Rejoignez-nous

Football

Le PSG peut rêver de Messi

Publié

,

le

Les négociations avanceraient bien entre Messi et le PSG (© KEYSTONE/VALERIANO DI DOMENICO)

Du rêve à la réalité, l'hypothèse de voir Lionel Messi jouer pour le Paris St-Germain prend forme.

La presse évoque samedi des négociations qui avancent bien entre la superstar argentine et le club, en passe de réussir un coup historique.

Le PSG se déplace dans la soirée à Troyes (21h00), pour son premier match de la saison en Ligue 1. Mais ses supporters auront les yeux rivés ailleurs. L'arrivée dans la capitale de l'un des meilleurs joueurs de l'histoire, six fois Ballon d'or, pourrait intervenir "d'ici à demain (dimanche)", avance même le journal Le Parisien.

La presse se réjouit

Depuis l'annonce jeudi du départ de Messi du FC Barcelone, où il évoluait depuis l'âge de 13 ans, le PSG dirige, confiant, son opération "Pulga" ("la puce" en espagnol). Malgré la complexité financière de la transaction, dans une conjoncture plombée par la pandémie, le club aurait trouvé un accord avec l'Argentin qui touchait plus de 70 millions d'euros net par an en Espagne.

"Paris fond sur Messi", titre samedi L'Equipe, en évoquant un "contrat record" de trois années, "assorties d'un salaire net annuel de 40 millions d'euros." "Messi à Paris, c'est oui !", s'est réjoui Le Parisien en "une", qui parle du "mariage d'amour et de raison" entre les deux parties.

"Le meilleur au monde"

D'un côté, un propriétaire qatarien richissime qui a fait des superstars la marque de fabrique d'une équipe qu'il veut emmener au sommet de la Ligue des champions. De l'autre, un joueur ami avec certains cadres du vestiaire parisien, Neymar et Angel di Maria en tête, et qui connaît bien l'entraîneur Mauricio Pochettino, son compatriote.

Celui-ci s'est prêté à un jeu d'équilibriste en conférence de presse vendredi, sans confirmer ni démentir l'intérêt du club pour la "Pulga". Ces collègues en L1 ont été plus prolixes: "Ce serait bien pour le Championnat de France. C'est le meilleur au monde. J'aimerais vraiment qu'il vienne parce que j'aime la façon dont il joue", a réagi le Monégasque Niko Kovac, vendredi soir.

"Pour le championnat, ça serait un énorme coup. Pour le PSG aussi. Mais ce ne sont que des rumeurs. A tous les mercatos, j'ai entendu tous les noms au PSG", a nuancé son homologue de Nantes Antoine Kombouaré, ancien joueur et entraîneur à Paris.

Il est vrai que la rumeur Messi à Paris ne date pas d'hier. Il y a un an, le directeur sportif Leonardo a déjà tenté le coup, sans succès. Mais la donne a bien changé depuis car, contrairement à l'été dernier, le Barça a renoncé à conserver son icône, au grand dam de ses joueurs qui continuent à partager sur les réseaux sociaux leur tristesse.

City apparemment hors course

Autre élément, le PSG n'affronte pas la concurrence de Manchester City, l'un des très rares clubs à pouvoir se payer l'Argentin. L'entraîneur Pep Guardiola, qui a dirigé Messi au Barça, a rappelé vendredi que "le numéro 10 allait être porté par Grealish", le talentueux milieu anglais recruté jeudi.

Le champ serait donc libre pour Paris, en passe de réunir les deux anciens ennemis de la Liga, Messi et Sergio Ramos, l'ex-capitaine du Real Madrid arrivé cet été. La présence de Kylian Mbappé donnerait aussi une sacrée allure à cette équipe, mais l'avenir de l'attaquant français reste incertain, en raison des négociations qui s'étirent autour de sa prolongation de contrat qui expire en 2022.

En effet, Paris pourrait vendre son meilleur buteur, qui risque de partir gratuitement dans un an, pour se payer Messi. "Le Real est à l'affût", écrit samedi le quotidien sportif espagnol Marca. Mais Pochettino a écarté d'un "non" ferme cette possibilité. Le PSG est bien décidé à rêver très grand.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Chiellini pas inquiet pour l'avenir de la Nazionale

Publié

le

Giorgio Chiellini (au centre) pourrait poursuivre sa carrière en Amérique du Nord. (© KEYSTONE/EPA/CLAUDIO PERI)

Giorgio Chiellini a reconnu lundi que la non-qualification de l'Italie au Mondial 2022 avait "accéléré" sa décision de tirer sa révérence avec la Juventus et avec l'équipe d'Italie. Il a aussi assuré ne pas s'inquiéter pour l'avenir de la Nazionale.

"L'idée était d'arriver à la fin de l'année et à la Coupe du monde. Je sentais que je pouvais conclure en beauté cette période. Malheureusement, cela ne s'est pas passé comme nous l'espérions et cela a clairement accéléré ma décision", a-t-il souligné sur Sky Sport après son dernier match devant les tifosi de la Juve, lundi contre la Lazio (2-2).

Chiellini (116 sélections) disputera son dernier match international le 1er juin contre l'Argentine.

"Je quitte l'équipe nationale avec des joueurs forts", a-t-il ajouté, pas inquiet sur la reconstruction nécessaire après l'élimination des Azzurri champions d'Europe en barrages de qualification pour le Mondial contre la Macédoine du Nord (0-1) en mars.

"Quand Pirlo avait arrêté, tout le monde était inquiet, mais on a créé une équipe nouvelle parce que Pirlo ne se remplace pas. Dans la Nazionale, nous avons Alessandro Bastoni, qui est très fort, l'Italie peut dormir tranquillement", a-t-il souligné.

Quelques jours après avoir officialisé son départ en fin de saison de la Juventus, mercredi dernier après la finale de la Coupe d'Italie perdue contre l'Inter Milan (2-4 ap), le capitaine de 37 ans a confirmé ne pas avoir encore tranché sur la suite, entre poursuivre sa carrière (probablement en Amérique du nord) ou devenir dirigeant dans le club turinois.

"Je dois voir quel est le meilleur choix", a confié celui qui aura évolué 17 ans à la Juve, remportant 19 trophées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Violences avec arme: Tony Vairelles condamné à 5 ans de prison

Publié

le

Tony Vairelles (en rouge et jaune) du temps de sa splendeur avec Lens. (© KEYSTONE/AP/FRANCOIS MORI)

L'ancien attaquant de l'équipe de France Tony Vairelles a été condamné lundi à 5 ans de prison dont 2 avec sursis par le tribunal judiciaire de Nancy.

Il s'était fait l'auteur de violences avec arme il y a dix ans à la sortie d'une boîte de nuit.

Ses trois frères ont également été condamnés à des peines de prison ferme: 5 ans dont 2 avec sursis aussi pour Fabrice Vairelles et 3 ans dont deux avec sursis pour Jimmy et Giovan. Ils étaient jugés pour avoir ouvert le feu et blessé trois vigiles d'une discothèque d'Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 2011.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

L'AC Milan se rapproche du Scudetto

Publié

le

Rafael Leao a inscrit l'un de deux buts de l'AC Milan dimanche (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

L'AC Milan a fait un grand pas vers un 19e titre de champion d'Italie dimanche.

Les Rossoneri se sont imposés 2-0 à domicile contre l'Atalanta de Remo Freuler lors de la 37e et avant-dernière journée du Championnat.

Les Milanais ont marqué par leur attaquant portugais Rafael Leao (57e) et leur défenseur français Théo Hernandez au terme d'un exploit personnel (75e). Ils comptent deux points d'avance - et l'avantage dans les confrontations directes - sur leurs voisins et rivaux de l'Inter (2e).

Champion en titre, l'Inter a rempli sa mission et entretenu le suspense en allant gagner 3-1 à Cagliari grâce à une réussite de Matteo Darmian (25e) et à un doublé de Lautaro Martinez (51e/84e). Les Nerazzuri accueilleront la Sampdoria dimanche prochain lors de l'ultime journée, alors que l'AC Milan se rendra à Sassuolo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

City contraint au nul à West Ham

Publié

le

Mahrez a manqué un penalty qui aurait offert les 3 points à City (© KEYSTONE/AP/Kirsty Wigglesworth)

Mené 2-0, mais avec un pénalty raté en fin de match, Manchester City s'est contenté du nul (2-2) à West Ham dimanche pour la 37e journée de Premier League.

Le point pris à Londres est quand même un petit pas de plus vers le titre pour les champions sortants. Avec une victoire, ils auraient eu six points d'avance et une différence de buts bien supérieure à celle de Liverpool, à qui il ne reste que deux matches à jouer. Mais ils se contenteront bien de cette avance de quatre unités qui ne laisse qu'un petit espoir aux hommes de Jürgen Klopp.

Ces derniers iront à Southampton mardi. En cas de défaite des Reds, City sera sacré sans jouer. Dans le cas contraire tout se jouera à la dernière journée où City recevra Aston Villa (entraîné par Steven Gerrard, capitaine emblématique de Liverpool dans les années 1990), alors que Liverpool recevra Wolverhampton.

Tout du match-piège

On savait que cet avant-dernier match chez West Ham avait tout du match-piège. Face à une équipe aussi forte dans les transitions, le manque d'automatisme défensif s'est payé cash, Jarrod Bowen partant deux fois dans le dos pour tromper Ederson (1-0, 24e, 2-0, 45e).

City a ensuite souvent tremblé. Mais à force de faire le dos rond, West Ham a craqué. C'est d'abord Jack Grealish qui a réduit le score d'une belle volée à l'entrée de la surface (2-1, 49e), avant que Vladimir Coufal, sur un coup-franc de Riyad Mahrez, ne dévie le ballon dans ses filets (2-2, 69e).

L'Algérien aurait pu être le héros du match en tirant le pénalty de la gagne, accordé après recours à la VAR pour une faute sur Gabriel Jesus. Mais Lukasz Fabianski est bien parti sur sa gauche et l'a repoussé (86e).

Tottenham prend l'ascendant

Tottenham n'a pas laissé passer sa chance de piquer à Arsenal la 4e place, qualificative pour la Ligue des Champions, en battant - non sans peine - Burnley (1-0). Après avoir dominé les Gunners (3-0) en milieu de semaine, les Spurs passent devant avec 68 points contre 66 et une différence de buts nettement meilleure (+24 contre +11).

Autant dire que gagner à Newcastle, lundi (20h45) sera absolument impératif pour Arsenal et Granit Xhaka avant la dernière journée, dans une semaine, où les Gunners recevront Everton alors que Tottenham ira à Norwich, dernier et déjà relégué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Près de 30'000 supporters de football défilent à Berne

Publié

le

L'itinéraire des supporters saint-gallois partait de la gare de Berne. En chemin, des supporters ont allumé quelques pétards. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Environ 30'000 supporters de Saint-Gall et de Lugano ont déferlé sur la ville de Berne dimanche à l'occasion de la finale de la coupe de Suisse de football. Vert et blanc et blanc et noir étaient pour une fois les couleurs dominantes dans la capitale.

L'ambiance avant la finale était bon enfant, selon un journaliste de l'agence d'information Keystone-ATS. Les supporters se sont mis dans l'ambiance du match en chantant sous un soleil radieux. Les Saint-Gallois semblaient être en plus nombreux.

Les supporters des deux équipes ont été acheminés au stade par des itinéraires différents. Les trains spéciaux en provenance du Tessin sont arrivés à la gare d'Ostermundigen. La police a guidé les supporters en direction du stade. L'itinéraire des supporters saint-gallois partait de la gare de Berne. En chemin, certains ont allumé quelques pétards.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X