Rejoignez-nous

International

L’addiction aux jeux, nouvelle maladie

Publié

,

le

L'addiction aux jeux, notamment aux jeux vidéo, qui pourrait toucher 2 à 3% des pratiquants est désormais considérée comme une maladie par l'OMS. L'institution l'a ajoutée lundi à Genève à sa liste révisée. Cette mesure doit entrer en vigueur en 2022.

"Nous avons reçu des preuves" et une recommandation de spécialistes, a dit devant la presse le directeur de la santé mentale au sein de l'organisation Shekhar Saxena. "Une petite part de personnes ont des troubles liés aux jeux", environ 2 à 3%, selon une estimation large que la classification comme maladie devrait préciser, a-t-il ajouté. Et ce sont surtout les jeux électroniques qui sont ciblés, selon lui.

Les pathologies sont observées surtout dans les activités "excessives" avec une "récompense" financière ou non, notamment les jeux vidéo ou en ligne. Un certain nombre de pays ont lancé des dispositifs de soins. "Nous sommes persuadés que nous avons pris la bonne décision" en prenant en compte l'impact sur la santé publique, selon lui.

La Classification internationale des maladies (CIM) est utilisée comme référence pour identifier les situations et les statistiques de la santé dans le monde. Elle rassemble environ 56'000 codes pour des blessures, maladies ou des explications de 60% des décès dans le monde. Et "70% des dépenses de la santé" recourent à ce dispositif, a insisté devant la presse son responsable à l'OMS. "La qualité des données" va s'améliorer, a-t-il encore affirmé.

Validation attendue en mai 2019

Outre les troubles liés aux jeux vidéo, la médecine traditionnelle est mentionnée pour la première fois dans ce système. La question de la santé sexuelle est pour la première fois regroupée.

Mesure qui reflète les avancées de la médecine, la classification permet à l'organisation "de lancer des actions pour empêcher des souffrances et sauver des vies", explique le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Et elle doit contribuer à réduire la stigmatisation ou augmenter la prise en charge de certains patients, a dit M. Saxena. Il explique que 80% des personnes affectées par ce type de pathologiques ne sont pas soignées.

Plus de dix ans de travail

Cette révision de la classification a pris plus de dix ans et elle sera validée par l'Assemblée mondiale de la santé en mai 2019. Elle doit déjà permettre aux pays de s'adapter et aux spécialistes d'être éduqués sur les nouveaux codes. L'engagement des travailleurs de la santé dans les discussions pour aboutir a été "sans précédent". Plus de 10'000 propositions ont été reçues par l'OMS.

Outre les employés de la santé, la classification est aussi utilisée par les assurances pour les remboursements, les administrations nationales de santé ou encore les spécialistes des données. Elle contribue aussi à identifier et à diminuer les flux de travail qui ne seraient pas sécurisés dans les hôpitaux.

(ATS / KEYSTONE - EPA - JULIEN DE ROSA)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Des milliers d'habitants de Pékin placés de force en quarantaine

Publié

le

Plus de 13'000 habitants du complexe résidentiel Nanxinyuan, dans le sud-est de Pékin, bien que testés négatifs au virus, ont été transportés vers des hôtels d'isolement. (photo symbolique) (© KEYSTONE/EPA/MARK R. CRISTINO)

Des milliers d'habitants de Pékin ont été envoyés de force en quarantaine en pleine nuit de vendredi à samedi, après la découverte de 26 cas de Covid-19 dans leur résidence, selon des images et un avis officiel largement partagés sur les réseaux sociaux.

Plus de 13'000 habitants du complexe résidentiel Nanxinyuan, dans le sud-est de la capitale, bien que testés négatifs au virus, ont été transportés dans la nuit vers des hôtels d'isolementet menacés de représailles s'ils résistaient.

"Les experts ont décidé que tous les résidents de Nanxinyuan seront soumis à une quarantaine à partir de minuit le 21 mai pour sept jours", peut-on lire dans une annonce des autorités sanitaires du district de Chaoyang. "Veuillez coopérer, sinon vous subirez les conséquences légales", ont-elles ajouté.

Des photos sur les sociaux ont montré des centaines de personnes faisant la queue avec leurs bagages dans l'obscurité pour monter dans des autocars devant la résidence.

"Certains d'entre nous ont été enfermés pendant 28 jours depuis le 23 avril, et nous avons tous été testés négatifs depuis", s'est plaint un résident sur Weibo. "Beaucoup de mes voisins sont âgés ou ont de jeunes enfants."

Les habitants ont été priés d'emballer leurs vêtements et leurs biens essentiels, et informés que leurs logements allaient être désinfectés, selon des discussions sur Weibo.

Forte flambée

Pékin est confrontée à sa plus forte flambée de contaminations depuis le début de la pandémie. Le variant Omicron a infecté plus de 1300 personnes depuis fin avril, entraînant la fermeture indéfinie des restaurants, des écoles et des sites touristiques.

La Chine mène une politique draconienne de "zéro Covid": fermeture des frontières, tests massifs, confinements de villes entières et quarantaines forcées pour les cas contact. Le mois dernier, des milliers de résidents de Shanghai avaient été envoyés dans des centres de quarantaine improvisés à des centaines de kilomètres de là, alors que la métropole de 25 millions d'habitants combattait une flambée épidémique.

Sur Weibo, des internautes exprimaient samedi leur inquiétude de voir Pékin adopter une approche similaire à celle de Shanghai, où les habitants subissent depuis des semaines un confinement qui a privé de nombreuses personnes d'un accès adéquat à la nourriture et aux soins.

"C'est exactement la même chose qu'à Shanghai, la première étape est de couper l'eau et l'électricité, puis d'exiger des clés... puis de désinfecter les maisons. Les appareils électriques, les meubles en bois, les vêtements, la nourriture... Ils sont tous fichus", peut-on lire dans un commentaire qui affichait plus de 300 likes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Le gaz russe pour la Finlande a été coupé

Publié

le

La Russie a cessé samedi ses livraisons de gaz vers la Finlande. Moscou a déjà coupé l'électricité vers ce pays, qui entend rejoindre l'Otan. (photo symbolique) (© KEYSTONE/AP/Czarek Sokolowski)

L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles.

"Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d'approvisionnement de Gasum ont été interrompues", a confirmé la compagnie dans un communiqué, ajoutant que le gaz serait dorénavant fourni par d'autres sources via le gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l'Estonie.

Le groupe finlandais avait indiqué vendredi avoir été informé par le géant russe Gazprom de l'interruption samedi des livraisons.

En avril, Gazprom avait réclamé que tous les futurs paiements pour ses livraisons de gaz à l'export soient réglés en roubles plutôt qu'en euros, mais Gasum avait rejeté cette exigence et le groupe avait annoncé mardi qu'il demandait un arbitrage en justice.

Activités "normales"

Si le gaz représente moins de 10% de l'énergie consommée en Finlande, celui utilisé par le pays nordique provient pour l'essentiel de Russie. Gasum a cependant assuré qu'il serait en mesure d'obtenir du gaz d'autres fournisseurs et qu'il allait poursuivre "normalement" ses activités.

La Finlande avait déjà dévoilé vendredi des plans pour se passer de gaz russe l'hiver prochain, en annonçant notamment la location sur 10 ans, conjointement avec l'Estonie voisine, d'un terminal flottant de regazéification du gaz naturel liquéfié (GNL).

Plusieurs pays ayant refusé de payer en roubles pour ne pas soutenir l'économie russe durant la guerre en Ukraine, comme la Pologne et la Bulgarie, se sont déjà vu couper le gaz par Gazprom.

L'annonce intervient quelques jours après la suspension des exportations russes d'électricité vers la Finlande, du fait de problèmes d'impayés.

Otan

La Finlande, et son voisin suédois, ont décidé de rejoindre l'Otan à cause de l'offensive russe contre l'Ukraine, jugeant que Moscou était une menace alors que durant des décennies, notamment durant toute la Guerre Froide, les deux pays avaient fait le choix du non-alignement. La Finlande en particulier partage quelque 1300 km de frontières avec la Russie.

Moscou a d'ores et déjà prévenu Helsinki qu'une candidature formelle d'adhésion à l'Otan serait "une grave erreur dont les conséquences auront une portée considérable". La Russie avait notamment justifié son attaque en Ukraine par le rapprochement de son voisin occidental avec l'Otan, estimant que cela posait une menace "existentielle" pour sa sécurité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Golden State mate une deuxième fois les Mavs

Publié

le

Les Warriors de Stephen Curry (à droite) mènent 2-0 face aux Mavs (© KEYSTONE/EPA/JOHN G. MABANGLO)

Golden State est à mi-chemin d'une nouvelle finale NBA, qui serait la sixième lors des huit dernières saisons pour les Warriors.

La franchise californienne mène 2-0 face à Dallas en finale de la Conférence Ouest après s'être imposée 126-117 vendredi à San Francisco.

Sacrés en 2015, 2017 et 2018, finalistes malheureux en 2016 et en 2019 mais privés de play-off en 2020 et en 2021, les Warriors sont revenus de loin dans cet Acte II. Menés 72-58 à la mi-temps, ils ont recollé au score grâce à un troisième quart-temps remporté 25-13 avant de prendre la main au quatrième quart (43-32).

Dallas a compté jusqu'à 16 longueurs d'avance dès le premier quart. Mais les Warriors de Stephen Curry (32 points, à 6/10 à 3 points) sont parvenus ensuite à limiter l'impact du meneur-vedette des Mavericks Luka Doncic: celui-ci a terminé avec 42 points, mais 18 ont été inscrits au premier quart-temps et 24 en première mi-temps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Les tempêtes de sable, un risque pour la santé humaine

Publié

le

Les tempêtes de sable proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine (archives). (© KEYSTONE/AP/Ali Abdul Hassan)

Les tempêtes de sable, qui affectent le Moyen-Orient ces derniers jours et risquent de se multiplier avec le dérèglement climatique, ne sont pas sans danger pour l'homme, selon des spécialistes. Elles provoquent des troubles respiratoires qui peuvent tuer.

En Irak, affecté par huit tempêtes de sable depuis la mi-avril, au moins 4000 personnes ont dû se rendre lundi dans des hôpitaux pour des troubles respiratoires. L'épisode précédent avait entraîné le 5 mai un décès dû à des troubles similaires, qui avaient poussé plus de 5000 personnes à aller à l'hôpital.

Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé, l'économie, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Des vents violents soulèvent dans l'atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière pouvant parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres.

Local et global

"C'est un phénomène à la fois local et global, avec une intensité plus forte dans les zones d'origine", note Carlos Pérez García-Pando, expert en tempêtes de sable et de poussière au Barcelona Supercomputing Center (BsC) et à l'ICREA (l'institution catalane de recherches et d'études avancées).

Ces tempêtes proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. L'Australie, le continent américain et l'Afrique du Sud sont des sources moins actives. "Les poussières aéroportées représentent une sérieuse menace pour la santé", écrit l'OMM, institution spécialisée de l'ONU.

Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire. Leur taille détermine "en grande partie l'ampleur du danger", souligne l'OMM.

Les particules fines (plutôt autour de 10 micromètres) "se déposent souvent dans le nez, la bouche et les voies respiratoires supérieures et peuvent causer des affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose)", poursuit l'institution.

"Irrespirable"

"La gravité est cependant moindre qu'avec les particules ultrafines, issues par exemple du trafic routier, lesquelles peuvent pénétrer dans le cerveau ou le système sanguin", déclare à l'AFP Thomas Bourdrel, médecin radiologue, chercheur à l'université de Strasbourg, membre du collectif Air Santé Climat.

Si les particules de sable, faites de beaucoup d'éléments minéraux, ont "une composition moins toxique que des particules liées par exemple au chauffage au bois, au charbon, au diesel ou à des incendies de forêt ou industriels", "leur densité extrême lors des tempêtes provoque une hausse de la mortalité cardio-respiratoire assez significative, surtout chez les plus fragiles", explique-t-il.

Avec "une concentration de milliers de micromètres cubes dans l'air, c'est quasi irrespirable", abonde Carlos Perez García-Pando. Les plus âgés, les jeunes enfants, les insuffisants respiratoires et cardiaques sont plus à risque.

Les habitants des pays régulièrement confrontés aux tempêtes de sable ont une exposition plus chronique que, par exemple, les Européens confrontés plus rarement aux poussières venant du Sahara comme avec l'épisode marquant en mars.

Sécheresse aggravante

En fonction des conditions météorologiques et climatiques, la poussière de sable peut rester en suspension dans l'air pendant des jours et voyager sur d'immenses distances, agrégeant parfois au passage des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des virus.

La fréquence et l'intensité des tempêtes de sable pourraient augmenter sous l'effet du dérèglement climatique, estiment certains scientifiques. Mais le phénomène est "plein d'incertitudes" et "complexe", avec un cocktail de facteurs (chaleur, vent, pratiques d'agriculture), précise à l'AFP Carlos Pérez García-Pando.

"Dans certaines zones, le changement climatique pourrait réduire les vents à l'origine des tempêtes, mais les phénomènes extrêmes pourraient perdurer voire augmenter", selon lui. Avec la hausse des températures, il est ainsi probable que les terres dans de nombreuses régions deviennent plus arides.

"Cette année, une importante anomalie de température a été observée dans l'est de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est et cette sécheresse affecte la végétation, un facteur qui pourrait accroître les tempêtes de poussière", remarque le chercheur espagnol.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Zalatoris en tête, Woods passe le cut

Publié

le

Will Zalatoris occupait la tête du Championnat PGA après 2 tours (© KEYSTONE/EPA/TANNEN MAURY)

L'Américain Will Zalatoris, profitant d'un vent retombé, a pris les commandes du Championnat PGA vendredi à Tulsa.

Le 2e tour a été fatal au no 1 mondial Scottie Scheffler, éliminé, mais pas à Tiger Woods, parvenu à passer le cut malgré sa jambe douloureuse.

C'est un leader inattendu qui menait la danse à Southern Hills, à mi-tournoi, au terme d'une deuxième journée assez riche en rebondissements. Le no 9 mondial Justin Thomas a longtemps tenu les rênes du classement, avant de devoir se contenter de la 3e place, à trois coups du leader.

En quête d'un deuxième titre sur le circuit nord-américain, Will Zalatoris (25 ans et 30e mondial) n'a commis aucun bogey vendredi. Il a placé cinq birdies, dont trois d'affilée aux nos 11, 12 et 13, pour totaliser -9. "J'ai eu de la chance de partir tard. Il n'y avait plus de vent après le 11e trou. J'en ai tiré profit avec quelques bons coups", a commenté celui qui avait fini 2e du Masters d'Augusta l'an passé.

A ses trousses, à un coup, se trouvait un Chilien, Guillermo "Mito" Pereira, quasi-inconnu du loin de sa 100e place au classement mondial. Pour sa deuxième participation à un Majeur, le joueur de 27 ans a réussi sept birdies, à peine ombragés par un bogey.

McIlroy limite la casse

Au 4e rang, à quatre longueurs de Zalatoris, se trouvait Bubba Watson, auteur de la meilleure carte du jour (63) et d'un bond spectaculaire de 52 places. L'Américain devançait Rory McIlroy, leader la veille, moins en verve sur ce 2e tour, mais qui a su limiter la casse après deux bogeys dans le premier neuf.

Tiger Woods s'est lui accroché à son objectif de passer le cut, fixé à +4. Or c'était précisément son total au terme d'une première journée difficile, durant laquelle il avait souffert de sa jambe droite, passée près de l'amputation il y a quinze mois après son accident de voiture survenu près de Los Angeles.

Scheffler éliminé

Son mental reste d'acier. Entrevoyant l'élimination après un double bogey au no 11 qui l'a fait passer à +5, le Tigre, encore vu en train de traîner la patte, a rugi avec deux birdies aux no 13 et no 16 pour se sortir de l'ornière. Il pointait au 53e rang, à 12 longueurs de la tête.

Contrairement à lui, d'autres cadors n'ont pas survécu à ce 2e tour. Le no 1 mondial Scottie Scheffler, tout frais vainqueur du Masters d'Augusta, n'a pas passé le cut, plombé par un total de +6. Même score et même sanction pour Dustin Johnson et l'Espagnol Sergio Garcia.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Attention, toute vérité n’est pas bonne à dire… Vous manquez sérieusement de diplomatie dans vos propos… Faites un petit effort !

Les Sujets à la Une

X