Rejoignez-nous

Suisse

BLS pourrait reprendre deux grandes lignes

Publié

,

le

L'entreprise ferroviaire BLS devrait pouvoir exploiter les grandes lignes Berne-Bienne et Berne-Berthoud-Olten. Les CFF perdraient leur monopole. L'Office fédéral des transports (OFT) a finalement coupé la poire en deux.

L'OFT a mis jeudi en consultation jusqu'au 23 mai ses projets d'octroi de concessions. La décision finale devrait tomber à la mi-juin, ont-ils annoncé jeudi lors d'une conférence de presse à Ittigen (BE). Un délai de recours de 30 jours est prévu.

Les CFF voulaient renouveler la concession pour le trafic grandes lignes (Intercity, correspondances Eurocity, Interregio et Regioexpress) sur tout le territoire. BLS souhaitait pour sa part exploiter deux lignes InterCity, Interlaken (BE)-Berne-Bâle et Brigue (VS)-Berne-Bâle, ainsi que trois lignes RegioExpress, Berne-Olten (SO), Bienne (BE)-Berne et Le Locle (NE)-Berne.

En octobre, l'OFT avait renoncé à trancher, expliquant qu'il lui fallait mener des analyses supplémentaires. La concession des CFF pour l'exploitation du trafic sur les grandes lignes ferroviaires avait alors été prolongée de deux années jusqu'à fin 2019.

Oligopole

L'office est désormais au clair: les CFF devraient obtenir la majeure partie de la concession de trafic grandes lignes pour une période de dix ans dès la fin de l'année prochaine. Celle-ci couvrira l'ensemble du réseau Intercity et en grande partie le réseau de base.

Les concessions pour les lignes Berne-Bienne et Berne-Burgdorf-Olten devraient être octroyées à BLS. En revanche, la demande de BLS pour les lignes Bâle-Interlaken et Bâle-Brigue, "entachée d'incertitudes" notamment quant aux infrastructures, n'a pas abouti; celle portant sur la ligne Le Locle (NE)-Berne non plus.

Moins cher

Selon l'Office fédéral des transports, ce modèle oligopolistique "apporte la plus grande utilité pour les clients et la collectivité". L'offre s'améliorera et les caisses publiques seront délestées.

Les contribuables économiseront des dizaines de millions de francs, fait valoir l'OFT, par exemple par le transfert de certaines lignes du trafic régional subventionné au trafic grandes lignes autofinancé.

Prix attrayants

En trafic grandes lignes, l'OFT admet désormais pour les entreprises un rendement sur le chiffre d'affaires de 8% au maximum. Les bénéfices supérieurs seront destinés à la contribution de couverture perçue dans le prix du sillon pour financer l'infrastructure ferroviaire. Ce modèle permettra aux entreprises de continuer à faire des bénéfices "appropriés et durables" dans le trafic grandes lignes et les incitera à proposer des billets à des prix attrayants.

La contribution de couverture devrait être fixée à 9,5% dans le trafic grandes lignes du réseau de base et à 21,5% dans le réseau Intercity, a précisé Pierre-André Meyrat, chef de la division Financement de l'OFT. Sur les deux lignes qui reviendraient au BLS, l'OFT renoncerait à percevoir une contribution de couverture.

Ligne Berne-La-Chaux-de-Fonds

Dans le cadre de la concession, les entreprises sont libres de régler l'exploitation de certaines lignes de manière coopérative par un contrat d'exploitation. Les CFF comptent charger la Südostbahn d'exploiter deux de leurs lignes: la nouvelle ligne directe Coire-Zurich-Berne, prévue dès fin 2020, et la ligne de faîte du Saint-Gothard.

Parmi les autres nouveautés, des trains grandes lignes circuleront sur les lignes Coire-St-Gall et Berne-Neuchâtel-La-Chaux-de-Fonds (NE) une fois par heure. Du personnel d'accompagnement sera en règle générale présent sur les trains grandes lignes. D'autres améliorations sont prévues, en particulier quant aux cadences et à l'offre de restauration.

Les nouvelles concessions seront octroyées pour une durée de 10 ans. L'OFT proposera des adaptations de la procédure afin de démarrer la prochaine procédure d’octroi avec une phase préparatoire plus longue.

ATS
PHOTO KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Le PLR Pascal Broulis est lancé dans la course au Conseil des Etats

Publié

le

La pause politique aura été de courte durée pour Pascal Broulis, qui se lance dans une nouvelle bataille: l'élection au Conseil des Etats en 2023. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un Vaudois de plus engagé dans la course au Conseil des Etats. Réunis en congrès à Savigny, les délégués du PLR Vaud se sont choisis un poulain en vue des élections fédérales de 2023. C’est l’ancien ministre des finances vaudois Pascal Broulis qui portera les couleurs des libéraux-radicaux.

Le PLR Vaud mise sur Pascal Broulis. Réunis en congrès hier soir à Savigny, les délégués du parti ont décidé de lancer l’ancien ministre des finances vaudois dans la course au Conseil des Etats. Il a été préféré à la conseillère nationale, et ancienne ministre elle aussi, Jacqueline De Quattro. Pascal Broulis nous explique ce qui fait de lui le candidat idéal.

Pascal BroulisCandidat PLR au Conseil des Etats

Et l'ancien grand argentier d'ajouter ce qui le motive à convoiter un siège au Conseil des Etats.

Pascal BroulisCandidat PLR au Conseil des Etats

Deux sièges en vue

L’objectif du PLR avec cette candidature de Pascal Broulis: maintenir le siège jusqu’ici occupé par Olivier Français. Mais pas seulement, comme nous l'explique la nouvelle présidente du PLR Vaud. Florence Bettschart Narbel.

Florence Bettschart NarbelPrésidente du PLR Vaud

Afin d'atteindre cet objectif de deux sièges, le PLR compte sur une formule qui a commencé à faire ses preuves: l'Alliance vaudoise. On ne connaît, en revanche, pas encore qui mènera campagne aux côtés de Pascal Broulis sur ce ticket. Centre et UDC doivent encore définir une stratégie au début de l'année. N'est-ce pas déroutant de commencer la campagne seuls? On retrouve la présidente fraîchement élue.

Florence Bettschart NarbelPrésidente du PLR Vaud

Si on ne connaît pas encore l'entier du ticket, on sait en revanche qui seront leurs adversaire principaux: le ticket rose-vert composé du socialiste Pierre-Yves Maillard et du conseiller national vert Raphaël Mahaim. N'aurait-il pas été opportun de leur opposer une femme et donc de choisir Jacqueline De Quattro?

Florence Bettschart NarbelPrésidente du PLR Vaud
Continuer la lecture

Vaud

Florence Bettschart-Narbel élue présidente du PLR cantonal

Publié

le

Florence Bettschart-Narbel devient la première femme élue à la tête du PLR Vaud (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La députée au Grand Conseil vaudois Florence Bettschart-Narbel a été élue jeudi soir à la présidence du PLR Vaud. Jusqu'ici vice-présidente, elle était la seule candidate pour remplacer Marc-Olivier Buffat. Elle devient ainsi la première femme à la tête du parti cantonal depuis la fusion entre libéraux et radicaux en 2012.

Lors du congrès du PLR Vaud à Savigny, Mme Bettschart-Narbel a été plébiscitée par acclamation des délégués. Cette avocate lausannoise de 48 ans est membre du Grand Conseil depuis 2017. En mars 2021, elle s'était présentée à l'élection à la Municipalité de Lausanne, sans succès.

M. Buffat a récemment décidé de remettre son mandat pour la fin de l'année. L'avocat lausannois et député au Grand Conseil dirige le parti depuis avril 2018.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Colère et tristesse à Genève après le suicide d'un jeune requérant

Publié

le

Le suicide d'un jeune requérant Afghan la semaine dernière à Genève a suscité une vive émotion. Des manifestants ont exprimé leur colère et leur tristesse après ce drame. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

A Genève, plus de 500 personnes ont manifesté jeudi en fin d'après-midi pour exprimer leur colère et leur tristesse suite au suicide la semaine dernière d'un requérant afghan âgé de 18 ans. Le jeune homme venait d'apprendre son renvoi de Suisse.

"A son arrivée au foyer de l'Etoile en 2021, il m'a tout de suite demandé comment faire pour s'intégrer et pour avancer", a raconté Nesim, un ami du jeune homme. Très ému, il se souvient de son camarade: un gars sympa, sportif, studieux et qui jouait du violon. "Après s'être battu pour son avenir, il avait perdu tout espoir", a-t-il ajouté.

La cousine du jeune Afghan, en pleurs, a raconté les souffrances de l'adolescent pour arriver en Suisse. Il avait quitté l'Iran où sa famille s'était réfugiée pour fuir les talibans. En Grèce, il avait subi des violences qui l'avaient profondément traumatisé. "L'Etat est responsable et doit rendre des comptes", a déclaré la cousine.

Décision injuste

Les manifestants, dont de nombreux jeunes résidants des foyers, ont crié leur colère devant le siège de l'Hospice général au centre-ville. "En Suisse: injustice!" ou "Réfugiés: solidarité!", a scandé la foule. Des chants, parfois interrompus par des cris de détresse, ont résonné. Beaucoup tenaient une photo du jeune homme dans leurs mains.

Le directeur de l'Hospice général, Christophe Girod, a pris le micro pour exprimer son soutien aux proches du jeune homme. Il a ensuite critiqué des décisions administratives prises sans considération des situations personnelles. Mais le directeur général n'a pas pu finir son intervention. Il a été interrompu par les manifestants qui criaient "Hospice: injustice!".

La décision de renvoi du jeune Afghan en Grèce par le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), confirmée par le Tribunal administratif fédéral, a été fustigée par la foule. Selon plusieurs orateurs, les autorités auraient dû prendre en compte le risque suicidaire que présentait ce jeune requérant.

Conditions déplorables

Des représentants des associations d'aide aux migrants ont aussi dénoncé les mauvaises conditions d'hébergement dans les foyers. "On nous parle mal", a raconté Nesim. Les chambres sont trop petites et ressemblent à une prison, a-t-il expliqué. Les associations réclament depuis longtemps des alternatives au foyer de l'Etoile.

La foule s'est ensuite dirigée devant l'Hôtel-de-Ville pour interpeller Thierry Apothéloz, conseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale. Mercredi, le gouvernement genevois avait exprimé son incompréhension face aux pratiques de la Confédération "qui met en danger la vie et la santé des personnes découtées, lorsque celles-ci se trouvent dans une situation médicalement avérée de détresse psychologique".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Sanna Lüdi va manquer toute la saison

Publié

le

Sanna Lüdi ne participera pas aux épreuves de Coupe du monde de skicross cette saison. La Bernoise a annoncé jeudi sur Instagram qu'une blessure l'en empêchait. Elle n'a toutefois pas précisé la nature de cette dernière. (Archives) (© KEYSTONE/EPA TT NEWS AGENCY/ANDERS WIKLUND/ TT)

Sanna Lüdi manquera toute la saison de Coupe du monde qui a débuté jeudi à Val Thorens. Sur Instagram, la Bernoise de 36 ans a fait savoir qu'elle ne serait pas au départ "pour des raisons médicales".

Elle n'a pas donné d'indications plus précises sur la nature de sa blessure.

Au cours de sa carrière, Sanna Lüdi a dû faire face à plusieurs reprises à des problèmes de santé. Dernièrement, la gagnante de trois courses de Coupe du monde a manqué les Jeux olympiques de Pékin en raison d'une fracture du tibia.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Vaud: l'inscription de la protection du climat dans la Constitution se jouera en juin

Publié

le

L'initiative des Verts vaudois pour le climat attendra. Alors que le parti était persuadé que la votation sur ce texte visant à inscrire la protection du climat et de la biodiversité dans la Constitution cantonale se tiendrait en mars, il n'en sera rien. Le Conseil d'Etat a annoncé ce jeudi que les Vaudois seront appelés aux urnes au mois de juin.

Les Vaudois ne voteront pas sur l’initiative des Verts pour le climat en mars prochain. Le Conseil d’Etat a communiqué ce jeudi sa décision d’organiser le vote, destiné à inscrire la protection du climat et de la biodiversité dans la Constitution cantonale, le 18 juin. La présidente du gouvernement, Christelle Luisier Brodard nous explique les raisons de ce choix.

Christelle Luisier BrodardPrésidente du gouvernement vaudois

Choix décrié par les Verts

Persuadés jusqu’ici que le vote se tiendrait en mars, les Verts vaudois déplorent le choix du gouvernement cantonal. S’ils admettent l’argument économique, ils dénoncent une décision purement politique de la majorité de droite du Conseil d’Etat. Alberto Mocchi, député vaudois et président du comité d’initiative.

Alberto MocchiPrésident du comité d'initiative et député vaudois

Le Conseil d’Etat, lui, rejette cette accusation. La majorité de droite n’a rien à voir avec ce report. On écoute la présidente du gouvernement vaudois, Christelle Luisier Brodard.

Christelle Luisier BrodardPrésidente du gouvernement vaudois

Les Vaudois seront donc appelés à voter le 18 juin prochain.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X