul du chômage

Publié

le

Outre l'industrie et la construction, la branche de la restauration a fait l'objet du plus grand nombre d'annonces de postes vacants en 2023 (illustration). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le nombre de postes vacants annoncés en 2023 a nettement baissé par rapport à l'année précédente. En cause: le recul du chômage en 2022 a entraîné une réduction des genres de professions soumis à l'obligation d'annonce en 2023.

Alors qu'en 2022, 476'597 postes vacants ont été annoncés, ce chiffre était de 287'671 l'an dernier, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son cinquième rapport de monitorage publié vendredi.

Comme les années précédentes, les trois branches qui ont fait l'objet du plus grand nombre d'annonces étaient l'industrie, la construction et la restauration. Les offices régionaux de placement ont procédé à des propositions de placement pour environ la moitié des annonces.

La part de postes soumis à l'obligation d'annonce parmi l'ensemble des postes à pourvoir s'élevait à 8,2% en 2023, contre 19,8% un an auparavant. Ce taux chute à 3,2% en 2024. Le Seco s'attend donc à ce que le nombre d'annonces de postes vacants baisse encore pour cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Le Soleil, Vénus et Jupiter s’allient pour entrer dans votre Signe, amenant une vague porteuse de nouveaux objectifs vers un changement de cap bénéfique.

Les Sujets à la Une

X