Rejoignez-nous

Suisse

27 morts dans les transports publics en 2018

Publié

,

le

Les transports publics en Suisse restent très sûrs. L'an dernier, 181 accidents graves se sont produits, mais la plupart sont dus à des erreurs d'automobilistes ou de piétons (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'an dernier, les transports publics en Suisse ont été le théâtre de 181 accidents graves, soit 14 de plus qu'en 2017. Vingt-sept personnes y ont laissé la vie. La plupart sont dus à un mauvais comportement de la part d'automobilistes ou de piétons.

Le nombre d'accidents dans les transports publics se situe au même niveau peu élevé des quatre dernières années, écrit l'Office fédéral des transports (OFT) dans son rapport sur la sécurité 2018 publié jeudi. Voyager en transports publics reste très sûr en Suisse.

La majorité des 27 personnes tuées n'ont pas respecté les règles de la circulation et ont causé des collisions avec des trains, des trams ou des bus ou se trouvaient sur des voies, explique l'OFT. Un passager d'un bus est décédé des suites d'un freinage que le chauffeur a dû effectuer à cause de l'erreur d'un automobiliste.

Un calcul de l'Office fédéral de la statistique montre que le risque de mourir en train est 36 fois moindre que dans une voiture et 381 moindre qu'à vélo. Les remontées mécaniques, la navigation ainsi que les transports en tram et bus sont également très sûrs, écrit l'OFT.

En comparaison européenne, la Suisse se classe 3e pour la sécurité de ses transports publics, derrière la Grande-Bretagne et la Norvège. Concernant la sécurité au travail des collaborateurs des transports publics, les compagnies ferroviaires helvétiques ne sont en revanche pas bonnes élèves.

L'OFT garde la situation à l'oeil et a déjà intensifié les contrôles dans le secteur des voies ferrées. Cet effort est poursuivi en 2019. La sécurité dans le transport des marchandises n'est pas satisfaisante non plus. L'office va examiner des mesures.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La Suisse compte 5949 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

18'497 personnes sont en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Suisse compte mardi 5949 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 20'709 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 28,73%. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 37'158. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 693,4 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 127'042 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'829'173 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1930 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6264.

Le pays dénombre par ailleurs 18'497 personnes en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'799 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

Les recettes des chocolatiers fondent

Publié

le

La quasi absence de touristes en Suisse et la faible fréquentation des boutiques dans les aéroports pénalisent les chocolatiers helvétiques. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La pandémie de Covid-19 laisse jusqu'à présent un goût amer dans la bouche des chocolatiers suisses, qui ont vu leurs recettes fondre de 14,3% sur un an entre janvier et août.

Les ventes sur le marché intérieur (-15%) comme les exportations (-14%) ont causé cette chute.

Les producteurs helvétiques ont souffert tout particulièrement durant la période mai-août, où les revenus ont reculé de 21,5%, indique mardi la faîtière Chocosuisse, qui ne précise cependant pas les chiffres absolus.

Durant ces quatre mois, les ventes en Suisse ont plongé de plus de 23%, les exportations s'étant contractées de 20,5%.

Une grande majorité - soit 70% - de la production de chocolat suisse est destinée à l'exportation, rappelle Chocosuisse. Les livraisons à l'étranger ont reculé "très fortement" durant l'été, en raison de la fermeture des boutiques hors-taxes dans les aéroports ainsi que des difficultés rencontrées par l'hôtellerie-restauration. La faîtière ne s'attend pas à une reprise de sitôt pour ces deux secteurs.

En Suisse, l'absence des touristes étrangers a pesé sur les chiffres d'affaires des chocolatiers suisses. Parallèlement, les volumes de chocolat importés ont augmenté de 2,2% sur les neuf premiers mois de l'année (+8,7% pour mai-août), déplore l'association qui regroupe 16 producteurs qui emploient 4840 personnes. La pression sur les marges s'est ainsi encore accentuée pour les producteurs helvétiques.

Dans son communiqué, la faîtière dénonce une discrimination par rapport à la concurrence étrangère. Des taxes douanières protectionnistes et le prix des matières premières (sucre, lait) minent la compétitivité de l'industrie indigène, selon elle. Chocosuisse demande au Parlement fédéral de réagir et d'éliminer les distorsions de la concurrence, notamment vis-à-vis de l'Union européenne.

En 2019 les producteurs réunis autour de Chocosuisse ont généré 1,79 milliard de francs de chiffre d'affaires, pour un volume total de 200'274 tonnes. L'industrie helvétique a consommé 77'342 tonnes de sucre (32% de provenance suisse) et 165'000 tonnes de lait (4,7%).

Les filiales suisses des sociétés cotées Nestlé (Cailler), Lindt&Sprüngli et Barry Callebaut, mais aussi des maisons comme Camille Bloch, Faverger, Villars ou Läderach, sont membres de l'association, au même titre que Chocolat Frey, propriété du géant de la distribution Migros.

Continuer la lecture

International

Implenia se restructure et prévoit 2000 suppressions d'emplois

Publié

le

Le groupe de construction Implenia supprimera dans l'immédiat 250 postes en Suisse. (Image d'archive - ©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Implenia se restructure et prévoit 2000 suppressions d'emplois d'ici 2023. Le groupe de construction prévoit dans l'immédiat que 750 emplois passeront à la trappe, dont 250 en Suisse, selon un communiqué paru mardi.

La société table aussi sur des économies annuelles de plus de 50 millions de francs d'ici 2023.

Le communiqué précise que le groupe envisage également de céder environ 1250 postes à plein temps à d'autres propriétaires. Implenia travaille à une réduction de près de 20% de ses actifs. Au total, les coûts de restructuration atteindront près de 60 millions de francs.

Pour l'exercice en cours, le groupe anticipe une perte opérationnelle (Ebitda) de l'ordre de 70 millions de francs et calcule un amortissement d'environ 200 millions.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 17'440 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

La Suisse compte lundi 17'440 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La Suisse et le Liechtenstein comptent lundi 17'440 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, soit le double d'il y a une semaine, selon l'OFSP. Trente-sept décès supplémentaires sont à déplorer et 259 malades ont été hospitalisés.

Les chiffres du samedi et du dimanche sont dorénavant transmis le lundi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant les dernières 72 heures, les résultats de 82'026 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 21,26%. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 654 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 121'093 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'808'464 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1914 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6097.

Le pays dénombre par ailleurs 18'497 personnes en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'799 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

Horlogerie suisse: les magasins l'emportent sur le numérique

Publié

le

Un large majorité (85%) des cadres horlogers interrogés sont pessimistes concernant l'avenir du secteur. (Image d'archive - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Malgré la crise pandémique et l'intensification de la numérisation qu'elle a provoquée, les acheteurs de montres suisses continueront de préférer les boutiques physiques aux sites internet.

L'expérience en magasin reste "un élément essentiel" à l'achat, selon le cabinet Deloitte.

Plus de 70% des cadres de l'horlogerie helvétique interrogés par le géant du conseil dans le cadre d'une étude sur le secteur affirment que les canaux "hors ligne" domineront à l'avenir.

"Pour une industrie qui repose principalement sur le lien émotionnel qui se crée lorsque l'on voit et manipule des montres de luxe, à l'avenir, le défi sera de réussir à combiner le physique et le numérique", détaille Karine Szegedi, responsable mode et luxe chez Deloitte Suisse.

Concrètement, plus de 60% des marques sollicitées donnent la priorité à une stratégie omnicanale, qui mettrait à contribution boutiques physiques, sites internet et réseaux sociaux.

Cette stratégie "phygitale" devrait permettre d'accroître la résilience du secteur dans un contexte de récession économique qui affecte gravement le secteur, selon la responsable.

Un large majorité (85%) des cadres horlogers interrogés sont pessimistes concernant l'avenir du secteur.

La chute des exportations mondiales se poursuit depuis le début de l'année et l'apparition du Covid-19 en Chine. L'effondrement du tourisme mondial, la baisse de la demande intérieure due au confinement et la tendance généralisée à l'épargne sont autant d'éléments qui empêchent tout optimisme auprès des dirigeants du secteur.

D'autant que l'horlogerie helvétique n'est pas qu'affectée par la pandémie du nouveau coronavirus, elle l'est aussi par une série d'incertitudes géopolitiques.

Le déclin de Hong Kong comme plaque tournante du luxe helvétique en Asie, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le Brexit ou encore l'élection présidentielle américaine sont autant d'événements qui menacent la reprise des ventes dans un secteur largement dominé par le marché chinois.

Les "États-Unis et d'autres pays densément peuplés comme l'Indonésie, l'Inde et le Vietnam" suivent en termes de chiffres d'affaires et connaissent les croissances les plus importantes, précise Deloitte.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Initiatives hardies au programme. Si vous souhaitez reprendre des cours, recommencer à étudier, c’est le bon moment.

Publicité

Les Sujets à la Une

X