Rejoignez-nous

Économie

Biden affronte des jours difficiles au Congrès américain

Publié

,

le

Le Congrès américain doit se prononcer cette semaine sur des projets importants du président Biden. Les élus doivent également s'entendre afin d'éviter un "shutdown", soit la paralysie du gouvernement fédéral (archives). (© KEYSTONE/EPA/SAMUEL CORUM)

Les grands projets de Joe Biden affrontent une semaine de haute voltige au Congrès américain. Les démocrates doivent impérativement s'accorder s'ils veulent approuver le coeur du programme du président américain.

En parallèle de leurs frénétiques discussions internes sur les plans Biden, les démocrates n'ont que jusqu'à jeudi, minuit, pour trouver un terrain d'entente avec les républicains afin d'éviter la paralysie soudaine du gouvernement fédéral, surnommée "shutdown".

Et derrière ces multiples fronts se profile la menace d'un cataclysme financier si le Congrès ne parvient pas, dans les prochaines semaines, à adopter un texte pour suspendre le plafond de la dette américaine.

Deux volets

Arrivé au pouvoir sur la promesse d'un retour à l'apaisement à Washington après Donald Trump et de transformer en profondeur la société américaine, Joe Biden ne peut se permettre d'échouer sur aucun de ces fronts. "Vous me connaissez: je suis né optimiste", a tempéré lundi le septuagénaire.

Mais un succès apparaît encore lointain. Alors le président, ex-sénateur, met tout son poids dans les négociations entre démocrates du Congrès. Et admet qu'un accord sur son grand volet social pourrait prendre plus de temps que prévu. "Cela n'arrivera peut-être pas d'ici la fin de la semaine" même s'il "l'espère", a-t-il déclaré aux journalistes à la Maison Blanche.

Son programme s'articule autour de deux volets. D'un côté, un plan de 1200 milliards de dollars d'investissements pour redresser les infrastructures, soutenu par une partie des républicains.

De l'autre, des dépenses sociales et des investissements massifs pour la lutte contre le changement climatique regroupés dans un plan au montant colossal de 3500 milliards de dollars surnommé "Build Back Better".

"Destruction mutuelle assurée"

Criant aux dépenses "irresponsables", les républicains y sont farouchement opposés. Les démocrates ont donc opté pour une manoeuvre qui leur permettra de contourner leur pouvoir de blocage au Sénat, et d'adopter le volet social avec leurs seules voix.

Mais ils ne disposent que de majorités très fragiles et pour l'instant, l'aile gauche et les plus centristes ne sont pas d'accord sur le montant même du plan de réformes sociales.

Pour s'assurer du soutien sans faille de leurs troupes, la Maison Blanche et les chefs démocrates du Congrès ont opté pour une stratégie aux airs de "destruction mutuelle assurée": les deux plans Biden doivent avancer de concert.

Le Sénat avait approuvé dès début août le plan d'infrastructures avec le soutien de tous les démocrates et d'un tiers des républicains. Le vote final à la Chambre est prévu jeudi.

Mais certains dans l'aile gauche menacent de faire échouer ce vote s'ils n'obtiennent pas un engagement ferme que les centristes soutiendront aussi les réformes sociales, voire de voter d'abord sur ce volet.

Plafond de la dette

Ce compte à rebours tendu s'accompagne d'une autre échéance: la menace de voir les services du gouvernement fédéral soudainement à court d'argent si le Congrès ne prolonge pas le budget au-delà du 30 septembre à minuit.

Les deux partis veulent éviter cette issue, mais ils ne sont pas encore parvenus à s'entendre. Un premier texte budgétaire a échoué au Sénat lundi soir faute de soutien républicain, car les démocrates y avaient associé la suspension du plafond de la dette des Etats-Unis jusqu'à fin 2022. Une mesure que les républicains refusent catégoriquement de soutenir.

Joe Biden qui s'est entretenu dans la journée avec les leaders démocrates au Congrès, Nancy Pelosi et Chuck Schumer, a fustigé "un manque d'intérêt pour le redressement de l'économie américaine" de la part des républicains, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le scénario le plus probable est désormais que les démocrates revoient leur copie en enlevant la suspension de la dette, ce qui permettra de réunir assez de voix pour approuver une extension du budget avant vendredi, et d'éviter un "shutdown".

Resterait alors la grande question du plafond de la dette. S'il n'est pas suspendu ou relevé rapidement, les Etats-Unis ne pourront plus honorer leurs paiements à partir de mi ou fin octobre. Du jamais-vu.

Les républicains exhortent les démocrates à l'approuver avec leurs seules voix, grâce à la même manoeuvre parlementaire que pour le plan de réforme sociale. Ces derniers s'y refusent pour l'instant mais pourraient rapidement se raviser. Cela pourrait prendre plusieurs jours... ou semaines. De quoi inquiéter les marchés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Le déficit commercial américain bat un record en 2022

Publié

le

Ce plus haut niveau s'explique principalement par la forte progression des importations, qui ont bondi à 3.958 milliards de dollars, contre 3.402 milliards un an plus tôt. (Photo/EPA/JUSTIN LANE) (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Jamais depuis 1960, année à laquelle remontent les statistiques du gouvernement américain, le déficit commercial des Etats-Unis n'avait atteint un tel niveau.

Le déficit des biens et services avec le reste du monde de la première économie de la planète s'est établi l'an dernier à 948,1 milliards de dollars, selon les données publiées mardi par le département du Commerce.

C'est 103 milliards de dollars, ou 12,2%, de plus qu'en 2021, où un palier historique avait déjà été franchi.

Ce plus haut niveau s'explique principalement par la forte progression des importations, qui ont bondi à 3.958 milliards de dollars, contre 3.402 milliards un an plus tôt.

Ce volume en hausse reflète la forte demande des entreprises et des consommateurs américains pour des produits et des services fabriqués à l'étranger dans un contexte de reprise du commerce international après deux années marquées par la pandémie.

De l'industrie automobile aux biens de grande consommation (produits pharmaceutiques, téléphones portables, etc.) en passant par les matériaux et fournitures industriels et les produits alimentaires (+26,1 milliards), tous les grands secteurs ont vu leurs importations augmenter l'an dernier.

Pour le dernier mois de l'année, le déficit commercial s'est lui creusé à 67,4 milliards de dollars, en hausse de 10,5% par rapport à novembre mais en dessous du consensus des économistes de Briefing.com, qui avaient tablé sur 68,5 milliards de dollars.

Les chiffres de décembre ont notamment révélé une baisse des exportations (-2,2 milliards de dollars, à 250,2 milliards) alors que l'économie américaine continue d'être aux prises avec une forte inflation.

"Dans l'ensemble, les flux commerciaux ont ralenti récemment en raison d'un déplacement de la demande de biens vers les services et d'une croissance mondiale plus faible", a commenté Rubeela Farooqi de High Frequency Economics.

"Mais de meilleures perspectives de croissance aux États-Unis et à l'étranger pourraient apporter un soutien au cours des prochains mois", a prédit l'économiste.

Toutefois, pour Mathew Martin d'Oxford Economics, les chiffres de décembre impliquent "un ralentissement de l'activité, en particulier sur les principales routes commerciales du monde, où la demande des détaillants et des consommateurs a diminué".

La Chine tombe de son piédestal

Fait notable: la Chine a perdu en 2022 son rang de premier partenaire commercial avec les Etats-Unis, une première depuis 2019, année marquée par une intense guerre commerciale entre les deux pays.

Washington a en effet importé pour 537 milliards de dollars de produits depuis la deuxième économie mondiale, contre 553 milliards de dollars depuis l'Union européenne.

Les mesures strictes de Pékin pour lutter contre le coronavirus ainsi qu'une diversification des sources d'approvisionnement, notamment depuis d'autres pays asiatiques, permettent d'expliquer ce phénomène, estiment les analystes.

Les Etats-Unis ont toutefois enregistré une hausse du volume global des importations depuis la Chine par rapport à 2021, où elles s'étaient établies à 505 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

La BC de Lucerne enregistre une hausse du bénéfice annuel

Publié

le

Pour l'exercice en cours, la direction table sur un bénéfice net d'au moins 235 millions de francs. (Photo/KEYSTONE/Urs Flueeler). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La Banque cantonale de Lucerne (LUKB) a enregistré une hausse de son bénéfice net sur l'exercice 2022. Le conseil d'administration proposera un dividende inchangé de 12,5 francs, a indiqué mardi l'établissement.

Durant la période sous revue, le bénéfice net s'est inscrit à 226,6 millions de francs, une amélioration de 2,4% sur un an. La rentabilité opérationnelle a grappillé 0,7% à 284,6 millions, selon le communiqué.

Le chiffre d'affaires pour sa part a pris 0,8% à 585,7 millions, alors que les charges d'exploitation ont en parallèle augmenté de 3,8% à 267,97 millions de francs.

Les activités de taux d'intérêt ont généré un résultat net de 390,2 millions de francs (+4,9%), les commissions et services ont dégagé 119,1 millions (-1,1%) et le négoce 61,5 millions (+19,1%).

Les prêts à la clientèle ont progressé de 5,7% à 39,3 milliards de francs, grâce notamment au dynamisme des hypothèques (+5,8%). Les avoirs sous gestion ont cependant reculé de 2,8% à 35,9 milliards de francs.

Pour l'exercice en cours, la direction table sur un bénéfice net d'au moins 235 millions.

L'établissement s'est en outre prononcé sur la prochaine augmentation de capital au cours de laquelle il compte lever jusqu'à 500 millions de francs au maximum, une opération qui devrait démarrer au 2e trimestre. "Sa finalisation interviendra le 17 octobre au plus tard", a assuré le directeur général Daniel Salzmann, lors de la conférence de bilan. La transaction devrait permettre de soutenir le développement de la banque, a souligné le patron.

La LUKB prévoit en outre un fractionnement de l'action de 1:5 avant cette augmentation de capital. La banque continuera à privilégier la croissance organique, a expliqué la direction.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

AC Immune reçoit un demi-million de dollars pour ses recherches

Publié

le

La fondation de l'acteur américain Michael J.Fox a fait un don d'un demi-million de dollars à l'entreprise vaudois AC Immune (archives). (© KEYSTONE/EPA/DAVID SWANSON)

AC Immune, le spécialiste vaudois des maladies neurodégénératives, a annoncé mardi avoir reçu de nouvelles subventions des fondations MJFF et Target ALS pour mener à bien son programme de recherche ciblant le TDP-43.

Plus de 500'000 dollars ont été alloués à la société d'Ecublens (VD) par la Fondation Michael J. Fox (MJFF) pour la recherche contre la maladie de Parkinson et par la fondation Target ALS contre la sclérose latérale amyotrophique, rapporte un communiqué.

Les fonds serviront au développement de tests immunologiques de détection des formes liées à la maladie de la protéine TAR de liaison à l'ADN 43 (TDP-43) dans le liquide céphalo-rachidien et des échantillons de sang (tests biofluides).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Pictet se maintient en 2022, départ de Bertrand Demole

Publié

le

Pictet & Cie a maintenu sa rentabilité en 2022, en dépit de la forte baisse des marchés boursiers. Le rebond des taux d'intérêt et les investissements alternatifs ont soutenu l'activité. (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le groupe bancaire Pictet a maintenu sa rentabilité en 2022, en dépit de la forte baisse des marchés boursiers. Le rebond des taux d'intérêt et les investissements alternatifs ont soutenu l'activité.

L'établissement genevois annonce par ailleurs le départ de Bertrand Demole, un des huit associés.

Le chiffre d'affaires s'est contracté de 2% à 3,19 milliards de francs, écrit l'établissement genevois mardi dans un communiqué. Le résultat d'exploitation a progressé de 1% à 924 millions.

Au final, le bénéfice consolidé a reculé de 1% à 768 millions, sans considérer l'opération de cession-bail de l'immeuble qui abrite le siège de la banque à Genève, qui avait généré un produit exceptionnel en 2021.

Si les actifs sous gestion se sont contractés de 12% à 612 milliards de francs en raison du recul des marchés boursiers, la banque a cependant comptabilisé un afflux d'argent frais de 4 milliards. "Cette progression est équitablement répartie entre les lignes de métier et les régions, l'Europe enregistrant une performance particulièrement réjouissante", a indiqué Renaud de Planta, associé senior, au cours d'un entretien accordé à AWP.

L'exercice 2022 a été globalement difficile, a reconnu M. de Planta. "L'année a été la pire depuis 1932, avec un recul de 18% de l'indice représentant un compte équilibré avec 50% d'actions et 50% d'obligations", a-t-il commenté. "Malgré cela, nous avons pu maintenir les chiffres de 2021, un exercice pourtant record."

Effet positif des resserrements monétaires

Les resserrements monétaires des banques centrales, et en particulier ceux de la Réserve fédérale américaine (Fed), ont dynamisé l'activité, a expliqué l'associé, soulignant que la majorité des avoirs sont libellés en dollars et en euros. La Fed ayant relevé ses taux plus tôt que la Banque nationale suisse (BNS) et la Banque centrale européenne, l'effet des hausses de taux s'est fait sentir tôt dans l'année.

En Asie, la reprise est à l'oeuvre après la levée des dernières restrictions de voyage en Chine, à Hong Kong et à Taïwan, qui constituaient un handicap considérable pour l'activité économique, a relevé M. de Planta.

Les investissements alternatifs ont réalisé une excellente performance, a encore souligné l'associé-gérant, avec une mention spéciale pour les actifs privés, qu'il s'agisse d'immobilier ou de capital-investissement. La masse des investissements alternatifs s'est ainsi accrue de 10%. "Les investissements dans l'immobilier ou les entreprises parlent souvent davantage aux clients que les actions ou les obligations", constate M. de Planta.

Au 31 décembre 2022, le ratio de fonds propres totaux atteignait 27,4%, un taux nettement supérieur au seuil de 12% fixé par l'autorité de surveillance financière, précise le communiqué. A fin décembre 2021, ce taux était de 22,7%.

Ralentissement des recrutements

La banque a également annoncé le départ de Bertrand Demole, l'un de ses huit associés, qui a décidé de quitter l'établissement fin juin 2023. Il continuera cependant à siéger au conseil d'administration de Pictet Alternative Advisors Holding en tant que vice-président indépendant. M. Demole travaillait pour Pictet depuis 22 ans, dont 12 en tant qu'associé-gérant.

L'activité administration d'actifs sera désormais sous la responsabilité de Sven Holstenson, tandis le département négoce et vente sera du ressort de Laurent Ramsey, a détaillé M. de Planta.

L'exercice 2023 a bien commencé, les marchés boursiers s'étant nettement repris depuis le début de l'année, avec une hausse de 5% du portefeuille mixte moyen, constate M. de Planta. "Les clients ont de nouveau de l'appétit et l'argent frais est au rendez-vous", a-t-il commenté.

Pictet a créé 306 postes équivalents plein temps en 2022, dont 120 en Suisse. Le groupe occupe désormais plus de 5300 personnes dans le monde, dont quelque 3000 en Suisse. La politique de recrutement se poursuivra cette année mais à un rythme plus modéré en raison des nombreuses incertitudes. Pictet prévoit environ 75 recrutements cette année, a détaillé M. de Planta.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Les Etoiles prédisposent certains d’entre vous à un rapprochement fort tendre avec un être assez hors normes… Grand bonheur à la clé !

Les Sujets à la Une

X