Rejoignez-nous

International

Italie : Contarelli pour former le gouvernement

Publié

,

le

Carlo Cottarelli, désigné par le président italien Sergio Mattarella pour diriger un gouvernement de transition, a assuré lundi que des élections anticipées se dérouleront en Italie au plus tard "début 2019", mais sans doute à l'automne.

"Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, inclura le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019", mais sans la confiance les élections se dérouleront "après le mois d'août", a-t-il dit à la presse à l'issue de son entretien avec M. Mattarella.

Carlo Cottarelli a assuré que des élections anticipées se dérouleront en Italie au plus tard "début 2019", mais sans doute à l'automne.

"Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, incluera le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019", mais sans la confiance les élections se dérouleront "après le mois d'août", a-t-il dit à la presse à l'issue de son entretien avec M. Mattarella.

(ATS / KEYSTONE - EPA ANSA - ALESSANDRO DI MEO)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le pape dénonce une Europe déchirée par les égoïsmes nationalistes

Publié

le

Le pape a renouvelé la demande de "pardon" des catholiques aux orthodoxes, évoquant des "erreurs" et la "honte" de l'Eglise, 20 ans après le geste symbolique de Jean Paul II en référence au sac de Constantinople de 1204. (© KEYSTONE/EPA/ALESSANDRO DI MEO)

Le pape François a pointé samedi, au premier jour de sa visite à Athènes, la responsabilité de l'Europe dans la crise migratoire. Il a déploré qu'elle soit "parfois bloquée" et "déchirée par les égoïsmes nationalistes".

Le souverain pontife de 84 ans a regretté que "l'Europe persiste à tergiverser" face aux arrivées de migrants "au lieu d'être un moteur de solidarité", lors d'un discours au palais présidentiel.

Autre enjeu de cette visite, les liens avec les orthodoxes, séparés de l'Eglise catholique depuis le schisme de 1054 entre Rome et Constantinople et auxquels François a renouvelé samedi sa demande de "pardon".

Si François s'était rendu sur l'île grecque de Lesbos en 2016, où il retournera dimanche, c'est la première visite d'un pape à Athènes en 20 ans, depuis le déplacement de Jean Paul II en mai 2001.

Il avait auparavant passé deux jours à Chypre où il a fustigé "le mur de la haine" dressé contre les migrants, dont 50 seront transférés à Rome, ainsi que les "ravages" de l'esclavage et de la torture.

"Communauté européenne bloquée"

Face à l'arrivée de migrants aux portes de l'Europe, "la communauté européenne, déchirée par les égoïsmes nationalistes, apparaît parfois bloquée et non coordonnée, au lieu d'être un moteur de solidarité", a-t-il déclaré samedi devant la présidente de la République hellénique Katerina Sakellaropoulou, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis ainsi qu'un parterre de personnalités catholiques et de la société civile qui l'ont chaudement applaudi.

Le pontife argentin a en outre relevé "un recul de la démocratie, et pas seulement sur le continent européen". "La démocratie exige la participation et l'implication de chacun", alors que "l'autoritarisme est expéditif et que les assurances faciles offertes par les populismes semblent tentantes", a-t-il fait remarquer.

Ce voyage - son 35e à l'étranger depuis son élection en 2013 - sera marqué dimanche par une visite-éclair à Lesbos, emblématique de la crise migratoire, où il a dit qu'il irait "aux sources de l'humanité" plaider pour l'accueil et "l'intégration" des réfugiés. Il visitera le camp de Mavrovouni érigé à la hâte après l'incendie de septembre 2020 qui a détruit la structure de Moria.

"Erreurs" de l'Eglise

A Athènes, le pape a dit venir "étancher sa soif aux sources de la fraternité" et renforcer ses liens avec ses "frères de foi". Dans l'après-midi, il a renouvelé la demande de "pardon" des catholiques aux orthodoxes, évoquant des "erreurs" et la "honte" de l'Eglise, 20 ans après le geste symbolique de Jean Paul II en référence au sac de Constantinople de 1204.

Se présentant "avec beaucoup de respect et d'humilité", François a évoqué les "racines communes" des deux églises qui ont "traversé les siècles", et regretté que celles-ci aient ensuite "grandi loin les (unes) des autres".

"Les poisons du monde nous ont contaminés, la graine de la suspicion a accru notre distance et nous avons cessé de cultiver la communion", a-t-il déploré devant l'archevêque de l'Eglise orthodoxe de Grèce Hiéronyme II, avec lequel il a ensuite échangé des cadeaux dans une ambiance cordiale.

"Fanatiques anticatholiques"

Drones, véhicules blindés, routes coupées: la capitale est placée sous haute sécurité jusqu'au départ du souverain pontife lundi matin. Même si le climat est meilleur qu'en 2001, lors de la première visite d'un pape en Grèce, il y a, à l'intérieur du synode grec, "quelques fanatiques anticatholiques réputés", a prévenu Pierre Salembier, supérieur de la communauté jésuite en Grèce.

Jusqu'à 2000 policiers sont prévus en cas de protestations de fondamentalistes orthodoxes. A l'arrivée du pape à l'archevêché, un prêtre orthodoxe s'est d'ailleurs manifesté en criant: "Pape, tu es un hérétique!", avant d'être maîtrisé par la police. A quelques mètres de là, au pied de la cathédrale orthodoxe de l'Annonciation, scepticisme et indifférence semblent dominer.

Le pape a en revanche reçu un accueil très chaleureux lors de sa rencontre avec la communauté catholique, qui représente seulement 1% de la population.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Macron et le prince héritier saoudien veulent "aider le Liban"

Publié

le

La rencontre avec le personnage fort de Ryad, "MBS", était très attendue, trois ans après le choc provoqué par l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume à Istanbul. (© KEYSTONE/AP/Bandar Aljaloud)

Emmanuel Macron a terminé samedi sa tournée express dans le Golfe en lançant une initiative pour aider le Liban avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Il affirme avoir eu une discussion "sans tabou" avec ce dernier sur les droits humains.

La rencontre avec le personnage fort de Ryad, "MBS", était très attendue, trois ans après le choc provoqué par l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume à Istanbul.

"Nous avons parlé de tout sans aucun tabou. Et nous avons pu évoquer évidemment la question des droits humains (...) et cela a été un échange direct", a déclaré Emmanuel Macron. "Les prochaines semaines et les prochains mois nous permettront de voir si nous avançons sur ce sujet."

Dialogue "nécessaire"

Ryad avait affirmé que l'assassinat de Khashoggi avait été commis par des agents saoudiens ayant agi seuls, mais un rapport des services de renseignements américains accuse le prince héritier de l'avoir "validé", une accusation rejetée avec force par l'Arabie saoudite.

Emmanuel Macron a justifié sa rencontre avec le prince héritier, l'une des premières pour un dirigeant occidental depuis cette affaire, parce que "le dialogue avec l'Arabie saoudite est une nécessité" en raison de son "poids démographique, économique, historique et religieux".

Brouille diplomatique avec Beyrouth

Les deux dirigeants ont, a rapporté M. Macron, "longuement parlé" du Liban au cours de leur entretien au palais royal de Djeddah (ouest) avant d'appeler ensemble au téléphone le Premier ministre libanais, Najib Mikati, pour tenter de trouver une issue à la brouille diplomatique entre Beyrouth et Ryad.

"L'Arabie saoudite et la France veulent s'engager pleinement" en vue d'un "réengagement de la relation" entre Beyrouth et le royaume.

L'Arabie saoudite a rappelé fin octobre son ambassadeur à Beyrouth et expulsé l'ambassadeur libanais à la suite de propos du ministre de l'Information George Kordahi critiquant l'intervention militaire menée par le royaume saoudien, à la tête d'une coalition, au Yémen et défendant les rebelles Houthis pro-iraniens dans ce pays.

M. Kordahi a depuis annoncé sa démission vendredi, en soulignant que c'était un souhait de la France. Ryad a également interdit les exportations en provenance du Liban, et trois autres pays du Golfe - Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Koweït - ont pris des mesures de rétorsion à l'égard de Beyrouth. Ce qui a encore aggravé la sévère crise économique libanaise.

Le Liban doit pouvoir "travailler"

MM. Macron et Ben Salmane ont également exprimé leur "volonté que le gouvernement (libanais) puisse travailler de manière normale, se réunir au plus vite, et mener les réformes utiles", a ajouté le président français, précisant qu'il appellerait dimanche son homologue libanais Michel Aoun.

Les autorités saoudiennes n'avaient pas communiqué sur cette initiative commune après le départ de M. Macron pour retourner à Paris.

Emmanuel Macron s'est déclaré satisfait de sa tournée qui l'a mené en deux jours aux Emirats, au Qatar et en Arabie Saoudite. "C'était un voyage utile" car " notre présence ici, dans ce moment géopolitique, était importante", a-t-il déclaré, alors que les pays du Golfe cherchent à diversifier leurs interlocuteurs avec l'attention des Etats-Unis désormais tournée vers l'Asie.

Juteux contrats

Son escale à Dubaï lui a permis d'acter un accord historique pour l'acquisition par les Emirats de 80 avions de combat Rafale - commande record pour l'avion de chasse entré en service en 2004 - pour 14 milliards d'euros. D'autres contrats militaires (hélicoptères et armements) ont fait grimper le total à 17 milliards d'euros.

En Arabie, Airbus fournira 26 hélicoptères civils à une société saoudienne, tandis que Veolia a remporté un contrat de gestion des services d'eau potable de Ryad, ont annoncé samedi les deux groupes.

Veolia a aussi étendu ses liens avec le géant pétrolier Saudi Aramco. Il devient son "partenaire exclusif" pour le traitement de ses déchets industriels et banals, soit 200000 tonnes par an, venant s'ajouter aux 120'000 tonnes de déchets dangereux déjà pris en charge par le groupe français.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Attaque au couteau au centre de Jérusalem, l'assaillant abattu

Publié

le

La porte de Damas, qui donne accès à Jérusalem-Est occupé illégalement par Israël depuis 1967. (© KEYSTONE/AP/SEBASTIAN SCHEINER)

Un Palestinien a mené samedi une attaque au couteau, ayant blessé au moins une personne dans le centre de Jérusalem. Il a été tué par les forces de l'ordre israéliennes, ont indiqué les secouristes et la police israélienne.

"Vers 16h30, un assaillant (...) a poignardé un passant près de la porte de Damas, à Jérusalem-Est, puis a tenté de poignarder un officier de la police des frontières", a indiqué la police israélienne disant avoir "neutralisé" l'homme en question. Ce dernier est décédé, a précisé le Croissant-Rouge palestinien.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Russie bat l'Allemagne et rejoint la Croatie en finale

Publié

le

Daniil Medvedev conduira la Russie contre la Croatie en finale. (© KEYSTONE/EPA/JUANJO MARTIN)

La Russie s'est qualifiée samedi à Madrid pour la finale de la Coupe Davis en remportant grâce à Andrey Rublev (5e mondial) et Daniil Medvedev (2e) les deux simples face à l'Allemagne.

Elle affrontera dimanche la Croatie pour tenter de décrocher le Saladier d'argent.

Après la victoire expéditive de Rublev face à Dominik Koepfer (54e) 6-4 6-0 en 50 minutes, Medvedev a remporté le point de la qualification en battant Jan-Lennard Struff (51e) 6-4 6-4.

Le double entre le duo russe Aslan Karatsev/Karen Khachanov (préféré au dernier moment à Andrey Rublev) et la paire allemande Kevin Krawietz/Tim Pütz est sans enjeu.

L'Allemagne, privée de son no 1 Alexander Zverev, était sortie première de son groupe en ayant notamment battu la Serbie de Djokovic, et avait atteint le dernier carré grâce à l'invincibilité de son équipe de double. Mais les Russes ont réussi samedi à éviter d'en arriver à ce troisième match décisif.

La Russie jouera sa sixième finale de Coupe Davis dans l'espoir d'un troisième sacre après 2002 et 2006.

En 2019, lors de la dernière édition (celle de 2020 a été annulée pour cause de Covid-19), la Russie, sans Medvedev, avait atteint les demi-finales où elle avait été battue par le Canada.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Premier League: deuxième défaite de la saison pour Chelsea

Publié

le

Lanzini égalise sur penalty (© KEYSTONE/EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA)

West Ham a infligé à Chelsea une deuxième défaite cette saison en Premier League. Les Hammes ont remporté 3-2 ce derby londonien de la 15e journée.

Chelsea menait 2-1 à la pause après des réussites de Thiago Silva (28e) et Mount (44e) contre un penalty de Lanzini (40e). Mais West Ham a renversé la situation après le thé grâce à des réussites de Bowen (56e) et Masuaku (87e). Les hommes de David Moyes cimentent ainsi leur 4e position au classement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Beaucoup d’animation autour de vous en raison d’activités trépidantes… Tout va bien, puisque c’est ce que vous recherchez !

Les Sujets à la Une

X