Rejoignez-nous

Suisse

2,9 milliards d'excédent au compte fédéral

Publié

,

le

La Confédération s'est retrouvée avec beaucoup plus d'argent dans les caisses que prévu à la fin de l'année 2018 (archives). (©KEYSTONE/SCHWEIZERISCHE NATIONALBANK SNB)

La Confédération a clos 2018 avec un excédent ordinaire de 2,9 milliards de francs au lieu des 300 millions budgétés. Grâce à l'amélioration favorable des recettes, les perspectives se sont aussi améliorées pour 2020 à 2022: aucune économie ne sera nécessaire en 2020.

Selon les prévisions actuelles, un excédent structurel de 400 millions devrait être réalisé l'an prochain grâce à une révision à la hausse des recettes, a annoncé mercredi le Conseil fédéral. Le budget ne nécessiterait ainsi aucune mesure d'économies en dépit des charges de 1,4 milliard découlant du projet fiscal incluant un volet AVS soumis en votation en mai.

Un excédent de 1,1 milliard est également attendu pour 2021. la réforme de la fiscalité des couples devrait en effet entrer en vigueur un an plus tard que prévu et la diminution de 1 milliard des recettes qu'elle entraîne ne sera ainsi effective qu'à partir de 2022.

La suppression des droits de douanes sur les produits industriels, qui devrait réduire les recettes de 500 millions, est désormais prise en compte dans les prévisions pour 2022. "Bien que foncièrement positives, les perspectives doivent être nuancées", avertit le gouvernement en évoquant l’évolution incertaine des recettes de l’impôt anticipé et diverses réformes en discussion.

Encore plus réjouissant

Le gouvernement a toutefois tendance à se montrer trop pessimiste. Les chiffres définitifs du compte 2018 en témoignent. La différence entre le budget et le compte final était pressentie, mais elle n'a cessé de gonfler au fil des extrapolations. Fin septembre, le gouvernement tablait encore sur un excédent de 2,5 milliards.

Comme en 2017, ce résultat réjouissant est dû à l’évolution des recettes et à la discipline stricte suivie en matière de dépenses, explique le Conseil fédéral. Les recettes se sont inscrites à 73,5 milliards et les dépenses à 70,6 milliards.

L'affaire CarPostal a entraîné 90 millions de recettes extraordinaires: elles découlent du remboursement par l'entreprise des indemnités perçues en trop. Si l'on prend en considération ces recettes extraordinaires, le compte 2018 se solde par un excédent de 3 milliards.

Les recettes sont supérieures de 2,2 milliards au montant budgétisé. La Confédération a encaissé 7,7 milliards d'impôt anticipé, soit 1,6 milliard de plus que prévu. Comme en 2017, les demandes de remboursement sont restées inférieures aux attentes. La provision constituée pour honorer de futurs remboursements a donc été augmentée.

Impôt fédéral direct

L’impôt fédéral direct a également rapporté 900 millions de plus, soit 22,5 milliards. Cette amélioration est surtout due à la progression des recettes issues de l’impôt sur le bénéfice des entreprises. Les recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et des droits de timbre sont restées inférieures aux montants budgétisés à respectivement 22,6 milliards et 2,1 milliards.

Les dépenses ont augmenté de 2,3 milliards par rapport à l'année précédente, mais elles sont inférieures de 500 millions au budget. La Confédération a déboursé 300 millions de moins qu'escompté pour la sécurité et 400 millions de moins pour la prévoyance sociale, notamment en raison du recul des demandes d’asile.

Les dépenses pour les groupes de tâches "Trafic" (10,4 milliards) ainsi que "Finances et impôts" (9,9 milliards) ont en revanche été plus importantes que prévu (+ 0,3 milliard et + 0,4 milliard). Les recettes affectées ont en effet été plus importantes que prévu au budget.

Trop pessimiste

Le gouvernement peint régulièrement le diable sur la muraille en matière de budget. Depuis 2007, seul l'exercice 2014 a clos sur un résultat légèrement inférieur aux prévisions budgétaires. En 2017, la Confédération a affiché un excédent de 2,8 milliards au lieu du trou budgétisé de 250 millions de francs,

Selon l'Administration des finances, les erreurs d'estimations des recettes sont inévitables en raison des variations assez importantes de l'évolution des rentrées, mais la situation s'est améliorée.

Les dépenses réelles sont systématiquement plus faibles que prévu car les crédits budgétaires autorisés par le Parlement ne peuvent pas être dépassés. Les unités administratives ont donc tendance à établir leurs budgets avec prudence et à utiliser les ressources allouées de manière économe.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Oerlikon vise une marge opérationnelle entre 17 et 19% d'ici 2026

Publié

le

Le groupe industriel Oerlikon révise ses ambitions à la hausse à l'horizon 2026. Pour cette année, la société a également confirmé ses attentes. (archives) (© KEYSTONE/EDDY RISCH)

Fort des progrès réalisés ces dernières années, le groupe industriel Oerlikon révise ses ambitions à la hausse à l'horizon 2026.

Anticipant une croissance annuelle de ses ventes de 4 à 6% pour atteindre les 3,5 milliards de francs, la société schwytzoise vise désormais une marge opérationnelle au niveau Ebitda entre 17 et 19%, contre 16 à 18% jusqu'alors.

Au-delà de ces objectifs financiers, la direction du groupe de Pfäffikon entend également faire le point sur les priorités stratégiques, l'évolution des marchés et les moteurs de croissance, indique mardi Oerlikon en préambule à sa journée des investisseurs. L'expansion des affaires attendue à moyen terme devrait reposer sur les deux divisions de l'entreprise, à savoir les traitements de surface (Surface Solutions) et les machines textiles (Polymer Processing Solutions).

Dans les activités de traitement de surface, Oerlikon entend continuer de tirer profit d'une demande croissante de clients en matière d'efficience, tout en bénéficiant de sa nouvelle organisation régionale. Le conglomérat schwytzois entrevoit des opportunités de croissance dans les secteurs de la mobilité, des technologies propres, du luxe, des semi-conducteurs et de l'impression en trois dimensions (3D).

Objectifs 2022 confirmés

Le maintien de l'accent sur la maîtrise des coûts doit permettre aux affaires de traitements de surface d'obtenir un effet de levier opérationnel, soutenant une marge Ebitda de 20 à 22% à moyen terme.

Dans le segment du traitement des fibres synthétiques, Oerlikon entend se renforcer sur le marché des filaments, anticipant de fortes entrées de commandes entre 2022 et 2026. La demande de filaments devrait être stimulée par les cycles de remplacement, notamment pour les équipements à haut rendement énergétique, et l'intégration verticale chez les clients.

Evoquant l'exercice en cours, Oerlikon confirme une nouvelle fois ses attentes. Lors de la présentation de sa performance annuelle début mars, le groupe avait anticipé un chiffre d'affaires annuel de près de 2,9 milliards de francs pour 2022 et une marge Ebitda de quelque 17,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Sonova relève son dividende après un solide exercice annuel

Publié

le

Le fabricant d'appareils auditifs Sonova a vu ses ventes annuelles bondir de pas loin de 30%. Le dividende sera revu à la hausse. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le fabricant d'appareils auditifs Sonova a vu ses ventes bondir d'environ 30% sur son exercice décalé 2021/22 (clos fin mars) à 3,36 milliards de francs. Le dividende sera revu à la hausse, a indiqué mardi l'entreprise de Stäfa.

La rentabilité a également été améliorée: le bénéfice net a atteint 663,6 millions, en hausse de 13,4% sur un an. Le bénéfice opérationnel (Ebita) s'est établi à 802,9 millions.

Le dividende sera revu en hausse à 4,40 francs, contre 3,20 francs par titre auparavant.

Les résultats dépassent légèrement les prévisions du consensus AWP. En moyenne, les analystes tablaient sur des ventes de 3,33 milliards, tandis que le bénéfice net était attendu à 650,9 millions. Le dividende est plus généreux qu'escompté, alors que le consensus s'était établi à 3,97 francs par titre.

Pour l'exercice en cours, Sonova table sur une hausse des ventes consolidées comprise entre 17% et 21%. L'Ebita ajusté devrait de son côté croître de 12% à 18%, hors effet de change.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Les Suisses veulent une baisse des taxes sur l'essence

Publié

le

Le prix de l'essence a fortement augmenté après l'attaque russe en Ukraine (archives). (© KEYSTONE/AP/RICK RYCROFT)

Face à la hausse des prix des carburants, une majorité de Suisses est favorable à une baisse des impôts et des taxes sur l'essence, selon un sondage. 64% des personnes interrogées estiment qu'il faut suivre l'exemple de l'Allemagne, de la France et de l'Italie.

Un peu plus d'un tiers (35%) s'y opposent, précise l'enquête de Tamedia et de "20 Minutes", en collaboration avec l'institut LeeWas, diffusée mardi par les journaux du même groupe de presse. Un pour cent des sondés se dit sans avis.

Dans le détail, 46% approuvent une baisse des taxes et 18% sont plutôt d'accord. A l'opposé, 22% rejettent la proposition et 13% sont plutôt contre.

Le sondage a été réalisé du 12 au 15 mai 2022 auprès 9085 personnes de toute la Suisse, dont 2590 en Suisse romande. La marge d'erreur est de plus ou moins 1,9%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Dominic Thiem n'y arrive toujours pas

Publié

le

Dominic Thiem a été battu dès le 1er tour à Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Dominic Thiem (ATP 194) est toujours en quête d’un premier succès depuis son retour à la compétition fin mars.

L'ex-no 3 mondial a subi sa sixième défaite en autant de matches lundi au Geneva Open. Il s'est incliné 6-3 6-4 devant l'ancien demi-finaliste de Roland-Garros Marco Cecchinato (ATP 134) au 1er tour.

Eloigné des circuits pendant neuf mois en raison d'une déchirure au poignet droit, Dominic Thiem monte clairement en puissance depuis son "comeback" à Marbella sur le circuit Challenger. Mais la victoire se refuse pourtant toujours au double finaliste de Roland-Garros (2018, 2019).

L'Autrichien de 28 ans, qui a perdu quelque 150 places dans la hiérarchie depuis la mi-février, a montré de belles choses sur la terre battue genevoise. Comme ces deux "tweeners", des passing-shots lâchés entre les jambes, réalisés dans le même jeu, le sixième de la deuxième manche en l'occurrence.

Mais son manque de confiance et d'automatismes se fait toujours ressentir dans les moments "chauds". A l'inverse, Marco Cecchinato, fort de ses deux succès obtenus en qualifications, a bien mieux géré les points importants. Il a ainsi écarté les sept balles de break que Dominic Thiem s'est procurées...

Nikles-Riedi vers 16h

Tête de série no 1 du tableau, Daniil Medvedev entrera par ailleurs en lice mardi à 18h au Parc des Eaux-Vives. Le Russe, qui n'a plus joué depuis le 31 mars en raison d'une opération d'une hernie, se frottera à l'un des plus beaux revers du circuit: il affrontera en effet Richard Gasquet (ATP 75) en 8e de finale.

Ce duel sera précédé du derby suisse programmé au 1er tour. Johan Nikles (ATP 317), qui est issu des qualifications, et Leandro Riedi (ATP 317), qui a bénéficié d'une invitation, visent tous deux un premier succès sur le front de l'ATP Tour. Le Genevois et le Zurichois devraient en découdre aux alentours de 16h.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Lausanne: un speed-dating pour plonger au coeur de la science

Publié

le

L'évènement se déroulera au Palais de Rumine, à Lausanne (Photo d'archives).

La société vaudois des sciences naturelles tente un nouveau concept pour intéresser le grand public à la science: un speed-dating. Son premier évènement du genre prendra place ce lundi soir au Palais de Rumine, à Lausanne. L'occasion de rencontrer sept chercheurs ou passionnés.

Un speed-dating prendra place ce lundi soir au Palais de Rumine à Lausanne. Mais il ne s’agit pas là de rencontrer un partenaire amoureux, mais d’en savoir plussur le monde de la science. La société vaudoise des sciences naturelles, la SVSN, a invité sept professionnels ou passionnés pour discuter de leur sujet de prédilection avec le public. Au programme : le changement climatique, les chauve-souris, l’intelligence artificielle ou encore les tardigrades.

Un évènement qui change des habituelles conférences scientifiques… Anne-Sophie Chauvin, maître d’enseignement et de recherche à l’EPFL et directrice adjointe de la SVSN.

Anne-Sophie ChauvinMaître d'enseignement et de recherche à l'EPFL et directrice adjointe de la SVSN

Et Anne-Sophie Chauvin de préciser que ce concept n’est pas pour autant plus intéressant qu’une conférence.

Anne-Sophie ChauvinMaître d'enseignement et de recherche à l'EPFL et directrice adjointe de la SVSN

Un morceau de mousse

Pour piquer la curiosité des participants, chaque intervenant aura donc amené avec lui un objet relatif à son sujet d’étude. Alexandra Delacrétaz, une des intervenantes, nous dévoile ce qu’elle déposera devant elle.

Alexandra DelacrétazEtudiante à l'UNIL, et passionnée par les tardigrades

Travail de maturité, en l’occurrence. Car Alexandra Delacrétaz est en première année de Bachelor de biologie à l’Université de Lausanne. Elle a remporté, avec son travail, le prix de la société vaudoise des sciences naturelles l’an dernier.

Précisons encore que ce speed-dating se tiendra de 19h à 21h dans la salle « Sénat » du Palais de Rumine.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X