Rejoignez-nous

International

Le procès en appel du couple Fillon s'est ouvert en France

Publié

,

le

Le procès en appel de l'ancien Premier ministre français François Fillon (ici en image lors du premier procès), de sa femme et de son ex-suppléant s'est ouvert lundi en début d'après-midi à Paris (Archives © EPA/IAN LANGSDON)

François Fillon de retour à la barre: le procès en appel de l'ancien Premier ministre français, de sa femme et de son ex-suppléant s'est ouvert lundi en début d'après-midi à Paris dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon.

Costume bleu nuit, cheveux poivre et sel, celui qui fût le chef du gouvernement entre 2007 et 2012, aujourd'hui âgé de 67 ans, est entré dans la salle d'audience sans s'exprimer face à la presse avec sa femme, 66 ans, courts cheveux argentés et masque bleu.

Ce second procès se tient près d'un an et demi après la condamnation en première instance de l'ex-locataire de Matignon pour détournement de fonds publics notamment, à cinq ans d'emprisonnement dont deux ferme, 375'000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité.

Il avait aussitôt fait appel.

Désormais retraité, il a consacré ces derniers mois à préparer sa défense, a assuré son avocat Me Antonin Levy, pour qui l'enjeu de ce procès est que son "innocence" et "celle de son épouse soient enfin reconnues".

La première journée d'audience doit être consacrée à des questions de procédure.

En plein débat pour l'investiture chez Les Républicains, la cour d'appel examine jusqu'au 30 novembre ce dossier, qui avait entraîné la chute spectaculaire du candidat de la droite lors de la présidentielle 2017.

Une enquête avait été ouverte dès les premières révélations du Canard enchaîné le 24 janvier 2017. Le candidat, chantre de l'intégrité et favori des sondages, avait été mis examen à six semaines du premier tour, dont il était sorti éliminé.

François Fillon devra à nouveau s'expliquer sur l'emploi de son épouse comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013, dans le cadre de trois contrats signés par lui et par celui qui était alors son suppléant en tant que député de la Sarthe, Marc Joulaud.

Des prestations rémunérées 613'000 euros nets (plus d'un million d'euros bruts) "fictives ou surévaluées" selon l'accusation, qui considère que les activités de Penelope Fillon relevaient du "rôle social" d'une "conjointe d'homme politique" mais pas d'une collaboratrice. Le travail de Penelope Fillon était certes "discret", majoritairement oral mais "essentiel", a toujours clamé son mari.

Enfants assistants

Le couple est aussi jugé pour l'emploi de leurs deux enfants en tant qu'assistants parlementaires de leur père sénateur entre 2005 et 2007 (100'000 euros bruts), ainsi que pour le lucratif contrat de Penelope Fillon comme "conseillère littéraire" en 2012 et 2013 à la Revue des deux mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière - 135'000 euros bruts.

Ami de François Fillon, cet homme d'affaires a reconnu, dans une procédure distincte, un emploi en partie fictif et il a été condamné en 2018 pour abus de biens sociaux.

François Fillon est enfin poursuivi pour avoir omis de déclarer un prêt de M. Ladreit de Lacharrière à hauteur de 50'000 euros à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) - il a été relaxé en première instance.

Le 29 juin 2020, Penelope Fillon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis, 375'000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité. Marc Joulaud s'est vu infliger trois ans d'emprisonnement avec sursis, 20'000 euros d'amende avec sursis et cinq ans d'inéligibilité. Tous deux ont aussi fait appel.

L'Assemblée nationale, partie civile, avait obtenu plus d'un million d'euros en dommages-intérêts.

La défense, qui critique depuis l'origine une "enquête folle" et "à charge", compte aussi lors de ce second procès "débattre" des déclarations de l'ex-cheffe du parquet national financier (PNF) Eliane Houlette en juin 2020, quelques jours avant le prononcé du jugement - les avocats avaient demandé, en vain, un report de la décision.

La magistrate avait alors évoqué en commission parlementaire des "pressions" hiérarchiques dans ce dossier, ce qui avait relancé dans le camp Fillon les accusations d'instrumentalisation de la justice.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron avait à l'époque saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui a depuis conclu, en septembre 2020, que la justice a fonctionné "de façon indépendante" dans cette affaire hors norme.

En septembre 2021, la presse a révélé qu'une seconde enquête visant François Fillon avait été ouverte en 2017, concernant les conditions d'emploi d'un autre assistant parlementaire, l'écrivain Maël Renouard, entre 2013 et 2015. Cette enquête est toujours en cours.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

L'actrice Olivia Newton-John, star de "Grease", meurt à 73 ans

Publié

le

Olivia Newton-John, ici en 2018 à Los Angeles, luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/RICHARD SHOTWELL)

L'actrice Olivia Newton-John, star de "Grease", est décédée, a annoncé lundi son mari dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Elle avait à 73 ans.

La comédienne est "décédée paisiblement dans son ranch en Californie du Sud ce matin, entourée par sa famille et ses amis", précise John Easterling dans le communiqué. Elle luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein.

Cheveux laqués et blousons de cuir, Olivia Newton-John s'était rendue mondialement célèbre en incarnant Sandy dans la comédie musicale culte "Grease", aux côtés de John Travolta.

"Ma chère Olivia, tu as rendu nos vies meilleures. Ton influence a été incroyable. Je t'aime tant", a réagi l'acteur de "Pulp Fiction" dans un communiqué.

Depuis que le cancer s'était abattu sur elle à la quarantaine - cancer du sein et mastectomie en 1992 puis deux récidives en 2013 et 2017, avec métastases - la star mettait toute son énergie et sa notoriété au service de la lutte contre la maladie.

"Olivia a été un symbole de triomphe et d'espoir depuis 30 ans en partageant son expérience sur le cancer du sein", a écrit son mari, précisant qu'un fonds à son nom avait été créé afin de financer la recherche sur les plantes médicinales et le cancer, le "Olivia Newton-John Foundation Fund".

Eurovision

Née le 26 septembre 1948 à Cambridge, celle que la reine Elizabeth II a titré "Dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique" est la petite-fille du physicien allemand Max Born, dont les travaux sur la théorie des quanta ont été couronnés du prix Nobel. Son père a lui combattu dans les forces britanniques durant la Seconde guerre mondiale, participant à l'arrestation de Rudolf Hess.

Celle qu'on surnomme "Livvy" a tout juste cinq ans quand sa famille déménage aux antipodes. Destination Melbourne, Australie. Passionnée de musique, elle remporte à 16 ans un concours local de chant. Sa mère la pousse à exploiter son talent et les voilà toutes deux reparties pour l'Angleterre.

En 1974, "I honestly love you" est son premier titre à se classer numéro un aux Etats-Unis. La même année, elle représente la Grande-Bretagne à l'Eurovision et termine 4e, s'inclinant derrière... Abba.

"You're the one that I want"

Cap alors sur la Californie, où elle se fait un nom sur la scène country et western. L'Anglo-australienne est même consacrée à deux reprises "chanteuse la plus populaire des Etats-Unis" et remporte un Grammy award face à la reine Dolly Parton.

John Travolta, auréolé de son succès dans "La Fièvre du samedi soir", souffle son nom pour "Grease". Sorti en 1978, le film est immédiatement un énorme succès mondial. En France, il fait 6 millions d'entrées... Plus que "Les Demoiselles de Rochefort" ou "West Side Story"! Tout le monde fredonne "Summer nights" et "You're the one that I want".

Et son final devient un mythe, avec la métamorphose de Sandy, la blonde et sage lycéenne, en femme fatale qui surgit au milieu de la fête foraine, cigarette au bec, perfecto noir, top aux épaules dénudées, pantalon lamé moulant et talons vertigineux... Sur un rythme endiablé, elle se déhanche et électrise Danny (John Travolta), le rebelle à la banane gominée.

La tenue originale a été adjugée en 2019 aux enchères pour... 405'700 dollars.

"Physical"

Malgré ce succès planétaire, Olivia Newton-John n'a pas poursuivi longtemps sur sa lancée au cinéma. Elle tourne avec Gene Kelly une autre romance musicale, "Xanadu", et un nouveau film avec John Travolta, "Two of a kind", mais la magie opère moins.

Hormis quelques rôles au cinéma et à la télévision, elle s'est consacrée surtout à la chanson et à son ranch californien où elle vivait entourée d'animaux. Elle sort une quarantaine d'albums country et pop rock - dont "Physical", énorme succès en 1981 - et donne des centaines de concerts à travers la planète.

Dans son combat contre le cancer, elle avait créé la Fondation Olivia Newton-John, suivi de près les progrès de la recherche, multiplié les levées de fonds et s'intéressait aux traitements alternatifs.

"J'ai la chance d'être mariée à un homme merveilleux qui connaît très bien les plantes médicinales. Il fait pousser du cannabis à usage thérapeutique pour moi", déclarait-elle en février 2021 dans le magazine People.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Les Boeing 787 peuvent à nouveau être livrés

Publié

le

De premiers défauts sur le long-courrier 787 Dreamliner avaient été découverts à la fin de l'été 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/Francois Mori)

Le régulateur américain de l'aviation civile (FAA) a annoncé lundi que Boeing avait effectué les "changements nécessaires" pour une reprise des livraisons de son 787 Dreamliner, après une suspension totale depuis mai 2021 en raison de problèmes opérationnels.

"Nous nous attendons à ce que les livraisons reprennent dans les jours qui viennent", a déclaré la FAA dans un communiqué, assurant que l'agence inspecterait chaque avion avant livraison.

Le directeur par intérim de la FAA Billy Nolen a rencontré la semaine dernière des inspecteurs en sécurité de l'agence en Caroline du Sud (sud-est des Etats-Unis) afin de confirmer qu'ils étaient satisfaits des mesures d'amélioration prises par Boeing.

Il s'est entretenu avec eux sur les mesures prises pour améliorer la qualité de production mais aussi sur les garanties données quant à l'indépendance des employés qui doivent s'assurer du respect de la réglementation sur les chaînes d'assemblage.

Livraisons suspendues fin 2020

Contacté par l'AFP, Boeing s'est contenté de déclarer: "Nous continuerons de travailler avec la FAA et avec nos clients vers une reprise des livraisons du 787".

Des premiers défauts sur le long-courrier 787 Dreamliner avaient été découverts à la fin de l'été 2020. L'appareil étant examiné de près, d'autres problèmes étaient depuis apparus. Boeing avait dû suspendre les livraisons, de novembre 2020 à mars 2021 dans un premier temps, puis depuis fin mai.

Après avoir décidé en mars 2021 d'inspecter elle-même certains 787, la FAA avait annoncé en février avoir retiré temporairement à Boeing la capacité de certifier lui-même ses 787 Dreamliner.

Cette tâche est normalement dévolue à des employés de Boeing qui, selon un accord entre les autorités et le constructeur, peuvent procéder au nom de la FAA à l'inspection des avions et à l'émission des certificats de navigabilité.

Bouffée d'air

Fin juin, le groupe comptait 120 de ces appareils à son inventaire et affirmait les produire à un très faible rythme. En tout, 1006 Dreamliner ont été livrés par Boeing depuis les premières commandes en 2004.

Le feu vert du régulateur américain représente une bouffée d'air pour le constructeur dont la trésorerie se reposait sur les livraisons du 737 MAX, appareil interdit de vol pendant 20 mois en 2019 et 2020 après deux accidents mortels.

Boeing vient d'engranger près de 300 commandes et engagements au salon aéronautique de Farnborough au Royaume-Uni, devançant largement Airbus même si le carnet de commandes de l'avionneur américain reste moins garni que celui de son concurrent européen.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'incendie d'un dépôt pétrolier toujours hors de contrôle

Publié

le

Le feu a pris vendredi soir lorsque la foudre a frappé un réservoir qui contenait du pétrole brut. (© KEYSTONE/AP/Ramon Espinosa)

L'incendie qui s'est déclaré vendredi dans un dépôt pétrolier à Cuba est toujours hors de contrôle. Les autorités ont annoncé lundi qu'un troisième réservoir a été détruit par les flammes.

Le sinistre a débuté vendredi soir quand la foudre a frappé un des huit réservoirs du dépôt situé à Matanzas, à 100 km à l'est de La Havane, qui contenait 26'000 mètres cubes de pétrole brut, soit environ 50% de sa capacité maximale.

Rongée par le feu, la structure cylindrique a explosé au petit matin samedi, propageant les flammes à un deuxième réservoir contenant 52'000 mètres cubes de mazout.

Malgré les soldats du feu juchés sur des grues et des hélicoptères effectuant de multiples largages d'eau, ce second réservoir s'est à son tour déchiré après une explosion dimanche à minuit, forçant une évacuation des secours.

"Et ce que nous redoutions est arrivé" avec l'incendie et la destruction d'un troisième réservoir contenant du pétrole brut, a déclaré lundi le gouverneur de Matanzas, Mario Sabines, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de la présidence.

Situation "très complexe"

La situation est "très complexe" avec "trois réservoirs en feu" et une zone d'incendie "assez grande", a indiqué le gouverneur, sans préciser combien de milliers de mètres cubes contenait ce troisième réservoir.

M. Sabines a déclaré que des "équipes" de secouristes de Cuba, du Mexique et du Venezuela "sont en train d'être positionnées" pour répandre la mousse extinctrice, ce qui "peut prendre un certain temps".

Selon un dernier bilan, un pompier est décédé et 16 sont toujours portés disparus, tandis que 26 personnes sont hospitalisées, dont cinq dans un état critique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'option d'une extraction du béluga de la Seine privilégiée

Publié

le

Le beluga se trouvait lundi dans un état stationnaire. (© KEYSTONE/EPA/SEA SHEPHERD FRANCE / HANDOUT)

L'option d'une extraction et d'un transport vers la mer du béluga égaré dans la Seine depuis bientôt une semaine est privilégiée par les autorités, a annoncé lundi la sous-préfète d'Evreux.

La piste de l'euthanasie écartée, trois options étaient encore sur la table ce week-end: une ouverture de l'écluse, le laisser finir sa vie "comme quelqu'un de très malade" ou bien l'extraction, avait indiqué la représentante de l'Etat.

C'est donc l'hypothèse d'une extraction, qui tenait déjà la corde dimanche, qui est retenue, comme l'a expliqué Mme Isabelle Dorliat-Pouzet lors d'un point presse dans l'après-midi à proximité de l'écluse.

Réussite pas garantie

"Il nous a semblé possible de réfléchir peut-être à un transport vers la mer. Dans l'intérêt de ce béluga ça peut se tenter, nous y travaillons ardemment. On est tous très contents de travailler sur cette option", a-t-elle déclaré. "Personne ne peut promettre qu'elle va réussir", a-t-elle toutefois reconnu.

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir.

En outre, la Manche n'est pas toute proche: l'écluse de Saint-Pierre-La-Garenne (Eure), où le cétacé est entré de lui-même vendredi à 70 km au nord-ouest de Paris, se trouve à environ à 130 km de l'embouchure de la mer. La préfecture de l'Eure a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère.

Etat stationnaire

Le béluga repéré dans la Seine mardi dernier était dans un état stationnaire lundi, a indiqué à l'AFP l'ONG de défense des océans Sea Shepherd.

"Le béluga ne s'alimente (a priori) toujours pas mais il continue de se montrer curieux. Vers 4 h du matin il s'est frotté pendant 30 minutes sur les parois de l'écluse et s'est débarrassé des tâches qui étaient apparues sur son dos. Les antibiotiques ont également pu aider", a indiqué Sea Shepherd sur Twitter.

Questionnée sur la possibilité d'endormir le béluga et de le transporter, la présidente de Sea Shepherd France, Lamya Essemlali, a expliqué sur RTL "qu'il n'était pas possible d'endormir les dauphins pour la simple raison que ce sont des animaux qui respirent de manière consciente. Si vous endormez un dauphin, il ne respire plus et il meurt".

Le Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes), plus grand zoo marin d'Europe, a dépêché dans l'Eure une équipe où figure notamment "un vétérinaire spécialiste des mammifères marins" et qui était attendue en début de soirée.

Afflux de dons

Interrogée sur le coût des opérations pour tenter de sauver ce béluga, la sous-préfète, a souligné "l'immense émotion" que causait la présence de cet animal piégé dans les eaux de la Seine, révélant qu'énormément de dons affluaient, venant de fondations, d'associations et de particuliers.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, il s'agit du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

D'après le même observatoire, le béluga "a une distribution arctique et subarctique. Bien que la population la plus connue se trouve dans l'estuaire du Saint-Laurent (Québec), la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard", un archipel situé au nord de la Norvège, à 3000 kilomètres de la Seine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Pfizer annonce le rachat de Global Blood Therapeutics

Publié

le

Le laboratoire américain veut accélérer la distribution du traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics (archives). (© KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN)

Pfizer a annoncé lundi le rachat de Global Blood Therapeutics (GBT), fabricant d'un médicament récemment approuvé contre une maladie génétique, la drépanocytose. Le montant de la transaction avoisine 5,4 milliards de dollars, soit environ 5,2 milliards de francs.

Le groupe pharmaceutique américain précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes, en rachetant l'ensemble des actions GBT, au prix de 68,50 dollars par action, précise le groupe dans un communiqué.

Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité, qui doit désormais obtenir les autorisations des autorités de régulation et des actionnaires de GBT.

Le traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics est appelé Oxbryta. Il est, aux Etats-Unis, autorisé pour les plus de 12 ans depuis 2019 et depuis décembre dernier pour les enfants de 4 à 11 ans. Il est également autorisé au sein de l'Union européenne, aux Emirats arabes unis, à Oman et en Grande-Bretagne.

Le médicament a permis au laboratoire de générer un chiffre d'affaires de 55 millions de dollars au premier trimestre (+41%), mais une perte nette de 81,4 millions de dollars.

"En s'appuyant sur sa plateforme mondiale, Pfizer prévoit d'accélérer la distribution du traitement innovant de GBT dans les régions du monde les plus touchées par la drépanocytose", précise Pfizer.

Global Blood Therapeutics doit publier lundi ses résultats financiers du deuxième trimestre, mais, en raison de l'acquisition, ne tiendra pas la conférence téléphonique qui était prévue.

L'action Pfizer grappillait 0,04% lundi dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York, à 49,29 dollars. Celle de GBT, qui avait bondi de 33,03% vendredi à la clôture, prenait de nouveau 4,51% lundi matin, à 66,72 dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Dans votre emploi, des remarques de collègues pourraient froisser votre susceptibilité. A vous de savoir s’ils ont raison ou pas !

Les Sujets à la Une

X