Rejoignez-nous

Football

Football: que restera-t-il de cette équipe de Suisse M21?

Publié

,

le

Les Suisses se sont congratulés. C'était après la victoire face à l'Angleterre. Puis deux défaites ont suivi. Le bilan est plus mitigé. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Et à la fin, que reste-t-il ? Durant un peu plus de 2 ans et en particulier depuis 10 jours, l'équipe de Suisse des moins de 21 ans a raconté son histoire, conclue par l'élimination de l'Euro mercredi

Aux joueurs de poursuivre leur propre aventure.

L'histoire était celle d'un groupe à l'état d'esprit irréprochable, composé de joueurs de talents mais qui ne semblaient vouloir exister qu'à travers l'expression collective. La victoire contre l'Angleterre, d'entrée de jeu dans cet Euro, a popularisé la fable. Les défaites contre la Croatie, puis le Portugal ont révélé au grand jour les limites de joueurs pas forcément rompus à l'enchaînement de rencontres d'une telle intensité.

Cela doit servir. Pour cette équipe, pour sa relève (neuf éléments qui ont participé à l'Euro sont éligibles pour la prochaine campagne), mais aussi et surtout pour les joueurs qui doivent constituer l'avenir du football helvétique. "L'expérience vécue ici est fantastique car il s'agit quelque chose que les joueurs ne peuvent pas connaître dans leurs clubs, a fait justement remarquer Mauro Lustrinelli après l'élimination. C'est une expérience qui peut se révéler importante dans leur parcours."

En 2002, la Suisse de Bernard Challandes (Frei, Magnin, Cabanas, Grichting) avait atteint les demi-finales de l'Euro. En 2011, celle de Pierluigi Tami (Shaqiri, Xhaka, Sommer, Mehmedi) avait échoué en finale. Celle de Lustrinelli n'aura pas fait aussi bien, mais il est indéniable que cette génération sera celle qui devra porter le destin de l'équipe de Suisse A dans la décennie à venir.

Qui pour l'équipe A?

Mais l'histoire a aussi enseigné qu'une sélection M21 n'est jamais totalement transposable en A. Pour un Alexander Frei, il y a aussi des Elvir Melunovic ou Roman Friedli. Et pour accompagner Xherdan Shaqiri, il y avait Xavier Hochstrasser ou Innocent Emeghara. Des bons joueurs, qui ont existé en Super League, certains obtenant même des capes en A. Mais qui n'auront jamais eu les épaules pour durer et porter l'équipe de Suisse aussi haut que son niveau actuel.

Il y a un monde entre les M21 et les A et c'est souvent celui qui est le plus dur à combler. Qu'adviendra-t-il donc de la bande de potes de Mauro Lustrinelli dans dix ans ? Qui seront ceux avec qui Vladimir Petkovic ou plus probablement son ou ses successeurs pourront compter à l'avenir?

Cet Euro ne dit pas tout. Les niveaux des uns et des autres ont été variables. Mais leur capacité à répondre, par moments, aux exigences du très haut niveau et de s'inscrire dans l'intensité de celui-ci permet de dégager des noms. Sans doute que Jordan Lotomba, l'un des rares (avec Sohm) de cette sélection à avoir déjà porté le maillot des «grands», et titulaire dans un championnat étranger avec Nice est un prétendant sérieux pour l'Euro du mois de juin prochain. Il est probablement le seul. Pour l'instant.

Andi Zeqiri, qui a mis beaucoup (trop?) d'énergie dans ce tournoi de mars sans parvenir à marquer, est encore en phase d'apprentissage à Brighton. Il s'agira d'engranger du temps de jeu ces prochains mois pour devenir un candidat crédible à une sélection. Beaucoup d'espoirs reposent sur lui, notamment pour incarner le futur de l'attaque suisse, en mal de relève. Alexandre Jankewitz, 19 ans seulement, est l'une des bonnes surprises de cette compétition. La prestation du Genevois de Southampton contre l'Angleterre a été relevée par tous et son volume de jeu laisse croire à un avenir doré. En Premier League ou ailleurs, il devra lui aussi d'obtenir régulièrement des minutes pour confirmer sur la durée.

Les limites de la Super League

Kevin Rüegg et Simon Sohm figurent également dans le radar de Petkovic. Mais leur découverte du championnat italien, à l'Hellas Vérone pour le premier et à Parme pour le second, n'est pas simple. A l'instar aussi de Dan Ndoye (Nice) ou Bastien Toma (Genk), dont le temps de jeu est très irrégulier. Manière de rappeler que briller en Super League ne suffit pas à devenir un joueur rompu au plus haut niveau. Il faut du temps, a minima. Cédric Zesiger, Jan Bamert, Jasper van der Werff, Toni Domgjoni, Kastriot Imeri ou Jérémy Guillemenot, entre autres, devront donc se montrer patients et progresser encore s'ils entendent avoir un avenir international.

Les jeunes Leonidas Stergiou, Felix Mambimbi ou Fabian Rieder ont vingt ans ou moins, mais leurs profils agitent déjà l'Europe. Ils ont eux l'opportunité de repartir pour un tour avec les M21. Mais leur évolution croissante ces derniers mois pourrait accélérer leur départ à l'étranger (surtout pour Stergiou) et le saut vers les A.

Reste enfin la question des gardiens. Le poste est chargé en Suisse derrière le trio bien installé Sommer-Omlin-Mvogo. Gregor Kobel, convaincant à Stuttgart à seulement 23 ans, a tout pour l'intégrer à très court terme. Autant dire que pour Anthony Racioppi, titulaire à Dijon, lanterne rouge de Ligue 1, il s'agira d'être très performant pour reporter le maillot national. Car pour un bon nombre de joueurs de ce groupe, l'histoire avec le maillot suisse s'est terminée mercredi à Ljubljana. Le football international est sélectif.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

FC Séville: Lopetegui limogé, arrivée de Sampaoli

Publié

le

Jorge Sampaoli, nouvel entraîneur du FC Séville (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le FC Séville a changé d'entraîneur quelques heures après sa défaite 4-1 à domicile contre Borussia Dortmund en Ligue des champions. Julen Lopetegui a été limogé et remplacé par Jorge Sampaoli.

"Sampaoli a signé jusqu'au 30 juin 2024 et dirigera son premier entraînement ce (jeudi) soir à 18h30", a précisé le club. Le technicien argentin retrouve le banc de Séville qu'il avait déjà occupé lors de la saison 2016/2017 avant de prendre en charge l'équipe nationale argentine.

Sampaoli (62 ans) était libre depuis son départ de l'Olympique de Marseille en juillet dernier. Lopetegui (56 ans) a ainsi payé cash le départ catastrophique du FC Séville cette saison. Le club n'a gagné qu'une fois en sept rencontres de championnat et n'a pris qu'un point en trois matches de Ligue des champions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Bayer Leverkusen: exit Gerardo Seoane, Xabi Alonso à la barre

Publié

le

C'est fini pour Gerardo Seoane au Bayer Leverkusen (© KEYSTONE/AP/Luis Vieira)

Gerardo Seoane (43 ans) a été limogé de son poste d'entraîneur du Bayer Leverkusen. Le Lucernois sera remplacé par l'ancien international espagnol Xabi Alonso (40 an

La décision des dirigeants du Bayer ne constitue pas une surprise. Le club connaît un début d'exercice bien difficile avec 5 points seulement en 8 matches. Leverkusen a aussi été sorti dès le premier tour de la Coupe d'Allemagne, et par une formation de 3e division.

Seoane, qui avait mené les Young Boys à trois titres de champion en Super League, a été remercié au lendemain de la défaite 2-0 en Ligue des champions à Porto. Il était déjà sur un siège éjectable après le revers 4-0 du week-end à Munich contre le Bayern.

Premier échec

Lors de sa première saison à Leverkusen, Gerardo Seoane avait pourtant connu du succès. Il avait conduit l'équipe à la 3e place en Bundesliga et décroché ainsi une place en Ligue des champions.

Il s'agit bien de son premier échec en tant qu'entraîneur. Au printemps 2018, Seoane avait permis au FC Lucerne de remonter du 8e au 3e rang en Super League. S'ensuivirent les trois saisons à Berne avec autant de titres de champion. Un exploit qui n'avait plus été réalisé depuis Timo Konietzka (triplé avec le FC Zurich de 1974 à 1976).

Palmarès impressionnant

Nommé entraîneur avec un contrat jusqu'en 2024, Xabi Alonso n'a que peu de références comme technicien, son unique poste précédent ayant été l'équipe réserve de la Real Sociedad, son club formateur.

Mais l'ancien milieu de terrain s'est forgé un palmarès impressionnant en tant que joueur. Avec l'Espagne, il a été champion du monde en 2010 et a remporté l'Euro en 2008 et 2012. Alonso a gagné deux fois la Ligue des champions, avec Liverpool en 2005 et le Real Madrid en 2014. Il a pris sa retraite après trois années au Bayern Munich, qui lui ont aussi permis d'apprendre l'allemand et de connaître la Bundesliga.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Décès de Jürgen Sundermann, ancien de Servette et de Bâle

Publié

le

Jürgen Sundermann (no 6) lors de la finale de la Coupe 1970 contre Zurich (© KEYSTONE/WALTER RUTISHAUSER)

Jürgen Sundermann est décédé à l'âge de 82 ans à Leonberg, près de Stuttgart. Cet Allemand a été une figure marquante dans son pays, mais aussi en Suisse, où il a joué et entraîné.

Milieu de terrain puis libéro, Sundermann a porté le maillot du Servette de 1966 à 1968, puis de 1971 à 1976. Dans l'intervalle, il a évolué à Bâle de 1968 à 1971 et remporté deux titres de champion (1969, 1970). Lors de son deuxième passage à Genève, il a fonctionné comme entraîneur-joueur avant de se concentrer sur le coaching.

Il a ensuite dirigé une liste impressionnante de clubs dans plusieurs pays (Allemagne, Suisse, Turquie, République tchèque, Tunisie, Autriche), dont le VfB Stuttgart à trois reprises. Sundermann a aussi entraîné Grasshopper en 1979/80. Il a mis un terme à sa carrière en 1999.

Son principal fait de gloire a été de remonter le VfB Stuttgart en Bundesliga en 1977. Son équipe comportait alors de grands noms tels que Karlheinz Förster, Hansi Müller, Dieter Hoeness et Ottmar Hitzfeld.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

L'avenir de Seoane est incertain au Bayer Leverkusen

Publié

le

Gerardo Seoane est rentré la tête basse après la défaite 2-0 à Porto. (© KEYSTONE/AP/Luis Vieira)

Au lendemain de la défaite de Bayer Leverkusen 0-2 en Ligue des champions à Porto, l'avenir de son entraîneur Gerardo Seoane est encore ouvert.

Les responsables du club ne s'expriment pas sur un éventuel limogeage.

Le président Fernando Carro et le directeur sportif Simon Rolfes ont pris l'avion du retour en Allemagne sans s'exprimer sur l'entraîneur suisse. Ainsi, il paraît possible que Seoane dirige l'équipe samedi dans le match de championnat contre Schalke.

Le pilier de la défense, Jonathan Tah, international allemand, se positionne derrière le Lucernois. "Nous sommes encore persuadés. L'entraîneur a une super connexion avec l'équipe", a dit Tah dans une interview TV.

En parallèle, plusieurs médias ont fait d'état de la possible arrivée de l'ancien joueur de Barcelone Xabi Alonso comme successeur de Seoane. Carro avait dernièrement souligné que le club devait se préparer en cas de mise en congé de Seoane.

L'équipe de Leverkusen occupe l'avant-dernière place de la Bundesliga avec 5 points en huit matches.

Au cours de ses périodes de succès avec le FC Lucerne (passage de la 8e à la 3e place) et avec les Young Boys (trois titres de suite), Seoane ne s'était jamais retrouvé dans une phase aussi critique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Football

Ligue des champions: aucun problème pour le Bayern Munich

Publié

le

Sadio Mané célèbre son but (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Comme attendu, le Bayern Munich n'a pas éprouvé la moindre peine pour empocher un nouveau succès lors de la 3e journée de la Ligue des champions. Les Bavarois ont dominé Viktoria Plzen 5-0.

Avec le maximum de neuf points dans le groupe C, les champions d'Allemagne ont déjà un pied en 8es de finale. Sans même devoir forcer outre mesure, ils ont vite et aisément fait la différence face aux Tchèques avec des buts de Sané (7e/50e), Gnabry (13e), Mané (21e) et Choupo-Moting (59e).

Adan plombe le Sporting

Dans le groupe D, Marseille a renversé le Sporting Portugal 4-1. Les Phocéens ont ainsi ouvert leur compteur face à un adversaire qui avait gagné ses deux premières rencontres. Les visiteurs ont pourtant ouvert le score après... 52 secondes par Trincao.

Mais les Portugais ont été plombés par les grossières erreurs du gardien Adan, fautif sur le 1-1 de Sanchez (13e) et le 2-1 d'Harit (16e), avant de se faire expulser pour une faute de main hors de sa surface (23e)! L'OM a encore ajouté un troisième but par Balerdi (28e), qui profitait d'une sortie ratée d'Israel, qui avait succédé à Adan dans la cage du Sporting. Mbemba a scellé le score à la 84e dans un stade vide, la partie se déroulant à huis clos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X