Rejoignez-nous

International

Un magasin consacré à l'univers Harry Potter ouvre à New York

Publié

,

le

Les trois étages du magasin sont entièrement dédiés au monde imaginé par J.K. Rowling. (©KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Affublés de chapeaux pointus et robes de sorciers de Poudlard, des centaines de fans ont avalé jeudi de la "Bièraubeurre" et pris la pose dans les chaussures de Hagrid le géant, lors de l'ouverture, à New York, du plus grand magasin consacré à Harry Potter.

Des centaines d'amateurs du plus célèbre des apprentis sorciers ont fait la queue des heures durant, sous la pluie, pour pouvoir être les premiers à découvrir les trois étages entièrement dédiés au monde imaginé par J.K. Rowling. "C'est vraiment magique", s'extasie Margaret Suarez, dont le petit ami est arrivé dès 06h00 du matin, quatre heures avant l'ouverture prévue.

Cette fan de 30 ans s'est rapidement décidée pour la baguette magique de la sorcière Bellatrix Lestrange et des figurines. "Dans mon coeur, je suis une sorcière", a-t-elle confié à l'AFP. "Je veux vraiment avoir une baguette et la personnaliser pour vivre mon monde imaginaire favori."

Ouverture repoussée d'un an

Ruben Juarez, 27 ans, et sa femme, avaient fait le déplacement depuis le lointain Texas pour l'ouverture de ce magasin de 2000 m2, proche du célèbre Flatiron Building. "On est ravi d'être ici. J'aime tout ce qui concerne Harry Potter", a indiqué le jeune homme, écharpe rayée rouge et or de Gryffondor autour du cou.

Des policiers encadraient depuis la veille la longue file de fans, qui ont continué à arriver toute la matinée. A l'intérieur du magasin, ils étaient nombreux à prendre des "selfies" devant les téléphones rouges censés transporter sorciers et sorcières au ministère de la magie.

D'autres essayaient des maillots de Quidditch en tricot, dégustaient une "Bièraubeurre" au bar ou feuilletaient des exemplaires de ces romans vendus à un demi-milliard d'exemplaires dans le monde. "La Bièraubeurre, c'est comme du soda mousse, en plus épicé. Il n'y a pas d'équivalent, franchement", a expliqué Emilee Rodriguez, 21 ans.

Le magasin avait prévu d'ouvrir en 2020, mais la pandémie de Covid-19 avait retardé l'échéance. L'attente en valait la chandelle, a estimé Alexandra Ewing, 19 ans. "C'est le meilleur moment de ma vie".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Barcelone: Rafael Nadal sorti au 2e tour

Publié

le

Beaucoup d'engagement mais en vain pour Nadal (© KEYSTONE/EPA/Enric Fontcuberta)

Rafael Nadal (ATP 644) n'a pas enchaîné au tournoi ATP 500 de Barcelone. Le vétéran espagnol a été éliminé dès le 2e tour par l'Australien Alex de Minaur (ATP 11), vainqueur 7-5 6-1.

Dans l'un de ses jardins - il y a remporté douze finales -, le Majorquin de 37 ans a résisté pendant un set à son adversaire. Il a ensuite dû baisser pied, sans néanmoins trahir de gêne sur le plan physique.

Plombé par des douleurs à répétition, l'homme aux 22 succès en Grand Chelem n'avait plus joué sur le circuit ATP, avant cette semaine, depuis une blessure à la hanche à Brisbane début janvier. Ce coup d'arrêt en Catalogne démontre qu'un quinzième sacre à Roland-Garros dans un peu moins de deux mois reste une hypothèse hautement improbable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Face aux pressions, Israël réaffirme son droit "à se protéger"

Publié

le

Un électricien libanais répare des câbles électriques devant une maison détruite par une frappe aérienne israélienne, à Alma al-Shaab, un village libanais frontalier avec Israël, dans le sud du Liban, Tsahal répondant à une attaque du Hezbollah. (© KEYSTONE/AP/Mohammad Zaatari)

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réitéré mercredi le droit de son pays "à se protéger", face aux appels de la communauté internationale qui tente d'empêcher une riposte massive d'Israël contre l'Iran, avec le risque d'une spirale de conflits.

L'Iran a fait de son côté défiler soldats, missiles et drones pour la Journée de l'armée, en répétant qu'il apporterait une réponse "féroce" à toute riposte de son ennemi, après l'attaque inédite que la République islamique a lancée contre le territoire israélien pendant la nuit du 13 au 14 avril.

En visite en Israël, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a appelé toutes les parties à faire preuve de "retenue".

"Je ne parle pas de céder, je parle ici de retenue intelligente", a déclaré Mme Baerbock, première responsable étrangère à faire le déplacement en Israël, avec son homologue britannique David Cameron, depuis l'attaque iranienne.

Les négociations piétinent

Cette attaque a été suivie de menaces de représailles croisées entre Israël et l'Iran, dans un contexte de vives tensions régionales depuis le début, le 7 octobre, de la guerre entre Israël et le Hamas, allié de Téhéran, dans la bande de Gaza.

Alors que les négociations en vue d'une trêve "piétinent", selon le Qatar, le ministère de la Santé du mouvement islamiste a dénombré mercredi 56 morts en 24 heures à travers le territoire palestinien, assiégé et bombardé quotidiennement par Israël.

Sur un autre front, le Hezbollah libanais, autre allié de Téhéran, a annoncé mercredi avoir frappé depuis le Liban avec des drones explosifs et des missiles une base militaire du nord d'Israël, en riposte à des frappes qui ont tué la veille trois de ses combattants.

Quatorze personnes ont été blessées en Israël par ces frappes, selon les services de secours.

Dans le sud du Liban, des images de l'AFP ont montré mercredi une patrouille de la Force intérimaire des Nations unies (Finul) parcourant des villages dévastés le long de la frontière, désertés par leurs habitants, devenus un alignement de maisons en ruines et de voitures calcinées après six mois d'échanges de tirs.

"Appel au monde entier"

Israël "se réserve le droit de se protéger", a affirmé Benjamin Netanyahu lors de ses entretiens avec les deux ministres européens.

Le chef de l'Etat israélien, Isaac Herzog, a lui appelé "le monde entier" à contrer la menace posée par l'Iran, "qui cherche à miner la stabilité de toute la région".

Téhéran a affirmé avoir agi en état d'autodéfense en attaquant le territoire israélien, après une frappe meurtrière contre le consulat d'Iran à Damas le 1er avril, qu'il a attribuée à Israël.

La quasi-totalité des 350 drones et missiles lancés par l'Iran contre Israël, soit une charge totale de 85 tonnes, ont été interceptés par la défense antiaérienne israélienne, avec l'aide des Etats-Unis et d'autres pays alliés.

"Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à une telle agression, l'Iran ne sortira pas indemne", a promis mardi le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari.

La forme que pourrait prendre cette riposte, contre le territoire iranien ou contre des intérêts de l'Iran dans un pays tiers, reste incertaine.

Les Etats-Unis, alliés indéfectibles d'Israël, ont vite fait savoir après l'attaque qu'ils ne voulaient pas "d'une guerre étendue avec l'Iran" et ne participeraient pas à une riposte israélienne.

"Sanctions coordonnées"

La Maison Blanche a en revanche annoncé qu'elle allait imposer "de nouvelles sanctions visant l'Iran, dont ses programmes de drones et missiles", son corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, et son ministère de la Défense.

L'Union européenne envisage elle aussi d'élargir le champ de ses sanctions. Annalena Baerbock avait plaidé mardi pour de nouvelles sanctions européennes sur les drones iraniens. "Notre devoir" est d'élargir les sanctions contre l'Iran", a dit pour sa part Emmanuel Macron mercredi.

David Cameron a souhaité mercredi devant des télévisions britanniques que les pays du G7, qui se réunissent cette semaine en Italie, imposent des "sanctions coordonnées" contre l'Iran, accusant ce pays d'être derrière "tellement d'activités malveillantes" dans la région.

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, les tensions grandissent au Moyen-Orient, impliquant Israël et l'Iran, ennemis depuis la révolution iranienne de 1979, et leurs alliés respectifs.

La République islamique, qui appelle à la destruction d'Israël, s'était gardée jusqu'à présent de l'attaquer frontalement et les deux pays avaient l'habitude de s'affronter par tiers interposés, comme les rebelles yéménites houthis et le Hezbollah.

L'ONU appelle aux dons

Après plus de six mois de guerre à Gaza, Benjamin Netanyahu se dit déterminé à combattre "sans pitié" le Hamas et maintient son projet d'offensive terrestre contre la ville de Rafah, dans le sud, malgré la présence d'un million et demi de Palestiniens.

Cette ville a de nouveau été bombardée mardi soir, selon des témoignages recueillis pas l'AFP. "Vers 22h45, une roquette israélienne a frappé une maison de déplacés (...) La famille était en train de dîner lorsqu'un missile israélien a démoli leur maison au-dessus de leurs têtes", a raconté Sami Nyrab, un habitant de Rafah.

L'armée a annoncé mercredi que son aviation avait frappé la veille "plus de 40 cibles à travers la bande de Gaza" et "éliminé de nombreux terroristes".

L'ONU, qui redoute une famine généralisée dans le territoire de 2,4 millions d'habitants, lance mercredi un appel aux dons de 2,8 milliards de dollars pour aider les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, occupée par Israël.

Benjamin Netanyahu a récusé mercredi "les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza" et affirmé qu'Israël faisait "tout son possible sur la question humanitaire".

7 octobre

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a fait 1170 morts, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent retenues à Gaza, dont 34 sont mortes d'après des responsables israéliens.

En représailles, Israël a juré de détruire le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 33'899 morts, la plupart des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Elections en Croatie: forte participation après une campagne tendue

Publié

le

A 16h00, la participation aux élections étaient de près de 50% supérieure à celle des dernières élections législatives. (© KEYSTONE/AP/Darko Bandic)

Les Croates se sont rendus nombreux aux urnes pour élire leurs députés mercredi, après une campagne tendue qui a vu les deux ennemis jurés de la politique croate, le président et le premier ministre, échanger invectives et noms d'oiseau.

A 16h30, 50,6% des électeurs s'étaient déplacés, contre 34% à la même heure lors du dernier scrutin, en 2020, a annoncé la commission électorale.

Selon les derniers sondages, le parti conservateur du premier ministre, le HDZ, pourrait recueillir 30% des voix, suivi par les sociaux-démocrates du SDP, avec 20%, des résultats insuffisants pour avoir la majorité des 151 sièges du Parlement.

Le parti nationaliste de droite Mouvement patriotique se hisserait à la troisième place, et espère être le faiseur de roi.

Les bureaux de vote fermeront à 19h00 locales, et les premiers résultats sont attendus dans la soirée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Stephen Williams s'impose dans le froid au Mur de Huy

Publié

le

Les coureurs ont dû escalader le Mur de Huy quatre fois (© KEYSTONE/AP/Geert Vanden Wijngaert)

Stephen Williams (Israel-Premier Tech) a remporté la 88e édition de la Flèche wallonne. Les favoris ont tous échoué dans une course disputée dans des conditions météo très difficiles.

Le Britannique âgé de 27 ans a fait la différence grâce à une attaque à 400 m de l'arrivée dans la quatrième et dernière ascension du terrible Mur de Huy. Il s'est imposé devant le Français Kevin Vauquelin et le Belge Maxim van Gils.

"Quelle journée! Je ne peux pas croire que j'ai gagné la Flèche. Je suis aux anges, j'aime courir dans ce type de conditions et l'équipe m'a bien aidé durant toute la journée", a déclaré Williams, qui avait gagné le Tour Down Under en début d'année.

Tous les favoris, notamment le Suisse Marc Hirschi - vainqueur en 2020 -, l'Anglais Tom Pidcock ou encore le Danois Mattias Skjelmose, ont été distancés loin de l'arrivée, vaincus par le froid, le mélange pluie-neige et même la grêle qui ont accompagné les coureurs vers la mi-course. Tous ont abandonné afin de conserver des forces pour Liège - Bastogne - Liège, au programme dimanche. Au final, seuls 44 coureurs ont été classés!

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Le rythme de travail va être assez éprouvant, ne vous laissant que peu de temps pour souffler. Repousser vos limites est le défi du jour !

Les Sujets à la Une

X